( 1 juillet, 2016 )

Une lettre sur la campagne de Russie…

06509284.jpg

Elle est écrite par Edouard de Ribeaux à son père. Son auteur, alors adjoint provisoire aux commissaires des guerres, était né à Orthez (Pyrénées-Atlantiques) le 9 janvier 1790. Il est décédé comme intendant militaire le 22 août 1853. Il est à noter qu’Edouard de Ribeaux était apparenté au célèbre Daru. Ce document est extrait du volume que j’affectionne particulièrement et qui reprend les lettres interceptées par les Russes durant la campagne de Russe (publié par la Sabretache en 1913). 

C.B. 

3 novembre 1812. Mon cher papa, à treize lieues d’une ville qui se nomme Wiasma et à six d’une autre qui s’appelle Dorogobouje, il est une maison environnée de palissades et qui sert de maison de poste pour le service français. Devant ce bâtiment se trouve un étang couvert de trois pouces de glace ; une belle forêt de bouleaux le sépare de la grande route ; une vaste allée percée vis-à-vis la maison sépare les bois et donne à celle-ci l’aspect du chemin.

L’Empereur loge dans le poste fortifié, et votre fils, placé sur deux arbres qu’on vient d’abattre, goûte en ce moment en vous écrivant un des plaisirs auxquels il est le plus sensible…Soyez tranquille sur on compte. Je me porte fort bien, c’est tout dire. Je suis attaché au petit Quartier impérial ; je n’ai encore manqué de rien de n nécessaire depuis mon départ de Moscou. Je voyage à cheval avec l’ordonnateur en chef du Quartier impérial [le baron Joinville], qui est un ami de mon oncle, et avec l’ordonnateur des hôpitaux de l’armée [Laurent-François Trousset, commissaire ordonnateur des guerres, mort prisonnier des Russes le 21 décembre 1812], dont je suis l’adjoint . Je ne passe jamais deux jours sans voir M. Daru [le secrétaire d’Etat, oncle de l’auteur], ou pour mieux dire je me trouve toujours au même lieu que S.M.  Pendant mon séjour à Moscou j’ai dîné chez lui tous les jours et depuis deux jours j’y fais deux repas, l’un à dix heures du matin et l’autre à  huit heures. La bonne étoile de l’Empereur nous donne, depuis que je suis en  Russie, le plus beau temps possible. Depuis dix jours le temps s’est mis à la gelée, il fait bien froid, le vinaigre gèle. Nous avons cependant tout le jour le plus beau soleil possible ; il est trois heures après-midi, je suis en plain air sans la moindre peine, et si mon écriture n’est pas plus ferme, cela vient de ce j’écris sur mes genoux. Mes finances sont en fort bon état ; j’ai deux chevaux de selle et un domestique.

Mon cheval est fort beau, grand trotteur, chose très utile dans un pays où, lorsqu’on est isolé, on peut se trouver exposé à  être poursuivi par des cosaques, troupe légère, qui voltige de part et d’autre. Jusqu’à ce moment je n’en ai pas aperçu un seul. Il est vrai que je voyage toujours au milieu de quelque corps d’armée, et qu’ils n’approchent jamais lorsqu’ils voient qu’on est en mesure de défense.

Mais il peut se trouver telle ou telle occasion où l’on est bien aise de pouvoir compter sur les jambes de son cheval. Rassurez ma chère Caroline, je n’étais pas à l’affaire du 7 [7 septembre 1812, bataille de La Moskowa ou de Borodino]. Je ne suis passé sur le champ de bataille que huit ou dix jours après. J’avais déjà vu celui de Smolensk, j’ y étais un peu accoutumé. Je suis descendu de voiture pour aller voit les redoutes et les positions redoutables que les Français avaient enlevées d’autant plus glorieusement qu’elles ont été parfaitement défendues. J’ai eu un regret, celui de ne pas aller visiter la plus grande, mais cela se trouvait un peu éloigné de la grande route et une chute que je venais de faire me permettait as de marcher autant que je l’aurais désiré. En montant une côte assez rapide, un cheval de la charrette dans laquelle j’étais, s’emporta et me jeta dans des ravins au lieu de suivre la route. La voiture tombe sur moi, et j‘en fus quitte pour une douleur à la jambe qui disparut quelques jours après.

