( 19 avril, 2019 )

Demain… !

06-504707

Le 20 avril 1814, l’Empereur partira pour l’exil qui lui a été désigné par les puissances alliées : l’île d’Elbe. Des braves présents à l’inoubliable scène des Adieux de Fontainebleau, les uns pleureront, les autres briseront leurs armes de rage. Tous voudront suivre leur « Petit Caporal ». Une page se tourne…

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 19 avril, 2019 )

Stendhal a-t-il connu Napoléon ?

Le talentueux Henri Beyle, plus connu sous le nom de Stendhal (1783-1842)

« Nous touchons là un des points les plus controversés de la vie de l’écrivain. Il est vrai que les passages relatifs aux rapports personnels entre Stendhal et Napoléon contribuent, par leur caractère contradictoire, à entretenir l’embarras du lecteur ou du commentateur. Effectivement dans la « Vie de Henry Brulard », Stendhal affirme : « Napoléon ne parlait pas à des fous de mon espèce ».

Or, en 1832, dans les « Souvenirs d’égotisme » (Le Divan, p.102) une phrase s’inscrit en faux contre dette dernière affirmation : « D’un autre côté, il y a du plaisir à parler du général Foy, de Mme Pasta, de lord Byron, de Napoléon, de tous ces grands hommes ou du moins ces êtres si distingués que mon bonheur a été de connaître et qui ont daigné parler avec moi. »

En 1837, la préface aux « Mémoires sur Napoléon » (Editions Rencontre) nous fournit des précisions sur ces entretiens de l’écrivain et de l’Empereur:

« Ce grand homme m’a adressé la parole pour la première fois, à une revue au Kremlin. J’ai été honoré d’une longue conversation en Silésie, pendant la campagne de 1813. Enfin, il m’a donné de vive voix des instructions détaillées en décembre 1813 lors de ma mission à Grenoble, avec le sénateur comte de Saint-Vallier. Ainsi, je puis me moquer, en sûreté de conscience, de bien des mensonges. »

En réalité, il n’est pas sûr que tous ces entretiens aient réellement eu lieu; celui dont l’authenticité semble la plus certaine, concerne la campagne d’Allemagne en 1813, car Stendhal en donne connaissance à sa sœur [Pauline]

Nous lisons dans une lettre écrite de Glogau, le 9 juin 1813 : « Il y a huit jours que j’ai eu une longue conversation avec sa Majesté » (Correspondance, Le Divan, tome IV, p. 135).

En effet, au lendemain de la bataille de Bautzen, Beyle accompagnant le 24 mai 1813 les équipages du grand quartier-général, assista, à une échauffourée sur laquelle il fut écrire un rapport. C’est en cette circonstance que Napoléon aurait eu avec lui un entretien particulier.

Il n’est d’ailleurs pas d’une très grande nécessité d’ouvrir ou d’entretenir une polémique sur cette question. Nous jugeons nécessaire d’en parler, car Stendhal semblait y attacher une assez grande importance. Mais ce souci de l’auteur est-il véritablement justifié, A-t-on accordé, accorderons-nous plus de crédit ou d’intérêt à ses jugements sur Napoléon selon qu’il a connu l’ Empereur en personne ou qu’il ne lui a jamais parlé ? Le jugement de Mérimée dans sa réponse à la préface des « Mémoires sur Napoléon » fournit une excellente conclusion à cette question : « Pourquoi parler d’abord de l’avantage d’avoir connu Napoléon, lorsque vous dites quelques pages plus bas que cette connaissance se réduit à l’avoir vu quatre fois ; que ces quatre fois il ne vous parla que trois fois, et de ces trois fois, une fois pour dire des bêtises ?  Ne vaudrait-il pas mieux dire que vous avez vécu à sa cour, et que vous avez été dans l’intimité de ses ministres ? Cela est un titre maintenant, tandis qu’il n’y a pas un mauvais général de brigade qui n’ai eu de plus longues conversations que vous avec l’Empereur.»  »

(Maurice HEISLER, « Stendhal et Napoléon, Editions A.-G. Nizet, 1969 , pp.81-83).

Napoléon portrait.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 18 avril, 2019 )

Une lettre d’un caporal de grenadiers.

Moscou, le 24 septembre 1812.

Mon cher Père et Mère, frère et belle-sœur. D’après plusieurs lettres que je vous ai envoyée sans en recevoir de réponse, je m’empresse de vous écrire celle-ci, pour que vous me fassiez «  à avoir » de vos nouvelles le plus tôt possible, car je suis dans une inquiétude sans égale de ne pas savoir de vos nouvelles. Je vous ne ai écrit de Hanau, près Mayence que bien certainement je devrais avoir reçu réponse, et l’autre de Wilna en Lituanie. Je ne sais si c’est un effet de votre négligence ou que les lettres n’aient pas passé, mais cependant la Poste n’a jamais été arrêtée depuis que nous sommes dans cette contrée. Peut-être que mes lettres se seront perdues en route, car je ne crois pas que vous m’eussiez laissé aussi longtemps dans l’inquiétude comme vous [l’] avez fait. Je vous dirai que nous sommes arrivés à Moscou le 14 du (mois) courant. Nous avons eu une forte affaire à 30 lieues de Moscou [la bataille de La Moskowa], mais la Garde n’a pas donné. Cependant l’affaire a été très sanglante ; les Russes ont beaucoup  perdu surtout, car ils avaient des redoutes, mais elles étaient remplies de cadavres.

Je vous dirai aussi que Moscou est en grande partie brûlée, car deux jours après que nous y avons été entrés, les habitants eux-mêmes ont fait mettre le feu dans toutes les plus belles maisons de la ville [cette destruction est le fait de nombreux forçats libérés de prison sur ordre de l’infâme Rostopchine, gouverneur de Moscou]. Nous avons trouvé de très forts magasins en vins et farine et plusieurs autres magasins qui ont été brûlés. La ville est au pillage depuis que nous y sommes arrivés ; mais c’était une très grande ville, il y a toujours quelque maison qui s’échappe. Actuellement nous sommes en attendant ou la paix ou la guerre ; c’est ce que j’ignore lequel des deux sera. Je me suis informé de Vegrinot, mais il était malade aux équipages de son régiment, de manière que je n’ai pas pu le voir. Le régiment dont il fait partie a beaucoup souffert à cette affaire qui a eu lieu le 7 de courant ; il y en a eu presque les deux-tiers hors du combat. Je ne sais si nous irons plus loin ou si nous en retournerons en France. Je suis éloigné de vous à peu près de 1.000 lieues, aussi j’espère que la distance est assez grande.

Rien autre chose à vous marquer pour le présent ; grâce à Dieu je me porte parfaitement bien. Je finis en vous embrassant de tout mon cœur et je suis pour la vie votre cher fils.

Vous n’oublierez pas de me donner des nouvelles de ma nièce.

MICHAUD.

Michaud Jean, grenadier du 2ème régiment, 1er bataillon, 4ème compagnie de la Garde Impériale. Caporal.

——

Le grenadier Michaud ne revit jamais la France ; son dossier militaire porte la mention laconique : « Resté en arrière, en Russie, le 28 novembre 1812. Présumé mort. » Source : « Lettres du « grognard » Michaud, natif de Villognon (Charente) », publiées par Marcel Reible, in « Revue de l’Institut Napoléon », n°135 [4ème trimestre] 1979,  pp.54-55)

Une lettre d'un caporal de grenadiers. dans TEMOIGNAGES Moscou1

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 17 avril, 2019 )

Paris, cathédrale Notre-Dame, 2 décembre 1804…

Sacre

La tragédie de l’incendie de Notre-Dame de Paris, un des joyaux de notre histoire nationale mais aussi religieuse, ne l’oublions-pas, m’amène à aborder la journée du 2 décembre 1804, jour du sacre du grand Napoléon qui se déroula en ce lieu. 

Voici une vidéo qui a le mérite de modéliser (du moins dans ses grandes lignes) cet événement:

Image de prévisualisation YouTube

En complément, voici en format PDF (en version intégrale), l’ouvrage que Frédéric Masson a consacré au Sacre de l’Empereur. Livre paru en 1908:

http://www.mediterranee-antique.fr/Fichiers_PdF/MNO/Masson/Sacre.pdf

Publié dans ON EN PARLE... par
Commentaires fermés
( 17 avril, 2019 )

Lettre du général Christiani au général Pelet à propos des journées de Ligny et de Waterloo.

 untitled9.bmp

J’ai déjà reproduis ici précédemment une lettre du général Petit au général Pelet sur Waterloo. En voici une adressée au même par le général Christiani. Elle fut publiée également en 1905 dans le « Carnet de la Sabretache », en annexe à un article consacré à l’infanterie de la  Garde à Waterloo. Cette lettre porte en suscription : « Lettre du général Christiani, commandant en 1815 le 2ème grenadiers de la Garde à M. le lieutenant-général baron Pelet». 

C.B. 

Paris, le 24 avril 1835. 

Mon général, 

Je ne puis répondre qu’imparfaitement aux renseignements que vous me demandez par votre lettre du 21 courant. Ma mémoire trop ingrate, le temps écoulé depuis 1815, sont des auxiliaires sur lesquels je ne puis guère compter. Cependant je vais tâcher de répondre de mon mieux à vos questions. Ces réponses vous prouveront du moins ma bonne volonté à me rendre à vos désirs. Demande. Quelle était la force du 2ème régiment de grenadiers à pied de la Garde au moment de l’entrée en campagne ? Réponse. Je crois qu’elle ne dépassait pas 1.000  à 1.100 hommes. D. Quelle perte  ce corps a-t-il éprouvée le 16 juin ? R. Aucune.- Pendant la bataille du 16, tout le corps des grenadiers à pied resta en réserve, et ne changea de position que deux fois. La seconde fois, il traversa Fleurus, fut prendre position à gauche de ce village, et à distance peut-être d’un demi-quart de lieue de Ligny, que l’ennemi occupait  encore en partie. Les quatre régiments de grenadiers reçurent l’ordre de l’en débusquer. Ce mouvement se fit sans aucune résistance de l’ennemi, mais pendant que l’on se formait en carré par bataillons en débouchant de l’autre côté du village, nous fûmes surpris par une charge de lanciers prussiens qui passèrent dans les intervalles des carrés, sans que nous puissions faire usage de notre mousqueterie, les carrés n’ayant pas eu le temps de se placer par échelons. L’ennemi eût été mieux reçu s’il eut tenté une seconde charge, mais il n’y revint plus. Nous passâmes la nuit  du 16 au 17 sur le champ de bataille, c’est-à-dire sur la hauteur qui couronne le village de Ligny. D. Où avez-vous passé la nuit du 17 au 18 ? R. Le lendemain 17, nous quittâmes notre position vers onze heures ou midi. Nous marchâmes toute la journée. Je suivais le mouvement des régiments qui me précédaient. Il faisait un temps affreux, et la nuit était déjà avancée, lorsque j’aperçus un bivouac ; c’était celui du 4ème ou 3ème régiment de grenadiers. Je n’y trouvai personne pour m’indiquer la position que je devais occuper. La nuit était obscure. Dans cet état de choses, les grenadiers fatigués et mouillés se mirent avec leurs camarades du régiment déjà installé au bivouac. Ce bivouac était à cheval sur la grand’route, en arrière du quartier impérial, et près d’un hameau ou un village font je ne me rappelle le nom. 

