( 29 juillet, 2016 )

« Tout le monde s’est bien conduit. »

Place Clichy-29 juillet 2016

Place de Clichy. Monument au maréchal Moncey réalisé en 1869 par Doublemard; érigé sur l’emplacement de la Barrière de Clichy.

Devait être inauguré en 1870 et ne l’a jamais été du fait de la guerre franco-prussienne.

Paris, le 1er avril 1814.

Je me porte bien ; il y a eu avant-hier une fort belle bataille à Pantin et à Montmartre  j’ai vu prendre cette montagne.

Tout le monde s’est bien conduit, pas le moindre désordre. Les maréchaux ont fait des prodiges.

Je désire avoir de vos nouvelles. Toute la famille se porte bien. Je suis chez moi.

BEYLE.

(Henri Beyle [Stendhal], lettre à sa sœur Pauline, extraite  de sa « Correspondance (1812-1816). Tome IV… », Le Divan, 1934, p.280).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 29 juillet, 2016 )

Les Bretons dans la Grande-Armée…

Tel est le sujet d’une excellente étude parue au début de l’année.

Infos sur le blog de l’auteur : 

http://jacquesbaron.unblog.fr/

J.BARON

Publié dans ON EN PARLE... par
Commentaires fermés
( 28 juillet, 2016 )

Une lettre inédite du général Jomini…

Jomini_Antoine-Henri

Jomini s’adresse au comte de Las Cases, lequel dans son « Mémorial de Sainte-Hélène », ne l’épargne point. Il s’agit de six pages autographes datées de « Paris, 14 juillet 1823″.

—————————-

« Monsieur le Comte Las Caze [Las Cases]. J’ai reçu le billet que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser. Je vous prie de croire que je ne demande pas autre chose que d’être jugé équitablement. Vous avez sous les yeux une partie des pièces du procès. Pour peu que vous soyez juste, vous conviendrez que j’ai été cruellement traité. Si j’avais été français l’amour de la patrie m’aurait fait, sans doute, passer sur ces mauvais traitements. Mais étant étranger et nommé aide de camp de l’Empereur de Russie dès 1810, et d’un caractère impétueux, il n’est pas difficile de concevoir que je me sois laissé aller à un sentiment de résistance. « J’ai été aveuglé par un sentiment honorable » ce sont les propres expressions dictées par Napoléon à Ste Hélène. J’ajouterai à ce que vous avez sous les yeux les 4 faits suivants.

1° C’est que la veille même de mon départ, je pris les plus grandes précautions pour la sûreté du corps de Ney. J’eus même une altercation avec le Maréchal à qui je reprochai de laisser son parc de 100 pierres dételées, à découvert pour ainsi dire aux avants-postes, et les chevaux cantonnés à 14 lieues. Je proposai de faire passer la Katzbach à la cavalerie légère du Général Beurmann pour couvrir nos camps et nos canons. Le maréchal s’y refusa parce que la Katzbach faisait la ligne de démarcation lors de l’armistice. Je lui observai que l’armistice étant dénoncé et la reprise des hostilités imminente, chacun pouvait pousser des reconnaissances sur le territoire précédemment neutralisé, afin d’observer son adversaire, sauf à ce que les troupes s’arrêtassent au point où elles rencontreraient l’ennemi pour ne commettre d’acte hostile  qu’à l’expiration des dix jours. Ney persista malgré ces bonnes raisons, et je pris le parti de donner de mon chef sans mot dire l’ordre à Beurmann d’arriver avec sa brigade à Lignitz, de s’établir au delà de la Katzbach et de s’éclairer pour couvrir nos positions, voulant éviter à Ney une catastrophe inévitable si l’ennemi venait à se présenter. Voilà monsieur le Comte comment j’ai quitté des camarades que j’affectionnais et qui m’accablaient d’injustes vexations. Voilà comment j’ai vendu leurs plans !!

2° Je dinai le jour même de mon départ avec le Comte Langeron (…) occupant le territoire neutre que Ney n’avait pas voulu fouler. Je me récriai contre une violation (qui selon moi n’en était pas une dès qu’on n’attaquait pas), mais je me gardai bien de dire un mot à Langeron des risques que courrait Ney et ses canons. Voilà les renseignements que j’ai donné à l’ennemi !!

3° Après ma lettre à M. Cassaing et sa réponse imprimée avec les pièces que je vous ai adressées, il semble superflu de revenir sur la fable du plan de campagne que selon vous j’aurais communiqué. Napoléon lui même a démenti cette ridicule fiction, qui je le sais ne vient pas de vous. J’ajouterai seulement que l’Empereur Alexandre ne m’a jamais demandé de renseignements si ce n’est un jour à Laun dans un diner où assistaient les 3 souverains ; il me demanda si le corps de Ney était aussi fort qu’on le disait. J’observai à sa majesté que tous les sujets prussiens au milieu des quels ce corps cantonnait, lui avaient sans doute déjà donné des notions assez exactes pour ne pas avoir besoin de les exiger de moi. L’Empereur applaudit hautement à ma réponse et s’excusa en quelque sorte de m’avoir adressé ces questions sans y réfléchir.

