( 21 novembre, 2014 )

A propos du maréchal Marmont…

Marmont

Né en 1774, c’est au siège de Toulon  (en 1793), que Marmont rencontre Bonaparte dont il devient l’intime et le compagnon inséparable. Il suit le général puis le Premier consul et l’Empereur dans toutes les grandes campagnes. Il accède à la dignité de Maréchal d’Empire en 1804. A l’issue de la campagne de France en 1814, il négocie avec les Alliés et trahit ainsi Napoléon, livrant Paris. La postérité donnera à cet événement le nom de « ragusade » (d’après son titre de duc de Raguse), synonyme de trahison. Louis XVIII accueille Marmont à bras ouverts. Il le nomme pair de France en juin 1814. En mars 1815, Marmont suit le souverain en exil à Gand (Belgique). Balayé par la révolution de 1830, il suit Charles X exilé en Angleterre, puis en Autriche. Le duc de Raguse s’éteint à Venise le 3 mars 1852.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 20 novembre, 2014 )

Porte-drapeaux des armées de Napoléon n°19

Paru ce jeudi, ce nouveau numéro représente le porte-drapeau de la 45ème demi-brigade d’infanterie de ligne (ici encore dans son emballage). Le prochain, dans quinze jours, sera le porte-drapeau du bataillon des vélites de Turin. En kiosque, 11.99 euros.

 H19

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 20 novembre, 2014 )

Une conférence (le 29 novembre) sur un sujet intéressant…

3_Affiche

« Les 3 épouses de Napoléon », conférence de Christian Humbrecht le samedi 29 novembre à l’Espace Clairefontaine de Saint-Leu-la-Forêt (Val-d’Oise), avenue de la gare, à 17h. « Sous ce titre : « Les 3 épouses de Napoléon », un peu provocateur, puisque Napoléon n’a été marié que 2 fois (Joséphine et Marie-Louise), se cache un amour impossible : Marie Walewska, « l’épouse polonaise ». Nous allons découvrir l’empereur dans ses rapports avec ces 3 femmes. Joséphine apporte au jeune général qu’est Bonaparte la nomination de Général en Chef de l’Armée d’Italie. Elle participera également à convaincre les Directeurs d’autoriser l’Expédition d’Egypte. Mais Napoléon sentira le besoin de prévoir sa descendance que Joséphine ne lui donne pas, et d’obtenir la reconnaissance des monarchies européennes. Marie-Louise d’Autriche lui donnera l’enfant tant attendu mais pas cette reconnaissance. Et quand, lassé de toujours lutter contre les différentes coalitions, Marie Walewska aurait pu lui apporter sérénité et paix, il la sacrifie à sa maîtresse : la « France ». »

Source: http://www.vonews.fr/article_27085-les-3-epouses-de-napoleon-,-conference-de-christian-humbrecht-le-samedi-29-novembre

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 20 novembre, 2014 )

Sources essentielles sur le séjour de Napoléon à l’île dElbe…

Napoleon Ile Elbe

Sur l’existence elboise de l’Empereur, hormis les récits de Guillaume Peyrusse et d’André Pons de l’Hérault,  il est impératif de lire les témoignages de Louis Marchand et de Louis-Etienne Saint-Denis, plus connu sous le nom de Mameluck Ali. Ces deux personnages de valeur, qui étaient d’ailleurs amis depuis leur rencontre à l’île d’Elbe, ont d’abord écrit pour leur famille. Leurs récits sont donc dépourvus d’une quelconque flatterie mais empreints d’une sobriété toute réaliste. Oui, il faut donc lire et relire Marchand et Ali afin de voir le Grand Capitaine goûtant la tranquillité de sa retraite elboise, mais aussi s’activant par monts et par vaux, à développer son petit royaume.  Plus tard, ce sera le dernier acte de sa prodigieuse existence : Sainte-Hélène…

C.B.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 novembre, 2014 )

Extrait d’une lettre inédite de John Perceval sur le séjour de Napoléon à l’île d’Elbe.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

J’en reproduis le passage le  plus intéressant. Cette lettre fut diffusée la première fois dans la « Revue Historique de la Révolution Française et de l’Empire » (janvier-juin 1916), dans sa version originale en anglais suivie d’une traduction en français. Écrite par un des six fils de Spencer Perceval, le ministre britannique, elle est adressée à Francis d’Ivernois, alors représentant de Genève au Congrès de Vienne.

C.B.

[…] Je crois qu’une [dernière] lettre vous fut écrite avant mon voyage à Elbe. Le colonel Campbell  [Officier anglais chargé de la surveillance de l’Empereur] me présenta à Napoléon, dans sa propre demeure (où, par chance, nous tombâmes sur lui]. Il nous reçut très poliment, nous montra toute sa maison, nous désignant toutes les améliorations qu’il y avait faites, etc. Il m’adressa la parole plusieurs fois, me demanda si j’étais le fils du Chancelier, remarqua que celui-ci avait été un grand antagoniste de la France. En somme, je fus très favorisé dans mon voyage. Il semble être ne parfaite santé, physiquement et moralement ; s’occupe de meubler son cottage [sic], qui n’est pas encore achevé. Ses gardes sont très mécontents de leur situation : 50 d’entre eux avaient envoyé une pétition pour qu’il leur permis de retourner en France, à laquelle l’Empereur n’a pas répondu [fait imaginaire]. Ils sont au nombre de 600 environ avec 50 lanciers Polonais, et à peu près 300 Corses, que les officiers sont très occupés à dresser [sic]. Chaque dimanche, il tient un lever. Porto-Ferrajo [Portoferraio] est très bien fortifié à la fois part terre et par mer.

Croyez-moi, je vous prie, très sincèrement et profondément votre.

John PERCEVAL.

Rome, vendredi 18 novembre 1814.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 19 novembre, 2014 )

Chapeau !

Retour en images sur la vente du chapeau de l’Empereur, le week-end dernier.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 19 novembre, 2014 )

Où l’on évoque une autre île…

Sainte LN

Bulletin du 19 novembre 1814 « Paris.- La nouvelle qui attire le plus, en ce moment, l’attention, c’est celle déjà répandue par les journaux que Bonaparte, sera retiré de l’Ile d’Elbe et envoyé avec toute sa famille à l’île Sainte-Hélène. Tous s’accordent à convenir que ce serait l’un des principaux moyens de calme et de paix pour le continent, quoique ce qui lui reste de partisans soit sans doute loin d’applaudir de bonne foi à une mesure qui dérangerait tant leurs secrètes espérances. On lui rendrait probablement alors aussi son fils qui emporterait avec lui la chimère delà régence dont beaucoup de militaires se repaissent encore en cas de guerre contre l’Autriche. On parle d’un domestique de la maison d’Orléans qui, récemment arrivé de Vienne, aurait dit y avoir vu le fils de Marie-Louise se promenant en voiture avec l’archiduc Charles et ayant des gens à la livrée de son père. »

(« Napoléon et la police sous la première Restauration. D’après les rapports du comte Beugnot au roi Louis XVIII. Annotés par Eugène Welvert » R. Roger & F. Chernoviz, Libraires-Éditeurs, s.d . p.272).

( 18 novembre, 2014 )

Instructions de Napoléon au comte Daru…

Instructions de Napoléon au comte Daru...  daru2

Le comte Daru était ministre chargé de l’Administration de la guerre.

Dresde, 3 septembre 1813.

[Pièce n°2469]. Il est de la plus grande importance que dans la journée, il soit fourni des shakos, sac à distribution, capotes, effets de linge et chaussures et les effets d’habillements manquant aux soldats du 1er corps par suite de l’événement du 30 [Défaite du général Vandamme à Kulm le 30 août 1813]. Il faut cependant veiller à ce que les soldats n’abusent pas de ce prétexte. Il est indispensable également de former de nouveau la compagnie du 10ème et du 14ème bataillon d’équipages. Ces compagnies ont leurs charretiers, leurs chevaux, leurs harnais. Ce sont des voitures qui leur manquent. Il faut leur en donner des parcs sans faire attention si elles auraient besoin, ou non, de quelques réparations et, à défaut de toute autre voiture, leur donner au moins des voitures du pays. Mais il est indispensable que demain ces compagnies aient toutes leurs voitures. Comme le 1er corps reste composé de trois divisions, il lui faudra quatre ambulances. La division Teste a la sienne. C’est donc trois ambulances à trouver dans la journée. Ce corps a conservé vingt-huit bataillons. Il faut recruter les ambulances régimentaires. Portez un soin spécial à l’exécution de ces différents ordres qui ont pour objet de réorganiser un corps d’armée de 15.000 hommes ; ce qui est du plus grand intérêt. Assurez-vous que tout cela soit fait, et que ce corps puisse marcher à l’ennemi dès demain.

(Arthur Chuquet, « Inédits napoléoniens » , Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914-1919, tome II, p.210). 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 novembre, 2014 )

18 novembre 1814…

Bulletin du 18 novembre 1814.