D. Quelles sont les diverses positions que vous avez occupées dans la journée du 18, et particulièrement de cinq à six heures de l’après-midi, de six à sept, de sept à huit ? R. Le lendemain 18 juin, un rayon de soleil parut vers neuf heures du matin. On reçut l’ordre de mettre les armes en état, et qu’on allait attaquer. Plus tard, nous prîmes position en arrière de l’Empereur qui était sur une hauteur à droite de la route de Bruxelles. Ici, je ne me rappelle pas les mouvements que firent les autres régiments de grenadiers à pied, mais je me souviens d’avoir reçu l’ordre de me porter en avant avec le 2ème régiment et de prendre position  à la droite de la route de Bruxelles. J’avais à ma droite un ravin très profond. Je suis resté dans cette position toute la journée. J’ai vu revenir les débris de quatre régiments de la Garde à pied qui avaient été envoyés sous les ordres du général Friant prendre la position qu’occupaient les Anglais, position qui était défendue par un ravin très profond et par une nombreuse artillerie qui était retranchée. Vous connaissez comme moi le triste résultat de cette attaque. Entre cinq et six heures, peut-être plus tard ; je reçus l’ordre d’envoyer un bataillon du régiment dans un village situé à droite et en arrière de la position que j’occupais, pour chasser les Prussiens, disait-on, qui venaient de s’en emparer [c’est Plancenoit où se trouvaient déjà la Jeune Garde et le 1er bataillon du 2ème chasseurs avec Pelet]. Ce fut M. Golzio, chef du 2ème bataillon du régiment, que j’ai chargé de cette mission ; je ne l’ai revu que le soir dans notre retraite. Je ne me rappelle pas s’il a perdu beaucoup de monde, mais seulement qu’il m’a dit : avoir fait beaucoup de mal à l’ennemi.

Enfin, vers sept à huit heures du soir, je crois, je partis avec le 1er bataillon qui me restait, pour aller joindre l’Empereur qui était à gauche de la route, à peu de distance de la position que je venais de quitter. Il était seul, à pied, et avec lui le général Drouot. Je fis former le carré à mon bataillon. L’Empereur resta quelque temps à observer, je le pense, le mouvement rétrograde que l’artillerie de l’armée faisait dans la plaine à gauche de la route, et monta ensuite à cheval pour se retirer. Dans ce moment ou à peu près, l’ennemi fit une charge de cavalerie sur la grande route, et se trouva mêlé avec notre cavalerie et infanterie qui se retiraient en désordre. Les tirailleurs anglais débouchèrent aussi, et commencèrent la fusillade ; alors je fis mon mouvement de retraite avec mon bataillon en carré ; quelques balles y arrivèrent qui occasionnèrent de la confusion dans les rangs. La voix des officiers fut méconnue, et arrivés à la hauteur que le 1er régiment de grenadiers occupait, mes soldats de débandèrent et, alors, impossible de les rallier. Je rejoignis la route en avant de Génappe ; le général Roguet y vint aussi. Là, nous tachâmes de rallier le plus de monde possible pour attendre la nuit, mais nous fûmes abandonnés.

Néanmoins, le général Roguet et moi, nous n’avons fait notre retraite qu’au moment où nous entendîmes l’ennemi s’avancer sur la route au son du fifre. Contraints alors de nous retirer, je perdis de vue le général Roguet dans le tumulte, et je pris un chemin à gauche de Génappe dans l’intention de gagner Charleroi, lorsque je fis votre rencontre et celle du général Petit. 

Agréez, mon général, l’assurance du plus sincère attachement de votre 

Tout dévoué serviteur. 

Signé : CHRISTIANI, maréchal de camp.   

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 avril, 2019 )

Notes du général baron Charles Lallemand sur l’embarquement de l’Empereur à Rochefort (1815).

Notes du général baron Charles Lallemand sur l’embarquement de l’Empereur à Rochefort (1815). dans TEMOIGNAGES adieumabellefrance...Napoléon quitta Rochefort le 8 juillet 1815 pour se rendre à bord de la frégate la « Saale », dans la rade de l’île d’Aix. Il pouvait, de là, prendre une détermination, selon les circonstances, et saisir l’instant favorable pour l’exécuter, aussi tôt que les dernières dispositions seraient faites. Là, plusieurs marins d’une expérience consommée parlèrent encore du projet d’embarquement à l’embouchure de la Gironde, et démontrèrent que ce projet était évidemment celui auquel on devait s’arrêter. Mais plusieurs des officiers qui accompagnaient l’Empereur, et particulièrement ceux qui, possédant depuis plus longtemps sa confiance, avaient près de lui plus d’accès et d’influence, n’étaient pas en faveur de ce dernier projet, et, ne voyant que des obstacles dans tous ceux qui se présentaient, causaient des lenteurs dans tous ceux qui se présentaient, causaient des lenteurs dans les dispositions. La tiédeur avec laquelle ils accueillaient les projets, l’irrésolution qu’ils ne cessaient d’entretenir étaient occasionnées principalement par le désir qu’ils avaient énoncé, même avant le départ de la Malmaison, de voir l’Empereur prendre le parti de se rendre en Angleterre. On est tout à la fois accablé d’étonnement et de douleur en voyant des hommes dont le jugement devait être éclairé par l’expérience, qui donnent à l’Empereur toutes les preuves d’un dévouement sincère, agir dans le m^me sens que ses ennemis qui ont conjuré sa pertes,-eux qui verseraient leur sang pour lui avec orgueil, qui sont prêts à lui faire le sacrifice de leur vie, qui ont ambitionné, avec ardeur, l’honneur de partager son infortune, et qui sont incapables de s’en séparer volontairement. Tel est cependant le secret de la destinée que l’Empereur a subie ; telles sont les causes qui l’ont précipité vivant dans un tombeau. Il eût pu conserver sa liberté et atteindre une terre hospitalière.

Malheureusement aussi, dès qu’il ne fut plus question d’un haut intérêt politique, dès qu’il n’y eut plus rien à faire pour la gloire, l’Empereur devint trop indifférent pour tout ce qui n’était que considération personnelle. Il s’occupa trop eu de lui-même met abandonna entièrement le soin de sa situation aux hommes qui l’accompagnaient. Il pouvait se confier en des mains plus fidèles, mais guidées par des yeux moins clairvoyants. Frappé des vérités que m’avaient démontrées les marins avec lesquels je m’étais entretenu des moyens d’assurer le départ de l’Empereur, j’insistai seul, mais j’insistai fortement sur le projet de faire partir l’Empereur de l’embouchure de la Gironde, et sur la nécessité de s’en occuper avec la plus grande activité. On ne me répondit que par des objections sur l’exécution, et des doutes sur la certitude des moyens. Tout ce que je pus faire entendre, ce fut qu’au moins on ne devait pas négliger légèrement un projet qui pouvait sauver l’Empereur. Tout ce que je pus obtenir, ce fut d’aller moi-même m’assurer de la vérité sur les lieux. Je m’y rendis par Royan, et il me fut bien facile de ma convaincre de la solidité du projet. Je m’assurai qu’il était facile de passer en partant du point désigné. Les dispositions les plus sages avaient  été faites ; tout était prêt depuis plusieurs jours. Les bâtiments destinés à l’Empereur sortirent depuis, et plusieurs firent leur route sans avoir été visités par l’ennemi, quoiqu’ils eussent à peine cherché à l’éviter, quoique l’on n’eût pris aucune des précautions, aucune des mesures qui avaient été réglées pour assurer le passage de l’Empereur, s’il avait adopté ce parti. Cependant le général Savary et M. de Las Cases avaient été envoyées, du 10 au 11, en parlementaires à la croisière anglaise composée du vaisseau le Bellérophon et le Myrmidon. Ils étaient porteurs d’une lettre du général Bertrand pour le commandant de la station : c’était le capitaine Maitland. Lorsqu’il eut pris connaissance de la lettre, sur la question qui lui était faite s’il avait reçu les passeports demandés pour l’empereur, il répondit qu’il n’était instruit de rien relativement aux passeports, et ne pouvait répondre à la demande qui faisait l’objet du message. Lorsque nous eûmes ainsi traité de ce qui concernait l’Empereur, je dis au capitaine Maitland qu’ayant pris une part assez active aux derniers événements qui avaient eu lieu en France, je désirerai avoir la certitude que ni moi, ni aucun de ceux qui se trouvaient dans le même cas, nous ne pourrions être recherchés pour le parti que nous avions pris.«Vous n’avez rien à craindre, répondit le capitaine Maitland, tout cela est étranger au gouvernement anglais. Vous venez de votre plein gré en Angleterre ; aucune autorité ne peut vous y poursuivre.-J’ignore, observai-je, quelle résolution prendra l’empereur, mais, s’il vient en Angleterre, si je l’y accompagne, je ne veux pas être exposé à des persécutions sous le prétexte que je suis dans un cas particulier qui n’a pas été prévu, et que je devais connaître. Je n’ai jamais eu l’intention d’aller en Angleterre ; rien ne m’y force, et je vous déclare positivement que je n’y viendrais pas, non seulement s’il restait le plus léger soupçon que je puisse être remis en France, mais si je pouvais courir le risque de voir ma liberté restreinte ou d’être inquiété en aucune manière.-Cela est impossible, dit avec chaleur le capitaine Maitland ; en Angleterre, le gouvernement n’est pas despotique, il est obligé de se conformer aux lois et à l’opinion. Vous êtes sous la protection des lois anglaises, dès que vous êtes sous celle du pavillon britannique ». 