4° Enfin Monsieur, il ne sera pas difficile de prouver que vous m’inculpez avec un peu de légèreté d’avoir profité de la connaissance de ce qui se passait à Dresde, pour donner des conseils lors de l’attaque de cette ville. Je suis parti le 14 août de Silésie,Napoléon était alors à Dresde, l’attaque eut lieu le 26. C’est à dire douze jours après. Napoléon était alors en Silésie sur la Katzbach.Mes avis selon vous étaient fondés sur ce que je savais si bien, donc sur la présence de Napoléon et de toute son armée dans la place. Vous ne me supposez pas si bête, ni si présomptueux, mais en admettant même que je le fusse à ce point, vous n’en aurez pas moins hasardé une accusation fausse, puisque ce que j’aurais pu savoir le 14 était faux le 26. Ainsi mes renseignements auraient fait faire de belles bévues. Loin de là je conseillai l’attaque dès notre arrivée le 25, parce qu’un courrier de Meuperg et un autre de Blucher nous informerais que Bonaparte marchait en Silésie ; ce sont les alliés qui me l’ont appris. Chacun savait aussi bien que moi que l’armée se composait de 13 corps, mais où étaient-ils, que voulaient-ils faire, c’est ce que Napoléon et Berthier seuls savaient, et encore cela variait-il d’une minute à l’autre. Quant à l’état de la place de Dresden en elle même, je n’y avais pas mis le pied depuis 1808, et les alliés qui l’avaient évacuée à la fin de mai 1813, en savaient plus que moi à ce sujet.

Vous conviendrez après toutes ces vérités que si vous êtes disposé à être juste comme vous l’annoncez et comme j’en suis convaincu, il y aura beaucoup à faire pour réparer le tort que vous m’avez fait. Rien de plus permis que de critiquer les combinaisons des hommes, et leurs actions sont le rapport du talent. Mais qui a le droit de supposer des intentions criminelles, d’inventer des faits faux pour déchirer à son gré des réputations ? Le billet que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire me prouve que vous partagez mes sentiments contre ces hommes pour qui la calomnie est un passe temps ou même un besoin. Vous avez été trompé par de faux rapports et par les bulletins mensongers d’un Prince gascon. Vous ferez l’aide d’un galant homme en réparant un tort involontaire.

Je ne désavouerai pas plus d’avoir conseillé l’attaque de Dresden aux alliés, que je ne désavoue d’avoir amené quatre mois avant les 3 corps de Ney à Bautzen, malgré les ordres de Napoléon. Dans l’un et l’autre cas j’ai rempli mon devoir ; et un russe raisonnable aurait mauvaise grâce de me reprocher d’avoir en cette occasion bien servi contre lui. Quoi qu’étranger il m’en a plus coûté de voir gronder la foudre sur mes anciens camarades, qu’il n’en coûtait à tant de français que j’ai vu dans les rangs alliés. Après la bataille de Leipzig j’ai demandé un congé pour ne pas assister à l’invasion de la France. Si je suis accouru plus tard jusqu’à Langres et Chaumont, c’était pour veiller aux intérêts de la pauvre Suisse et de mon canton en particulier, dont l’existence était compromise par les menées autrichiennes. Chacun d’ailleurs que je n’ai pris aucune part aux opérations. Vous pouvez juger d’après cet exposé si j’étais homme à communiquer des plans, démarche criminelle et odieuse, qui m’eut perdu dans l’opinion du souverain auquel je devais m’attacher pour le reste de ma vie. Pardonnez Monsieur ces longues digressions ; j’attends avec une juste impatience, l’accomplissement de vos promesses. Mais si vous êtes pénétré de l’injustice que vous m’avez faite, autant que je le serais à votre place, vous ne vous bornerez pas à une rectification que personne ne lira, vous jugerez encorequ’il serait qu’il serait convenable de faire un carton au Tome 6 pour détruire dans les exemplaires restant une imputation qui serait le malheur de ma vie si elle avait le moindre fondement. La rectification servira pour les exemplaires déjà vendus, le carton pour ceux à vendre et pour les éditions à venir. Général Jomini »

Lettre Jomini

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 27 juillet, 2016 )

André Pons de l’Hérault…

Pons

André Pons de l’Hérault (1772-1853) prend la direction des mines de fer de l’île d’Elbe, dès son arrivée sur place le 16 octobre 1809. Républicain de la première heure, ayant croisé Bonaparte en 1793 à Toulon, il apprend à connaître l’Empereur durant son séjour elbois. Il en deviendra un des plus actifs partisans. Pons suit le souverain lors de son retour en France et il est envoyé en mission par Napoléon auprès de Masséna (à Marseille), afin de le rallier à sa cause. Durant les Cent-Jours, Pons de l’Hérault est nommé préfet du Rhône. André Pons de l’Hérault a laissé un très précieux témoignage qui parut pour la première en 1897, sous les auspices de Léon-G. Pélissier. En 2005, j’ai fait paraître une nouvelle édition de ce récit. A l’île d’Elbe, André Pons de l’Hérault fera la connaissance du trésorier Guillaume Peyrusse. Les deux hommes deviendront amis. « M. Peyrusse, par son âge [Il avait 38 ans, Pons 42 ans], par sa jovialité de tous les moments, de toutes les circonstances, n’était pas un homme imposant ; mais franc et loyal, plein d’esprit, ne disant jamais de mal de personne, il méritait d’inspirer une grande confiance », écrit Pons dans ses « Souvenirs ». Ils resteront en contact bien après l’Empire, comme en témoigne les lettres que nous reproduisons en annexe du présent volume. Par un heureux hasard, les archives de Guillaume Peyrusse et celles d’André Pons de l’Hérault se trouvent rassemblées à la Bibliothèque municipale de Carcassonne. En effet, les papiers de Pons (contenus à l’origine dans les papiers de Jacques-Alphonse Mahul (1795-1871), historien et homme politique local), furent offerts par la fille de l’ex-directeur des mines elboises à Augustin Cornet-Peyrusse, gendre du Trésorier de l’Empereur.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 26 juillet, 2016 )

Le capitaine Jean de Schaller…

cdr2

On sait, que les régiments suisses, quatre au total, surent bien s’illustrer lors des campagnes de l’Empire. Quelques uns seulement de ceux qui se firent remarquer dans leurs rangs ont laissé un témoignage. Jean de Schaller (1784-1863), capitaine au 4ème régiment suisse est l’un d’entre eux. Son récit, publié la première fois en 1888 par son descendant, Henri de Schaller, résume parfaitement ce que pouvait être l’existence d’un officier suisse durant cette période.

