( 24 janvier, 2018 )

Un mot du capitaine de Bangold sur la campagne de Russie.

Un mot du capitaine de Bangold sur la campagne de Russie. dans TEMOIGNAGES 97013269Le général wurtembergeois de Bangold, capitaine durant la campagne de 1812, a laissé sur l’expédition quelques notes dont Pfister (« Rheinbund », I, p. 172), cite ce seul passage. 

Arthur CHUQUET. 

Sans contestation, la cause de beaucoup la plus puissante destruction de l’armée française doit être attribuée à son propre général en chef [Napoléon]. Il poussa et lança ses troupes de l’Oder jusqu’à Moscou avec une précipitation qui ne tenait compte de rien, comme s’il s’agissait seulement d’une marche de l’Inn à Vienne, sans remarquer l’énorme différence des distances et des moyens d’approvisionnement et sans mesure les forces physiques des hommes et des bêtes. De cette façon, par des marches démesurément forcées et par la famine qui résulta nécessairement d’un défectueux service des subsistances, il a préparé la destruction de l’armée. Dans la retraite, de jour en jour, grossissait le nombre des hommes désarmés, et à partir de Smolensk, leur chiffre dépassait déjà celui des hommes prêts au combat. Enfin, entre la Bérézina et le Niémen, l’armée de ressemblait plus qu’à un défilé de cadavres ambulants, escortés par une poignée de gens armés. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 24 janvier, 2018 )

« Un coup pour rien »…

Tel est le titre de cet épisode de la fameuse série des années 1970:  « SCHULMEISTER, ESPION DE L’EMPEREUR »  avec Jacques Fabbri.

Image de prévisualisation YouTube

Un chalet en Suisse. Une Walkyrie, vêtue en amazone, qui fume le cigare. Des caisses mystérieuses contenant des engins inconnus. Il n’en faut pas plus pour alerter les services secrets prussiens et français. Mais, alors que Grüner, le Prussien, est sur le point d’arriver, Schulmeister est cloué au lit avec une forte fièvre. Le fidèle Hammel va remplacer l’espion de l’Empereur. Il pénètre en Suisse et s’arrange pour que l’étonnante Walkyrie le fasse prisonnier. Malheureusement, au lieu de percer le secret des caisses mystérieuses, le brave Hammel devient l’amant et le jouet de la blonde Bertha. Celle-ci, héritière des inventions de son père, détient le prototype d’une machine à tuer très perfectionnée : en l’occurrence, le premier modèle (supposé) d’une mitrailleuse moderne…

J. FABBRI

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 23 janvier, 2018 )

Lettre d’un soldat de l’armée d’Espagne…

snb18432.jpg

Valladolid, Le 20 juin 1809, en Espagne. 

Ma très chère mère et cher oncle, 

Je vous écris ces deux mots de lettre pour m’informer de l’état de votre santé. Quant à moi, je me porte très bien pour le présent. Je souhaite que la présente lettre vous trouve de même. Ma chère mère je vous dirai que voilà la troisième lettre que je vous envoie sans recevoir aucune réponse. Je n’ai reçu qu’une lettre datée du 6 mars à Brieq [Brieg sur l’Oder, en amont de Breslau. Actuellement Brzeg, en Pologne] en Silésie. L’argent que vous avez envoyé je l’ai reçu avant que nous ne partions de Brieq. Ma très chère mère, je vous dirai que nous avons eu une très longue route depuis le 8 septembre. Nous avons marché jusqu’au 21 décembre, date à laquelle nous sommes arrivés dans la ville de Saragosse en Espagne, avec beaucoup de peine. Nous sommes restés deux mois et demi au siège de Saragosse dont nous étions beaucoup chagriné pour le service ; nous passions un jour de garde et l’autre jour à travailler à faire des fossés pour se couvrir et pour s’approcher [au] plus proche de la ville. Je vous dirai que tous les jours on se battait et comme nous étions dans des fossés nous ne perdions tant de monde. Nous avons donné quelque bataille où nous avons perdu beaucoup de monde, mais avec tout cela ils  se sont rendus. Je crois que nous avons encore un siège à commencer en peu de temps. Je vous dirai encore que nous sommes dans un pays où les gens sont très barbares : si un pauvre soldat ne peut pas suivre son régiment et reste en arrière un quart de lieu, les paysans l’ont bientôt assassiné. 