Extrait d’une lettre du préfet de l’Ain. Bourg, 3 novembre 1814 :

« S’il était vrai que Joseph Bonaparte fût aussi innocent d’intrigues qu’il s’efforce  de le paraître, il faudrait en conclure qu’il joue bien de malheur; car depuis son retour dans notre voisinage, les méchants propos, les absurdes bruits qui semblaient avoir cessé recommencent, et semblent de retour avec lui. Voici ceux qu’on fait courir le plus : la guerre ! Bonaparte insurgeant l’Italie ! Bonaparte en Belgique à la tète d’une armée anglaise et autrichienne ! Toutes ces extravagances, après tout, meurent aussitôt, et bien peu de personnes s’en inquiètent. »

« Paris,- Sous le rapport politique, Paris n’offre rien d’extraordinaire ni d’alarmant. Des propos, des plaintes, des craintes de guerre, des rapprochements de quelques généraux que j’ai déjà indiqués au Roi et que je fais surveiller; mais aucun indice réel de plan, de projets concertés. Chaque jour, plusieurs conjurations sont dénoncées par les polices sans nombre dont les agents se croisent, se rencontrent et se font de feintes ouvertures qu’ils vont ensuite répéter comme des découvertes et des révélations. Mais lu quantité même de ces conjurations en démontre la fausseté, puisque, si l’on admettait qu’il en existât une véritable, les lignes qu’on apercevrait devraient toutes conduire à une source commune, à un point central et c’est ce point qu’on n’indique jamais; ou plutôt chacun de ces agents le place où il lui plaît, au gré de sa fantaisie et de ses ressentiments, en variant et les noms et les combinaisons et les époques; preuve qu’au lieu de présenter des faits, on crée des rêves. Aussi, malgré tant de malheurs prédits en vain, malgré tant de conjectures heureusement démenties, malgré tant d’alarmes inspirées par des hommes qui ne méritent pas la plus légère confiance, la tranquillité règne dans Paris, l’horizon politique y est à peu près le même; les fonds baissent peu; ils ont été aujourd’hui à 71 fr. 70. Et cependant les bruits de guerre commencent à s’accréditer, d’après les mesures qu’on sait être ordonnées pour le complément des corps. »

(« Napoléon et la police sous la première Restauration. D’après les rapports du comte Beugnot au roi Louis XVIII. Annotés par Eugène Welvert » R. Roger & F. Chernoviz, Libraires-Editeurs, s.d . , pp.271-272)

 

( 18 novembre, 2014 )

Gravures interdites…

Gravures interdites… roi

On se rappellera que Jean-Baptiste Lynch (1749-1835), ce maire si zélé dont il est question ici, avait livré sa ville aux Anglais le 12 mars 1814, reniant son serment de fidélité à l’Empereur et oubliant tout ce qu’il lui devait (maire en 1808, comte de l’Empire, chevalier de la Légion d’honneur). Pendant les Cent-Jours il prendra la fuite en… Angleterre (pays d’où ses ancêtres étaient originaires). Un médiocre personnage jusqu’au bout !

Bulletin du 18 novembre 1814.

« Maire de Bordeaux, 2 novembre 1814. Le maire de Bordeaux annonce que deux marchands d’estampes ont étalé dans cette ville pendant la foire de petites gravures représentant le buste de Napoléon et son fils à genoux priant Dieu pour son père et pour la France. Ce fonctionnaire, après avoir pris l’avis du préfet, a sagement défendu la vente de ces gravures. »

(Source : Comte Beugnot,  « Napoléon et la police sous la première Restauration. D’après les rapports du comte Beugnot au roi Louis XVIII. Annoté par Eugène Welvert », R. Roger et F. Chernoviz, Libraires-Éditeurs, sans date).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 17 novembre, 2014 )

Réflexions de Pons de l’Hérault (2).

Pons

Suite du témoignage de Pons publié sur « L’Estafette » le 13 novembre 2014.

« Le 25 février 1815, l’ordre fut donné de réunir par compagnie les effets de campement, et, cet ordre ayant été mal compris, les effets de campement furent portés à la caserne. Cette disposition ne troubla pas  la qui étude des esprits qui comptaient sur un long repos. Les soldats croyaient que l’Empereur voulait seulement les arracher à l’oisiveté, les faire «trotter» dans l’île; on le croyait comme eux. Cependant l’on était désireux de savoir ce qui allait se passer. Mais qui dira la journée qui va suivre? Quelle plume assez éloquente en reproduira les émotions? Ah! nous, témoin de ce qui s’est passé; nous, honoré de la confiance de l’Empereur, initié dans ses projets; nous, qui sur les lieux avons éprouvé tous les sentiments qu’un si grand événement inspirait, après vingt années, nous osons à peine prendre le crayon pour en esquisser le souvenir! Et nous sommes peut-être le seul qui puisse en parler avec certitude.

C’était un dimanche, le 26 février 1815. Le soleil s’était levé pur; l’horizon était étendu, le ciel était sans nuage; la brise, prématurément printanière, portait dans la cité le parfum suave des plantes odoriférantes dont le sol de l’île d’Elbe abonde: tout annonçait un beau jour. On avait quitté le foyer avant l’heure ordinaire, on se rapprochait plus facilement, on s’affectionnait davantage. C’était ce certain je ne sais quoi qu’il est impossible de définir. Toutes les personnes qui avaient le droit d’assister au lever de l’Empereur s’y étaient rendues, et il y en avait même de celles que rien n’autorisait à s’y trouver. L’étiquette subissait aussi l’influence du moment.

L’Empereur parut: on aurait cru qu’on le voyait pour la première fois. Sa Majesté avait beaucoup veillé; ses traits se ressentaient de la fatigue. Son air était grave, mais calme, et sa parole, émue, allait à l’âme. D’abord, l’Empereur, suivant son usage dans ces sortes de cérémonies, commença par des questions oiseuses, et tout à coup, se laissant aller à l’émotion qui le maîtrisait, il annonça son départ. Ce n’était pas la foudre qui venait de tomber; mais on avait cru l’entendre, et la stupeur était profonde. L’Empereur rentra dans son cabinet; l’assemblée se sépara; aussitôt le cri général fut: «L’Empereur s’en va !» Mais où allait-il, cet Empereur? C’est ce que Sa Majesté avait laissé couvert d’un voile mystérieux. Et chacun de faire son plan: l’extravagance avait un air de raison, la raison ressemblait à de l’extravagance. Une armée de 673 hommes marchant à la rencontre de toutes les armées de l’Europe! Toutefois, l’opinion n’était pas inquiète. La Garde impériale faisait éclater sa joie. Une foule d’Elbois se décidaient à suivre l’homme du destin. Portoferraio offrait alors un coup d’œil dont l’imagination la plus ardente ne pourrait pas même se faire une idée. L’Empereur nomma un gouverneur général de l’île d’Elbe. L’élu était Porto-Ferrajais, étranger à l’art militaire, et peu au niveau de la tâche qui lui était imposée. Précédemment il n’avait pas pu parvenir à se faire confirmer dans la sous-préfecture de l’île qu’il avait administrée par intérim. Mais c’était le plus influent des Elbois, et il commandait la Garde nationale. C’est ce qui avait déterminé la décision de Sa Majesté.

Sa Majesté nomma aussi une junte gouvernementale pour l’île de Corse. Cette junte dut partir en même temps que l’expédition impériale. Les membres qui la composaient étaient tous Corses.

Les adieux commencèrent. Tous les compagnons de l’Empereur allèrent prendre congé de Madame Mère et de la princesse Pauline. Madame Mère était parfaite de noble résignation. Les plus rudes moustaches ne pouvaient point retenir leurs larmes en entendant les touchantes recommandations que la princesse Pauline leur adressait en faveur de son auguste frère. Il n’y a qu’une sœur bien aimante et bien-aimée qui puisse parler ainsi: nous aurons à citer une foule de paroles remarquables. Le mouvement était général.

L’embarquement des troupes, des armes, des chevaux, des munitions, des approvisionnements, tout se faisait en même temps avec rapidité, et l’obéissance prévenait le commandement. Mais à mesure que les heures avançaient, Portoferraio prenait une teinte douloureuse, et c’est facile à concevoir. L’Empereur allait partir, les jeunes gens des meilleures familles s’embarquaient avec lui…. Les pères, les mères, les parents, les amis ! Il y avait une part pour chacun dans la séparation qui allait s’opérer. Toutes les émotions du cœur et tous les sentiments de l’âme étaient en présence; on lisait sur toutes les figures, dans tous les yeux; le stoïcisme était impossible, les natures les plus froides se laissaient aller à une sensibilité d’imitation. On ne pleurait pas; on ne riait pas…. Ce n’était ni de la peine ni du plaisir, ni de la joie ni de la douleur, ni de la crainte ni de l’espérance; c’était cette disposition inexplicable de l’esprit qui fait aller au-devant de toutes les impressions, qui donne un empire absolu à chaque impression. Les rues étaient encombrées. Chaque voyageur partant qui fendait la foule pour se rendre à son poste était moralement brisé par les embrassements, par les adieux, et ces scènes étaient incessantes.

C’est en cet état de choses que l’empereur Napoléon quitta la demeure impériale pour se rendre à bord du brick « l’Inconstant ». Il était sept heures du soir: toutes les maisons étaient éclairées; on ne se doutait pas qu’il faisait nuit. L’Empereur monta en calèche découverte; le grand maréchal était à côté de lui. Sa Majesté se dirigea vers le port où le canot impérial des marins de la Garde l’attendait. À l’approche de l’Empereur, tout le monde se découvrit, et comme si l’on s’était entendu à cet égard, la population resta un moment silencieuse. Il semblait qu’elle venait d’être frappée de stupéfaction. Mais bientôt une voix fit entendre le mot d’«adieu», et toutes les voix répétèrent: «Adieu»; mais une mère pleura et toutes les mères pleurèrent; et le charme qui avait enchaîné la parole fut rompu, et tout le monde parla à Napoléon. «Sire, mon fils vous accompagne.–Sire, les Elbois sont vos enfants.–Ne nous oubliez pas.–Ici, tout le monde vous aime.–Sire, nous serons toujours prêts à verser notre sang pour vous.–Sire, que le ciel vous accompagne !» Alors l’Empereur était peuple; il comprenait le peuple, et son langage faisait vibrer son cœur. Personne n’était plus touché que lui.

La voiture atteignit lentement à l’embarcadère. Les autorités y étaient réunies depuis longtemps; le maire de Portoferraio voulut haranguer l’Empereur; les sanglots l’empêchèrent de prononcer un seul mot; alors les sanglots furent universels. Sa Majesté était troublée; cependant elle dit: «Bons Elbois, adieu! je vous confie ma mère et ma sœur… Adieu, mes amis, vous êtes les braves de la Toscane!» Et faisant un effort sur elle-même, elle se jeta presque machinalement dans le canot.

Toutes les embarcations du pays suivirent jusqu’au brick. Le brick appareilla immédiatement; la flottille était déjà sous voile. C’est ainsi que finit le règne impérial de l’île d’Elbe. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 novembre, 2014 )

Record du monde pour un chapeau de l’Empereur !