Ce fribourgeois entre en octobre 1806 comme sous-lieutenant dans le 4ème régiment suisse, nouvellement crée. En janvier 1807, le jeune Schaller après quelques jours de repos à Paris, est expédié avec son régiment en Bretagne. « Menacée d’un débarquement de troupes anglaises, cette région se prêtait avec beaucoup de patriotisme aux mesures de défense prises par l’Empereur. Nos troupes étaient bien vues partout où elles se présentaient, et les meilleures maisons de Rennes étaient ouvertes aux officiers suisses qui leur étaient recommandés », note l’auteur. Il restera deux années en Bretagne, accédant successivement aux grades de premier lieutenant et d’adjudant-major (en avril et juillet 1807) puis en août 1809 à celui de capitaine adjudant-major. Les choses deviennent sérieuses, lorsqu’en février 1810, Schaller pénètre en Espagne avec le 4ème régiment suisse. Ainsi débute véritablement son récit: « La chaleur était insupportable et les sources taries. Souvent je ne savais où abreuver mon cheval. Nous portions un peu d’eau potable pour notre usage dans les outres. La contrée [vers Zamora] nous parut fertile, mais elle était complètement ruinée par la guerre de destruction à laquelle se livraient avec fureur amis et ennemis ». Le 4 juin 1810, Schaller arrive à Astorga. « Notre cavalerie signalait 4 à 5000 hommes solidement établis sur les collines de Bonillos. Le 6, dès la pointe du jour, le bataillon Gœldlin passait le ruisseau pour attaquer le flanc gauche de l’ennemi, ayant comme soutien deux compagnies du 46ème [de ligne].

Le feu de tirailleurs fut très vif pendant une heure et nous perdîmes une vingtaine d’hommes morts ou blessés… ». Tout son témoignage est écrit sur ce même ton, ne laissant aucun répit au lecteur, lorsqu’il poursuit les bandes de guérilleros, souffrant, avec ses hommes, du soleil, de la soif et de la faim. Le 8 mars 1811, le 4ème suisse quitte l’Espagne, après une escale à Burgos.

Arrivé en France, son régiment (ainsi que toutes les troupes suisses) connaît une réorganisation importante. Les effectifs sont réduits. Schaller obtient une permission de trois mois, qu’il passe parmi les siens, en Suisse. En janvier 1812, il est expédié en Allemagne. « … tout notre corps d’armée était concentré à Insterbourg, où nous allions être passé en revue par l’Empereur. Le 18 juin [1812] au matin, nos troupes, auxquelles on avait prescrit depuis leur entrée en campagne de porter la moustache, se mirent en grande tenue, et, vers 10 heures, 40.000 se trouvèrent réunis dans une vaste plaine au-delà de l’Inster ». Nommé capitaine de grenadiers, lors de cette revue, Schaller prend la route de Gumbinen pour s’arrêter à Poniemen. Il traverse le Niémen le 24 juin. « Nous étions en Russie et la campagne était commencée. Comment en reviendrons-nous ? Nul n’y songeait », écrit-il. . Lorsqu’il évoque la bataille de Polotsk, en août 1812, il écrit : « La bataille fut sanglante ; Oudinot, blessé à l’épaule, dut remettre le commandement à Gouvion saint-Cyr.

Celui-ci prit d’habiles dispositions, concentra son armée sur la rive droite de la Polota, et le 18, vers 5 heures du soir, il attaqua l’ennemi avec fureur. Au bruit de la fusillade vint se mêler le ronflement formidable de 200 pièces d’artillerie et bientôt toute l’armée fut engagée. » Plus tard, Schaller évoquera avec précision l’arrivée de la neige, le froid, la Grande-Armée en déroute. « Le 4 novembre, la neige tomba pour la première fois et le 5, le sol en était couvert. Le thermomètre était descendu par un vent âpre et pénétrant à moins 12 degrés. La marche devenait de plus en plus difficile ».

Toute la retraite de Russie est parfaitement décrite par le capitaine de Schaller. « A Kamen, nous vîmes des fourgons de la maison de l’Empereur abandonnés sur la place et je pus remplir ma gourde d’une excellente eau-de-vie. Pris avec précaution, cette liqueur réchauffait mes membres affaiblis et me permettait de continuer la marche, sans succomber à la fatigue ». Schaller manquera de succomber lors de la retraite. Il sera sauvé in-extrémis par un fermier lituanien. Le 23 décembre, le voilà rendu à Marienbourg : « La peau de ma figure se pelait en larges bandes sanguinolentes et me rendait méconnaissable ».

Il retrouvera enfin le dépôt de son régiment à Nancy, le 1er mars 1813. « D’autres étaient restés dans les forteresses de la Prusse, de la Hollande ou à Mayence. Après avoir reçu les témoignages de sympathie de nos camarades et leurs félicitations sur ma promotion à la croix de la Légion d’honneur, j’obtins un congé de six mois pour soigner mes blessures », raconte le capitaine Schaller. 

« Déclaré incapable de servir » suite aux séquelles dues à la campagne de Russie, Schaller est admis à la retraite en octobre 1813. Mais c’était sans compter de la détermination de notre homme… « Je n’avais point renoncé à l’espoir de reprendre du service. Mes blessures s’étant cicatrisées et ma santé était bonne ». Le capitaine de Schaller retrouve donc en novembre 1814 son 4ème régiment suisse. Au retour de l’Empereur de son île d’Elbe, les régiments suisses, liés par un serment de fidélité prêté à Louis XVIII, refusent de reprendre du service « sans avoir reçu les ordres de la Diète ». C’est Schaller lui-même qui est délégué auprès de cette assemblée à Zurich. La Diète ordonne le licenciement des troupes suisses.