Au moment où l’on se dépara, le capitaine Maitland dit que, si l’Empereur se décidait à venir à son bord pour aller en Angleterre, il désirait en être prévenu avant son arrivée et recevoir le plus tôt possible la liste des personnes qui devaient l’accompagner, afin de faire toutes les dispositions n nécessaires pour recevoir chacun le moins mal qu’il se pourrait.  Nous revînmes dans la martinée, rendre compte de notre mission. L’Empereur ayant reçu le rapport de notre conférence avec le capitaine Maitland, inaccessible au plus léger soupçon de perfidie, se décida d’autant plus facilement à accepter la proposition qui lui était faite, que les discours continuels de la plupart des personnes qui l’entouraient avaient dû le préparer à prendre un parti semblable. Ne voulant pas, cependant, disposer entièrement et sans leur aveu du sort des hommes qui lui étaient restés fidèles, il fit appeler principaux officiers qui se trouvaient alors près de lui. Les autres étaient embarqués, et déjà hors des Pertuis, attendant ses ordres pour continuer leur route. Les officiers qui se réunirent chez l’Empereur étaient les généraux Bertrand, Savary, Lallemand, Montholon, Gourgaud et M. de Las Cases. Après qu’il eut été donné connaissance des propositions du capitaine Maitland et de toute la conférence qui avait eu lieu avec lui, l’Empereur demanda à chacun de ces officiers quel était son avis.

L’impression de ce dernier entretien est encore toute entière dans mon âme ; elle ne s’en effacera jamais. L’Empereur paraissait s’oublier lui-même pour ne songer qu’à ses compagnons d’infortune et à la France ; ses regards étaient toujours tournés vers elle ; elle avait toutes ses pensées : « Les intrigants l’ont perdue, disait-il ; des hommes  corrompusse sont joués de son indépendance et de sa gloire ; mais je ne me plains pas de la nation, elle n’a pas cessé d’être vaillante et magnanime ».  Il parla ensuite avec tendresse de son auguste mère, de ses sœurs, de ses frères, de vous, M. le Comte [Ce passage semble indiquer que ce texte fut rédigé plus tard pour un membre de la famille de Napoléon. (Note de la « Nouvelle Revue Rétrospective »)] , dont il s’était plu à cultiver la jeunesse, dans des temps prospères.

Son cœur était agité par le souvenir de son fils et de l’Impératrice. -« Mais je ne puis vous charger de rien, me dit-il, j’ignore quand on vous rendra votre liberté et, lorsque vous l’aurez recouvrée, l’Amérique sera sans doute votre seul asile. » C’est ainsi que je quittai l’Empereur, toujours grand, toujours supérieur au destin toujours digne de lui-même. 

Cette relation a été publiée la première fois dans la « Nouvelle Revue Rétrospective », juillet-décembre 1899. 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 avril, 2019 )

Les gardes d’honneur…

Garde d'honneur du 2ème régiment.

« Dès son arrivée à Paris [à son retour de la campagne de Russie, le 18 décembre 1812], l’Empereur recommença ses préparatifs de guerre. Sous le nom de gardes d’honneur, il forma quatre régiments de cavalerie, composés de jeunes gens enlevés à leurs études, qui, presque tous, s’étaient fait remplacer. Ils durent s’habiller, s’équiper et se monter à leurs frais . Cet acte de despotisme excita une clameur générale et aliéna au gouvernement toute cette partie aisée et éclairée de la nation, dont l’opinion est si influente. On revint aussi à des hommes qui étaient libérés du service militaire et on en forma des régiments qui reçurent le nom de cohortes. Ici encore, on peut voir avec quelle facilité on fait un bon soldat d’un paysan français. Ces cohortes, quelques mois seulement après leur formation, étaient des corps admirables ; tous ces hommes, âgés de vingt-cinq à trente ans, avaient une excellente tenue, l’air martial, robuste, déterminé. L’histoire dira que dans les campagnes de Saxe en 1813, de France en 1814, ils tinrent ce qu’on attendait d’eux; et cependant tous, à leur grand désespoir, avaient été arrachés à leurs familles, à leurs vieux parents, dont ils étaient pour la plupart l’unique soutien. Je fus désigné pour faire partie du 3ème régiment des gardes d’honneur, qui se formait à Tours. Mais, ayant trois frères sous les drapeaux, je fus assez heureux pour échapper. Le bon professeur Pinel voulut bien me donner un certificat où il déclarait que j’étais utile à ses pauvres malades. »

(Docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, pp.110-111)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 14 avril, 2019 )

Le général marquis d’Alorna…

ombre1.jpg

Nommé par Junot, le 22 décembre 1807, inspecteur général des troupes portugaises stationnées dans les provinces de Tras los Montes, de Beira et d’Estramadure, puis, le 15 février 1808, inspecteur général de l’armée portugaise dans tout le royaume, commandant en chef la Légion portugaise, employé en 1810 à l’armée du  Portugal, le marquis d’Alorna avait instamment demandé à faire la guerre dans le Nord. Il voulait, disait-il, — dans une lettre du 27 janvier 1812 — verser son sang pour l’Empereur, car l’Empereur étant le plus grand homme du monde, lui, marquis d’Alorna, voulait obtenir de l’Empereur au moins un regard d’approbation et la revanche des insultes que les Anglais avaient tâché de lui faire; il désirait, ajoutait-il, «prouver et à lui-même et à ses amis qu’il n’y avait pas encore de décrépitude ni dans son cœur ni dans sa tête.» Il fut nommé, le 21 mars 1812, général de division au service de France et, le jour même, Berthier lui ordonnait de se rendre à Mayence pour se mettre, le 10 avril, à la tête du 2ème escadron du régiment des chasseurs portugais qu’il conduirait, pour le 7 mai, à Francfort-sur-l’Oder. Durant la campagne, il commanda à Mohilew. Mais le 16 novembre, Berthier lui ordonnait de venir à Orcha arrêter les isolés; puis, le 18, de ramasser à Orcha autant de vivres et de munitions que possible; puis, le 20, d’évacuer Mohilew et de partir le 21, à 6 heures du matin, pour se diriger par le plus court chemin sur Borisov après s’être approvisionné de vivres pour vingt jours. Le marquis d’Alorna ne resta pas sur le sol russe; mais les misères de la retraite l’avaient épuisé. Et il mourut le 2 janvier 1813 à Königsberg.

A. CHUQUET

(« 1812. La guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912, pp.327-328).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 14 avril, 2019 )

Une lettre d’Henri Beyle [Stendhal] à Martial Daru, durant la campagne de 1812.

Une lettre d’Henri Beyle [Stendhal] à Martial Daru, durant la campagne de 1812. dans TEMOIGNAGES 9100150901Cette dernière est extraite du fameux volume des lettres interceptées par les Russes durant la campagne de 1812 (Publié par La Sabretache en 1912). Martial Daru était frère du comte Daru, lui-même cousin d’Henri Beyle, l’auteur du « Rouge et le Noir ».  Il occupait à cet époque les fonctions d’Intendant de la Couronne, à Rome. 

Smolensk, le 10 novembre 1812. 

Me voici de retour à Smolensk, mon cher cousin, et depuis 36 heures que M. Daru fait les fonctions d’intendant général, il est trop occupé pour avoir pu me donner de ses nouvelles. En montant en voiture pour quitter Moscou, M. le général Dumas s’est plaint d’un point de côté, bientôt après il a craché le [sic] sang.  Enfin il a eu une fluxion de poitrine complète. Il a fait ainsi 120 lieues [environ 480 kilomètres].Il est hors d’affaire, mais tellement affaibli qu’il a dernièrement demandé à S.M. un congé d’un mois.  Je n’ai pas suivi le quartier-général pendant cette marche sur [Saint-] Pétersbourg ; on est allé battre les russes à Malojaroslavetz. Leur armée est repoussée sur Kalouga, ce qui nous laisse libres d’aller à [Saint-]Pétersbourg par Vitebsk, Dunebourg et Riga.  J’ai eu l’honneur d’être nommé directeur général des approvisionnements de réserve. J’ai fait sur le champ imprimer des têtes de lettres et ai quitté Moscou avec un convoi de malades. Comme nous étions loin de l’armée, nous avons été attaqués deux fois par les Cosaques.  Ces coquins-là nous ont mis au pain à l’eau pendant 18 jours. M. Daru  a eu la bonté d’être en peine de moi. Il est arrivé le 8 et depuis n’a pas eu le temps de respirer.  Nous avons presque tous perdu nos équipages et sommes réduits à ce que nous avons sur le corps. Tous ces petits désagréments sont pour les riches de l’armée, le soldat regorge de napoléon, d’or, de diamants, de perles, etc. ; on croit que nous irons à Vitebsk et à Minsk.  J’ai tellement froid aux doigts que je ne sais si vous pourrez me lire.  Je vous ai appris, mon cher cousin, le bonheur de M. Bonasse qui est chef de bataillon, M. Sylvain a eu la croix et va passer capitaine par ancienneté.  Adieu, mon cher cousin, souvenez-vous quelquefois du Gelé [sic]. 

BEYLE. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 14 avril, 2019 )

Retour sur la carrière de Guillaume Peyrusse.

G.Peyrusse

Miniature représentant G. Peyrusse.

Cet objet est visible au Musée de Carcassonne.

Cette œuvre a été réalisée par Edouard Corbet (1772-1825)

14 juin 1776 : Naissance de Guillaume Peyrusse à Carcassonne (Aude).

1er février 1808 : Nommé, par le comte Estève, au poste d’Inspecteur du Trésor de la Couronne.

1er janvier 1809 : Nommé par le comte Estève au poste d’Inspecteur de la Couronne.