Chapeau Empereur-Marengo-Cocarde non d'origine

Le chapeau de Napoléon (qu’il portait lors de la bataille de Marengo, le 14 juin 1800; la cocarde de ce chapeau est postérieure) qui était vendu ce dimanche à Fontainebleau a été adjugé 1,8 milion d’euros à un collectionneur sud-coréen :
Source : http://www.leparisien.fr/societe/video-un-chapeau-de-napoleon-vendu-1-8-million-d-euros-aux-encheres-16-11-2014-4296507.php

( 16 novembre, 2014 )

Encore des bruits, toujours des bruits !

Vue Portoferraio

« Ardennes, Préfet, 16 novembre 1814. La fable d’une conjuration qui aurait éclaté à Paris s’est rapidement propagée dans le département des Ardennes comme dans plusieurs autres, et parcourra toute la France, sur la foi de quelques lettres parties de la capitale. C’est l’arrestation momentanée du général Dufour pour son projet de passer en Amérique qui a servi de texte à tous les commentaires. Chacun a dénaturé cette affaire et lui a donné pour complices, arrêtés avec lui, plusieurs généraux et des membres marquants du dernier gouvernement. Le bruit qui a transpiré que des insinuations avaient été faites à quelques-uns des anciens ministres de s’éloigner de Paris, a été pris comme un ordre d’exil et une preuve de plus du complot découvert. On a attribué ces insinuations à des correspondances saisies avec l’Ile d’Elbe… Le même préfet m’annonce que d’autres nouvelles circulent aussi, mais plus sourdement. Il est question, parmi les militaires surtout, d’une armée qui se formerait vers nos frontières et qu’on prétendrait destinée à appeler l’archiduchesse  Marie-Louise à la tète du gouvernement sous le titre de régente. « Ces bruits (dit-il) produisent une certaine fermentation dans los campagnes et dans les villes de garnison. Il a  pris des mesures pour en découvrir les sources. Je le charge de ne rien négliger pour y parvenir. Je lui indique, ainsi qu’aux autres préfets qui sont dans la même position, quelques dispositions propres à arrêter la contagion et le progrès de ces fausses nouvelles; je  l’engage à surveiller avec soin ceux qui les propagent avec affectation, et à leur faire des admonitions qui, on leur montrant que l’autorité a les yeux ouverts sur eux et qu’elle peut les atteindre, contribueront à les rendre plus réservés et plus circonspects.

(« Napoléon et la police sous la première Restauration. D’après les rapports du comte Beugnot au roi Louis XVIII. Annotés par Eugène Welvert » R. Roger & F. Chernoviz, Libraires-Éditeurs, s.d . pp.272-273).

( 16 novembre, 2014 )

Napoléon au duc de Feltre.

Clarke

Rappelons au passage, que le général Clarke(1765-1818) duc de Feltre, ministre de la guerre (de 1807 à 1814) s’empressera de servir avec zèle les Bourbons. Sous la première Restauration, il est membre de la chambre des Pairs, puis pendant neuf jours (du 11 mars au 20 mars) il est de nouveau ministre de la Guerre. Lors de la seconde Restauration, au retour de Louis XVIII, il occupe ce même poste ( à partir du 26 septembre 1815) et s’applique à licencier l’armée et  à faire poursuivre arbitrairement tous les militaires qui ont servi l’Empereur avec dévouement. Il rétablit les Cours Prévôtales, véritables tribunaux d’inquisitions, chargées de poursuivre  les intéressés…

Clarke est nommé maréchal de France par Louis XVIII en juillet 1816. Connaissant des problèmes de santé, il quitte le Ministère de la Guerre en septembre 1817.

Je conseille à chacun de lire un jour les deux volumes d’Edouard BONNAL, « Les Royalistes contre l’Armée (1815-1820) », Librairie Militaire R. Chapelot et Cie, 1906, 2 volumes. On comprendra mieux le « saccage » de l’armée, son épuration, les jugements arbitraires, emprisonnements et autres exécutions sommaires, de tous ceux soupçonnés d’être ou d’avoir été favorable à Napoléon. Le règne absolu de l’arbitraire comme jamais il n’avait été en France, y compris sous l’Empire !

Louis XVIII n’a pas été le fédérateur de tous les Français. Bien au contraire !

C.B.

————–

[Pièce n°6225].Paris, 22 novembre 1813.

Je désire que vous ne donniez pas d’ordres de mouvements sans me les avoir soumis. A quoi about-il d’envoyer des vétérans espagnols de Namur à Milan ? Donnez ordre qu’on désarme cette compagnie et qu’on la laisse dans la première petite place où on pourra l’arrêter. Elle y fera le service de police. Si Auxonne est sur sa route, vous pourriez la placer dans cette ville. Les fusils de cette compagnie nous seront utiles ;

Vous ordonnez de faire diriger 500 conscrits de Toulon sur Mayence. Il y a bien loin. Si ces conscrits sont italiens, envoyez-les à Lyon où ils seront incorporés dans le 24ème  de ligne ; ils y seront habillés et de là, ils auront une destination. S’ils sont Français, envoyez-les sur Gênes où ils seront incorporés et habillés dans les régiments qui sont dans cette ville.

Est-ce qu’il y a à Montmédy un régiment d’infanterie de Berg ? Faites-moi un rapport à ce sujet. Ne pouvant pas me fier à ces troupes mon intention n’est pas de leur donner des armées ; je leur donnerais des pioches ou des piques ou mêmes de très mauvais fusils avec lesquels ils feront un service dans l’intérieur.

 

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815. Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion, Éditeur, 1912 pp.351-352).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 novembre, 2014 )

Un témoin méconnu du Retour des Cendres (1840)…

Un témoin méconnu du Retour des Cendres (1840)… 1840

Jean Codru-Dragusanu, décédé en 1884, était originaire de Roumanie, plus précisément de la légendaire province de Transylvanie. Il se trouvait en décembre 1840 à Paris, lorsque l’Empereur retrouva enfin sa capitale. Ses souvenirs, assez surprenants par certains détails, voire fantaisistes par d’autres, furent publiés pour la première fois en France (et traduits en français) par un certain J. Norga dans la «Revue des Etudes Napoléoniennes», en juillet 1912 (1).

C.B.

-1) Nous avons complété ce témoignage par quelques notes nouvelles.

«J’assistais le 15 décembre (2) passé à une autre festivité nationale française à Paris. Il vous est connu que Napoléon-le-Grand avait été interné dans l’île de Sainte-Hélène, sous garde anglaise, et qu’il y mourut en 1821. Le roi Louis-Philippe conclut avec les Anglais une espèce d’alliance, d’ entente cordiale et, en conséquence, il obtint l’extradition des restes de Napoléon pour être déposés, sur les bords de la Seine, au milieu du peuple de Paris (3). Un fils du Roi, le Prince de Joinville, fut chargé de porter ces précieuses reliques sur sa frégate la «Belle-Poule» jusqu’aux rivages dela France ; elles furent ensuite transportées sur une petite embarcation et menées en amont dela Seine jusqu’à Neuilly, près de Paris.

Le sarcophage fut chargé ensuite sur un gigantesque char funèbre, attelé de seize chevaux, couverts de draperies de velours noir bordé d’argent et dirigé, en grande pompe militaire, aux sons de la musique, -les vieilles voitures impériales, un cheval couvert des franges employées par le défunt lui-même (4), venant ensuite, et le Roi, le Prince, les dignitaires de l’Etat suivant, parmi les régiments de l’armée et des milliers de spectateurs (5) , vers le Dôme des Invalides, destiné à recevoir les cendres, qui furent déposées sur un catafalque.

————–

-2) 1840.

-3) Sur les accords entre la France et l’Angleterre, l’expédition du Retour des Cendres, et l’arrivée des cendres de l’empereur en France, leur cheminement de Cherbourg à Paris, voir avant tout l’ouvrage récent de Georges Poisson (« L’aventure du Retour des Cendres », Paris, Tallandier, 2004). On consultera en complément les récits de Philippe de Rohan-Chabot [Commissaire du Roi pour la dite expédition] (« Les Cinq cercueils de l’Empereur… » , Paris, France-Empire, 1985), celui du Général Gourgaud [un des fidèles de l'épisode hélènien et qui fit partie de l'expédition de 1840, avec Bertrand père et fils, Las Cases, fils, Marchand, Ali…] (« Le Retour des Cendres de l’Empereur Napoléon. Préface et notes de Christophe Bourachot », Paris, Arléa, 2003) et enfin le journal du Mameluck Ali [de son vrai nom Louis-Etienne Saint-Denis], qui a été publié en 2003, chez Tallandier.

-4) Impossible, compte tenu de la durée de vie d’un cheval…Néanmoins ce « faux cheval » était harnaché d’une vraie selle de l’Empereur. Quant aux « vieilles voitures impériales », Dragusanu est le seul, à notre connaissance, à en faire mention…

-5) Plus de cent mille parisiens se pressait sur le parcours du cortège, et ce par une température extrême : moins 12 degrés …

Ce qui me surprit le plus, ce furent les pleurs et l’enthousiasme du bas peuple, qui, pendant toute la journée de cette cérémonie funèbre, pressé jusqu’à l’écrasement, sur le parcours d’une ville entière, ne cessait pas de crier : « Vive l’Empereur ! » -et il était mort, lui depuis bien vingt ans !

Le corps, embaumé et absolument intact en ce qui concerne la figure, fut exposé ensuite pendant huit jours, sous un couvercle de cristal dans l’église, pour que tout le monde pût le voir (6).

-6) Détail incroyable mais peu crédible. Personne, dans aucun récit, ne parle d’une telle chose qui aurait dû choquer les témoins.

La France entière et la moitié de la population de l’Angleterre accoururent comme en pèlerinage (7). Toute la journée, du matin au soir, le quartier était assiégé de curieux et à l’intervalle de cinq minutes cent personnes étaient admises à entrer dans l’église.