C.B.

 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 25 juillet, 2016 )

Une lettre d’Henri Beyle [Stendhal] au Ministre de la Guerre…

Beyle en uniforme de consul

Henri Beyle en uniforme de Consul de France (en Italie)

dans les années 1830.

Au duc de Feltre, Ministre de la Guerre.

Grenoble, le 19 mai 1816.

Monseigneur,

Monsieur Henri Beyle, adjoint aux commissaires des guerres, demande de toucher à Grenoble, sa patrie et son domicile, la demi-solde de son grade d’adjoint aux commissaires des guerres.

M. H. Beyle, nommé à Königsberg en 1807, a fait toutes les campagnes. Il était à la demi-solde comme auditeur au Conseil d’état en 1814. Malade par suite de la campagne de Moscou, il n’a exercé depuis aucune fonction publique. Il a servi, sous les ordres de M. le baron de Joinville, commissaire-ordonnateur, qui, en cas de besoin, pourrait donner connaissance de ses [états de] services. Je suis avec respect, Monseigneur, de Votre Excellence, le très humble et très obéissant serviteur.

DE BEYLE.

Commissaire des guerres adjoint.

——-

Observations.

Quand Beyle écrit qu’il a fait toutes les campagnes depuis 1807, ceci est inexact.  Le futur Stendhal n’a pas participé à celle d’Espagne, bien qu’il soutint le contraire à  plusieurs reprises . Il était bien présent à celles d’Autriche, de Russie et fit une partie de celle de Saxe, avant de tomber gravement malade (en juillet 1813).

L’auteur parle de lui à la troisième personne (du singulier).

La particule dans sa signature est totalement fantaisiste. Beyle en usera de nombreuses fois, toutes comme la centaine de pseudonymes qu’il utilisa en signant ses lettres tout au long de son existence.

Cette lettre a été reproduite à la p.358 du volume IV de sa « Correspondance (1812-1816) ». Edition établie par Henri Martineau (Paris, Le Divan, 1934).

C.B.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 24 juillet, 2016 )

Les événements de juillet 1815 à Paris, vus par John Hobhouse.

Hobhouse1

« Dimanche 2 juillet 1815.

L’affaire le général Exelmans a eue hier à Versailles a été plus chaude qu’on ne l’avait cru d’abord. La ville a été reprise par les Français, et deux régiments de cavalerie prussienne ont été détruits. Cet événement a été annoncé aux Chambres par un message des Tuileries. Un avis du Gouvernement annonce en outre que « l’on a reçu la nouvelle que les plénipotentiaires traitaient d’un armistice au quartier-général du duc de Wellington; les négociations continuent, mais les résultats n’en sont pas encore connus ». Le duc a refusé la suspension d’armes demandée par le prince d’Eckmühl [maréchal Davout] en termes fort civils; et le héros Blücher a fait un discours que, pour l’honneur de la France, on n’a pas jugé à propos de publier. Les passages suivants en sont extrêmement polis. « Paris et la France sont dans mes mains; je viens défendre les honnêtes gens contre la canaille. Je vous promets de ne pas traiter Paris comme vous avez traite Hambourg ».

Tout est parfaitement tranquille en ville ; le jardin des Tuileries est plus fréquenté que jamais, et depuis le boulevard de Montmartre jusqu’aux Bains chinois, il y a jusqu’à vingt-six cabinets pour les lecteurs des journaux, qui s’aident dans leurs spéculations des nombreuses cartes du théâtre de la guerre, c’est-à-dire de celles des environs de Paris, qui pendent à toutes les murailles. Le Théâtre Français et l’Opéra sont fermés, mais les autres spectacles continuent. Le nombre des paysans qui ont été chassés par l’ennemi est d’au  moins trente mille; leurs petites charrettes chargées de matelas et de meubles, dans lesquelles étaient assis les femmes, les en fans et les vieillards, parcourent encore les rues. Je ne sais où, ils trouvent à se loger. On ne craint pas encore de manquer de vivres. Il est entré hier douze cents bœufs venant de Poissy ; il est également arrivé de la Lorraine un grand nombre de charrettes de provisions. »

—-

« Lundi 3 juillet 1815, dans la nuit.