7 mars 1809 : Nommé par le comte Estève  comme seul Inspecteur du Trésor de la Couronne.

24 mars 1809 : Désigné par le comte Estève, comme Payeur du Trésor de la Couronne à la suite de l’Empereur. Il participe à ce titre à toute la campagne d’Autriche.

9 novembre 1809 : Nommé Payeur des voyages.

20 février 1810 : Nommé par le comte Estève au poste de la comptabilité des recettes du Trésor de la Couronne.

28 février 1810 : Désigné par le comte Estève comme Payeur du Trésor chargé des fonds à employer et de la garde des bijoux afin d’accompagner les personnes de la maison de l’Empereur chargées d’aller au-devant de la future impératrice (Marie-Louise). (Son ordre de mission porte la suscription suivante : A monsieur Guillaume Peyrusse, chef de la comptabilité des Recettes du Trésor de la Couronne).

4 (ou 5) mars 1812 : Désigné par le baron de La Bouillerie (Trésorier général de la Couronne) pour remplir les fonctions de Payeur du Trésor de la Couronne afin de suivre l’Empereur en Russie.

En 1813 : Participe à la campagne de Saxe au titre de Payeur du Trésor de la Couronne, à la suite de l’Empereur.

29 juillet 1813 : Peyrusse est désigné comme Payeur de l’Empereur.

24 février 1814 : Nommé sous-inspecteur aux revues de la Garde.

23 mars 1814 : Nommé au grade de chevalier de la Légion d’honneur (reçoit son brevet de nomination le 4 avril 1814).

En 1814: Participe à la campagne de France toujours comme Payeur, puis suit Napoléon à l’île d’Elbe, en tant que Trésorier personnel de l’Empereur

11 mai 1814 : Nommé « Trésorier général des revenus de l’île d’Elbe et payeur de toutes les dépenses ».

23 mars 1815 : Nommé Trésorier Général de la Couronne.

27 mars 1815 : Nommé Baron de l’Empire.

21 juin 1815 : Nommé officier de la Légion d’honneur.

De décembre 1832 à novembre 1835 : Maire de Carcassonne.

1er juillet 1853 : Nommé par décret de Napoléon III, Commandeur de la Légion d’honneur.

27 mai 1860 : Guillaume Peyrusse s’éteint dans sa demeure de Carcassonne.

———

Les mémoires qu’il a laissés sont à lire sans hésitation !

Un témoignage émanant d'un personnage qui fit partie des collaborateurs de Napoléon.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 14 avril, 2019 )

Paris capitule (1814)…

30 mars 1814

Le 8 février 1814, de Nogent-sur-Seine Napoléon écrivait à son frère Joseph, à qui il avait confié Paris : « Si l’ennemi avançait sur Paris avec des forces telles que toute résistance devint impossible, faites partir, dans la direction de la Loire, la Régente, mon fils, les grands dignitaires…Rappelez-vous que je préférerais savoir mon fils dans la Seine plutôt qu’entre les mains des ennemis de la France ». Le 16 mars 1814, il réitère cet ordre.  A l’approche des Alliés (Prussiens et Russes) Joseph hésite. Le 28 mars 1814 au soir, il convoque le Conseil de régence. L’Impératrice et le Roi de Rome doivent-ils partir avec le gouvernement ? 

Hormis Clarke,  ministre de la Guerre, l’ensemble du conseil répond par la négative, considérant que la présence de Marie-Louise et de l’Aiglon galvaniserait la résistance. Joseph lu alors à haute voix les recommandations de son frère. Le départ fut donc décidé. Le 29 mars 1814, Marie-Louise quitte (pour toujours) les Tuileries ; un départ réprouvé par les parisiens. Joseph, fit afficher sur les murs une proclamation annonçant la venue imminente de l’Empereur, arrivant au secours de sa capitale. Paris doit tenir. Mais une résistance est-elle possible ?  De leur côté, les Alliés, en découvrant la cité dans le lointain, au matin du 30 mars 1814 étaient à la fois euphoriques et inquiets. Ils savent qu’ils ne disposent plus que de deux jours de vivres et qu’une insurrection paysanne, comme ces attaques sporadiques que connurent leurs troupes dans la Brie, peut surgir sur leurs arrières. Ils craignent aussi que Napoléon ne les surprenne  et délivre la capitale.

Il faut agir et vite. Dans Paris la défense s’organise. Les troupes de Marmont, de Mortier, de Compans ; la Garde nationale, commandée par Moncey, la garnison, les élèves de l’École Polytechnique, sans parler des vétérans et des invalides, forment un ensemble de 42 000 hommes. C’est peu face aux 120 000 hommes des Alliées ceinturant la ville.  Mais le peuple de Paris est prêt à se battre, à transformer chaque rue, chaque maison en un bastion imprenable. Pour gagner, il eut fallu que cette résistance soit conduite et galvanisée par des chefs civils et militaires capables et résolus.

Que l’exemple vienne d’eux et qu’elle soit appuyée par une fidélité à toute épreuve à Napoléon. C’est dans de telles conditions que l’Empereur arrivant aux portes de Paris aurait pu victorieusement repousser Russes et Prussiens. 

L’Histoire en décida autrement… Le 28 mars 1814, Napoléon quittant Saint-Dizier pour se diriger sur Troyes, confie une mission particulière à un prisonnier de marque : le comte de Weissemberg, ambassadeur d’Autriche à Londres. 

Le diplomate emporte ainsi avec lui l’ordre d’entamer une négociation avec l’empereur d’Autriche. Dans la soirée, alors qu’il est à Doulevant, l’Empereur reçoit des nouvelles de Paris : « Les partisans encouragés par ce qui se passe à Bordeaux, lèvent la tête. La présence de Napoléon est nécessaire s’il veut empêcher que sa capitale ne soit livrée à l’ennemi ; il n’y a pas un moment à perdre ». Le 29 mars 1814 au petit matin, Napoléon quitte précipitamment Doulevant. En route, il apprend bribe par bribe la progression inquiétante des Alliés. Il dépêche alors auprès de Joseph, le général Dejean son aide de camp et le colonel Gérardin, aide de camp de Berthier, afin de confirmer son arrivée aux Parisiens et de s’assurer de l’état de la défense de la capitale. 

Le 30 mars, à l’aube, Napoléon, laissant le commandement à Berthier, se dirige à bride abattue vers Paris. Ce même matin, à 4 heures, la ville se réveille par une canonnade et des roulements de tambours. La générale est battue. Les faubourgs se soulèvent. Les ouvriers réclament des armes. Dans les demeures cossues du Faubourg Saint-Germain, nombreux sont les royalistes qui souhaitent ardemment la chute de l’Empereur…

La défense s’organise. Les troupes parisiennes tiennent en respect les masses ennemies sur le front est le nord-est, de Vincennes à Clichy. Mais Joseph, représentant de l’Empereur à Paris va commettre l’irréparable.  Vers dix heures et demie du matin, alors qu’il se trouve à Montmartre pour surveiller les opérations, il reçoit la visite de l’architecte Peyre que les circonstances avaient transformé en parlementaire. Ce dernier est accompagné du comte Orlov, aide de camp du tsar Alexandre.

Orlov a été reçu dans la nuit par le tsar qui lui a remis des exemplaires d’une proclamation royaliste du prussien Schwarzenberg adressée au peuple de Paris. Alexandre s’empressa d’ajouter au comte Orlov que si les pourparlers échouaient, la lutte se poursuivrait néanmoins. Il compléta ses propos par une phrase inquiétante : 

« Dans les palais ou les rues, l’Europe couchera ce soir à Paris. » 

Ces mots répétés à Joseph  atterrent ce dernier. Le frère de l’Empereur s’empresse alors de réunir un conseil de défense qui conclut au caractère inévitable de la capitulation de Paris. Par des missives adressées à Marmont et à Mortier, Joseph leur autorise, s’ils ne peuvent plus tenir leurs positions, à entamer des pourparlers avec Schwarzenberg et le tsar, se trouvant en face d’eux. Vers midi trente ce même 30 mars, le peu courageux Joseph quitte Paris pour Rambouillet, oubliant dans sa précipitation de déléguer ses pouvoirs. Les seuls autorités constituées se trouvent dans Paris sont alors les deux préfets Pasquier et Chabrol et le Conseil d’État, ne tenant leurs pouvoirs de l’Empereur. Aux alentours de la cité, la bataille fait rage. On se bat à Romainville, à Pantin et ailleurs. Marmont quoique blessé, tient bon.

Il ne s’arrête pas sur le billet de Joseph qui lui parvient vers 13h30. A 14 heures, les Alliés déclenchent une offensive générale. Marmont se voit alors débordé de toutes parts. Il se replie sur Belleville et envoie trois parlementaires pour solliciter un armistice. Le maréchal Moncey tient bon à la barrière de Clichy, au nord de Paris. 

Le peuple de Paris se bat, les habitants font le coup de feu. IL faut tenir jusqu’à l’arrivée de Napoléon. En quittant Montmartre, Joseph avait donné l’ordre de quitter immédiatement la capitale à toutes les personnalités du régime. Cette mesure ne fut que partiellement exécutée. C’est une des erreurs de Joseph. Talleyrand, prêt à tous les compromis, à toutes les trahisons, voit là l’occasion de jouer un nouveau rôle. Le général Savary, convaincu du départ de Talleyrand, quitte Paris. Désormais le prince de Bénévent a toute latitude pour agir…

Le Tsar qui avait reçu dans l’après-midi l’envoyé de Marmont, désigne son aide de camp le général Orlov afin de poursuivre les négociations. Dans le même temps, le maréchal Mortier voit arriver près de lui le général Dejean, expédié par Napoléon. Cherchant en vain Joseph, il vient lui annoncer que l’Empereur approche et qu’il faut tenir encore. 