Vous me ferez savoir si mes sœurs se portent bien ainsi que mes frères, mon cousin et sa femme de Varenne. Je lui fais bien des compliments ainsi que Pradat et sa femme sans oublier ma marraine et toute la famille. Rien d’autre à ajouter. Je finis en vous embrassant de tout mon cœur.  Vous ferez bien mes compliments à tous mes parents et amis. 

Mon adresse est : CHANTELOUBE Jacques, chasseur au 21ème régiment d’infanterie légère, 3ème bataillon, 1ère compagnie, 5ème corps dela Grande Armée, 2ème division, 1ère brigade en Espagne, à Valladolid. 

(Source: Archives départementales de la Haute-Loire (Cote R 5973) ).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 22 janvier, 2018 )

Une lettre du colonel Neil Campbell…

Campbell

Cet officier anglais était chargé de la surveillance de Napoléon à l’île d’Elbe. L’évasion de ce dernier sera le drame de sa vie. Il écrit ici à un certain M. Bailler, demeurant à Vienne (Autriche).

C.B.

Porto-Ferrajo [Portoferraio], 14 octobre 1814

« Continuez à me donner des nouvelles. Vous me mettez à même de divertir Napoléon beaucoup plus que vous ne pensez. Il paraît que Naples, la Pologne, la Saxe, Bernadotte et Corfou sont les points principaux. Faites-moi savoir de temps à autre des nouvelles de Marie-Louise et du jeune Napoléon, et les anecdotes qui doivent transpirer sur le compte de ces personnages. Je reçois ici de fréquentes visites de Bertrand et de Drouot. J’ai profité plusieurs fois de l’offre que Napoléon m’a faite de ses chevaux. Je suis assez bien logé ; mais nous éprouvons des difficultés pour les subsistances, car cette île ne produit que des végétaux et du vin. Au moment où je vous écris, un petit bâtiment portant pavillon rouge, armé de seize ou [de] dix-huit canons, vient de jeter l’ancre et de saluer cinq coups : on le dit de Tunis et que les Algériens ont déclaré la guerre à Napoléon »

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Cie, 1914, p.437)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 janvier, 2018 )

Un nouveau blog dédié à celle qui incarna le rôle de Joséphine dans le film « Austerlitz » d’Abel Gance (1960)…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 21 janvier, 2018 )

Napoléon cavalier… (3ème et dernière partie).

03512234.jpg

S’il n’est donc point mauvais cavalier, il ne monte pas à cheval pour l’art équestre ; le cheval lui est un outil comme le serait une longue-vue. Mais il lui faudrait un animal aussi impassible qu’un escabeau pour réfléchir et penser en selle comme il le ferait assis dans sa berline. Aussi le Grand Ecuyer cherchait-il à dresser ses coursiers pour les rendre insensibles aux manifestations extérieures : on agite des drapeaux et des vêtements devant leur tête, on tire des salves et on fait partir des boîtes d’artifices, on gesticule et on hurle à leur portée, on fait défiler devant eux  des groupes tant montés qu’à pieds.

Lorsque les chevaux ainsi traités restent calmes, on les livre à l’Empereur. 

Napoléon se portait au besoin dans des observatoires très avancés ; or, la couleur blanche est bien visible alors que cette visibilité s’atténue si le blanc se salit. Il est donc peu vraisemblable que l’Empereur ait monté des chevaux blancs, au moins en campagne, mais plutôt des chevaux gris.  Les écuries impériales (Paris, Saint-Cloud, Meudon, Viroflay) se fournissaient normalement dans trois haras dont un à Saint-Cloud.  En fait, ces haras de ces écuries abritaient des chevaux aux robes diverses, ainsi « la Lydienne » est une jument baie, mais, d’après Maze-Sencier [auteur d’un ouvrage sur les fournisseurs de Napoléon 1er et des deux impératrices, et paru en 1893], il n’ y a aucun cheval blanc parmi les chevaux de selle inscrits aux écuries impériales, du moins sur les nombreuses listes qu’il a examinés.  Cependant, il devait y avoir au moins un cheval blanc. Maze-Sencier cite en effet « Tamerlan », sans indication sur la robe, peint par Horace Vernet en 1813. Ce doit être le « Tamerlan » peint aussi par Théodore Géricault te figurant  au « Catalogue  de l’œuvre de Géricault » établi par Ch. Clément ; donné par le sultan en 1810, il est de race arabe de robe blanche. Mais, de fait, sur une liste de cent chevaux, la robe est explicitement indiquée pour soixante-quatre, tous gris. 