Voilà le seul accident qui me soit arrivé ; si jamais j’écris mon voyage, je serai obligé d’user du privilège des voyageurs : il est ridicule de partir de Paris pour aller à Moscou et de ne pas se casser une jambe au moins. Je couche presque tous les jours à la belle étoile ; la terre me sert de matelas, un porte-manteau d’oreiller. Mon ordonnateur me prête une de ses pelisses. J’en ai une dont je e trouve séparé, parce que mon domestique, dont le cheval est fort chargé, ne peut pas aller aussi vite que moi…. 

Le temps se refroidit, le jour tombe, le froid aux pieds me gagne, je commence à tousser ; par amour pour vous, je finis ma lettre. J’ai fait aujourd’hui deux repas en plein air, j’espère dans deux heures en faire un troisième et dormir auprès du feu comme dans le lit aux rideaux duquel mes sœurs avaient tissé la frange. 

Je les embrasse de tout mon cœur ; j’embrasse mille fois maman, je vous embrasse mille fois ; mes souvenirs bien tendres au grand cousin, à sa belle moitié et à mes jeunes cousines. 

De RIBEAUX. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 30 juin, 2016 )

Un épisode de la guerre d’Espagne. Récit d’un témoin oculaire.

Espagne6

L’auteur de ce récit est le capitaine Courtot, du 23ème régiment d’infanterie légère, qui commandait une des compagnies du 3ème bataillon faisant partie de la garnison d’Astorga. Le manuscrit trouvé dans les papiers de cet officier est entièrement écrit de sa main ; il paraît être le brouillon, d’un rapport qui lui fut demandé, à sa rentrée en France, pour être adressé à l’Empereur.[1]

Les troupes qui occupaient la ligne de l’Orbigo, ayant reçu l’ordre le 10 juin 1812 de se concentrer du côté de Salamanque, la garnison d’Astorga, composée des 3ème  et 4ème bataillons du 23ème  léger et d’un bataillon du 1er de ligne, formant en tout  1.200 hommes fut livrée à elle-même à dater du 10. Le 13 juin, l’armée espagnole de Galice, forte de 12.000 hommes, commandée par le général Castanos, se présenta devant la place et commença les travaux de siège. Après une résistance opiniâtre de soixante-sept jours et la garnison ayant absolument consommé ses vivres [selon les « Mémoires » de Marmont, la garnison d’Astorga n’avait de vivres que jusqu’au 17 août] et épuisé toutes ses munitions d’artillerie, la résolution fut prise, par le conseil de guerre, de se faire jour au travers des ennemis pour rejoindre l’armée de laquelle on n’avait plus de nouvelles et dont on ignorait la position.     