Mais les tractations ont commencé. Marmont,  Mortier et les représentants du Tsar se réunissent et entament de laborieuses tractations.  Avec cette capitulation, Marmont se pose en triomphateur. N’a-t-il pas évité aux parisiens une catastrophe ? Talleyrand sort alors de l’ombre. Il rencontre Marmont et se pose en véritable arbitre de la situation en éloignant le maréchal de Napoléon et en favorisant le retour des Bourbons.  Le 31 mars 1814, à deux heures du matin, l’aide de camp de Schwarzenberg débarque à l’hôtel de Marmont, rue de Paradis ; les Alliés acceptent la capitulation. Napoléon, alors à Juvisy, à la « Cour de France »  apprendra la terrible nouvelle par le général Belliard.  -« Quelle lâcheté !…Capituler ! Joseph a tout perdu… Quatre heures trop tard… », déclare t-il à voie haute. 

L’Empereur songea un instant à forcer le destin. Il pouvait en seulement quelques heures soulever à nouveau ses « bons Parisiens »… Les troupes françaises, conformément aux conditions, commencent à évacuer la ville. Au matin de ce 31 mars historique, le canon s’est tut dans Paris.

A neuf heures, les parisiens, surpris par ce calme inhabituel, apprirent la reddition de leur ville, et l’entrée imminente des Alliés dans la cité.

Une certaine inquiétude s’installa alors. Seuls les royalistes exultaient, laissant éclater leur joie d’une façon bruyante. 

Acta est fabula ! La pièce est jouée ! 

Marmont s’illustrera en se ralliant aux Bourbons sous l’influence de Talleyrand… 

Napoléon arrivé à Fontainebleau depuis le 31 mars, est contraint d’abdiquer, mais il hésite encore, calculant les chances qui s’offrent à lui de renverser la situation  Il reçoit Caulaincourt qui lui trace avec exactitude un tableau de Paris : Napoléon n’a rien à attendre de la capitale si ce n’est que la situation se dégrade. Il ne doit plus songer à y entrer. Puis c’est le maréchal Ney qui est reçu à son tour. Le prince de La Moskowa met tout son poids afin d’amener l’Empereur à abdiquer. Il parle d’une armée fatiguée, il évoque l’existence de ces troupes que la défection de Marmont et de son 6ème corps a plongé dans le plus profond découragement. Le maréchal Macdonald, reçu également, et accompagné de Ney, ira dans le même sens.  L’Empereur écoute avec attention les exigences demandées concernant son abdication. Elle sera sans conditions aucunes. De plus, Napoléon se verra attribué la souveraineté de l’île d’Elbe. Le souverain signe son acte d’abdication le 6 avril 1814. Napoléon vit alors une des périodes les plus difficiles de son existence. Il apprend coup sur coup toute une série de mauvaises nouvelles : Joséphine, une de celles qu’il a le plus aimé, s’apprête à recevoir le Tsar en personne à la Malmaison ; Marie-Louise s’attarde curieusement à Blois, alors qu’il lui serait si facile de le rejoindre ici à Fontainebleau…

L’attitude Marmont, de Ney et de Macdonald l’avait ulcéré. Ler dernier coup vint du maréchal Berthier, major général qui se crut être autorisé, par l abdication de Napoléon, à envoyer (le 12 avril) aux Bourbons celle de cette armée toute entière.- « Berthier, dit-il, m’abandonne avant que je ne quitte Fontainebleau. Berthier ! »Deux proches serviteurs allaient s’enfuir également : Constant et le mameluck Roustam.

La suite des événements montrera que Napoléon n’allait pas y perdre au change, en les remplaçant par Marchand et Saint-Denis (le mameluck Ali ), qui le suivront à l’île d’Elbe puis à Sainte-Hélène l’année suivante… 

« A Fontainebleau, écrit Ali, se voyant abandonné non de ses braves soldats, mais de la plupart de ses officier généraux et de beaucoup d’autres, l’Empereur tentera de mettre fin à son existence». Ce geste désespéré (et manqué) aura lieu le 12 avril. Huit jours plus tard,  se déroulait  la fameuse scène des Adieux de Fontainebleau qui fait partie de la légende napoléonienne. Immortalisée par Horace Vernet, on peut y voir quelques uns de ceux qui suivront l’Empereur à l’île d’Elbe : Drouot, Bertrand, Cambronne…Voici ce que raconte le lieutenant de grenadiers Monnier : 

« Enfin, le 20 avril, au moment de quitter son palais de Fontainebleau pour abandonner cette terre sacrée de la patrie, cette terre où tant de grands souvenirs, tant de superbes monuments devaient consacrer son nom à la reconnaissance de la postérité, l’Empereur sortit vers midi de ses appartement, et descendit par le grand escalier dans la cour du Cheval Blanc. Il la traversa à pied, au milieu de douze cents grenadiers de sa Garde, rangés sur deux haies, depuis l’escalier jusqu’à la grille : quelques officiers d’état-major le suivaient, ainsi que les quatre commissaires des alliés, le général russe comte Souvalow [Schouvaloff], le général autrichien baron Kooller [Koller], général prussien [le comte de Waldbourg-Truchsess], et le chevalier Neil Campbell major anglais [le colonel et non « chevalier »] ; le comte Klam, aide de camp du prince de Schwartzemberg [Schwarzenberg] les accompagnait. 

Avant d’arriver à la grille, l’Empereur s’arrêta, fit former le cercle à la troupe, approcher de lui tous les officiers, et prononça d’une voix ferme, quoique émue, un discours dont on a retenu les fragments suivants : « Grenadiers et chasseurs de la Vieille Garde, je vous fais mes adieux : pendant vingt ans je vous ai conduit à la victoire ; pendant vingt ans vous m’avez servi avec honneur et fidélité ; recevez mes remerciements… Officiers, soldats, qui m’êtes restés fidèles jusqu’aux derniers moments, recevez mes remerciements, je suis content de vous. Je ne puis vous embrasser tous, mais j’embrasserai votre général. Adieu, mes enfants, adieu, mes amis.

Conservez-moi votre souvenir ! Je serai heureux lorsque je saurai que vous l’êtes vous-mêmes. Venez général ! » Alors, le général Petit s’est approché, et il l’a embrassé vivement. – « Qu’on m’apporte l’aigle, et que je l’embrasse aussi. » 

Le porte-drapeau s’est avancé, a incliné son aigle, et l’Empereur en a embrassé trois fois l’écharpe avec la plus vive émotion.  

  – « Adieu mes enfants. » Officiers, soldats, tous étaient attendris ; les larmes roulaient dans les yeux de ces vieux guerriers ; les officiers étrangers eux-mêmes témoignaient par des pleurs involontaires combien ils étaient sensibles à de tels adieux. » 

C.B. 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 13 avril, 2019 )

Fouché en 1815…

Fouché.

Quel homme  »intègre » que le duc d’Otrante ! Dommage, que Napoléon ne l’ait pas fait fusiller dans la plaine de Grenelle avec… Talleyrand ! 

