( 29 août, 2013 )

« Il n’y a rien de nouveau… »

Une lettre de Cambacérès à Napoléon.

Paris, 29 août 1813.

Sire,

La lettre que V.M. a daigné m’écrire de Görlitz le 21 de ce mois m’est parvenu aujourd’hui vers midi.  La continuité de succès qu’elle annonce nous prépare à des événements plus décisifs. Ils sont attendus ici avec le sentiment unanime de la plus entière confiance. Les affaires sont engagées de tous côtés, et les ennemis étonnés retrouvent partout V.M. et l’empreinte de son génie.

Le ministre de la Guerre m’a prévenu qu’il y aurait demain dans le Moniteur une lettre expositive [sic] de nos premiers avantages qui lui a été adressée par le compte Daru, d’après les ordres de V.M. La publicité donnée à cette dépêchez produira un bon effet, et suppléera aux bulletins qui arriveront plus tard. J’ai eu l’honneur de rendre compte hier à V.M. des considérations d’après lesquelles je me suis abstenu de faire mettre dans les journaux une note que m’a fait passer le duc de Bassano. Au surplus, on sait à peu près toutes les nouvelles par la voie du commerce.

Je me suis rendu aujourd’hui à Saint-Cloud, pour faire ma cour au Roi de Rome qui se porte à merveille. Chaque jours, ce prince se fortifie et se développe. Nous avons su de Cherbourg que l’enceinte du port avait été ouverte le 27 aux flots de l’Océan. Il paraît que S.M.l’Impératrice a joui longtemps de cet imposant spectacle qui a pris un nouveau degré d’intérêt par la présence de S.M. et par l’allégresse générale qu’elle a occasionné.

Il n’y a rien de nouveau : tout va bien dans l’intérieur de l’Empire. Je ne parle point à V.M. de l’Espagne pour ne pas la fatiguer par des redites. 

(« Cambacérès. Lettres inédites à Napoléon. Tome II, Avril 1808-Avril 1814. Présentation et Notes par Jean Tulard », Éditions Klincksieck, 1973. Lettre n°1251, p.1035).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 août, 2013 )

De l’ALLEMAGNE à l’ESPAGNE (II).

 De l’ALLEMAGNE à l’ESPAGNE (II). dans TEMOIGNAGES soldat

Napoléon tout en menant la campagne de Saxe, gardait un œil attentif sur ce qui se passait en Espagne. Telle cette lettre à Maret, duc de Bassano, occupant les fonctions de ministre des Relations extérieures.

Dresde, 5 août 1813.

Monsieur le duc de Bassano, il serait bon de faire circuler la nouvelle qu’à la suite de la victoire du maréchal Soult sur l’armée anglaise le 25 juillet, Saint-Sébastien a été débloqué et que 30 pièces de l’artillerie de siège et 200 voitures ont été prises. Pampelune a été débloquée le 27. Le général Hill qui assiégeait cette place n’a pu emmener ses malades et il a été obligé de brûler une partie de ses bagages. On y a pris 12 pièces de 24 qui étaient déjà arrivées. Envoyez cela à Prague, à Leipzig et à Francfort.

(Lettres inédites de Napoléon 1er. Collationnées sur les textes et publiées par Léonce de Brotonne », Honoré Champion, Librairie, 1898, p.490).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|