• Accueil
  • > Archives pour septembre 2013
( 30 septembre, 2013 )

Un ordre de Napoléon au maréchal Kellermann.

Un ordre de Napoléon au maréchal Kellermann. dans TEMOIGNAGES 1813-20131

Dresde, 30 septembre 1813.

[Pièce n°2502]. Ordre d’arrêter à Mayence les fuyards et traînards qui quittent en foule l’armée, et les mettre dans la citadelle et, après les avoir réarmés et rééquipés, de les faire retourner en bataillon de marche à l’armée.

(Arthur Chuquet, « Inédits napoléoniens », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914-1919, tome II, p.224). 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 26 septembre, 2013 )

« Il devient inutile de guerroyer isolément… »

Extrait d’une lettre de Guillaume Peyrusse à son frère André. Elle est datée de Dresde le 26 septembre 1813.

« S.M. est rentrée ici avant-hier [24 septembre], et nous y sommes encore. Une sixième tentative que S.M. a été faire à Bautzen lui a donné l’assurance que les ennemis n’accepteront jamais un engagement avec S.M. ; ils étaient le 19 à Schmiedelfield, la poste après Dresde. S.M. s’est présentée. Ils se sont postés au-delà de Bichornda. Alors, il devient inutile de guerroyer isolément, il faut se masser sur un point et voir venir. C’est, je crois, ce que va faire l’Empereur. Dans mes diverses courses, j’ai eu l’occasion de voir Salex., il est dans le 149ème. Ce régiment a eu de belles affaires à Lowenberg. Salex, voyant son régiment faiblir, s’est emparé du drapeau et s’est porté de sa personne en avant : il a électrisé son régiment qui s’est fort bien conduit. En outre, sur la montagne de Goldberg, Salex en a débusqué les ennemis au pas de charge, et il a reçu au genou une balle qui lui a occasionné une forte contusion. Il a reçu la croix de légionnaire. Il veut absolument un régiment parce qu’il est brave et qu’il se présente bien. Je l’aime beaucoup. Il est un peu hâbleur, mais il blague bien. Il a des chevaux à vendre, etc., etc. Chartrand a été fait général de brigade le 9 septembre, lors de la réorganisation du corps du général Vandamme. Il veut être aide-de-camp de S.M… »

(Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse écrites à son frère André, pendant les campagnes de l’Empire, de 1809 à 1814. Publiées d’après les manuscrits originaux, avec une notice sur Peyrusse par Léon-G. Pélissier », Perrin et Cie, 1894, pp.170-171).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 septembre, 2013 )

«Le public a bien été aise d’apprendre que 12 mille prisonniers étaient arrivés à Francfort.»

«Le public a bien été aise d’apprendre que 12 mille prisonniers étaient arrivés à Francfort.» dans TEMOIGNAGES 1813-20131

Une lettre de Cambacérès adressée à Napoléon.

20 septembre 1813

Sire,

Je n’ai à rendre compte à Votre Majesté d’aucun objet important.

Les deux articles qui sont aujourd’hui dans le Moniteur, contenant des nouvelles positives, ont mis un terme aux bruits contradictoires qui circulaient depuis quelques jours. Le malheur qu’a éprouvé le Prince de La Moskowa [Maréchal Ney] paraît moins considérable qu’on ne le croyait, d’après ces mêmes bruits [Ney n’avait pu ramener ses troupes que dans le plus affreux désordre à l’intérieur de Torgau. Le « Moniteur » minimise considérablement l’événement].

Le public a bien été aise d’apprendre que 12 mille prisonniers [Ils avaient été capturés notamment à la bataille de Dresde] étaient arrivés à Francfort et que d’autres colonnes étaient attendues. Ici, l’on avait dit que la plus grande partie de ces prisonniers avait trouvé le moyen de se remettre en liberté.

L’Impératrice s’est promenée hier dans le Parc de Saint-Cloud, S.M. a reçu de la part d’un public très nombreux, des témoignages de respect et d’empressement. A Paris, tout s’est bien passé. Le temps était très beau, la population entière était en mouvement. En sorte qu’il y a eu du monde partout, et je puis assurer Votre Majesté que ce monde était tranquille et content.