« Le 20 mars 1815, il n’avait pas demandé un ministère à l’empereur dans l’unique dessein de le trahir. Après tout, le portefeuille qu’il tenait était une réalité, et celui qu’il espérait obtenir de Louis XVIII, du duc d’Orléans ou de Marie-Louise régente n’était qu’une espérance. Sacrifier la proie pour l’ombre est une ligne de conduite que moins qu’aucun autre pouvait se proposer le duc d’Otrante. Le malheur pour Napoléon, c’est que Fouché avait peu de confiance dans la durée du nouvel empire et conséquemment dans celle de son portefeuille. Or, selon le mot de Barère, il était atteint de gouvernomanie. Que l’empereur triomphât ou tombât, lui voulait rester au pouvoir. Il avait fallu une révolution pour l’y ramener. Fouché en appréhendait une seconde; il ne fallait pas que, celle-ci pût le renverser. Il ne fallait pas non plus que Napoléon régnât avec l’omnipotence de naguère. Le duc d’Otrante savait que l’empereur avait des raisons pour ne point l’aimer. Il craignait une destitution le jour où ce maître redoutable aurait recouvré la plénitude de son pouvoir. Dès le commencement d’avril, il écrivit même à Wellington pour lui exposer les dangers qu’il courait de la part de Napoléon et lui demander un asile en Angleterre dans le cas où il serait proscrit. Dominé par la crainte de la chute de l’empire et par l’appréhension du despotisme de l’empereur, Fouché se prémunit contre la première alternative en faisant des ouvertures à l’étranger, contre la seconde en créant à Napoléon toutes sortes de difficultés intérieures. Mais pour cela, il n’a garde de se dévouer au roi ni d’abandonner l’Empereur. Il sert, trompe et trahit l’un et l’autre au grand profit et au plus grand dommage de tous les deux. Dans ses messages à Gand, il proteste de son zèle pour le roi légitime; dans son cabinet, il dit aux oyalistes : «— Cet homme est revenu de l’île d’Elbe plus fou qu’il n’était parti. Son affaire est réglée, il n’en a pas pour trois mois ! » Mais il fait rééditer à des milliers d’exemplaires et avec des adjonctions perfides le Mémoire de Carnot, ce réquisitoire contre les Bourbons, et il inonde Paris et les départements de caricatures où Louis XVIII est représenté emportant les sacs d’or de la Banque et les diamants de la couronne, commandant l’exercice dans une chaise à porteurs à une armée d’invalides, ou indiquant du doigt la frontière française à un peloton de Cosaques. Maître de la police et d’une partie de la presse, il en use à la fois pour soutenir l’empereur et pour lui susciter une opposition très forte. Il fait proclamer que Napoléon est le seul souverain qui convienne à la France, mais il fait dire tantôt que l’empereur abdiquera au Champ de Mai, tantôt que toutes ses promesses pacifiques et libérales sont mensongères, que la guerre est proche et la tyrannie certaine. Aux familiers de l’empereur, à ses frères eux-mêmes, Lucien et Joseph, il persuade que l’Europe concéderait la régence, mais que dans son féroce égoïsme Napoléon préfère à une abdication au profit de son fils les chances douteuses d’une campagne et la menace du démembrement de la France. Pour obtenir des lois répressives, il lit à la Chambre un rapport effrayant sur la situation du pays, mais ce rapport est conçu en même temps pour donner espoir à l’émigration et pour jeter l’alarme chez tous les Français. Il conseille à Davout de faire poursuivre par le ministère public les individus qui s’opposent à l’enrôlement, mais il ne les fait pas arrêter par ses propres agents. Il encourage les fédérations pour imposer aux royalistes et pour exalter l’esprit républicain, mais il modère ce mouvement national pour ne pas rendre l’empereur trop fort. Il dénonce comme une honte et un danger l’organisation de « la canaille de Paris » en bataillons de tirailleurs, il dissuade Napoléon de toute mesure énergique, il arrête son bras prêt à frapper, il élude ses ordres, il calme le zèle des lieutenants de police et des agents subalternes . C’est surtout dans cette campagne contre le despotisme éventuel de Napoléon que Fouché nuisit à la cause impériale, en donnant l’exemple de la défiance, de la tiédeur et du laisser-faire. Vis-à-vis de Louis XVIII et des Alliés, ses intrigues se bornèrent à de bons offices rendus aux royalistes, au don de passeports et de permis de séjour, à une intercession en faveur de Vitrolles, à des pourparlers, à des correspondances secrètes, à des ouvertures, à des promesses. Si Fouché s’offrait cyniquement, il n’avait garde de se livrer avant que, le sort des armes ayant prononcé, il pût le faire sans risquer de rien perdre. Un agent des Bourbons mandait à Gand: « Tout fait, penser que le plus grand coup de politique que pourrait faire le roi serait de traiter avec Fouché. » Mais Pozzo, qui pénétrait mieux le personnage, écrivait à Nesselrode : « On n’obtiendra de Fouché que des intrigues et des communications stériles qu’il rappellera plus tard comme des services réels. » Sans doute, le duc d’Otrante facilita aux émissaires du roi et aux espions de Wellington le passage des frontières et le séjour à Paris; il les reçut même dans son cabinet et leur révéla l’état des armements en France et la date probable de l’ouverture des hostilités. Mais en même temps, il tira d’eux des renseignements sur les forces et les positions des armées coalisées et les révéla à l’empereur. S’il promit à Wellington de lui faire parvenir des indications sur le plan de campagne de Napoléon, voici comme il tint sa promesse : le jour du départ de l’empereur, il remit avec tous les sauf-conduits du monde une longue note chiffrée à une dame D., mais la veille il avait envoyé à la frontière le signalement de cet émissaire en juponné et l’ordre secret de le retenir, sous différents prétextes, jusqu’après la première bataille. Dans toutes ces manoeuvres, Fouché n’était pas guidé par le seul intérêt personnel. Il aimait l’intrigue pour l’intrigue en artiste. « Il faut toujours, disait Napoléon, qu’il ait son vilain pied sali dans les souliers de tout le monde» Dès le 19 mars, Fouché, qui visait alors au portefeuille des affaires étrangères, avait eu une entrevue avec Marschall et, devançant les intentions de l’empereur, il avait assuré le confident du prince régent que le nouveau gouvernement impérial serait tout à fait pacifique. Le surlendemain, Marschall étant retourné en Angleterre après avoir promis de s’employer au maintien de la paix, Fouché lui fit passer cette lettre à Londres: « Les Bourbons ne peuvent convenir à la France. Napoléon peut seul garantir les grandes masses d’intérêts de la nation et toutes les existences, toutes les situations nées de la Révolution. Je suis autorisé à vous dire que l’empereur est disposé à recevoir du gouvernement anglais toute proposition propre à assurer une paix durable entre les deux pays. Vous pouvez donc agir avec confiance dans cette direction. » Un peu plus tard, quand toutes les lettres de l’empereur étaient interceptées, quand aucun de ses courriers ne pouvait passer les avant-postes prussiens et bavarois, quand Flahaut était arrêté à Stuttgard et le baron de Stassart emprisonné à Linz, ce fut le duc d’Otrante qui conseilla d’envoyer à Vienne des créatures à lui et à Talleyrand : Montrond, Saint-Léon, Bresson de Valensoles. Les frontières rigoureusement fermées aux serviteurs de Napoléon s’ouvrirent comme par enchantement devant les émissaires de Fouché. Fouché imagina encore de détacher le czar de la coalition par l’influence de Laharpe, son ancien précepteur. Alexandre le traitait toujours amicalement et orientait quelquefois sa politique d’après ses conseils. Laharpe se trouvait à Zurich. On lui envoya son ami Ginguéné qui, devenu bonapartiste par haine des Bourbons, plaida ardemment la cause de l’empereur. Laharpe l’écouta sans trop le décourager et l’invita même à exposer la question dans un Mémoire qu’il promit de communiquer au tzar. Toutes ces négociations échouèrent, mais Napoléon n’en était pas moins redevable à Fouché d’avoir suggéré les unes et facilité les autres en perçant la Grande-Muraille que l’Europe avait élevée autour de la France.