Aux Archives Nationales, à Paris et dans l’étude de Maze-Sencier, on relève au hasard : « le Ramier » gris truité, « le Diomède » gris pâle, « la Truite », gris truité, « la Lyre » gris moucheté, « la Nymphe », gris légèrement moucheté, « la Nymphe » gris légèrement moucheté à la tête, au cou, aux épaules ; « l’Olmütz », gris légèrement vineux.  « Le Sélimé », gris sale, a pu être monté par Napoléon, le 16 avril 1806, à Rambouillet ; ce cheval sera donné au Tsar en 1807. Trois chevaux, envoyés en 1808, à Erfurt, pour les services de Sa Majesté -qui les a très probablement montés -sont gris : « le Corceyre [sic] », gris blanc, « l’Artaxerce » gris clair et « l’Aly » gris sale marqué de feu. Très probablement aussi ont été montés par Napoléon, « l’Hector » gris blanc, « le Soliman » gris moucheté, « le Jaspe » gris ardoise, « le Boukarre » blanc gris, mort au retour de Russie. 

En avril 1808, le général Sébastiani achète à Constantinople, où il réside comme ambassadeur, huit chevaux de selle arabes et trois turcs pour le service de Sa Majesté ; cinq sont certainement de robe grise.

Le 20 mars 1815, deux chevaux reviennent de l’île d’Elbe, « Pallas » et « Nadir » ; leur robe est grise.

Les tableaux peints postérieurement aux événements ne peuvent pas être pris comme témoins, la légende ayant été vite établie que Napoléon ne pouvait être  placé que sur un cheval blanc. Les seuls qui seraient instructifs sont du général baron Lejeune ; on concluait plutôt, d’après ses toiles, que Napoléon montait des chevaux à robe claire qu’à robe blanche. 

 Edmond SOREAU 

 Cet article a été publié en 1970 dans la « Revue de l’Institut Napoléon » 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 20 janvier, 2018 )

Napoléon de Glogau à Haynau. Lettre du sous-lieutenant Baistrocchi.

N1

Voici une lettre du sous-lieutenant Baistrocchi qui escorta Napoléon. Nous l’avons traduit de l’italien ; elle a paru dans la « Revue Napoléonienne » d’avril-septembre 1903 (pp.301-304). On saura désormais que l’Empereur, après avoir quitté Glogau le 12 décembre 1812 à onze heures un quart du soir, est arrivé à Polkwitz le 13 décembre, à minuit et demi, qu’il est parti de Polkwitz à une heure un quart et arrivé à Haynau à cinq heures du matin. La course était précipitée, et, sur une route mauvaise et couverte de neige, elle a épuisé, crevé les chevaux. Le froid d’ailleurs semble avoir été cette nuit-là aussi intense en Prusse et en Saxe qu’en Russie Presque tous les hommes de l’escorte- des Italiens, gardes d’honneur et dragons de la Garde- ont eu un membre gelé. Un seul, le maréchal des logis de dragons, Paul Pezzina, a pu continuer la route ; au sortir de Haynau, il était assis derrière, le traîneau impérial, comme l’avait ordonné Napoléon, et il alla ainsi jusqu’à Dresde ; mais il perdit la jambe droite et quatre doigts du pied gauche. 

Arthur CHUQUET 

Baistrocchi, sous-lieutenant, commandant le détachement des gardes royales d’honneur et du régiment de dragons de la Garde à M. le chevalier major Palombini, commandant la colonne de marche du 2ème convoi. 

Glogau, le 16 décembre 1812. 