On a appris ce matin qu’il y à eu des affaire partielles hier à Nanterre, à Sèvres, et sur différents points de la rive droite de la Seine, entre Neuilly et Argenteuil; que Versailles avait été repris, et que le pont de Choisy était occupé par les Prussiens. Ceux-ci et les Anglais ont passé la nuit à se retrancher dans le bois de Meudon et de Verrières, et se sont avancés ce matin de bonne heure jusqu’aux villages de Vanves et d’Issy-, comme pour se préparer à une attaque générale des armées combinées sur la capitale: à 8 heures les deux armées étaient en présente ; les Français dans la plaine de Grenelle, et les alliés dans celle de Meudon. On a vu et entendu le feu pendant toute la nuit des hauteurs de Chaillot, qui étaient couvertes de monde, avec des lorgnettes d’approche. Une partie de la cavalerie de la garde., qui était restée au Champ-de-Mars, s’est mise en marche à onze heures , le long de la rive gauche de la Seine, et ils furent les derniers à prendre leurs positions, ce qui paraissait terminé à midi; les deux armées restent en ligne de bataille. Quelques corps d’infanterie, dont deux batailIons de la Haute-Marne, ont joint l’armée aujourd’hui. Les corps des généraux Lamarque et Travot cheminent vers la capitale. On disait après-midi qu’on était sur le point de livrer bataille. La foule, les regards empressés, et le silence de la multitude dans les jardins et sur les boulevards ; les groupes qui se forment autour de quelques dragons qui traînent leurs chevaux blessés, ou qui portent des ordres au quartier-général à la place ‘Vendôme; l’insocialité [sic] morne et solennelle des fortes patrouilles qui parcourent les rues sans musique les portes des maisons et des allées fermées, les croisées d’en haut ouvertes de temps en temps, et occupées par des femmes j lorsque le bruit du cheval d’un gendarme annonce quelque nouvelle ; tous les signes de l’inquiétude et de la crainte que l’on n’avait pas encore remarqués; même depuis le commencement du siège, se reconnaissaient au premier coup d’œil, une heure ou deux après que l’on a su que les deux armées étaient en présence. Plus d’une fois la foule s’est portée sur les lieux élevés des jardins et des places aux cris d’individus que la canonnade commençait. A quatre heures la bataille n’était pas encore commencée. J’allai voir votre amie Madame… et la trouvai dans les larmes. Je fus terrasse de la nouvelle qu’elle m’apprit. Son fils le lieutenant général venait de quitter l’armée ; tout était perdu Paris était rendu, ayant une armée dévouée de 80,000 hommes sous ses murs. Il était déterminé à dénoncer cette trahison et les traîtres, le soir même à la Chambre des pairs, en la quittant ; j’entendis la confirmation de cette nouvelle, et je fus instruit de la capitulation et de la dénonciation projetée; l’artillerie et les troupes commencent déjà à défiler par Paris pour effectuer leur retraite. La commission de Gouvernement a siégé aux Tuileries pendant toute la nuit, et ne s’est séparée qu’a sept heures du matin; il paraît que c’est pendant ce temps là que le baron Bignon et le comte de Bondy, préfet de la Seine, sont allés avec un drapeau parlementaire, au quartier-général des Alliés à Vanves, et de là à St.-Cloud, où la convention a été signée. »

—–

« Mercredi, 5 juillet 1815.

Les murs de Paris étaient couverts ce matin de placards d’une nature importante : la Capitulation, les remerciements des Chambres à l’armée de l’Ouest ; les remerciements à l’armée de Paris; et une proclamation du prince d’Essling [maréchal Masséna] à la garde nationale de Paris. Vous verrez par la capitulation ou convention, que les généraux en chef des armées anglaise et prussienne s’engagent à respecter les autorités actuelles, aussi longtemps qu’elles existeront. Dans les remerciements à l’armée, vous verrez que la proposition de M.Pénières relatives à la conservation des couleurs nationales y est rapportée, et que le prince d’Essling défend expressément &arborer d’autres couleurs que celles-là. Le service intérieur de la capitale restera confié à la garde nationale et à la gendarmerie municipale. Le tumulte d’hier n’a pas eu de suites fâcheuses; mais tant que l’armée n’aura pas toute entière atteint sa destination, il y aura toujours des prétextes, au moins, pour les mouvements que les fédérés chercheront à exciter. Les hommes en uniforme qui paraissaient hier les « plus acharnés à exciter le mécontentement, n’étaient pas militaires, à ce qu’on dit, mais des mécontents déguisés; et l’on convient partout que les soldats de la garde qu’on vit dans les rues, s’y comportèrent avec décence et dignité. Passant dans l’après-midi vis-à-vis le palais du Corps législatif, j’en vis toutes les marches du péristyle et toutes les issues remplies de gardes nationaux qui ne laissaient plus approcher personne dès que les tribunes étaient pleines. Un membre de ma connaissance, se rendant à la séance, me dit qu’il croyait qu’on était occupé à élire un roi; et ce bruit se soutint jusqu’au moment de l’apparition des journaux du soir, où l’on vit que les délibérations n’avaient été que préliminaires sans doute à cet acte, mais qu’il n’avait pas été question de procéder à l’élection. Nous nous demandons quel roi car on ne parle plus de la succession de Napoléon II, quoique le buste et le portrait de cet enfant soient étalés chez tous les marchands d’estampes. Le Journal de l’Empire parle enfin hardiment, et dit qu’il serait absurde de penser un autre souverain que Louis XVIII. Ce prince est à Compiègne, avec la garde nationale de la Flandre et de la Picardie, et l’on-dit que son frère le comte d’Artois est au quartier du duc de Wellington. Le nom du duc d’Orléans est encore une fois mis à la loterie des couronnes, car aujourd’hui même il circulait des bruits en: sa faveur. Le secret gardé par le Gouvernement et par ses agents, dans cette occasion) est vraiment admirable- Ils ont eu l’adresse de supprimer des journaux les deux proclamations de Louis XVIII, quoiqu’elles aient été montrées à 500 per sonnes au moins; et en faisant cela ils prouvent qu’ils savent mieux que ce monarque ce qui peut augmenter les chances en faveur de son élection comme roi constitutionnel; car tel est le dernier espoir de ceux qui paraissent connaître à quelle extrémité la France est réduite. Les séances des représentons font voir qu’ils sont déterminés à faire tous leurs efforts pour obtenir ce bonheur, qui, tout en blessant leur honneur à l’égard de Napoléon II, est cependant l’objet essentiel, et si l’on y parvient, il assurera pour jamais à la France les droits et les privilèges d’une nation libre et heureuse. Il serait étonnant vraiment que les patriotes pussent faire plus pour leur patrie, dans ce moment de détresse, que n’ont jamais pu faire les champions les plus heureux de l’indépendance nationale. La gloire de l’Angleterre sera complète, et son nom acquerra un lustre que ne donne pas la victoire, si son armée triomphante respecte ces législateurs , si elle encourage les efforts de ceux lesquels, au moment du péril, consacrent ce qu’on peut nommer leurs derniers instants, à la défense de la liberté et à la cause des races futures. La fortune a mis aux mains du duc de Wellington la faculté d’acheter sa réputation par une action réservée à lui seul parmi tous les conquérants, et digne du général d’un peuple libre et éclairé. Si la vérité parvient jusqu’à lui, elle y viendra par la bouche de ceux dont il se méfiait à juste titre; mais s’il se persuadait, ce que je crois très-possible, que la déclaration suivante des représentants parle le langage de la très-grande majorité des Français, comme elle parle celui de la liberté et du bon sens, je ne doute pas qu’à ses lauriers il ne voulût ajouter la couronne que l’on décerne à ceux qui savent sauver et épargner.[…]

————–

« Jeudi, 6 juillet 1815.