Fouché s’employait avec d’autant plus de zèle à procurer à son souverain les meilleurs émissaires qu’il s’en servait pour ses propres intrigues. Si Bresson et Montrond portèrent à Vienne les paroles de Napoléon, ils y portèrent du même coup les paroles du duc d’Otrante, et celles-ci n’auraient sans doute pas eu l’approbation de l’empereur. Saint-Léon remit à Metternich cette lettre de Fouché : « On vous trompe. Non seulement l’armée mais le peuple ont rappelé Napoléon. De quel droit nous empêcher d’avoir le souverain qui nous convient ? Le peuple français veut la paix, mais il sera terrible dans la guerre. Avant peu, il y aura sous les armes un million d’hommes exaltés. Tous les trônes s’écrouleront au cri de: Liberté ! Poussé par les armées françaises. Donc détournez la guerre de nous et de vous. » Mais très vraisemblablement, en même temps que cette lettre, qui avait été soumise à l’empereur, Saint-Léon donna à Metternich une autre lettre de Fouché, conçue en termes fort différents. Depuis le commencement d’avril, les deux ministres étaient en correspondance secrète. Tandis que Fouché chargeait les émissaires de Napoléon de messages occultes pour Metternich, celui-ci fit passer au duc d’Otrante, par un prétendu commis d’une banque de Vienne, un billet à l’encre sympathique, l’invitant à envoyer à Bâle une personne de confiance « qui y trouverait à qui parlera » Fouché s’occupait sans doute à chercher « cette personne de confiance » lorsque la présence de l’agent de Metternich fut signalée à l’empereur par un grand banquier de Paris chez qui il avait présenté une lettre de crédit. Arrêté et conduit à l’Elysée, cet homme avoua la missionqu’il avait remplie auprès de Fouché et indiqua même le signe de reconnaissance qui devait servir aux deux agents pour leur rencontre à Bâle. L’empereur, qui gardait encore des illusions sur son ministre de la police, le manda incontinent, espérant qu’il allait de lui-même donner le billet de Metternich. Le duc d’Otrante ne fit aucune confidence. Napoléon songea alors à faire arrêter Fouché et à faire saisir ses papiers, mais il réfléchit que le personnage était trop habile et trop prudent pour avoir rien conservé de compromettant. Le meilleur moyen de connaître la vérité serait d’envoyer au rendez-vous un homme sûr qui se présenterait comme mandataire du duc d’Otrante.  Napoléon confia cette mission à Fleury de Chaboulon, dont le voyage à l’île d’Elbe lui avait fait apprécier la valeur et le dévouement et qui était devenu un de ses secrétaires.  Le 3 mai, Fleury descendit à l’hôtel des Trois-Rois, à Bâle. Il y trouva l’agent de Metternich, le baron d’Ottenfels, secrétaire aulique, qui avait pris pour la circonstance le nom d’Henri Werner. Au début de l’entretien, ils restèrent l’un et l’autre sur la réserve, car Ottenfels attendait les ouvertures de l’affidé de Fouché, et Fleury, qui ignorait le texte du billet de Metternich, appréhendait de se trahir en parlant sans être un peu renseigné. Ottenfels finit par s’expliquer. « L’Autriche et ses alliées, dit-il en substance, sont déterminées à faire une guerre à outrance à Napoléon, mais elles désireraient ne pas la faire à la France pour éviter l’effusion du sang. M. de Metternich a pensé que le duc d’Otrante pourrait seconder  puissamment les vues de l’Europe. Les Alliés sont très partisans du rétablissement des Bourbons; toutefois, ils donneront des garanties que Louis XVIII ne rentrera en France qu’en vertu d’un pacte nouveau ; que les émigrés n’auront aucune influence dans son gouvernement et qu’il prendra un ministère libéral dont pourraient faire partie le duc d’Otrante et Carnot. Si la France voulait le duc d’Orléans, au lieu de Louis XVIII, les puissances s’emploieraient pour obtenir l’abdication du roi; si même la France voulait la régence, on ne s’y refuserait pas. Mais l’Autriche, la première, est loin de désirer la régence, pour des raisons de politique et de famille. » C’étaient là d’ailleurs, insinua Ottenfels, des questions subsidiaires. Le point important était que la France et l’Europe fussent délivrées de Napoléon. Très curieux d’apprendre de quelle façon Metternich entendait qu’on le délivrât de Napoléon, Fleury dit  tout crûment: «— Pour cela, il n’y a que deux moyens. Le premier est l’assassinat. » Ottenfels l’ayant interrompu avec une indignation feinte ou réelle, il reprit: « —Le second est un complot. » L’Autrichien ne dissimula pas que complot ou révolution était ce que l’on attendait de Fouché. Fleury dit alors, et avec raison, que M. de Metternich s’exagérait singulièrement la puissance du duc d’Otrante s’il s’imaginait que tout ministre de la police qu’il était, il pourrait arrêter l’empereur comme un simple roi fainéant ou soulever contre lui le peuple de Paris. « — D’ailleurs, ajouta-t il, M. Fouché n’en aurait pas le désir. Il ne pense plus comme l’an dernier. Il est sincèrement rallié à l’empereur qui a pour lui les suffrages unanimes de= la nation, qui n’est plus l’ambitieux et le conquérant d’autrefois et qui est le seul chef qui nous convienne. » Cette déclaration avait d’autant plus de force qu’elle semblait faite parle mandataire de Fouché, c’est-àdire par un confident de l’homme qui passait à Vienne pour un ennemi irréconciliable de Napoléon. Très déconcerté, Ottenfels manifesta sa surprise et laissa même voir son trouble. Fleury en profita pour insinuer que le prince de Metternich ferait œuvre de grand politique en amenant une pacification générale par un accord avec le gouvernement actuel de la France. Ottenfels se contenta de répondre qu’il informerait M. de Metternich de la nouvelle disposition d’esprit où était le duc d’Otrante ; puis les deux émissaires se séparèrent en convenant de se retrouver à Bâle sous huit jours. Le soir même du départ de Fleury pour la Suisse. Une scène violente avait eu lieu entre Napoléon et Fouché. Averti par les soins de Réal, qui, tout en le détestant, cherchait à s’assurer son appui, que l’empereur savait tout, le duc d’Otrante se rendit à l’Elysée avec le billet de Metternich. Au milieu de la conversation, il dit du ton d’un homme à qui quelque fait revient soudain à la mémoire: « — Ah! Sire, j’avais oublié de vous dire que j’ai reçu un billet de M. de Metternich. J’ai tant de choses plus importantes qui me préoccupent ! Puis son envoyé ne m’avait pas remis la poudre pour faire reparaître l’écriture, et je croyais à une mystification. Enfin, je vous l’apporte. » L’empereur éclata. « — Vous êtes un traître, Fouché, je devrais vous faire pendre! »« — Sire, répliqua le ministre, je ne suis pas de l’avis de Votre Majesté. » Puis aussi tranquille que si Napoléon venait de lui adresser quelque complimenta il continua ses explications. L’empereur se calma. Peut-être, d’ailleurs, sa colère était-elle feinte et n’avait-il fait ces menaces que pour voir s’il pourrait troubler son imperturbable ministre. « L’intérêt de Fouché n’est pas de me trahir, dit-il à Fleury de Chaboulon à son retour de Bâle. Il a toujours aimé à intriguer. Il faut le laisser faire. Contez-lui tout ce qui s’est passé avec M. Werner.» Fouché se prêta de bonne grâce à collaborer à la comédie de Bâle. Il remit à Fleury deux lettres pour Metternich, l’une destinée à être rendue publique, l’autre confidentielle. Toutes deux étaient rédigées de façon à convaincre le ministre autrichien que Napoléon était le seul souverain qui convînt à la France. Quand Fleury revint à Bâle, il pouvait, cette fois, se donner sans imposture comme l’envoyé de Fouché. Ottenfels déclara que les résolutions des Alliés de ne jamais reconnaître Napoléon étaient irrévocables, mais qu’ils consentiraient à laisser régner son fils. « — Mais que fera-t-on de l’empereur ? demanda Fleury. — Commencez par le déposer. Les Alliés, qui sont généreux et humains, prendront ensuite et selon les événements la détermination — Mais, enfin ? —Je n’en sais pas davantage». Ottenfels en disait assez. A supposer que la question de la régence eût été sérieusement discutée par les Alliés, ils l’avaient résolue négativement. Mais Metternich pensait que cette forme de gouvernement était celle dont les Français en général et Fouché en particulier s’accommoderaient le plus volontiers. Il en faisait la proposition dans l’espoir que Fouché s’emploierait activement, par la persuasion, la ruse ou la force, à obtenir l’abdication de l’empereur. La France désarmée de l’épée napoléonienne, les Alliés, qui ne voulaient donner aucune garantie, agiraient en maîtres. Selon les paroles d’Ottenfels, « ils prendraient alors la détermination convenable » non seulement sur le sort de Napoléon mais sur le gouvernement même de la France. Napoléon ne s’était pas déterminé à sa grande aventure pour obéir, redevenu empereur, aux sommations de l’étranger avant de faire parler la poudre. Il n’était pas l’homme du sacrifice. Il n’avait nulle intention d’abdiquer. « —Pas si bête! » dit-il à Lucien . Et les propositions de Metternich n’étaient ni assez précises ni assez sûres pour l’y déterminer. Les conférences de Bâle n’eurent pas de suite. Fleury n’y perdit pourtant point toute sa peine, car il en rapporta la certitude que les négociations entre Metternich et Fouché se bornaient à de vagues pourparlers et qu’il n’y avait pas complot contre la vie de l’empereur, comme celui-ci l’avait d’abord soupçonné. Napoléon resta néanmoins en défiance: le duc d’Otrante avait trop tardé à lui parler du billet de Metternich. Ayant appris par une indiscrétion d’Ottenfels que Montrond et Bresson de Valensolles avaient été chargés, à Vienne, de messages secrets pour Fouché, l’empereur ordonna de mettre en surveillance ces deux agents. Mais déjà Bresson, que Fouché jugeait le plus compromis ou le moins discret, était parti pour Londres. Le ministre de la police lui avait fait confier par son collègue de la guerre la mission d’aller acheter 40,000 fusils que proposait un armateur anglais. L’empereur gronda très fort Davout, croyant qu’il était le complice de Fouché. Bien vraisemblablement, il était plutôt sa dupe. A Sainte-Hélène, Napoléon dit plusieurs fois qu’il aurait dû faire fusiller Fouché. A Paris, il avait pensé du moins à le destituer. S’il ne le fit pas, c’est qu’il avait ses raisons, et ces raisons-là il les avait oubliées dans son exil ou il ne voulait pas les dire. Au retour de l’île d’Elbe, il lui fallait compter avec le duc d’Otrante. C’était le chef du parti jacobin, et son opposition à toutes les mesures autoritaires de l’empereur lui avait gagné les libéraux. Sa disgrâce eût été regardée comme l’indice du retour à l’absolutisme. Carnot lui-même, qui haïssait et méprisait Fouché et qui, n’étant pas homme à se donner à demi, montra pendant les Cent Jours un entier dévouement à l’empereur, le déconseilla de destituer le duc d’Otrante. «— Il y a un mois, dit-il, j’aurais approuvé le renvoi de Fouché. Mais aujourd’hui cela augmenterait les irrésolutions et les défiances déjà si grandes de l’opinion. » Napoléon temporisa, attendant qu’une victoire lui donnât l’autorité nécessaire pour cette espèce de coup d’Etat. »

(Henry HOUSSAYE, « 1815. La première Restauration.-Le retour de l’île d’Elbe.-Les Cent-Jours », Perrin et Cie, 1893, pp.580-592).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 13 avril, 2019 )

Nominations en mars 1815…

Napoléon portrait.

« A sa rentrée aux Tuileries, Napoléon avait trouvé presque tout le personnel de son ancien gouvernement. Il fit appeler les retardataires, et dans la nuit même il nomma ses ministres. Bassano reprit la secrétairerie d’État, Decrès la marine, Gaudin les finances, et Mollien, non sans quelque hésitation, le trésor public. Molé, qui augurait mal de « cet intermède », déclina l’honneur d’être de nouveau grand-juge et obtint le poste moins compromettant de directeur des ponts-et-chaussées. A son défaut, l’archichancelier Cambacérès fut chargé provisoirement de la justice. Davout commença par refuser le portefeuille de la guerre. L’Empereur fit appel à son dévouement pour sa personne et à son patriotisme : le maréchal obéit. Il était, avant minuit, rue Saint-Dominique. La résistance de Caulaincourt fut plus difficile à surmonter. Le duc de Vicence était resté profondément attaché à Napoléon, mais c’était sur le champ de bataille qu’il voulait le servir, car il avait la sombre prévision que le rôle du ministre des relations extérieures de l’Empire serait nul devant l’Europe en armes. Il avait été à la rencontre de Napoléon à mi-chemin de Fontainebleau, et durant le trajet, il avait respectueusement repoussé l’offre de ce portefeuille. Aux Tuileries, de nouvelles instances de l’Empereur échouèrent encore. Ce fut seulement le lendemain que Caulaincourt se résigna à rentrer au ministère.

Bien que Rovigo eût montré peu de zèle et encore moins d’habileté dans les derniers mois de son administration, Napoléon lui proposa de reprendre la police générale. Rovigo refusa. Il voulait se faire prier ou il sentait la tâche au-dessus de ses forces et l’opinion contre lui. Les hommes politiques, les courtisans, les officiers, qui remplissaient dans cette soirée mémorable les salons des Tuileries, désiraient, désignaient, réclamaient Fouché. La reine Hortense elle-même parlait de lui avec enthousiasme. L’ordre d’arrestation lancé contre le duc d’Otrante par le gouvernement royal avait retourné en sa faveur l’opinion des bonapartistes. On croyait qu’il avait joué sa liberté et peut-être sa vie pour seconder l’entreprise de l’Empereur. D’autres personnes, mieux renseignées, estimaient cependant qu’il fallait le nommer ministre pour avoir l’appui des anciens jacobins. Il enleva d’assaut son portefeuille en se présentant aux Tuileries le soir du 20 mars. « Laissez entrer M. Fouché ! cria-t-on. C’est l’homme qu’il importe le plus à l’Empereur de voir en ce moment. » Ainsi annoncé, Fouché eut l’effronterie de dire qu’il avait fomenté, dans l’intérêt de Napoléon, la conspiration militaire du Nord. L’Empereur ne se laissa pas abuser, par cette imposture. Mais Fouché s’offrait. Il fallait le prendre ou se faire de lui un ennemi déclaré. Il avait d’ailleurs infiniment plus d’habileté, d’expérience et de ressources que Rovigo. L’empereur lui donna le ministère de la police. Toutefois, comme il se défiait du fourbe, il nomma à la préfecture de police et à l’inspection générale de la gendarmerie, postes où il se flattait que l’on pourrait le surveiller et le contenir, deux hommes dont il était sûr: Réal et Rovigo. Restait à pourvoir à l’Intérieur. L’Empereur n’y voulait point replacer Montalivet. Il balançait entre Costaz et Lavalette. A l’offre de l’empereur, Lavalette répondit par un refus motivé sur son désir de garder les postes « où il pourrait rendre plus de services ». Il ajouta ce bon conseil: «Il faut au ministère un homme qui ait un nom éclatant dans la Révolution. » C’était désigner Carnot dont le Mémoire au roi avait rajeuni la popularité. Napoléon, vraisemblablement, pensait déjà à Carnot. Depuis le 24 janvier 1814, jour où ce grand patriote lui avait offert ses services pour défendre la France envahie, il ne le regardait plus comme un opposant. Il hésitait, néanmoins, devant ce nom révolutionnaire qui n’avait point passé, comme tant d’autres, par la savonnette à jacobin d’un titre impérial. Ce fut seulement le soir du 21 mars que Carnot fut appelé aux Tuileries. Carnot accepta le ministère en disant simplement à l’empereur que « dans ce moment, il n’était pas permis de lui rien refuser». Le lendemain, le Moniteur publia deux décrets concernant Carnot. Par le premier, Napoléon, qui voulait « dérévolutionnaliser » l’ancien membre du Comité de salut public, le nommait comte de l’Empire pour sa défense d’Anvers; par le second, il le nommait ministre de l’intérieur. Le patriotisme avait engagé Carnot à accepter le portefeuille; la raison politique l’empêcha de refuser publiquement le titre. II comprit qu’un ministre de l’Empereur n’avait pas le droit de discréditer les titres impériaux. Il se laissa donc appeler comte dans les actes officiels et dans les journaux, mais il ne signa jamais que Carnot, et malgré deux invitations du prince Cambacérès, il s’abstint de faire retirer les lettres patentes à la chancellerie. Merlin reprit son siège de procureur général. M. de Bondy, que l’empereur avait remplacé à Lyon, devint préfet de la Seine, Champagny intendant des bâtiments et Montalivet intendant de la liste civile. Les anciens conseillers et maîtres des requêtes rentrèrent au conseil d’Etat que Ginoux-Defermon, Boulay et Regnaud furent chargés de réorganiser. L’immuable Sauvo resta au Moniteur, mais Etienne escamota le Journal des Débats abandonné par Bertin l’aîné qui, dès le matin du 20 mars, avait pris la route de Belgique après avoir publié cette dernière catilinaire : « C’est en vain que Buonaparte a promis l’Alsace, la Lorraine, la Franche-Comté pour prix d’un honteux secours de l’étranger. La France sera délivrée par la France, ou la France cessera d’exister. Le néant vaudrait mieux pour elle que la honte de retomber sous le joug de son bourreau. » Le lendemain, on lisait dans la même feuille, rebaptisée  « Journal de l’Empire » : « La famille des Bourbons est partie cette nuit. Paris offre aujourd’hui l’aspect de la sécurité et de la joie. Les cris de: « Vive l’Empereur ! » retentissent de toute part. »