(« Cambacérès. Lettres inédites à Napoléon. Tome II, avril 1808-Avril 1814. Présentation et notes par Jean Tulard », Éditions Klincksieck, 1973, Lettre n°1277, p.1055).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 septembre, 2013 )

«Les premiers succès du Prince Vice Roi n’ont pas été secondés par la droite de son armée.»

«Les premiers succès du Prince Vice Roi n’ont pas été secondés par la droite de son armée.» dans TEMOIGNAGES 1813-20131

Une lettre de l’archichancelier Cambacérès adressée à Napoléon.

18 septembre 1813

Sire,

Ayant été ce matin à Saint-Cloud, pour la signature, S.M. l’Impératrice m’a fait connaître, qu’il lui avait été adressé, par les ordres de Votre Majesté, deux articles pour le Moniteur, et que l’un de ces articles, contenait les détails de l’échec qu’a éprouvé le Prince de La Moskowa [maréchal Ney] et des pertes qui en avaient été le résultat.

Malgré que cet événement fût déjà en partie connu, il a paru à Votre Majesté qu’il serait inconvenant de lui donner une sorte d’authenticité, le jour destiné à chanter le Te Deum pour la bataille de Dresde. J’ai partagé entièrement cette manière de voir ; en sorte que l’Impératrice s’est déterminée à différer jusqu’à lundi l’insertion au Moniteur de ces désagréables nouvelles.

Les premiers succès du Prince Vice Roi [Eugène de Beauharnais] n’ont pas été secondés par la droite de son armée. Le ministre de la Guerre a reçu des dépêches qu’il envoie en original à V.M. et qui l’instruiront de l’état des choses dans cette partie. L’évacuation de Trieste dont on parlait depuis quelques jours, se trouve confirmée dans cette dépêche

(« Cambacérès. Lettres inédites à Napoléon. Tome II, avril 1808-Avril 1814. Présentation et notes par Jean Tulard », Éditions Klincksieck, 1973, Lettre n°1275, p.1054).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 13 septembre, 2013 )

«Ces nouvelles m’affligent.»

«Ces nouvelles m’affligent.» dans TEMOIGNAGES 1813-20131

Une lettre de l’archichancelier Cambacérès adressée à l’Empereur.

13 septembre 1813

Sire, Deux dépêches du duc de Bassano [Maret], écrites de Dresde le 8, m’apprennent les événements de Silésie et l’échec qu’a éprouvé le prince de La Moskowa [maréchal Ney], du côté de Berlin [la défaite de Dennewitz]. Ces nouvelles m’affligent. Toutefois, j’espère que le génie de V.M. réparera ces pertes et rendra les chances de la guerre plus heureuses pour nous qu’elles ne l’ont été dans les premiers jours de ce mois. Le duc de Bassano, après m’avoir instruit de ce qui s’est passé en Silésie, me fait entendre qu’au lieu de publier sa lettre sous son nom, il serait mieux d’en insérer un extrait au Moniteur, à l’article Partis, en disant qu’on peut regarder les faits comme certains. Je compte profiter de cette indication, et j’en ai prévenu S.M. l’Impératrice à qui j’ai rendu compte du contenu de la dépêche de M. de Bassano. Pour ce qui est des détails relatifs au prince de La Moskowa, comme ils se trouvaient dans une dépêche chiffrée, et que le ministre me les donne confidentiellement, je n’en ai parlé et n’en parlerai à qui que ce soit. Le ministre de la Guerre, qui a reçu aussi une lettre, fera de même de son côté, en sorte que jusqu’à nouvel ordre, nous garderons sur cet article le silence le plus absolu. Mais tout se sait, et j’ai déjà eu l’honneur de dire à V.M. qu’on m’avait appris par la voie du commerce, que nous avions été repoussés du côté de Berlin.

S.M.l’Impératrice n’a point encore pris un dernier parti, relativement au Te Deum. Demain, dans petit conseil, convoqué par les ordres de S.M. la question sera examinée sous ses différents rapports. Elle se complique davantage à raison du temps qui s’est écoulé depuis la victoire de Dresde et des événements moins heureux qui l’ont suivie.