Cette résolution hardie fut reçue avec satisfaction par la garnison et déjà les ordres étaient donnés pour sortir de la place dans la nuit du 18 au 19 août. Lorsqu’un parlementaire envoyé par le général Castanos, vint présenter une capitulation que notre brave général, ainsi que nos autres chefs, crurent pouvoir accepter sans déroger à l’honneur des armées de Sa Majesté [cette garnison joua de malheur. Le général Foy, après l’évacuation de Madrid, reprit le commandement de deux divisions d’infanterie et d’une de cavalerie légère, avec la mission de retirer de Toro, de Zamora et d’Astorga les garnisons qu’on y avait laissées. Celles des deux premières places furent ramenées, mais celle d’Astorga s’était rendue la veille du jour où le général Foy arriva. Il n’y trouva que les malades et les blessés qu’il ramena ; il lui fut impossible d’atteindre l’ennemi. (« Mémoires du roi Joseph »)] La base de la capitulation portait : que la garnison d’Astorga sortirait de la place dans la matinée du 19 avec armes et bagages, deux pièces de campagne, tambour battant et mèche allumée ; qu’elle déposerait ses armes sur le glacis ; qu’on les chargerait sur des voitures qui marcheraient escortées d’un cinquième de la garnison, entre les bataillons du 23ème léger et du 1er de ligne ; que les officiers conserveraient leurs épées et leurs bagages et les soldats leurs sacs et que toute la garnison serait conduite, sans délai, aux avant-postes de notre armée que le général Castanos nous assurait être dans les mains de l’armée du Portugal. Mais loin de tenir aux traités signés, nous éprouvâmes, aussitôt les armes déposées, la plus affreuse trahison ; non seulement on nous enleva nos épées et tous nos bagages, mais encore nous eûmes la douleur de voir dépouiller nos braves soldats et de nous voir traîner de prison en prison et traiter de la manière la plus infâme. Aujourd’hui, cette garnison, qui méritait un meilleur sort, se trouve dispersée dans divers endroits de la Galice, espérant encore de voir réaliser cet échange qui est le plus cher désir de tant de braves qui végètent si misérablement. Au lieu de nous conduire aux avant-postes de notre armée, on nous conduisit dans les Asturies où nous fûmes enfermés dans une prison et réduits à coucher sur la paille. L’approche des Français nous fit conduire à La Corogne. Nous eûmes le nouveau chagrin d’y trouver cent quarante officiers, compagnons d’infortune qui étaient enfermés dans le fort de San Anton, situé à l’extrémité du port au milieu de la mer. C’est là que ces braves officiers ont pour logement dix casemates humides et malsaines, ayant pour se coucher de chétives paillasses, pour traitement une ration de pain noir et vingt sous qu’il arrive souvent qu’on ne leur paye point ; aussi par le prix exorbitant des denrées de première nécessité, les pauvres infortunés sont-ils réduits à prendre une nourriture grossière et malsaine et dans leur triste situation, ils n’ont même pas la satisfaction de distraire quelque peu leurs ennuis par une promenade salutaire qu’on a la barbarie de n’accorder qu’à un officier par jour, et encore est-il escorté par un soldat. Les soldats qui se trouvent à La Corogne sont enfermés dans le fort de… [nom laissé en blanc dans le manuscrit] dans lequel ils ont à peine assez de place pour se coucher sur une mauvaise poignée de paille qu’on ne leur change que fort rarement, couverts de baillons, dévorés par la vermine ,ne sortant jamais, et ne recevant pour traitement que 450 grammes de ration de pain et six sous par jour qu’on ne leur paye que fort rarement.

———-

Exaspérés par ces mauvais traitements, sept officiers, compagnons de captivité au fort de San Anton, à La Corogne, résolurent de tout risquer pour reconquérir leur liberté et pour venir reprendre du service dans les armées françaises. Dans la nuit du 9 au 10 février 1813, MM. Beille, lieutenant au 25ème régiment de dragons ; Courtot, capitaine au 23ème régiment d’infanterie légère (l’auteur du récit ci-dessus) ; Mingrenot, officier de gendarmerie ; Deschamps, du 120ème régiment de ligne ; Vitrac, commissaire des guerres ; Moreau , premier lieutenant à bord du corsaire la « Comète » et … , Américain, s’échappèrent de leur prison et se jetèrent dans un grand canot. Armés seulement de poignards au milieu de la nuit et prirent de vive force le chasse-marée espagnols le « Saint-Bonaventure » qui était mouillé dans le port au milieu des forts et qui n’était gardé que par cinq hommes d’équipage. Après avoir mis ces matelots hors d’état de résister et de crier. Les officiers fugitifs eurent assez de courage et de chance pour mettre à la voile et pour traverser tous les dangers qui les menaçaient aussi bien à la sortie de la rade qu’en pleine mer. Le 13 févier 1813, ils arrivèrent avec leur prise à Santona, port occupé par une garnison française sous les ordres du général Charles de Lameth. Le bâtiment capturé était chargé de marchandises anglaises qui furent brûlées conformément aux décrets impériaux réglant le Blocus continental et de quelques denrées coloniales qui furent vendues au profit  des capteurs.