Aujourd’hui dans l’après-midi j’ai été témoin, à la barrière de l’Etoile, d’un événement dont l’histoire ne fournit pas d’exemple, la remise de la capitale de la France aux troupes anglaises ! Cela eut lieu à quatre heures et demie, et à la même heure toutes les-barrières de Paris étaient au pouvoir des alliés. Tandis que cela se passait, on distribuait un imprimé daté de la préfecture de police, signé Courtin, portant que les plénipotentiaires envoyés près des souverains alliés étaient de retour; que les conférences commencées à Haguenau étaient ajournées jusqu’à ce que le ministre anglais ait reçu ses pleins-pouvoirs, et qu’elles recommenceraient à Paris, où les souverains alliés et leurs ministres ne tarderaient pas à arriver. On y ajoute »que les souverains alliés, fidèles à leur déclaration, annoncent les intentions les plus libérales, et la détermination la plus décidée de n’imposer à la France aucune forme de gouvernement, mais de la laisser parfaitement libre sous ce rapport. Leurs plénipotentiaires ont donné là-dessus des assurances les plus positives. Les commissaires= français ont trouvé, dans tous les départements  qu’ils ont traversés, les meilleures dispositions; les habitants ont plutôt besoin d’être contenus qu’excités, et enfin la cocarde tricolore et la  cocarde nationale se montrent partout au milieu des armées ennemies. »  

Les plénipotentiaires ne sont donc pas retournés par St.-Denis, dont le clocher est surmonté d’un drapeau blanc, que je vois de ma croisée. Une circulaire du ministre de l’intérieur, insérée dans le Moniteur d’aujourd’hui, annonce aux Français « que l’ennemi s’est engagé solennelle ment de respecter les personnes et les propriétés publiques et particulières, leurs institutions,  leurs autorités, et les couleurs nationales. »

Avant que la Chambre se séparât hier soir, M. Bedoch annonça aux représentants qu’il avait vu M. le comte de Pontécoulant aux Tuileries. Il a dit « que les puissances avaient montré des dispositions favorables, et particulièrement  l’empereur Alexandre; qu’il avait entendu y souvent dire et répéter que l’intention des alliés n’était point de gêner la France dans le choix de son Gouvernement.» Ce rapport fut confirmé par le général Sébastiani, l’un des plénipotentiaires, qui était présent, et qui dit qu’il n’avait rien à y ajouter. Cependant, malgré toutes. ces assurances, on craint dans la Chambre qu’on ne fasse quelque tentative contre la représentation- nationale. Une discussion violente a eu lieu au sujet de l’ajournement. M. Regnault demanda que la séance ne fût pas levée, mais seulement suspendue; et M. Bedoch convint qu’il circulait un bruit d’un mouvement populaire, et que l’insurrection d’un parti était prête à faire explosion le lendemain; mais que les généraux .alliés, et surtout les Prussiens, avaient offert de la prévenir en employant leurs bataillons au maintien de la tranquillité publique, et à protéger la représentation nationale. Cette alarme était toute naturelle , mais on en revint bientôt. La -Chambre arrêta que ses commissaires près de l’armée partiraient le lendemain, et séjourna jusque huit heures ce matin. Chez les pairs il n’y a pas encore apparence de désertion; – et le comte Thibaudeau a proposé, d’envoyer un message au Gouvernement pour demander ce qui l’avait porté à faire usage de cette phrase : « une cause abandonnée par la fortune et par la volonté de la Nation. » Il paraît que ces mots un prince ont été omis dans quelques exem plaires de la proclamation. On a affiché aujourd’hui un ordre du maréchal prince d’Eckmühl, qui règle la retraite de l’armée sur Orléans et un autre du maréchal Masséna, qui enjoint à tous les membres de la garde nationale et à tout individu qui porte le chapeau retroussé, de porter la cocarde tricolore, sous peine d’être arrêté. On a arboré les couleurs nationales ce matin à la Chambre des représentants, sur le piédestal où la statue de Napoléon était encore hier matin. Cette cérémonie se fit au milieu des acclamations. Le même drapeau flotte sur tous les édifices publics, et l’on voit peu de personnes dans rues sans cet emblème révolutionnaire ;  cependant tous les journaux; à l’exception- du Moniteur, -de l’Indépendant et d’un Journal du Soir, ont repris leurs emblèmes royadistes; la Gazette de France donne même la proclamation que le Roi fit à Cambrai le 28 juin, et un autre journal assure que les plénipotentiaires ne virent jamais les souverains alliés. Je remarque en passant qu’on n’a jamais affirmé qu’ils les eussent vus. Le Journal de l’Empire insulte et; dénonce tous les patriotes, et cite particulièrement M. Dumolard par son nom. Une persévérance de deux jours de .plus de la part des patriotes leur fera rehausser le ton. Ces journaux sont tombés dans le dernier mépris; et une caricature représente leurs rédacteurs dans les attitudes de l’abjection et de la servitude. »

(J. HOBHOUSE, « Histoire des Cent-Jours ou Dernier règne de l’Empereur Napoléon. Lettres écrites de Paris depuis le 8 avril 1815 jusqu’au 20 juillet de la même année. », Paris, chez Domère, Libraire, 1819, pp.428-443)

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 juillet, 2016 )

Le témoignage d’un chirurgien du 5ème régiment de cuirassiers…

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 22 juillet, 2016 )

Napoléon dans le métro…

Voici une des 3 affiches (les 2 autres ne concernent pas l’Empire) que l’on peut voir dans le métro parisien depuis le 21 juillet. Il s’agit d’une campagne de publicité pour le Musée de l’Armée.

