• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 2 novembre 2013
( 2 novembre, 2013 )

2 novembre 1813…

2 novembre 1813... dans TEMOIGNAGES 1813-20131

[Pièce n°2561]. A Carra Saint-Cyr.

Mayence, 2 novembre 1813.

Ordre de ne point compromettre les troupes confiées à son commandement et de se retirer sur Wesel aussitôt qu’il y sera forcé par un nombre supérieur de troupes ennemies.

——-

[Pièce n°2562]. Berthier à Dombrowski.

Mayence, 2 novembre 1813.

L’intention de l’Empereur est que vous partiez de Mayence avec le 8ème corps d’infanterie polonais pour vous rendre à Deux-Ponts où vous réunirez ce corps et où vous resterez jusqu’à nouvel ordre.

—-

[Pièce n°2563]. Berthier au duc de Feltre [général Clarke, ministre de la Guerre].

Mayence, 2 novembre 1813.

D’après les intentions de l’Empereur, je donne ordre au général Fontanelli de réunir à Kaiserlautern tous les Italiens qui sont à  l’armée, infanterie, cavalerie et artillerie, et de partir avec eux pour se rendre à Milan en passant par le Simplon ; l’intention de Sa Majesté est qu’il fasse partir en poste les généraux et officiers dont il jugera la prompte arrivée plus utile en Italie et qu’il s’y rendre lui-même en poste.

——

[Pièce n°2564]. Berthier au duc de Feltre.

Mayence, 2 novembre 1813.

Conformément aux intentions de l’Empereur, j’ai autorisé M. le baron de Vence, colonel du 4ème régiment de chasseurs à cheval, à se rendre au dépôt de son régiment pour se guérir de la blessure qu’il a reçue le 30 du mois dernier.

———

[Pièce n°2565]. Berthier au duc de Feltre.

Mayence, 2 novembre 1813.

Conformément aux ordres de l’Empereur, j’ai donné des congés de convalescence aux officiers ci-après désignés pour se rendre à Paris et s’y faire traiter de leurs blessures.

M. le général de division comte Gérard, employé au 11ème corps : 3 mois.

M. le colonel Vincent, commandant le 19ème régiment de chasseurs : 2 mois.

M. l’adjudant commandant Tancarville, chef d’état-major du 4ème corps de cavalerie : 3 mois.

M. le capitaine Sainte-Marie, aide-de-camp du général penne : 3 mois.

(Arthur Chuquet, « Inédits napoléoniens », Ancienne  Librairie Fontemoing et Cie.-E. de Boccard Éditeur, 1914-1919, tome II, pp.239-240).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|