(« Cambacérès. Lettres inédites à Napoléon. Tome II, avril 1808-Avril 1814. Présentation et notes par Jean Tulard », Éditions Klincksieck, 1973, Lettre n°1269, pp.1049-1050).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 septembre, 2013 )

8 septembre 1813…

8 septembre 1813... dans TEMOIGNAGES general-mouton

Voici une nouvelle lettre du général Mouton à son épouse, Félicité. Rappelons que depuis le 3 septembre, le comte de Lobau est à la tête du 1er corps, après la déroute du général Vandamme à Kulm (30 août).

Raechnitz, près Dresde, le 8 septembre 1813.

Ma chère Cité [Félicité], l’Empereur a passé hier la revue du corps d’armée qui m’est confié et quoiqu’il ait été malheureux sous le général Vandamme, S.M. a daigné le traiter avec beaucoup de bienveillance. Je t’avoue que cela m’a fait grand plaisir. Perrin a été nommé adjudant, commandant à cette revue sur ma demande, et d’après l’idée que m’en avait donné le grand écuyer [général de Caulaincourt] qui est toujours un excellent homme. Sois tranquille sur mon sort, ma bien-aimée Cité. Quelque part que je me trouve, je ferai mon devoir et partout je t’aimerai par inclination ; tu m’es chère au plus haut point.

Tu rirais aux éclats si tu voyais mon ménage. Hier soir, nous étions à peu près onze à table et nous avions, je crois, trois assiettes ; comme grand personnage j’avais la mienne et je crois même en avoir changé.

Bonjour, mon enfant, je t’aime beaucoup, ta fille presque autant et toutes deux je vous embrasse très tendrement.

LOBAU

« Lettres d’un lion. Correspondance inédite du général Mouton, comte de Lobau (1812-1815). [Publiée et annotée par Emmanuel de Waresquiel] », Nouveau Monde Éditions, 2005, p.160.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 septembre, 2013 )

«Venez à ma rencontre…»

«Venez à ma rencontre…» dans TEMOIGNAGES maret

Lettre de Napoléon à Maret, duc de Bassano, Ministre des Relations Extérieures et se trouvant à Dresde.

Bautzen, 6 septembre 1813

Monsieur le duc de Bassano, je serai à Dresde avant sept heures du soir. Venez à ma rencontre sur la route. Dites au général Durosnel de faire partir 300 gardes d’honneur qui viendront au-devant de moi sur la grande route, jusqu’à ce qu’ils me rencontrent.

(« Lettres inédites de Napoléon 1er. Collationnées sur les textes et publiées par Léonce de Brotonne », Honoré Champion, Libraire, 1898, lettre n°1231, pp.500-501).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 septembre, 2013 )

« Je suis resté ici pour réorganiser le 1er corps d’armée et en prendre le commandement… »

Une nouvelle lettre du général Mouton, comte de Lobau, à son épouse. Il vient d’être nommé (3 septembre) à la tête du 1er corps d’armée.

Dresde, faubourg de la rive droite, le 4 septembre 1813.

Ma chère Cite [Félicité], l’Empereur est parti hier pour aller du côté de la Silésie. Où se trouve l’Empereur, nous sommes presque certains des succès, mais malheureusement il n’en est pas de même ailleurs. Il ne fait pas également beau partout. Il faudrait que S.M. pût être partout. Moi, je suis resté ici pour réorganiser le 1er corps d’armée et en prendre le commandement, le général Vandamme qui le commandait précédemment ayant été pris en Bohême dans un fort engagement dont les résultats n’ont pas été heureux. L’Empereur ne donne par là une grande preuve de confiance, mais une tâche énorme. J’emploierai tous mes moyens pour bien servir S.M. et remplir mes devoirs. Il est des circonstances où je regarderai comme un crime la moindre hésitation. Je connais assez ton âme, ma tendre et bonne amie, pour être persuadé que tu partageras mon opinion. Ce changement ne va pas me permettre de te donner souvent de mes nouvelles, mais je te promets de ne négliger aucune occasion de le faire.