Le capitaine Courtot, ainsi échappé des prisons de l’ennemi, reçut le certificat ci-après du général de Lameth :

« Le général soussigné, commandant la place de Santona, certifie que M. Courtot, capitaine au 23ème  régiment d’infanterie légère, est arrivé aujourd’hui dans ce port sur le chasse-marée espagnol le « Saint-Bonaventure » qu’il a capturé, avec sept autres officiers prisonniers, dans le port de La Corogne, la nuit du 9 an 10 de ce mois. En foi de quoi lui avons délivré le présent certificat pour valoir ce que de raison.

A Santona, le 13 février 1813. 

Signé : le général Charles de Lameth. »

 (« Journal de l’Empire » du 5 avril 1813).


[1] Ce récit fut publié la première fois en décembre 1903 dans le « Carnet de la Sabretache ». Les notes d’origine ont été mises entre crochets, excepté la dernière (certificat délivré par le général de Lameth) qui a été placée à la suite du témoignage.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 29 juin, 2016 )

« On nous a fait manœuvrer comme des citrouilles… »

C’est en ces termes très vifs que le colonel de Marbot résume, dans cette lettre Il était alors à la tête du 7e régiment de hussards.

« Laon, 26 juin 1815.

 Je ne reviens pas de notre défaite ! … On nous a fait manœuvrer comme des citrouilles. J’ai été, avec mon régiment, flanqueur de droite de l’armée pendant presque toute la bataille. On m’assurait que le maréchal Grouchy allait arriver sur ce point, qui n’était gardé que par mon régiment, trois pièces de canon et un bataillon d’infanterie légère, ce qui était trop faible. Au lieu du maréchal Grouchy, c’est le corps de Blücher qui a débouché !… Jugez de la manière dont nous avons été arrangés !… Nous avons été enfoncés, et l’ennemi a été sur-le-champ sur nos derrières !… On aurait pu remédier au mal, mais personne n’a donné d’ordres. Les gros généraux ont été à Paris faire de mauvais discours. Les petits perdent la tête, et cela va mal… J’ai reçu un coup de lance dans le côté ; ma blessure est assez forte, mais j’ai voulu rester pour donner le bon exemple. Si chacun eût fait de même, cela irait encore, mais les soldats désertent à l’intérieur ; personne ne les arrête, et il y a dans ce pays-ci, quoi qu’on dise, 50 000 hommes qu’on pourrait réunir ; mais alors il faudrait peine de mort contre tout homme qui quitte son poste et contre ceux qui donnent permission de le quitter. Tout le monde donne des congés, et les diligences sont pleines d’officiers qui s’en vont. Jugez si les soldats sont en reste ! Il n’y en aura pas un dans huit jours, si la peine de mort ne les retient… Si les Chambres veulent, elles peuvent nous sauver ; mais il faut des moyens prompts et des lois sévères… On n’envoie pas un bœuf, pas de vivres, rien… ; de sorte que les soldats pillent la pauvre France comme ils faisaient en Russie… Je suis aux avant-postes, sous Laon ; on nous a fait promettre de ne pas tirer, et tout est tranquille. »

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 juin, 2016 )

28 JUIN 1812…

« 28 juin 1812. Arrivés sur le Niémen, où l’on nous fit prendre position près d’un mauvais petit village nommé Silony ; ce petit villag28 JUIN 1812... dans TEMOIGNAGES 79-001731-300x161e est sur une petite hauteur, au pied de laquelle passe le fleuve de Niémen. Le village de Silony est si triste et si pauvre que le prince [Eugène de Beauharnais qui commandait le 4ème corps] et sa suite ne purent y trouver que de mauvais abris. Nous étions toute l’armée en bivouacs par temps de pluie affreux et sans vivres. Le prince vice-roi, commandant notre corps d’armée, fit établir un pont sur ce fleuve. Les chevaux tombaient morts en tas autour de nos bivouacs, le 29 qu’il fit un orage épouvantable. J’étais de garde près le pont que l’on établissait ; où les soldats y firent un peut abri ; il tombait de l’eau le jour et la nuit (qui était aussi froide qu’au mois de novembre en France ».