Campagne juillet 2016

 

 

Publié dans ON EN PARLE... par
Commentaires fermés
( 22 juillet, 2016 )

Un pharmacien de la Grande-Armée…

DuriauFrançois Duriau est né en 1785 à Dunkerque. Est-ce le fait que son père était pharmacien qui l’influença sur sa carrière ? Après un apprentissage dans l’officine familiale, il passe onze mois chez Josse puis deux mois chez Lamégie, pharmaciens parisiens renommés.  Le 26 septembre 1805, le jeune Duriau est nommé  pharmacien sous-aide à la Grande-Armée puis il prend la direction de l’Autriche.  Duriau va alors noter dans son « Carnet de route », qui fut publié la première fois en 1907 (« Mémoires de la Société Dunkerquoise pour l’encouragement des sciences, des lettres et des arts », volume 46; puis en 1909, sous la forme d’un volume, sous les auspices de Camille Lévi.) tout ce qu’il voit. Ainsi le 30 octobre 1805, il écrit : « La bataille d’Ulm ayant eu lieu, la ville était remplie de blessés, de manière que le commissaire des guerres m’y retint pour faire le service. » A Ulm précisément, il note : « Je fus obligé de coucher sur la paille, toutes les auberges et le peu de maisons qui restaient habitées, après le siège, se trouvaient remplies d’officiers et de militaires ». A l’automne 1806, Duriau se trouve en Prusse. « A Cronach [Kronach], le feu était au château, je n’eus que le temps de manger un morceau et de partir (toujours à pied depuis Wurtzbourg où j’avais abandonné mon portemanteau dans un fourgon des hôpitaux) avec un convoi d’artillerie jusqu’à Steinweise… ». Le 18 octobre, l’auteur manque d’être massacré par les paysans, sans la présence du 14ème de ligne. Quelques mois plus tard, en 1807, le voici en Allemagne, à Postdam, une « très jolie ville », nous apprend Duriau. Il suit comme toujours la progression de la Grande-Armée, plus précisément cette Armée d’Allemagne à laquelle il est affecté.  Il est à Königsberg, à Elbing, à Bromberg, puis en août, il arrive à Berlin. Il y reste jusqu’en décembre et commence à s’y ennuyer : « Toujours à Berlin; on parle beaucoup de départ pour le Hanovre et l’Espagne, grand désir de quitter la Prusse ! ».

En mars 1809, Duriau est cette fois en Autriche, à Wurtzbourg, à Erfurt, puis à Fulda. Le 16 avril 1809, il note depuis Donauworth, que « l’Empereur Napoléon y arriva le 16, passa la revue des troupes wurtembergeoises sous les ordres du général Vandamme et partit le 17 ». A Ebersberg, le 4 mai, l’auteur est frappé par la quantité de cadavres se trouvant sur le pont enjambant la Traun. Le soir, il note : « Couché sur la paille, tué un cochon pour ne pas mourir de faim ». Lors de la bataille d’Essling (21-22 mai 1809), il écrit: « L’ennemi était en force, nous eûmes beaucoup de blessés et de tués » et plus loin : « Enfin la bataille fut très chaude et on n’avança ni ne recula ».

En octobre 1809, Duriau est à Vienne et ne part qu’en janvier 1810 pour Linz. Le mois suivant, le voici à Ratisbonne, qui porte encore les traces de la bataille qui s’y est déroulée l’année précédente. En février, Duriau est enfin de retour en France. Après une période de repos dans sa ville natale, il prend la route de Paris (en août 1810) afin de subir « les 4 examens pour passer Maître en pharmacie ». A cette époque ils duraient de longs mois et  furent heureusement couronnés de succès. Duriau ne regagne Dunkerque qu’en décembre. Ici s’achève son récit proprement dit. Il est complété par sa correspondance à propos d’un congé de convalescence (en 1807) et par une série de textes de chansons en usage dans la Grande-Armée : « Gauloise », « Les Adieux du conscrit », « Le coup du milieu »…

Le « Carnet de Route » du pharmacien Duriau, plein d’observations sur les lieux que traverse l’auteur, à propos des personnes rencontrées et où l’on entend le grondement du canon, forme un document quelque fois sec, mais il est rédigé sur le terrain. C’est ce qui fait son intérêt.

C.B. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 juillet, 2016 )

Le général Sébastiani (devenu maréchal de France en 1840).