-7) Cela reste à démontrer…

Enfin ces jours passèrent et la plupart revinrent chez eux sans avoir pu le voir, car le sarcophage avait été scellé et descendu dans une chapelle souterraine. Il arriva même alors quelque chose de comique, mais en même temps de touchant. Un groupe d’une trentaine de paysans était venu de loin pour voir l’Empereur et on le leur avait défendu, car ils étaient en blouse et il n’était pas permis d’entrer dans un pareil costume. Ayant entendu cette défense, nos gens laissèrent leurs blouses et voulurent entrer tout de même. Il aurait fallu voir les haillons, jusqu’alors invisibles, que ces pauvres paysans portaient comme vêtement !

«Holà, dit le gardien, non seulement la blouse n’est pas admise pour les visiteurs, mais il faut avoir un habit, et pas des haillons.

Vous ne pouvez pas entrer ! »

Et un d’entre eux, se donnant du courage, à dire : «Mais, monsieur, quand je payons l’impôt, pourquoi que le percepteur du Roi ne renvoie-t-il pas les gens en guenilles ? Je voulons -sacredieu !- voir l’Empereur !»

Cela leur fut utile. Un d’entre eux avait un vêtement un peu plus décent et il se terminait même par quelque chose qui ressemblait à la queue d’un habit noir ; il fut admis donc en cette qualité et reçu dans l’église. Il vit ce qu’il désirait voir et sortit les yeux humides, puis, avec une générosité vraiment française, il prêta à ses camarades sa guenille pour qu’ils pussent, à leur tour, voir aussi les précieuses reliques impériales. Il s’en retournèrent enfin à leur misère, consolés, mais non sans serrer les poings et grincer des dents contre le régime qui n’a cure du pauvre et lui demande de se mettre en habit.»

Jean CODRU-DRAGUSANU

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 novembre, 2014 )

A lire en complément des ventes aux enchères de Fontainebleau…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 15 novembre, 2014 )

Le général Roussel d’Hurbal.

 06-513450

François Roussel d’Hurbal, né à Neufchâteau dans les Vosges, servit d’abord en Autriche, comme faisaient alors quelques Lorrains. Cadet au régiment d’Arberg en 1782, premier lieutenant en 1788, capitaine en second en 1793, chef d’escadron en 1797, major en 1800, lieutenant-général en 1804, colonel commandant du régiment des cuirassiers de Mack en 1806, il avait été fait général major sur le champ de bataille d’Essling. En 1811,  il donne sa démission du service d’Autriche et demande à être porté sur le tableau des généraux de brigade de l’armée française. « De quel pays est-il ? répondit Napoléon. Comment est-il passé au service de [l’] Autriche ? Quel âge a-t-il ? » Le 31 juillet 1811, Roussel fut nommé général de brigade et le 4 décembre 1812, après s’être signalé dans la campagne de Russie, général de division. En 1814, le 17 janvier, Napoléon qui le regardait comme un de ses meilleurs officiers de cavalerie, lui dit en le voyant : « Général, tenez-vous prêt », et le jour même il le nommait inspecteur général  du dépôt central de Versailles. Le 19 février 1814, il lui confiait une division de grosse cavalerie, formée des 5ème, 12ème, 21ème et 26ème  dragons; Roussel a, du reste, ainsi raconté ce qu’il fit en 1814.

Arthur CHUQUET.

« Quant au grade de commandant de la Légion d’Honneur, c’est de l’Empereur que je le tiens ; il m’y a nommé à Fontainebleau, et l’avis m’en est parvenu à Essonnes où j’occupais le poste abandonné par les troupes de M. le maréchal Marmont ; je pourrais peut-être citer qu’en 1814, à Sézanne [sans doute le 10 février 1814], l’Empereur me fit déjeuner avec lui, pour me témoigner sa satisfaction sur une charge que je fis sur des lanciers russes et des cosaques ; il n’y avait à sa table que le prince Berthier et moi ; on sait ce que valait une pareille marque d’estime de la part d’un tel chef. »

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Cie, 1914, p.362).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 14 novembre, 2014 )

Généraux morts en 1814 pour la Patrie.

Général d'Empire

Ils sont au nombre de douze : 

AVY, tué devant Anvers, à la défense de Merxem, le 13 janvier 1814.

Le contre-amiral BASTE qui commandait une brigade de la 2ème division de Jeune Garde ; tué le 29 janvier 1814 au combat de Brienne.

BECHAUD, tué à Orthez le 27 févier 1814.

CHATAUX ou mieux HUGUET-CHATAUX, gendre du maréchal Victor, blessé à Montereau le 18 février 1814 et mort à Paris le 8 mai de la même année.

DECOUZ (général de division)  blessé à Brienne le 29 janvier 1814 et mort à Paris le 18 février suivant.

DORNIER, tué au combat de La Guillotière, près Troyes, le 3 mars 1814.

FORESTIER, blessé à  Brienne le 29 janvier 1814 et mort de sa blessure le 5 février suivant.

MARGUET, tué à La Rothière le 1er février 1814.

OSTEN, blessé le 27 février 1814 dans l’île de Wilhelmsbourg, mort de sa blessure le 16 mars suivant à Hambourg.

RONZIER, qui eut, à Craonne, le 7 mars 1814, la cuisse emportée et qui mourut le 19 mars suivant à Fismes.

RUSAC (général de division) blessé sur le rempart de Soissons et mort de sa blessure le 14 février suivant.

TAUPIN (général de division) tué le 10  avril  1814 à la bataille de Toulouse.

 

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Ce, 1914, p.382).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 14 novembre, 2014 )

« Dans notre métier, on manque souvent de pain, et plus souvent encore de papier et d’encre ! »

Au bivouac, près Vienne, 9 juin 1809.

A l’instant, mon cher ami, je reçois ta lettre du 27 du mois passé. Tu as tellement tort de t’imaginer qu’on peut toujours écrire quand on le veut ; dans notre métier, on manque souvent de pain, et plus souvent encore de papier et d’encre ! Nous sommes toujours campés près de Vienne ; depuis plusieurs jours, nous avons été placés à la droite de la ville, entre le faubourg Landstrasse et le fameux Ebersdorf. Nous nous attendons à passer le Danube d’un moment à l’autre, ou du moins à nous mettre en mouvement contre l’ennemi d’une manière quelconque. Avant-hier, à 6 heures, du soir, toute la division Friant s’est rendue à Schoenbrunn. Sa Majesté a passé en revue les cinq régiments qui la composent ; tous les grades vacants vont être remplacés par son ordre. Il y a eu un avancement considérable. je me trouve déjà avoir dix capitaines après moi. L’armée française se concentre de plus en plus ; si je ne me trompe, nous touchons au moment d’une grande affaire.

Adieu, mon ami. Je vous embrasse tous de grand coeur.

P.S. C’est justement la belle Coquette que j’ai perdue à l’affaire de Ratisbonne. C’est un vrai deuil pour moi ; cette bête-là valait son pesant d’or ! Je te disais par ma dernière que j’avais acheté un autre cheval, qui est beau, mais qui ne vaut pas grand’chose ; je viens encore d’en acheter un autre qui provient du colonel Brunet, du 24ème chasseurs à cheval, qui a perdu un bras à l’affaire devant Ebersdorf et qui s’en retourne en France. Notre métier d’adjudant-major est très pénible en campagne ; je suis tout à fait bien dans l’opinion de mon colonel, et par conséquent toujours sur pied. Puisqu’il faut te le dire encore une fois, mon régiment fait partie de la 3ème division du 3ème corps d’armée. M. le maréchal Davout commande en chef. M. le comte Friant commande la division ; et enfin M. le général baron Gilly commande la 1ère brigade, c’est-à-dire les 15ème régiment d’infanterie légère et 33ème d’infanterie de ligne. Les autres régiments de la division sont les 48ème, 108ème, et 11ème de ligne.

Nous occupons la droite de la division en notre qualité de tirailleurs, ce qui signifie en bon français que les premiers coups de fusil et les premiers boulets sont pour nous. Nous avons perdu jusqu’à ce moment :

1 officier de grenadiers … tué
1 officier de grenadiers … blessé
2 adjudants-majors … blessés
10 officiers des compagnies du centre… blessés
70 soldats … tués
580 soldats … blessés

 Actuellement, mon cher ami, j’espère que tu ne me diras plus que je ne te donne pas de détails.

COUDREUX.

(« Lettres du commandant Coudreux à son frère, 1804-1815. Publiées par Gustave Schlumberger », Plon, 1908).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 13 novembre, 2014 )

Une exposition originale…

A découvrir jusqu’au 1er décembre prochain à Rueil-Malmaison (92).

Vidéo ici: http://www.rueil-tv.com/video/napoleon-raconte-en-lego/

histoire-en-briques-lego-rueil-770x1024

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 13 novembre, 2014 )

Réflexions de Pons de l’Hérault (1).

pons1gr8

Ce passage extrait de son témoignage sur l’île d’Elbe. Voir mon édition parue chez Les Editeurs Libres en décembre 2005. Rappelons que André Pons de l’Hérault était administrateurs général des mines de l’île depuis 1809. Républicain, d’abord plutôt hostile à la venue de Napoléon à l’île d’Elbe, il apprendra à connaître l’Empereur et rentrera avec lui en France en mars 1815.

C.B.

« L’île d’Elbe jouissait de sa félicité présente, des espérances d’une plus grande félicité future: tout lui souriait, et elle touchait au veuvage de son bonheur. Le fatal congrès de Vienne, tandis qu’il faisait la traite des peuples, avait à l’instigation de l’Angleterre et des agents des Bourbons agité la question d’envoyer l’empereur Napoléon à Sainte-Hélène, et l’Empereur n’avait pas tardé à être instruit de cette infamie. La nouvelle avait transpiré: les Elbois en étaient bouleversés, on aurait dit qu’ils voulaient de suite marcher à l’ennemi. L’Empereur paraissait calme, mais ce calme était silencieux, et cela seul prouvait qu’il n’était qu’apparent. Enlever l’Empereur de l’île d’Elbe n’était pas une entreprise sans danger, et la Sainte-Alliance aurait eu peine à y parvenir par la force. La Garde impériale était dévouée, le peuple elbois ne le lui cédait point: ils formaient un rempart presque indestructible.