Bonjour, ma chère, je t’embrasse de toute mon âme ainsi que ta fille.

LOBAU.

Je suis encore ici et je m’attends à chaque instant à recevoir l’ordre d’en partir. Le duc de Bassano sort de chez moi et je vais dîner avec lui. Bonjour mon cher enfant.

« Lettres d’un lion. Correspondance inédite du général Mouton, comte de Lobau (1812-1815). [Publiées et annotées par Emmanuel de Waresquiel], Nouveau Monde Éditions, 2005, pp.158-159). 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 3 septembre, 2013 )

«Qu’on renvoie cette canaille à coups de crosse»

«Qu’on renvoie cette canaille à coups de crosse» dans TEMOIGNAGES 1813-2013

Une lettre de Napoléon adressée au général Comte Friant, colonel des grenadiers à pied de la Garde Impériale.

Dresde, 3 septembre 1813.

En vous portant sur la route de Bautzen, vous trouverez beaucoup de traîneurs et de maraudeurs appartenant aux 3ème, 5ème et 11ème corps, qui ont jeté leurs armes. Mon intention est que vous les fassiez tous retourner sur Bautzen, où on leur porte des fusils. Faites faire des patrouilles à droite et à gauche de la route, et qu’on renvoie toute cette canaille à coups de crosse.

(« Lettres inédites de Napoléon 1er (An VIII-1815). Publiés par Léon Lecestre » Plon, 1897, tome II, p.289).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 1 septembre, 2013 )

Des nouvelles attendues…Quelles nouvelles reçues ?

Des nouvelles attendues…Quelles nouvelles reçues ? dans TEMOIGNAGES 1813-20131

Extraits de lettres de Cambacérès adressées à Napoléon.

30 août 1813

Sire,

La lettre que V.M. à la date du 24, après m’avoir appris remportée en Silésie, m’annonçait qu’elle était en grandes manœuvres. C’était assez pour me faire juger que nous touchions à des événements encore plus importants. En effet, le duc de Valmy [maréchal Kellermann] m’instruit par une dépêche télégraphique arrivée aujourd’hui avant midi, que V.M. lui a ordonné d’informer S.M. l’Impératrice de la grande victoire remportée à Dresde le 26, sur les Autrichiens, les Russes et les Prussiens, commandés par les empereurs d’Autriche, de Russie et par le Roi de Prusse. Je me suis empressé d’annoncer cette brillante nouvelle à S.M. à qui j’ai transmis la dépêche du duc de Valmy. Ma lettre a dû être expédiée par une estafette extraordinaire, suivant m’avis que j’en ai donné au comte de Valette [Directeur général des Postes]. Sans donner à cet événement une publication authentique, qu’il convient de réserver pour l’arrivée des communications directes que nous aurons cette nuit, ou demain, j’en ai fait part à tous ceux que j’ai eu  occasion de voir, et avec qui j’ai des rapports habituels d’affaire, notamment les ministres de la Guerre, de la Police, en sorte que la nouvelle a été bientôt connue, et n’a pas manqué d’exciter une grande joie. On est avide des détails et ce sentiment est bien naturel…

———————

31 août 1813

Sire,

Les détails sur la victoire remportée à Dresde le 26 par Votre Majesté sont vivement désirés. Je les attendais aujourd’hui, ils ne me sont point encore parvenus. Il est vraisemblable que duc de Bassano [Maret] ne les avait point lorsqu’il m’a écrit. Ce ministre, dans sa lettre du 26, dit seulement que les ennemis ont été attaqués et repoussés sur tous les points. Dans la même dépêche, le duc de Bassano m’apprend les avantages signalés remportés à Jauer par le comte de Lauriston, sur les armées russe et prussienne. Nous n’en avions encore rien.  […] S.M. l’Impératrice était encore à Cherbourg le 29. Le voyage de S.M. en Normandie a produit un excellent effet…