(Henry HOUSSAYE, « 1815. La première Restauration.-Le retour de l’île d4elbe.-Les Cent-Jours », Perrin et Cie, 1893, pp.370-374)

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 12 avril, 2019 )

Une exposition à voir au Musée Wellington de Waterloo (Belgique)

Bivouac

A noter qu’elle avait déjà eu lieu en France,  à Paris, au Mobilier National, durant l’automne 2015:

https://www.vousnousils.fr/2015/09/21/expo-lesprit-et-la-main-et-bivouac-de-napoleon-mobilier-national-575570

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 12 avril, 2019 )

Un brave parmi les braves. Le général Brayer…

Un brave parmi les braves. Le général Brayer… dans FIGURES D'EMPIRE brayer-1

Le général Brayer (1769-1840) engagé en 1800, fit avec éclat toutes les campagnes de l’Empire. Il est présent à Austerlitz, à Friedland, il est en Espagne, en Allemagne. Divisionnaire à Leipzig, il commandait pour Louis XVIII la 1ère subdivision de la 19ème division militaire, à Lyon en janvier 1815. Rallié à Napoléon, avec ses troupes le 10 mars 1815. Après l’Empire, condamné à mort par contumace, il part en Amérique, puis au Brésil et au Chili. Sa fille épousa Louis Marchand, premier valet de chambre de l’Empereur.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 12 avril, 2019 )

A paraître en kiosque le 26 avril…

GE 26 avril 019

« Lorsque se joue le sort de la France, le général Bonaparte est à bord de La Muiron, louvoyant entre Le Caire et Saint-Raphaël pour éviter les vaisseaux anglais.

Les armées de la deuxième coalition ont clairement l’avantage et les troupes françaises doivent se replier sur presque tous les fronts. En Allemagne, l’armée du Danube est battue à Stockach et repoussée vers le Rhin. En Italie, les Russes du général Vassili Souvorov, engagés aux côtés des Autrichiens, ont annihilé en quelques semaines les acquis de la formidable campagne du jeune général corse. Mais, en Hollande, Guillaume Brune résiste victorieusement aux assauts des armées anglaise du duc d’York et russe du général von Fersen. De même, en Suisse, André Masséna a brillamment remporté la deuxième bataille de Zurich (voir Gloire & Empire n° 79) face aux Russes d’Alexandre Rimski-Korsakov et, tenant la position, empêche désormais les liaisons entre les armées coalisées.
Rien n’est joué pour autant. Deux des plus grands chefs coalisés de cette période, l’archiduc Charles et le général Souvorov, menacent directement les armées républicaines. Opiniâtre, le premier quitte l’Allemagne où il a stoppé la menace française pour poursuivre l’affrontement en Belgique tandis que le second, précédé par sa réputation d’invincibilité, reprend le flambeau dans les Alpes.
C’est en Suisse, désormais, que va se jouer la campagne décisive. Mais, pour cela, les 21 000 hommes menés par le nouveau prince d’Italie doivent effectuer leur jonction avec les corps russes et autrichiens qui font face aux Français. Le général en chef choisit la route la plus courte, mais aussi la plus difficile, celle du Saint-Gothard, et organise une offensive convergente qui, sur le papier, promet la plus spectaculaire des réussites. Si les Russes ignorent tout du terrain, ils sont fondés à faire confiance à leurs alliés autrichiens qui ont l’expérience qui leur manque et les sources d’approvisionnement nécessaires.
Mais, hélas, rien ne se déroule comme dans le plan initial. La progression est plus lente que prévu et, sur ces routes étroites et escarpées, fantassins et cavaliers souffrent énormément. Malgré leurs promesses, les Autrichiens ne fournissent pas toute l’aide attendue et, surtout, les Français résistent formidablement sur un terrain qui leur est favorable. Le Saint-Gothard est néanmoins franchi mais il met les forces russes à rude épreuve. Sous le feu de l’ennemi, la descente vers Andermatt puis la progression dans la vallée de la Reuss, dans un relief extrême, est particulièrement meurtrière. Bloqués par les Français et par le terrain, les Russes choisissent, pour atteindre Zurich, la plus improbable des routes. Pour les hommes épuisés et affamés, chaque pas est un calvaire, mais ils continuent à se battre vaillamment jusqu’à ce que le général Souvorov décide de sauver les troupes qui lui restent. Après des peines et des fatigues inouïes, les restes de l’armée russe parviennent en Allemagne d’où ils sont rappelés par le tsar qui, reprochant son manque de soutien à l’Autriche, retire la Russie de la coalition. Pour les Français, cette nouvelle est accueillie avec soulagement et, menées par le Premier consul, les armées républicaines reprendront bientôt le chemin de la victoire.
 C’est cette histoire méconnue que vous raconte avec brio ce numéro de Gloire & Empire qui explore avec bonheur des sources inédites en France et livre ainsi une nouvelle approche de la dernière campagne du grand Souvorov. »
(Présentation de l’éditeur).
Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 12 avril, 2019 )

Le début des Cent-Jours…

Napoléon. Retour

« Napoléon fit son entrée dans Paris par la barrière de Fontainebleau et le boulevard de l’Hôpital. Il était entre six et sept heures du soir, et déjà nuit. Il passa rapidement, peu escorté, traversa le pont d’Austerlitz. La foule accourue sur son passage était immense, elle le reçut avec amour : on battait des mains, on criait à tue-tête : « Vive l’Empereur ! » ; moi plus qu’un autre. Le bataillon sacré de l’île d’Elbe n’arriva que dans la nuit et bivouaqua sur la place du Carrousel, et je le vis le lendemain. Ces braves gens furent reçus à bras ouverts : c’était à qui leur donnerait quelque preuve d’amitié. Leurs uniformes étaient en mauvais état, leurs bonnets à poil ras et pelés, leur teint bronzé. Ils semblaient harassés de fatigue. Jamais avant eux on n’avait franchi à pied, avec tant de rapidité, une aussi  grande distance. Les jeunes gens des écoles, revenus à Napoléon, lui offrirent leurs bras et leurs cœurs Quel changement depuis 1814 ! Avec quel empressement nous nous rangeâmes dans les compagnies d’artillerie qui furent organisées ! Deux fois par jour, nous étions exercés au maniement des pièces dans le jardin du Luxembourg.  Il régnait parmi nous un zèle, une ardeur admirables, un vif désir de faire oublier la lâcheté de notre conduite en 1814. Ce n’était point un attachement personnel non raisonné qui nous attirait vers Napoléon. La Restauration nous avait froissés de tant de manières que nous avions fini par le regarder comme le vengeur des soufflets qu’on nous donnait, comme le réparateur envoyé du Ciel. Combien il nous trompa ! Tous les régiments de l’armée furent successivement appelés à Paris, tous étaient animés d’une ardeur martiale, tous brûlaient du désir de venger nos derniers malheurs. Les vieux soldats retrouvaient dans un coin de leurs sacs la cocarde tricolore qu’ils y avaient soigneusement conservée. On voulut aussi essayer de réveiller l’esprit belliqueux des faubourgs, et un dimanche je vis défiler, sous le nom de fédérés, une masse compacte d’hommes de toutes les classes : ce rassemblement avait été organisé par la police et composé presque entièrement d’hommes de bas aloi ; ils avaient généralement de très mauvaises mines. Napoléon dut être peu flatté de la visite que ces messieurs lui rendirent aux Tuileries. Les écoles furent un peu honteuses de voir qu’on leur donnait de pareils auxiliaires. Une chanson du temps se terminait ainsi:

Savetiers, quittez vos savates. Charbonniers, venez dans nos rangs. Si les ennemis tombent dans nos mains. J’ réponds qu’ils n’en sortiront pas blancs.

 

(Docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, pp.157-158)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 avril, 2019 )

Demandez « Le Bulletin de L’Estafette » !

Demandez le Bulletin

Diffusion gratuite et sur simple demande en m’indiquant

votre adresse-mail à:

contact.lestafette@gmail.com

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
12345...61
Page Suivante »
|