L’administrateur général des mines s’était rendu auprès de l’Empereur, et, avec une profonde émotion, il lui avait demandé si ce qu’on disait des grandes puissances avait quelque fondement. Sa Majesté lui avait répondu en l’interrompant: «Elles ne le feront pas. Sainte-Hélène est trop près des Indes.» Ensuite, prenant cet air des champs de bataille qui tant de fois avait imposé des lois à la victoire, il avait ajouté: «Et d’ailleurs, nous pouvons ici nous défendre pendant deux ans.» À dater de cette époque, la conduite de l’Empereur prit une autre direction, et en l’observant il était permis de penser que Sa Majesté ne se croyait plus liée par le traité de Paris qui le reconnaissait souverain de l’île d’Elbe. Sa Majesté avait raison: en effet, la Restauration n’exécutait du traité de Paris que les clauses et conditions qui lui étaient avantageuses, et elle repoussait celles qui avaient été stipulées en faveur de l’empereur Napoléon.

Ainsi la Restauration refusait de payer les subsides auxquels ce traité donnait un droit incontestable. Dès lors, l’empereur Napoléon ne pouvait pas se maintenir dans l’état social que le traité de Paris avait voulu lui constituer. L’engagement des subsides détruit, tous les engagements étaient détruits, et dans cette position insoutenable il fallait nécessairement en revenir au droit du plus fort. Mais il y avait encore autre chose: la vie de l’Empereur était ou semblait être sans cesse menacée. C’était en vain que Sa Majesté affectait de ne pas croire aux tentatives d’assassinat; son incrédulité ne faisait pas des incrédules.

L’Empereur n’était pas seulement tracassé dans la possession souveraine de l’île d’Elbe, mais il l’était encore dans ses proches dont on séquestrait les propriétés, dans ses amis dont on faisait des parias, et dans ses affections les plus chères dont on punissait les sympathies.

L’Empereur était surtout affligé de ce que la Restauration se prêtait complaisamment à ce que la France fût traitée comme une colonie anglaise, russe, autrichienne, prussienne, et dans sa douleur il répétait: «Il n’y a plus de sang français dans les Bourbons.» Sa Majesté répétait également: «On me reproche d’avoir abandonné la patrie. On a peut-être raison.»

Dans cet ensemble de choses graves, il y avait plus de motifs qu’il n’en était nécessaire pour en appeler à la décision suprême de la nation française, et c’est à quoi l’Empereur se décida. L’Empereur ne rompait pas de ban en quittant l’île d’Elbe: il était souverain, et rien ne limitait les droits de sa souveraineté; il pouvait faire la paix et la guerre; il pouvait surtout prendre les armes contre ceux qui tentaient de détruire son existence, et, assassinats à part, c’était détruire son existence que de refuser l’exécution du traité de Paris.

En fait, comme en droit, par la non-exécution du traité de Paris, le roi de France rétablissait l’empereur des Français, et en le rétablissant il se mettait en état d’hostilité contre lui. C’était le roi Louis XVIII qui déclarait la guerre à l’empereur Napoléon. D’un côté était le pouvoir national, de l’autre les baïonnettes étrangères.

L’empereur Napoléon, convaincu que l’on ne lui paierait pas les subsides qui étaient une des conditions expresses de son abdication, convaincu qu’il y avait le projet de le faire assassiner, convaincu qu’à défaut d’assassinat les grandes puissances poussées par les Anglais et par les

Bourbons voulaient aggraver son sort, et par-dessus tout convaincu que la France était antipathique à la prétendue Restauration, décida cette marche immortelle qui, dans quelques jours, le fit passer du trône elbois au trône français. Dès que Sa Majesté fut décidée à cette vaste entreprise, elle se fit un plan de conduite, et, tout en ne paraissant occupée que de se consolider à l’île d’Elbe, elle préparait ce qui était nécessaire pour faire voile vers la terre sacrée.

L’Empereur accordait sa confiance à l’administrateur général des mines [lui-même, Pons de l’Hérault]; le moment était venu où Sa Majesté devait lui en donner une grande preuve. Ce fonctionnaire avait été marin: l’Empereur lui adressa directement et confidentiellement une lettre dans laquelle il le chargeait de lui faire un rapport «sur les moyens d’organiser une flottille expéditionnaire». L’administrateur général pouvait être étonné de ce que Sa Majesté s’adressait plutôt à lui pour cet objet tout spécial qu’aux officiers de marine qui l’entouraient, et néanmoins il fit le rapport.

Une «flottille expéditionnaire» ! c’était dire: «Je veux partir !» L’administrateur général des mines le comprit ainsi, et, entraîné par cette pensée, il mit dans son rapport cette phrase hasardée: «Et si le ciel enfin plus juste conduisait Votre Majesté à de nouvelles destinées, sans doute nous débarquerions sur un rivage ami»; phrase que l’Empereur laissa passer sans faire aucune observation, quoiqu’elle lui fût la preuve caractérisée que l’administrateur général des mines avait pénétré le secret du départ. Seulement Sa Majesté lui recommanda un silence absolu.

Ce premier projet de flottille expéditionnaire resta sans exécution.

On n’avait pas fait cesser les travaux: toutefois, on ne faisait que des travaux lents, surtout peu coûteux, et qui par leur fracas pouvaient occuper les regards inexpérimentés de la multitude. Les étrangers devaient surtout y être trompés. Ensuite l’Empereur faisait résonner à toutes les oreilles le mot «économie», et il prêchait d’exemple. Il avait réduit sa table, la table de la cour, et tout ce qui n’était pas absolument indispensable à son système de représentation auquel il tenait ou semblait tenir.

Jusque-là les journaux français n’étaient pas répandus dans l’île, l’on y connaissait tard les nouvelles publiques; mais alors les journaux circulèrent, on sut régulièrement ce qui se passait sur le continent. L’Empereur parlait sans gêne de la situation de la France, des fautes que faisait la Restauration, de l’abaissement auquel on réduisait la nation française. Il s’indignait surtout de ce que Louis XVIII avait reconnu tenir sa couronne d’un prince anglais. Sa Majesté Impériale connaissait bien le caractère personnel de tous les princes de la branche aînée des Bourbons, l’esprit sans cœur de Louis XVIII, le cœur sans esprit du comte d’Artois, la bonhomie inoffensive du duc d’Angoulême et les emportements soldatesques du duc de Berry. Elle connaissait aussi la branche cadette…

Toutes les prédictions de l’Empereur se sont accomplies.

L’empereur Napoléon ne parlait des Bourbons que d’une manière digne. Jamais une parole déplacée n’échappait à son langage le plus animé. Pourtant il connaissait tous les propos désordonnés que l’on se permettait aux Tuileries.

Un sot se présenta à Portoferraio, et ce sot portait à sa boutonnière un lys qu’il paraissait afficher avec une ostentation insultante. L’inconvenance provocatrice était au moins grossière. Ce chevalier du lys fut bientôt appelé au champ d’honneur: il paraîtrait que sa bravoure n’était pas égale à son étourderie,–on le disait du moins. L’Empereur interposa son autorité pour qu’on ne tirât pas l’épée. Sa Majesté blâma les susceptibilités qui s’étaient trop facilement irritées. Cependant, le malencontreux porteur du lys dut partir.

L’Empereur dit à l’occasion de ce petit événement: «La France de la Restauration est à la France de l’Empire ce que le Lys est à la croix de la Légion d’honneur.» Et cette comparaison fit une grande impression. Alors la croix de la Légion d’honneur était encore vierge de ces distributions honteuses et multipliées qui l’ont ensuite jetée sur des poitrines où elle n’aurait jamais dû se trouver.

Les correspondances particulières occupaient aussi l’esprit de l’Empereur: il témoignait le désir qu’on lui communiquât ce qu’il y avait de relatif aux affaires du temps. Quelquefois il y trouvait des paroles de blâme; alors il discutait pour se défendre. Mais la correspondance générale lui garantissait les sympathies et les vœux de la France pour son retour. Les lettres aux grognards faisaient souvent rire beaucoup de monde, et c’étaient ces lettres dont Sa Majesté se plaisait à commenter le langage.

Les bâtiments de transport attachés aux mines de Rio étaient aussi un grand moyen de relation intime avec le continent italien, et par l’intermédiaire de l’administrateur général, l’Empereur en profitait. Les mines elboises fournissaient le minerai à toutes les usines qui fabriquent le fer dans les États napolitains, dans la Romagne, dans la Toscane, dans la Ligurie, et des bâtiments riais étaient sans cesse à Naples, à Civita-Vecchia, à Livourne, à Gênes, ainsi que dans les ports intermédiaires entre ces villes maritimes.

Le pavillon elbois était un objet d’extrême curiosité pour tous les peuples. Partout l’on accourait pour le voir, pour parler à des gens qui avaient pu approcher l’Empereur. Les capitaines de navires avaient ordre de tout observer. Lucien Bonaparte était propriétaire de grands fourneaux. Les capitaine riais rendaient compte que c’était chez lui où l’on trouvait les ennemis es plus implacables de l’empereur Napoléon. Lucien Bonaparte!… républicain démocrate en France, prince despote à Canino, et qui, tour à tour législateur, ministre, ambassadeur, poète, historien, ne put jamais, malgré l’influence de son nom, s’élever en rien au-dessus des médiocrités de son époque.

L’empereur Napoléon serait mort sur le trône s’il n’avait pas eu des frères et des sœurs… Cependant, nous faisons une honorable exception en faveur de la princesse Pauline. Le dévouement de cette princesse fut toujours exemplaire. Nous en disons autant de Madame Mère; elle se montra digne de son auguste fils.

La princesse Pauline avait opéré un rapprochement entre l’empereur Napoléon et le roi Murat. Il paraîtrait que de ce rapprochement était résulté un traité d’alliance offensive et défensive d’après lequel l’île d’Elbe était cédée aux Deux-Siciles. Nous avons été possesseur d’une lettre du roi de Naples écrite de sa main, dans laquelle ce prince rapportait les clauses et conditions de cette cession.