———–

1er septembre 1813

Sire,

J’ai été bienheureux de renvoyer la lettre que V.M. a daigné m’écrire de Dresde, le 27. Il me tardait d’avoir des nouvelles directes de V.M. et de savoir qu’elle est en bonne santé après tant de fatigue et une si grande activité. Les détails sur les journées des 26 et 27, sont vivement désirés. V.M. me dit que le duc de Bassano s’est chargé de me les transmettre. La dépêche qui les contiendra, arrivera par la prochaine estafette. Elle ne m’est point encore parvenue. V.M. aura vu que depuis avant-hier il y avait eu à la Bourse un mouvement de hausse assez considérable. C’est que l’on a une grande confiance dans les suites de la nouvelles victoire que V.M. vient de remporter.  Nous espérons que S.M. l’Impératrice arrivera le 4 au soir à Saint-Cloud. S.M a dû partir aujourd’hui de Cherbourg et se propose de séjourner le 3 à Rouen…

———————–

2 septembre 1813

Sire,

Les détails qui étaient attendu avec un si juste impatience, étaient dans la lettre que le duc de  Bassano m’a écrit le 27 août et qui m’est parvenue vers minuit. Dans le Postscriptum, le ministre me dit qu’il pense que je jugerai convenable de rendre sa lettre publique. Ces expressions m’ont paru préjuger la question et contenir l’approbation implicite de V.M. à une disposition que les circonstances rendaient nécessaire.

En effet, Sire, dans l’intervalle de temps qui s’est écoulé depuis l’arrivée de la dépêche télégraphique du duc de Valmy, il régnait dans l’opinion, non une incertitude sur les résultats des journées des 26 et 27, mais une sorte de crainte que ces triomphes ne fussent altérés par des malheurs particuliers. L’imagination qui grossit tous les objets et qui souvent les dénature, a besoin d’un régulateur. Dans toutes les guerres soutenues par V.M., ce régulateur s’est trouvé dans les bulletins, qui ont été publiés par ses ordres ; et lorsque la rapidité des événements empêche de les publier, il faut y suppléer d’une manière quelconque.  L’insertion au Moniteur de la lettre du compte Daru au duc de Feltre, et celle de la dépêche qui vient de m’être adressée par le duc de Bassano, ont pleinement satisfait aux besoins et aux vœux du public. Je ne saurais trop dire à V.M., combien est grande l’allégresse et avec quel empressement le Moniteur du jour a été recherché. Si ce journal avait été tiré à cent mille exemplaires, j’estime qu’on aurait trouvé facilement à les placer. Tout annonce qu’il y aura la 28, de nouvelles affaires. Nous espérons qu’elles auront été heureuses et brillantes comme celles des 26 et 27 ; ce qu’il nous faut surtout, c’est de savoir que V.M. est bien portante, et que ses forces physiques sont au-dessus de tous les événements.

———————–

3 septembre 1813

… S’il est vrai que le général Moreau ait terminé sa carrière, et n’ait point survécu à la honte dont il s’est couvert, cet exemple doit faire trembler ceux qui comme lui ont dévié de la bonne route. Je ne saurais trop exprimer à V.M. combien le public a été indigné, en apprenant que cet ex-général avait passé dans les rangs ennemis. 

Les lettres particulières qui arrivent en foule, ne parlent que des prodiges opérés dans les journées des 26 et 27 août. L’enthousiasme ce ceux qui les écrivent gagne ceux qui les reçoivent ; en sorte qu’on est dan une espèce d’ivresse. Ceux qui naguère paraissaient consternés, ne parlent  maintenant que de conquêtes. V.M. qui juge et apprécie ce qu’on appelle l’opinion publique, ne s’étonnera point de cette variation. Il n’y a d’ailleurs ici rien de nouveau.

———-

Bientôt la reddition du général Vandamme à Kulm le 30 août parviendra jusqu’à Paris…

(« Cambacérès. Lettres inédites à Napoléon. Tome II, Avril 1808-Avril 1814. Présentation et Notes par Jean Tulard », Éditions Klincksieck, 1973. Extraits des lettres n°1252, 1253, 1254, 1256, et 1257, pp.1035-1040).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|