(Lieutenant Lacorde, du 84ème de ligne, « Journal historique, 1803-1813, Clavreuil, 1992, p.122).

( 27 juin, 2016 )

Napoléon du 26 au 30 juin 1815…

Napoléon portrait.

« 26 juin 1815. A Malmaison. Il se promène dans le parc avec le général Beker. Il reçoit la visite de la comtesse Walewska. Il fait ses préparatifs de départ. Il reçoit également les banquiers Laffitte et Noël, ainsi que Peyrusse. ».

27 juin 1815. Becker lui rend compte qu’il a reçu l’ordre impératif de le faire partir.

28 juin 1815. Il envoie Flahaut signifier à la commission du gouvernement qu’il restera à Malmaison tat que l’on aura pas prescrit à deux frégates de mettre la voile à son arrivée à Rochefort.

29 juin 1815. A l’aube, arrivent Decrès et Boulay de la Meurthe qui lui annoncent que les frégates sont mises à la disposition et qu’il doit partir sans retard, car la cavalerie prussienne approche. Il promet qu’il partira le jour même. Il tente une dernière fois de rester, faisant demander un commandement, et assurant qu’il s’exilera lorsqu’il aura battu les Prussiens. Démarche vaine. Madame Mère fut la dernière personne qu’il vit. Il pénétra seul dans la chambre où Joséphine était morte, et, à 17h30, vêtu en civil, il part avec Bertrand, Beker et Savary dans une calèche à quatre places. A 22 h., il arrive au château de Rambouillet où il couche. Il était passé par Rocquencourt et Saint-Cyr.

30 juin 1815. Il quitte Rambouillet à 11 h. Il passe sans s’arrêter à Chartres, relaie à Châteaudun, passe à Vendôme. »

(J. TULARD et L. GARROS, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour,  1769-1821 », Tallandier, 1992, p.474).

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 26 juin, 2016 )

Après Waterloo…

Le capitaine Aubry, né en 1790, s’engage au 12ème chasseurs à cheval en 1798. Durant toute sa carrière, il ne quittera pas ce régiment. Après avoir été présent, notamment, à Austerlitz, à Iéna et à Friedland, Aubry participa à la campagne d’Autriche en 1809, puis à celle de Russie au cours de laquelle il est fait prisonnier.  Le capitaine Aubry ne retrouve la France qu’en 1814 et songe à prendre sa retraite lorsque survient, l’année suivante,  le retour de Napoléon de l’île Elbe. En Belgique, en 1815, il combat à Fleurus, où son cheval est tué par un boulet ; lui-même est blessé au pied. Mis au repos dans une maison de Fleurus. Subitement tiré de son petit confort ,par le mouvement de retraite de l’armée française après Waterloo, Il est obligé de fuir. Son périple ne prendra fin qu’à Villejuif, près de Paris.

« Il y eut un sauve-qui-peut et une panique générale ; personne n’a mieux été à même que moi de voir cette terrible échauffourée. Je fus réveillé en sursaut par le domestique de la maison où j’étais logé, qui m’annonça que l’armée française était en retraite et que la division qui occupait Fleurus venait de partir subitement.

Accablé d’une telle nouvelle, je m’habille à la hâte avec l’aide de ce brave garçon et conduit par lui, j’arrive à l’écurie où étaient mes chevaux et mes domestiques. Je fais seller mon cheval andalou, ayant soin de cacher à mes hommes le motif de cette précipitation, une fois en selle sur un des premiers chevaux de l’armée, toute mon inquiétude a disparu ; jusque-là j’avais la chair de poule et j’étais tout tremblant d’être de nouveau fait prisonnier : – je sortais d’en prendre. – Je cours en avant de la ville voir ce qui se passait après avoir envoyé mes gens prendre mes effets à mon logement. Puis, voyant que l’ennemi n’était pas à notre poursuite, je quitte Fleurus fort tranquillement et viens repasser la Sambre à environ une lieue de là.