Les agents allaient et venaient de Portoferraio à Naples. L’Empereur jetait un voile sur les négociations: le voile était transparent.

L’administrateur général des mines avait été deux fois envoyé en Toscane. Ensuite l’Empereur lui avait dit de se «préparer à faire le voyage de Vienne». Le brick l’Inconstant et l’aviso l’Étoile étaient presque toujours à la voile.

N’oublions pas que l’Empereur avait précédemment chargé l’administrateur général des mines de lui faire un rapport sur l’organisation d’une flottille expéditionnaire, que ce projet n’avait pas eu de suites. Mais tout ce que l’Empereur faisait depuis lors se rattachait plus ou moins à la pensée qui avait voulu préparer les bâtiments légers pour exécuter ce qu’on appela vulgairement un coup de main.

L’administrateur général des mines était prêt à partir dès qu’il lui serait ordonné de se rendre en Autriche, quand l’Empereur, se confiant entièrement à lui, lui dit qu’il était question d’un tout autre voyage, et, sans réticence, il lui demanda s’il ne serait pas possible d’avoir constamment en disponibilité quatre bâtiments riais dont on pourrait se servir à tout moment. L’administrateur général répondit que «oui». Après avoir beaucoup étudié, beaucoup médité, rien n’a pu nous donner le moindre indice que, pour les préparatifs matériels de son retour en France, l’Empereur se fût adressé à toute autre personne qu’à l’administrateur général des mines: distinction honorable dont il est permis de se glorifier à tout jamais!

Et tandis que les instructions données par l’Empereur étaient religieusement exécutées, que Sa Majesté touchait au grand événement qui devait étonner le monde, une visite extraordinaire vint pendant quelques moments jeter la confusion dans Portoferraio.

L’Empereur était depuis deux jours à Marciana. Sa Majesté avait pris peu de suite.

Un bâtiment arriva à Portoferraio après le soleil couché, et, contre l’usage, il fut admis à libre pratique. Ce bâtiment avait à bord une dame polonaise [la comtesse Marie Walewska], mère d’un enfant de l’Empereur, et cette dame débarqua aussitôt. La dame polonaise portait dans ses bras un enfant charmant, et cet enfant, costumé comme le roi de Rome, répétait facilement les paroles que déjà l’opinion avait attribuées au roi de Rome. Bientôt, pour la Garde impériale comme pour les habitants de l’île d’Elbe, la mère et l’enfant furent l’impératrice Marie-Louise et le roi de Rome.

Personne ne doutait de cela, pas même les personnes qui avaient vécu aux Tuileries.

Le nouvel hôte voulut sur-le-champ se rendre auprès de l’Empereur, il partit de suite. Cette dame avait facilement deviné l’erreur dont elle était l’objet; elle ne se prêtait pas directement à la nourrir, elle ne faisait rien pour la détruire. Ainsi, elle ne disait pas qu’elle était l’Impératrice, mais, après avoir dit «le fils de l’Empereur», elle ajoutait «mon fils», et il n’en fallait pas davantage pour faire croire que l’Empereur avait retrouvé sa compagne. La chose était d’autant plus probable que maintes et maintes fois l’on avait annoncé l’arrivée prochaine de Marie-Louise.

La dame polonaise resta trente-six heures avec l’Empereur: pendant ce temps l’Empereur ne voulut recevoir personne, et l’isolement fut absolu. Mais après trente-six heures la dame alla s’embarquer à Longone pour retourner sur le continent, et elle partit par un coup de vent tel que les marins craignaient avec raison qu’il n’y eût danger imminent pour elle. Elle ne voulut écouter aucune représentation: l’Empereur envoya un officier d’ordonnance pour faire retarder le départ de l’intrépide voyageuse; elle était en pleine mer. On fut dans l’anxiété jusqu’à ce que l’on eut appris son arrivée à bon port.

La beauté de la dame polonaise était allée droit au cœur du colonel Campbell: l’envoyé anglais soupirait et faisait assidûment parler ses soupirs. Ce fait n’est pas aussi futile qu’on pourrait d’abord le penser: il eut beaucoup d’influence sur le relâchement de la surveillance britannique. Nous croyons que l’Empereur lui avait donné une place dans sa combinaison.

À peu près à la même époque, plus tard cependant, l’Empereur eut également la visite de M. Fleury de Chaboulon, qui dans le temps avait été attaché au secrétariat impérial et que Sa Majesté revit avec intérêt. On a cru que M. Fleury de Chaboulon avait décidé le départ de l’île d’Elbe: on s’est trompé, beaucoup trompé. Cet ancien employé impérial était parti de Paris au commencement de novembre, il arrivait à Portoferraio vers la fin de février: c’était près de quatre mois qu’il avait mis en route. Quatre mois, dans un temps de fièvre politique, quand chaque jour les hommes et les choses recevaient de nouvelles impulsions, équivalaient à quatre siècles, et lorsqu’il aborda l’Empereur, M. Fleury de Chaboulon ne pouvait lui apprendre que des vieilleries, il ne savait rien de ce qui se passait alors en France. L’Empereur était bien mieux instruit que lui. M. Fleury de Chaboulon a écrit longuement à cet égard: ce n’est ici ni le temps ni le lieu de commenter un ouvrage que l’Empereur a blâmé. Peut-être que M. Fleury de Chaboulon ne fut pas le maître de dire toute la vérité; il l’aurait dite plus tard, nous en sommes convaincu. Mais nous devons assurer que lorsque M. Fleury de Chaboulon arriva à Portoferraio, l’expédition était prête, et que ce n’est pas lui qui fit hâter la mise en mer.

L’Empereur fit partir M. Fleury de Chaboulon pour Naples: un bâtiment riais fut mis à sa disposition. Le même jour, Sa Majesté envoyait M. J… en France. M. J… était Corse, mais infiniment moins que ne le sont ordinairement ses compatriotes; il n’arriva à Paris qu’après l’Empereur, et il était permis de penser que son retard avait été volontaire.

L’heure du départ allait sonner… Et l’Empereur venait d’assigner un terrain inculte à chaque compagnie de la Garde pour que la compagnie le cultivât, l’embellît et lui donnât son nom ! Et les grognards rivalisaient de zèle, de goût, allant partout quêter des arbres et des fleurs qu’on se plaisait à leur prodiguer, faisaient des merveilles que Le Nôtre n’aurait pas désavouées ! Et les Elbois qui se pâmaient d’aise en voyant les miracles des soldats agriculteurs ! Et la princesse Pauline qui allait encourager et récompenser les braves! Les terrains étaient contigus; leur ensemble devait former un parterre impérial.

Les bâtiments riais destinés à faire partie de l’expédition étaient à Longone où ils chargeaient des munitions et des approvisionnements de guerre, et l’administrateur général des mines avait reçu l’ordre de les faire rentrer à Portoferraio. Mais au moment où ces bâtiments sortaient du port, la frégate anglaise, sur laquelle était le colonel Campbell, débouchait à l’est du canal de Piombino, ayant le cap sur le mont Argental, et l’Empereur instruit de ce contretemps prescrivait à l’administrateur général des mines de faire retourner les bâtiments riais à Longone, ce qui n’était plus possible sans s’exposer aux soupçons de l’Argus britannique. L’administrateur prit un autre parti. Il écrivit au colonel Campbell «pour l’inviter à un grand dîner qu’il devait donner la semaine suivante». Une embarcation fut dépêchée pour porter l’invitation confiée à un employé intelligent; le colonel demanda où allaient les bâtiments qui étaient à la voile. L’administrateur avait prévu cette demande: l’employé répondit que ces bâtiments allaient charger du minerai pour la Romagne. Plus ne fut dit, la frégate anglaise continua sa route, les bâtiments riais suivirent la leur.

La frégate anglaise ne pouvait pas empêcher le départ si elle venait mouiller sur la rade de Portoferraio (car alors on l’aurait certainement faite prisonnière), mais elle pouvait attendre en pleine mer, et, dans ce cas, malgré que tout le monde fût bien décidé à se sacrifier, l’expédition n’était pas de force à surmonter un pareil obstacle. De toutes les manières possibles, c’eût été une perturbation ,effroyable, et le sang aurait coulé en abondance. »

 A suivre…

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 novembre, 2014 )

Une lettre d’Henri Beyle [Stendhal] à Martial Daru, durant la campagne de 1812.

Une lettre d’Henri Beyle [Stendhal] à Martial Daru, durant la campagne de 1812. 9100150901Cette dernière est extraite du fameux volume des lettres interceptées par les Russes durant la campagne de 1812 (Publié par La Sabretache en 1912). Martial Daru était frère du comte Daru, lui-même cousin d’Henri Beyle, l’auteur du « Rouge et le Noir ».  Il occupait à cet époque les fonctions d’Intendant de la Couronne, à Rome. 

Smolensk, le 10 novembre 1812. 

Me voici de retour à Smolensk, mon cher cousin, et depuis 36 heures que M. Daru fait les fonctions d’intendant général, il est trop occupé pour avoir pu me donner de ses nouvelles. En montant en voiture pour quitter Moscou, M. le général Dumas s’est plaint d’un point de côté, bientôt après il a craché le [sic] sang.  Enfin il a eu une fluxion de poitrine complète. Il a fait ainsi 120 lieues [environ 480 kilomètres].Il est hors d’affaire, mais tellement affaibli qu’il a dernièrement demandé à S.M. un congé d’un mois.  Je n’ai pas suivi le quartier-général pendant cette marche sur [Saint-] Pétersbourg ; on est allé battre les russes à Malojaroslavetz. Leur armée est repoussée sur Kalouga, ce qui nous laisse libres d’aller à [Saint-]Pétersbourg par Vitebsk, Dunebourg et Riga.  J’ai eu l’honneur d’être nommé directeur général des approvisionnements de réserve. J’ai fait sur le champ imprimer des têtes de lettres et ai quitté Moscou avec un convoi de malades.  Comme nous étions loin de l’armée, nous avons été attaqués deux fois par les Cosaques.  Ces coquins-là nous ont mis au pain à l’eau pendant 18 jours. M. Daru  a eu la bonté d’être en peine de moi. Il est arrivé le 8 et depuis n’a pas eu le temps de respirer.  Nous avons presque tous perdu nos équipages et sommes réduits à ce que nous avons sur le corps. Tous ces petits désagréments sont pour les riches de l’armée, le soldat regorge de napoléon, d’or, de diamants, de perles, etc. ; on croit que nous irons à Vitebsk et à Minsk.  J’ai tellement froid aux doigts que je ne sais si vous pourrez me lire.  Je vous ai appris, mon cher cousin, le bonheur de M. Bonasse qui est chef de bataillon, M. Sylvain a eu la croix et va passer capitaine par ancienneté.  Adieu, mon cher cousin, souvenez-vous quelquefois du Gelé [sic]. 