Rapport. Ayant eu le grand honneur d’escorter, la nuit du 12, notre très auguste Empereur, avec les dits détachements et conformément à ses ordres, nous sommes partis à onze heures un quart et nous sommes arrivés à Polkwitz (distant de six lieues de Glogau) en l’espace de cinq quarts d’heure. A peine arrivé dans cette ville, je reçus l’ordre de S.E. le duc de Vicence [Général de Caulaincourt] de faire descendre le maréchal des logis le plus ancien qui se placerait en armes derrière le traîneau de S.M. (je choisis à cet effet le maréchal des logis Pezzina)  et de suivre avec le détachement jusqu’à nouvel ordre.  A une heure un quart très exactement nous sommes partis et à cinq heures juste, nous sommes arrivés à Haynau, distant de huit autres lieues de Polkwitz. Une marche aussi précipitée, de nuit, par des routes si mauvaises, avec deux pieds de neige, nous a fait perdre beaucoup d’effets, dont je vous joins un état par détachement, et j’eus, en outre, la mauvaise fortune que beaucoup d’hommes ont perdu, qui les mains, qui les pieds, et qui les oreilles, à cause de l’excessive rigueur du froid qui, cette nuit-là, s’éleva à 18 degrés [lire – 18°]. Je vous en envoie aussi l’état. Ces hommes, sauf un pour qui l’on a employé de prompts remèdes, sont tous entrés à l’hôpital.  Deux chevaux de la Garde d’honneur sont à toute extrémité et je ne sais si je pourrais les sauver. J’eus moi-même le malheur de perdre mon meilleur cheval qui me tomba mort dans un bois, à deux lieues environ de Haynau. Cet accident m’obligea de prendre le cheval du maréchal des logis Pezzina, qui était conduit à la main, et de le monter. La majeure partie des gardes s’est perdue dans les bois, leurs chevaux, ne pouvant aller plus loin. Parmi les hommes le plus dangereusement malades se trouvent le garde Sieppi auquel on craint de devoir couper les doigts et le garde Focaccia qui devra subir l’amputation d’une oreille. J’ai dû laisser à Haynau le dragon Silveri 1er, qui a perdu par la gelée les deux mains et les deux pieds. Je vous ferai connaître, par la suite, l’état des autres ; mais je crains tous côtés en ville, et les malades ont dû être abandonnés en ville, faute de moyens de transport. N’ayant reçu aucun ordre ni destination de la part  de Votre Majesté Impériale et Royale, j’ai pensé devoir  prendre ceux du roi de Naples [Maréchal Murat] et rester près de lui comme il me l’a ordonné, jusqu’à ce que je reçoive les ordres de Votre Majesté que je la supplie de vouloir me donner. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 19 janvier, 2018 )

Daru en 1812…

Daru, Intendant de la Grande Armée, ne fut pas seulement, dans la campagne de 1812, un grand travailleur, un laborieux administrateur ; il déploya la plus remarquable énergie. A Smolensk, au milieu de l’incendie qui menace sa maison, il prend soin de tout, et à minuit, malgré la fatigue et lorsqu’autour de lui Dumas, Kirgener, JDaru en 1812… dans FIGURES D'EMPIRE Daruacqueminot, Beyle [Stendhal], harassés, d’endorment sur leur chaise, la fourchette à la main, Daru seul résiste au sommeil. Faut-il croire qu’il ait joué près de Napoléon le geôle de discoureur politique que lui prête Ségur. En tout cas, s’il a dit à l’Empereur que la guerre de 1812 n’était pas nationale, il a eu raison, et Gourgaud à tord de prétendre que cette guerre, à cause de la délivrance de la Pologne, était  plus nationale que toute autre, et, après la guerre de la limite du Rhin, la plus nationale qui pût être faite. Faut-il croire également qu’à la bataille de La Moskowa, il avertit l’Empereur que le moment était venu d’engager la réserve ? Gourgaud pense justement que Daru se serait bien gardé de conseiller à  Napoléon un mouvement militaire. Il eut, durant la retraite, le même courage que le comte de Narbonne-Lara. Sa voiture était la dernière des voitures de la maison impériale ; elle renfermait tous les papiers dela Chancellerie et les provisions destinées aux auditeurs qui s’écartaient du précieux véhicule le moins qu’ils pouvaient. Mais Daru n’occupa jamais sa voiture ; il chevauchait toujours à côté de l’Empereur. « Son esprit supérieur, dit un témoin, et son âme vigoureusement trempée lui conservaient l’attitude la plus calme, la plus noble, la plus imposante. » Stendhal n’écrit-il pas qu’il se conduit d’une manière très belle ?

Quels instants cruels il eut à passer lorsqu’à la veille du passage dela Bérézina, il brûla les papiers de l’Empereur ! « La journée de demain, dit-il alors, décidera de notre sort. Peut-être ne reverrai-je jamais la France, ni ma femme, ni mes enfants ; le sort du comte Piper m’attend ; j’irai mourir en Sibérie. » Mais, tout en faisant ces douloureuses réflexions, il montrait la même tranquillité, la même activité qu’auparavant. A Vilna, à Kowno, Daru seconda de tout son pouvoir Murat et Berthier. A Königsberg, il tâche de tout remettre en ordre ; une grande administration, comme il dit, est en ruine, et il faut la rétablir promptement, et que d’efforts continuels, et de mémoire et d’intelligence exige la perte de tous les papiers !

 Arthur CHUQUET

(« 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série » Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912,  p.398)

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
12345...144
Page Suivante »
|