Imagine-toi, tout le long de la route, des troupes par groupes, marchant isolément, sans ordre, sans autre idée que la fuite. Jamais je n’ai vu pareille déroute. Et c’était précisément la Garde impériale qui, morne, silencieuse, suivait cette route. Je me suis avisé d’adresser la parole à quelques généraux et officiers supérieurs, et je n’ai reçu aucune réponse ; la démoralisation était telle qu’une méchante patrouille de quatre hussards prussiens ou anglais aurait pu enlever par milliers les meilleurs soldats français, la Garde impériale en un mot.

A ce moment, je reconnus un officier porte-drapeau, nommé Aubry de Bain, qui sortait en même temps que moi des prisons de la Russie.

- Comment, lui dis-je, on te laisse seul avec ton aigle ?

- Que veux-tu ! me répondit-il, c’est une terreur panique inconcevable !

Nous avons passé la Sambre ensemble et, une fois de l’autre côté, je suis parvenu à faire comprendre que nous n’étions pas poursuivis. Le calme est alors un peu rentré dans les têtes et poursuivant la route nous avons déjeuné au premier village avec quantité de généraux et d’officiers de la Garde ; puis j’ai continué ma route sur Laon. Dans ce trajet l’Empereur est passé plusieurs fois devant moi, notamment à Philippeville où il s’est arrêté deux heures.

Sur toute la route que je parcourais, c’était une confusion inexprimable ; toutes les armes étaient confusément mêlées : cavalerie, artillerie, infanterie, voitures de cantiniers, tout le train d’une armée marchait pêle-mêle, se croyant poursuivi, tandis que l’ennemi était resté sur le champ de bataille de Waterloo, ignorant notre déroute et appréhendant la continuation de cette terrible lutte pour le lendemain.

En arrivant à Laon, j’y trouvai l’Empereur à l’entrée de la ville ; il était là, seul avec Berthier, sans escorte et il me dit que les blessés prenaient la route de Soissons. Je suis descendu de cheval dans le premier village, comptant y passer la nuit, car j’avais fait déjà près de 40 lieues ; mais, après avoir fait rafraîchir mes hommes et mes chevaux, il y avait tant d’encombrement et de confusion dans l’auberge où je m’étais arrêté que je me vis obligé de remonter à cheval et de gagner Soissons, où, après avoir bien déjeuné, je me décidais à me remettre en route pour Compiègne où était notre dépôt.

J’ai laissé mes chevaux au dernier relais et j’ai pris la poste. J’avais fait mes 50 lieues tout d’une traite et je me suis trouvé avec bonheur dans ma famille, c’est-à-dire au milieu d’une partie de mon cher régiment. Il y avait à Compiègne un beau détachement d’environ 200 hommes qui étaient prêts à partir rejoindre le régiment. J’ai reçu là le meilleur accueil ; bientôt j’ai eu tous les officiers dans les bras qui m’ont fait la plus chaleureuse réception. Arrivé dans mon logement, des dames se sont empressées de venir panser ma blessure, et de toutes parts j’ai été accablé de questions.

Sur ces entrefaites l’ordre de nous rendre à Versailles est arrivé et nous sommes partis nombreux. Tout le long de la route, j’étais soigné et pansé par des dames charmantes. Il a été blessé ? Oui voir mon intro. Cheval tué, étrier brisé le blessant au pied. Nous sommes restés quelques jours à Versailles. J’en ai profité pour me soigner et prendre médecine, parce que c’est l’usage après les fortes blessures.

J’ai rejoint à Villejuif le régiment, qui, au moyen de ce beau détachement venu de Compiègne, s’est trouvé même plus fort qu’au moment de son entrée en campagne. En résumé, nous n’avions pas perdu beaucoup de monde après d’aussi chaudes affaires que Fleurus et Waterloo. »

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...221
Page Suivante »
|