BEYLE. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 novembre, 2014 )

Le sous-lieutenant d’Hauteroche et son témoignage…

Image d'illustration1

                                                                                                                                                                                                        Image d’illustration.

Le témoignage du sous-lieutenant Antoine d’Hauteroche sur la campagne qu’il mena en Italie, en Calabre, entre 1806 et 1809 fut publié à Saint-Etienne par sa fille en 1894, à 75 exemplaires seulement.  « J’ai dix-huit ans des épaulettes de sous-lieutenant toutes neuves, un grand plumet blanc, le plus grand que j’aie pu trouver, et il y a trois jours que je suis hors de l’École militaire de Fontainebleau », écrit le jeune officier au début de ses « Souvenirs ». Nous sommes en 1806. Après un court séjour auprès des siens, à Montbrisson (Loire), il se dirige vers l’Italie le 15 mai de la même année. Le voici franchissant les Alpes, puis il passe à Turin, et prend la route de Milan avant de parvenir à Bologne. C’est là qu’il rejoint son affectation comme sous-lieutenant au 20ème de ligne. « Près de deux mois s’étaient écoulés depuis mon arrivée à Bologne ; on parlait déjà de départ, il était question d’envoyer des troupes dans les Abruzzes et la garnison devait fournir deux bataillons », note l’auteur, un peu déçu de quitter cette ville agréable et ses séduisantes habitantes… Le 1er août 1806, il se met en route avec son régiment. Il est à Rimini, traverse Pesaro et Sinigaglia et loge à Ancône. Il reprend sa progression. Avec le mauvais temps, celle-ci devient difficile. « Lorsque plus de mille hommes sont en route et qu’ils doivent effectuer le passage d’une rivière pourquoi ne pas jeter un pont ? », s’interroge d’Hauteroche.  Le voici parvenu enfin à destination. « A dater du jour où nous entrâmes dans les Abruzzes, je suis resté environ quatre ans tant dans le royaume de Naples que dans les Calabres » écrit-il.

En garnison à Pescara, le 1er octobre 1806, il fait partie d’un  détachement envoyé de nuit dans le village de Loreto (qu’il appelle Lauretta) afin de combattre des bandes d’insurgés. Au matin, il est encerclé par deux mille brigands. Il s’en suit un combat acharné à l’issue duquel les Français doivent capituler. « Mes braves soldats avaient les larmes aux yeux, et plusieurs brisèrent leur fusil, ce qui faillit nous faire un mauvais parti » précise le sous-lieutenant d’Hauteroche. Au début de janvier 1807, le 20ème de ligne quitte Pescara pour Naples…Son témoignage retrace assez bien l’existence d’un jeune officier en campagne, dans ce pays où il est question de guérilla, avec ses embuscades et ses tireurs isolés. Le sous-lieutenant Antoine d’Hauteroche a su donner un ton plaisant à son récit, en évoquant ses affaires de cœur et les personnages atypiques qu’il rencontre. Le tout est écrit avec une certaine légèreté et une pointe d’humour, qui fait oublier qu’à chaque instant, au détour d’un chemin, tout peut s’arrêter par un coup de sabre ou de pistolet donné par les insurgés qui infestent la Calabre. Ces « Souvenirs »  ne sont pas sans rappeler, par certains côtés la campagne d’Espagne, à laquelle l’auteur participera ultérieurement[1]. Il est utile de rappeler que bien plus tard, le 20 mars 1815, Hauteroche fait partie de ceux qui accueillirent  l’Empereur aux Tuileries à son retour de l’île d’Elbe.

C.B.


[1] L’historien Arthur Chuquet a consacré une notice au sous-lieutenant d’Hauteroche ainsi qu’à ses « Souvenirs » dans « Épisodes et Portraits. Première Série », Librairie Ancienne Honoré Champion, Éditeur, 1909, pp.148-185. Il y indique que le jeune militaire était cousin avec le célèbre Lamartine.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 11 novembre, 2014 )

Une visite de Napoléon à la poudrerie d’Essonne…

 p1019178.jpg

Ce témoignage fut publié la première fois en 1910, dans le « Carnet de la Sabretache », par le petit-fils de l’auteur, le docteur de Tastes. Le 31 mars 1805, l’Empereur se rendant à Milan pour s’y faire sacrer roi d’Italie, fait une étape dans la petite ville d’Essonne. Il y est reçu par Pierre Robin (1769-1826), commissaire des poudres et directeur de la Poudrerie.

Le 10 germinal an XII, a été un jour très remarquable pour nous par la visite de l’Empereur à la poudrerie que je dirige. Eugène était celui de nos enfants présents qui pouvait faire plus d’attention à cet événement et se le rappeler. On attendait l’Empereur depuis plusieurs jours sur la route d’Essonne où il devait passer pour aller se faire sacrer à Milan ; chaque jour, je faisais guetter son passage pour faire voir son cortège aux enfants ; ne me doutant guère qu’ils seraient à même de le voir d’aussi près. Le dimanche 10 germinal, jour auquel il devait passer, j’ai mené  dès le matin sur la route de Paris les enfants qui attendaient avec impatience ; nous nous sommes promenés fort longtemps, ensuite nous sommes entrés chez une personne dont les fenêtres donnaient sur la route. Il passait à chaque instant des voitures ; enfin, à quatre heures, lassés d’attendre en vain, nous sommes revenus dîner à la maison où quelques voisins étaient réunis, nous attendant à ne rien voir, et les enfants ayant pris leur parti.  A peine avions-nous à moitié dîné, que j’ai vu accourir à bride abattue un officier à cheval. Il m’a annoncé la visite de l’Empereur qu’il ne précédait que de quelques minutes. Je n’avais à la fabrique ni chefs, ni ouvriers, tous étaient allés sur la route pour voir le cortège et j’étais moi-même trop heureux d’être revenu à la maison et, plus encore, d’avoir différé un voyage à Paris que je devais faire à cette époque. J’ai fait sur-le-champ courir le portier à Essonne pour avertir le chef poudrier qui avait sur lui les clefs des ateliers et dont le logement était fermé, n’y ayant absolument personne chez lui. Je bouillais d’impatience et je m’occupais à faire soulever une fenêtre pour entrer chez lui lorsqu’il est heureusement accouru encore à temps. Quelques minutes après, l’Empereur est arrivé. Sa voiture est entrée dans la cour et s’est rangée du côté de notre habitation. Les gardes n’ont pu empêcher une centaine de personnes d’entrer dans la cour avec la voiture. L’Empereur, descendu de voiture, a demandé d’un ton sec et avec un son de voix de la gorge qui parait lui être naturel : « Où est le directeur ? » Je me suis présenté. Il m ‘a demandé toujours avec le même ton sec : « Pourquoi la fabrique n’est point en activité ? » Je lui ai répondu que je n’avais pas reçu d’ordre de travailler le dimanche et que ce jour était ordinairement consacré au repos des ouvriers. Il a répliqué qu’il fallait travailler les dimanches et fêtes, le jour et la nuit ; qu’il comptait sur cette fabrique pour l’approvisionnement des ports à cause de la facilité du transport par la Seine. Tout en parlant, je le conduisais machinalement vers les moulins, il y allait sans doute aussi sans y penser. Il me fit une foule de questions très serrées sur le nombre des pilons, la quantité de poudre fabriquée par chacun, celle que l’on fabriquait par jour, que l’on avait fabriqué hier. Je n’étais point préparé à toutes ces question ; elles étaient faites avec un ton sec et si impérieux, elles se succédaient si rapidement, il fallait trouver si promptement des réponses qui exigeaient quelque calcul de tête, que, je l’avoue, l’esprit assez présent pour répondre avec la vivacité et le ton positif qui eût été convenable. Il eût fallu ne pas hésiter, dire des quantités rondes et approximatives, mais je n’eux même pas cette idée, je voulais être exact, et j’avais l’air de n’être pas très bien au fait des travaux courants. Cependant, je m’en suis tiré et je suis persuadé que Bonaparte a dû s’apercevoir de mon émotion et lui attribuer l’hésitation que je mettais dans mes réponses. Il me demanda ensuite ce que j’avais en approvisionnements de matières premières, ce que je pouvais fabriquer en employant tous les moyens et ne manquant de rien. Je répondis à toutes ces questions par aperçu. Je me servais dans mes expressions du mot « kilogramme », mais il me faisait revenir au poids de marc et j’étais obligé de doubler toutes mes quantités pour arriver à cette mesure gothique. Cela me surprenait, car Bonaparte était bien assez instruit pour connaître le système des nouvelles mesures et en sentir tous les avantages, mais sans dote il était guidé par l’habitude et par le besoin de concevoir promptement. Je lui ai bien fit que je manquais d’argent, mais je n’ai pas eu la présence d’esprit de lui dire que, depuis plus d’un an, je laissais mes appointements dans la caisse, ce qui était pourtant bien vrai. Je ne lui ai rien dit, ni à ma décharge, ni à ma louange. Il m’a parlé avec le ton dur et sec que l’on m’a dit généralement qu’il avait avec tous ceux qui dépendaient de lui ; il a écouté mes réponses avec attention et patience, quoiqu’en général, je lui aie parlé avec une grande liberté, ne lui ayant fait aucun compliment, lui ayant même répondu souvent sans lui dire ni « Sire », ni « Votre Majesté ». Je lui ai même dit une fois que je ne l’entendais pas ; il a répété sa question sans humeur et impatience. Je lui ai trouvé la physionomie dure et froide, la démarche peu noble, mais l’air vigoureux et la tête pensante, le son de voix aigre et guttural ; les manières, le ton peu aimables et très impérieux. Il m’a donné comme à tout le monde des preuves de la multitude de connaissances de détails qu’il a dans toutes les parties de l’administration et de la facilité avec laquelle il démêle toutes les idées et s’en sert dans les occasions, mais j’ai trouvé qu’il savait se faire craindre, obéir, admirer, et non pas se faire aimer. C’est un mélange de César, d’Alexandre, de Tamerlan, de Charlemagne, de Frédéric ; mais ce n’est point Henri IV. 