Sebastiani devint maréchal de France en 1840

François-Horace-Bastien Sébastiani,  comte et maréchal de France est né le 10 novembre 1772 à La Porta d’Ampugnani, et son oncle qui l’élève le destine à une carrière religieuse. Davantage attiré par le métier des armes, il s’engage comme sous-lieutenant dans le régiment de Vintimille en août 1789. Il peut être considéré comme l’un des plus « beaux soldats » qui ont servi l’Empereur : courageux, sérieux, énergique, froid et décidé. Intègre et loyal, il était considéré par ses pairs comme un « brave ». Napoléon, malgré une courte période de défiance, le tenait en grande estime. Il est inhumé aux Invalides et a son nom inscrit sur l’Arc de triomphe de l’Étoile. Il a participé a toutes les grandes batailles de la Révolution, du Consulat et de l’Empire : Arcole (1796), Marengo, Austerlitz (où il est grièvement blessé en 1803), guerre d’Espagne (1809/1811), campagne de Russie (1812), campagne de 1813/1814 (Leipzig, Hanau, etc.). Lors du 18-Brumaire, il seconde activement Bonaparte avec son régiment de dragons en chassant les députés de Saint-Cloud. Des missions diplomatiques lui sont confiées : en 1802 à Constantinople, il gagne l’amitié du sultan Selim III, puis en 1806 où comme ambassadeur il dirige la défense de la ville contre les Anglais qu’il force à repasser les Dardanelles (1807). Après Waterloo, il est l’un des commissaires désignés pour traiter la paix avec les alliés, mais ne peut rien obtenir en faveur de Napoléon. Mis en demi-solde par les Bourbons, il s’exile en Angleterre jusqu’en 1816. En 1819, il est élu député de la Corse et siège à l’extrême gauche, puis député de l’Aisne en 1826. Ambassadeur à Naples (1834), il est à nouveau député de la Corse en 1835, puis Ambassadeur à Londres (1835/1840). Sous la Monarchie de Juillet, il est nommé, dans un premier temps, Ministre de la Marine (1830) puis Ministre des Affaires Étrangères (1830/1832). Sa fidélité absolue à la politique de paix en Europe, voulue par Louis-Philippe, suscite une vive émotion à la Chambre le 16 septembre 1831, quand il annonce que la Russie vient d’écraser l’insurrection polonaise et ajoute que « la tranquillité régnait à Varsovie ». Cette phrase indigne les libéraux, partisans de l’insurrection et devient proverbiale sous la forme «  l’ordre règne à Varsovie.  » En octobre 1840, il est élevé à la dignité de maréchal de France. Les dernières années de sa vie sont accablées par la mort tragique de sa fille, la duchesse de Choiseul-Praslin, assassinée par son mari en 1847. Il décède à Paris le 20 juillet 1851. Au-delà du comportement traditionnel de la classe des notables dans l’île, le monopole politique détenus par quelques familles clanistes est favorisé par un système électoral censitaire qui, en accordant le droit de vote aux seuls propriétaires, autorise les abus, renforce le clan et laisse peu d’espaces d’expression, politique ou sociale, aux autres composantes de la société. Les représentants du pouvoir central, et au premier rang les préfets, apparaissent davantage aux yeux de la société préoccupés par les résultats électoraux que par les difficultés quotidiennes des insulaires. C’est dans ce contexte que se développe une forte criminalité.

La littérature romantique s’est emparée du mythe du « bandit d’honneur ». La réalité est beaucoup plus cruelle et parfois plus sordide. Entre 1818 et 1852, quatre mille six cent quarante-six meurtres sont commis dans l’île, soit une moyenne annuelle de cent trente. Réfugiés dans les montagnes, les bandits assassinent en quasi toute impunité, terrorisent et rançonnent les populations et parfois même les villes. Si la vendetta a sa part dans cette explosion de violence individuelle, nombreux sont ceux qui trouvent dans le banditisme « un moyen facile de pourvoir à leurs besoins » (X. Versini ’ Un siècle de banditisme en Corse, les Editions de Paris). Les populations locales, en dépit de quelques sympathies, subissent ce tribut criminel et ne se trompent guère sur les ressorts qui animent ces hommes en les nommant : «  I Parcitori  » (les percepteurs). La position de bandit est même une source d’influence dans la société insulaire où la justice a toujours été considérée comme inefficace ou insuffisante. La création en 1822 d’un corps de voltigeurs, composé uniquement d’insulaires, obtient quelques succès. Il se livre aussi à des excès ou exerce mollement sa mission contre parents et amis ce qui conduit à sa dissolution en 1850. Le banditisme est le révélateur des tensions sociales et d’une certaine forme de rejet de l’État. Quelques progrès timides sont enregistrés dans le domaine des transports : les premiers bateaux à vapeur sont mis en service entre la Corse et le continent en 1830. Les voies de communication internes sont améliorées à partir de 1836. L’industrie ne connaît guère de succès et l’artisanat reste traditionnel. La Corse enregistre cependant un « boom démographique » (F. Pomponi : Histoire de la Corse, Hachette) qui double sa population entre 1827 et 1870. Cet essor entraîne l’extension des surfaces cultivées, en particulier en céréales, et un accroissement corrélatif de la production. L’arboriculture progresse : le vignoble double sa surface, la châtaigneraie est mieux exploitée et la mise en valeur de l’oliveraie permet une activité exportatrice rémunératrice. Ces exigences économiques nouvelles modifient l’utilisation gratuite et la répartition des biens communaux. Le principe du recours à l’usage des biens communaux par adjudication, pour le pacage et pour l’ensemencement, est encouragé et rendu obligatoire par l’administration.

Il nourrit un mécontentement généralisé de la part des utilisateurs traditionnels et constitue pour le clan une arme efficace contre ses adversaires. Enfin ce système favorisa l’appropriation privée d’une partie terres communes et provoqua des tensions. La vaine pâture fut aussi strictement réglementée en 1825 et, en accentuant les clivages entre les éleveurs, constitua un facteur supplémentaire de tensions. Des années de sécheresse et de mauvaises récoltes vers le milieu du siècle coïncident avec les premiers troubles de la Révolution de 1848 qui sont marqués, en Corse, par des violences agraires avec parfois le concours actifs de « bandits d’honneur ». Dans l’île, l’annonce de la chute de Louis-Philippe est accueillie avec un enthousiasme certain. Les Corses pensent enfin tenir leur revanche en soutenant massivement la candidature de Louis Napoléon à la présidence de la République en décembre 1848.

 Capitaine P. MATZYNSKI

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 20 juillet, 2016 )

A voir, à Châteauroux, jusqu’au 2 octobre 2016…

Expo Châteauroux

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
12345...112
Page Suivante »
|