J’ai voulu consigner ici le récit de cet événement, les impressions, les réflexions qu’il a fait naître en moi. Pour ce qui concerne Eugène, voici ce que j’ai à en dire, c’est que, pendant les vingt ou trente minutes qu’a duré la présence de l’Empereur, il n’a pas cessé d’être auprès de moi et d’écouter tout ce que nous disions ; mais je ne sais cela parce qu’il me l’a dit depuis et que tout le monde me l’a affirmé. Je ne l’ai pas vu un seul moment tant j’étais préoccupé du soin de répondre. Au surplus, l’écuyer Caulaincourt était derrière et repoussait tous ceux qui voulaient approcher. M. Chapelain, mon élève, n’a pu parvenir à s’approcher de nous ; apparemment qu’on a fait moins d’attention à l’enfant. Lorsque l’Empereur est monté dans sa voiture, je lui ai demandé ses ordres ; il m’a répondu qu’il me les ferait donner par le ministre. Il est parti et, quelques minutes après, il m’envoya dire par un de ses officiers de me rendre le lendemain, à dix heures du matin, à Fontainebleau pour m’entretenir plus longuement, disait-il. Ce voyage a fait beaucoup jaser dans le canton, a causé beaucoup d’inquiétude à ma femme et, sans me donner aucune crainte, m’a tourmenté passablement. J’ai employé  la soirée à faire des notes pour répondre catégoriquement à toutes les questions possibles ; je suis parti le soir même pour coucher en route, je n’ai pas dormi de la nuit, je suis arrivé à Fontainebleau à huit heures du matin. Je me suis habillé, j’ai déjeuné et, à dix heures, j’étais au château. J’y ai pénétré facilement, mais tout le monde était surpris que j’eusse à parler à l’Empereur. Il était occupé à visiter le château avec ses architectes. Enfin, il a traversé à deux ou trois reprises  la pièce où j’étais et m’a regardé avec son air dur. Il a paru surpris de ce je ne baissais point les yeux et, au contraire, je les fixais sur lui avec assurance. Il m’a renvoyé au Ministre de la Guerre (Berthier) avec lequel j’ai conféré à deux reprises et que j’ai trouvé assez affable, mais u peu ahuri. On disposait d’une chasse qu’il devait commander en qualité de Grand veneur ; toute la cour était en habit de chasse. J’ai attendu longtemps et j’ai vu toute la foule de ces courtisans d’hier qui s’agitaient et avaient toute la mine de ne pas savoir encore bien leur métier. Alex. Berthier m’a transmis les ordres positifs de l’Empereur et je me suis retiré. J’ai été me promener dans la forêt avec un ami qui m’avait reçu chez lui, mais j’étais trop agité pour jouir de la promenade. Je suis revenu le lendemain à la maison où j’étais attendu avec impatience, et les habitants d’Essonne et de Corbeil, qui s’étaient épuisés en conjectures, ont vu que la montagne avait enfanté une souris, et que j’étais revenu comme j’étais parti, ce qui a fait cesser les coups de chapeau  dont j’avais été accablé la veille. 

Pierre ROBIN

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 novembre, 2014 )

D’Orcha à la Bérézina…

D'Orcha à la Bérézina... campagnerussie1

Le général hollandais de Dedem de Gelder, retrace dans ses « Mémoires » son parcours à ce moment précis de la campagne de Russie.

« Ce fut à Orcha que le maréchal Ney rejoignit l’armée après des manœuvres savantes et une intrépidité sans exemple ; Le Vice-roi avait été à sa rencontre et eut part à la gloire de ce beau mouvement militaire. Mais, à partir de ce moment, le désordre alla en augmentant, et vainement l’Empereur fit proclamer au son du tambour et sous les menaces les plus sévères que chacun eût à rejoindre son corps. Nous marchâmes vers Kokanow le 20 ; le 21 vers Toloczin par une route en ligne droite bordée d’arbres et fort belle en d’autres temps, mais offrant maintenant les scènes les plus affreuses. En entrant à Bobr, le 22, je rencontrai un parc d’artillerie hollandaise et les équipages du lieutenant général Daendels, ce qui me confirma l’avis, à nous donné, que le 9ème corps s’était enfin approché de nous. Pour le reste, les nouvelles furent rien moins que rassurantes, car nous apprîmes au Borisov était occupé par l’ennemi. Etant allé prendre les ordres du major général [Maréchal Berthier, prince de Neufchâtel], je l’entendis répondre à  un officier qui lui avait dit à l’oreille je ne sais quoi : « Nous sommes donc coupés de tous côtés.  » Enfin il ne me resta plus de doute sur notre position lorsque je vis, le soir, le comte Daru brûler les papiers de l’Empereur, mêmes les traités les plus secrets. Son secrétaire, lui en montrant un dans une belle boîte de vermeil, lui dit : «  Il n’en existe point de copie à Paris. » Le ministre répondit : « C’est égal, brûlez. » Au souper, j’en parlai au comte Daru, qui me dit en confidence : « La journée de demain décidera de notre sort ; peut-être ne reverrai-je jamais ni la France, ni ma femme, ni mes enfants ; cette idée est cruelle… Le lendemain, en nous approchant de Borisov, je vous l’Empereur dicter dans sa voiture un ordre au prince de Neufchâtel avec le plus grand sang-froid, quoiqu’il eût l’air soucieux, et j’avoue que je l’admirai. On s’était arrêté, on avait fait un feu de bois de sapin qui brûlait fort mal. Napoléon ordonna au général Krasinski d’envoyer un Polonais avec un paysan pour sonder un gué à un quart de lieue vers la droite ; ces hommes n’étant pas revenus aussi vite que Sa Majesté l’aurait voulu, Elle ordonna : « A cheval ! » Et nous avançâmes vers la ville. Le Polonais avait ordre de sonder le passage et de tirer un coup de pistolet s’il le trouvait praticable mais il tomba à l’eau, et ses pistolets furent mouillés, ce qui l’empêcha d’exécuter l’ordre. L’Empereur était sorti de sa voiture et causait avec nous comme si de rien n’était. D’où nous étions, on distinguait la position qu’occupaient les Russes au-delà du pont et d’où ils nous dominaient. On se logea dans le faubourg ; les Russes auraient pu nous y chauffer, mais la nuit fut tranquille. A huit heures, l’Empereur, partit pour aller se loger dans un petit château près de Studianka, où il fit travailler toute la nuit aux ponts, à l’endroit même où Charles XII avait passé la Bérézina en entrant en Russie.

Dans les combats qui eurent lieu sur les bords de la rivière, le duc de Reggio [Maréchal Oudinot], les généraux Legrand, Dombrowski et Girard furent blessés ; le jeune comte de Noailles fut tué ; mais leur sans coula en combattant pour l’honneur des armes et pour sauver des milliers de victimes. Combien plus malheureux furent ces guerriers sans nombre qui périrent dans les flots ou écrasés sous les pieds des chevaux et les roues  des voitures Le souvenir en est horrible, et je n’oublierai jamais ce spectacle affreux. Dans le désordre, qui fut inexprimable, le prince de Neufchâtel fit repasser une division d’infanterie, qui avait déjà passé les ponts ; ce faux mouvement perdit un temps précieux. Pour moi, je fus en ce jour plus heureux que sage ; j’étais passé un des premiers, croyant trouver l’Empereur à l’autre bord, et je voulus, avant de me mettre en route pour Wilna, lui demander ses ordres. Depuis Smolensk j’avais par écrit celui de me rendre dans cette dernière ville. On m’apprit que l’empereur était encore sur la rive fatale ; je repassai le pont, mais un officier général de ma connaissance, étonné de me voir revenir, m’en demanda la cause ; quand je la lui eus expliquée, il me dit : « Vous êtes bien fou de vous occuper de lui ; si j’étais de l’autre côté, je ne repasserai pas, m’en donnât-il l’ordre par écrit. » Je réfléchis, et je suivis un conseil aussi salutaire. Le passage devenait de plus en plus difficile, et c’est dans cette contremarche que je perdis mon petit canonnier féminin [sic], qui ne m’avait pas quitté.

Aussitôt que j’eus regagné la route du salut, je filai vers Zembin, où je passai la nuit chez un juif, qui me fit payer fort cher un souper abominable dont je le trouvai plus mal que bien. Je me trouvai plus mal que bien. Je ne reviens pas encore de la surprise que j’eus en traversant les ponts d’une longueur étonnante sur lesquels passe la grande route de Zembin à Molodeczno. Les Russes ne les avaient point brûlés !!

Il aurait suffi de les détruire pour enfermer l’armée française avec son chef dans une véritable souricière ; car il ne serait resté aucune possibilité de franchir les marais et le bras de la Bérézina qui coupe la route. Les cosaques étaient venus le matin à Zembin, mais les généraux russes ne se doutèrent pas que Napoléon prendrait ce chemin, ce qui ne prouve pas en faveur de leur sagacité. Ils auraient pu se douter que nous chercherions à éviter Minsk, dont ils étaient maîtres. » 
 
(« Un général hollandais sous le Premier Empire. Mémoires du général baron de DEDEM de GELDER (1774-1825) », Plon, 1900, pp.286-289). En 1812, cet officier commandait une brigade sous les ordres du maréchal Davout. Plus tard, lors de la retraite, il se trouve à l’avant-garde sous les ordres de Murat.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...44
Page Suivante »
|