• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 28 janvier 2014
( 28 janvier, 2014 )

Dans l’Aube, le 28 janvier 1814…

Empire

Cette lettre a été écrite par Eugène Hautefeuille, major au 2ème régiment de cavalerie. L’auteur est envoyé dans le département de l’Aube.

Troyes, 28 janvier 1814.

A son Excellence, Monseigneur le duc de Feltre [général Clarke], ministre de la Guerre.

Monseigneur,

Arrivé depuis trois jours à Troyes où, conformément à vos ordres, je devais aller prendre ceux de M. le général Dulong, chargé d’organiser la levée en masse du département de l’Aube , j’ai été me présenter chez ce général, et les différentes conversations que j’ai eues avec lui ainsi que les renseignements que j’ai pris sur les lieux, m’ont convaincu que la mesure tardive d’une levée en masse dans un département dont les trois quarts sont infestés de partis ennemis-mesure qui doit concourir avec l’organisation de la Garde nationale-devient impossible dans son exécution et nulle dans ses effets.

La conviction où je suis que ces raisons me rendent absolument inutile dans l’emploi où m’avait appelé Votre Excellence et mon désir de partager les peines et les dangers de l’armée dans un moment où son sort tient de si près aux destinées de la France, me déterminent à supplier Votre excellence de vouloir bien me permettre de suivre le quartier-général de M. le duc de trévise [maréchal Mortier] qui est aujourd’hui à Troyes dans le cas où son corps d’armée changerait de position.

(Lettre extraite du volume que l’historien Arthur CHUQUET a consacré à l’année 1814).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 janvier, 2014 )

Joseph nommé lieutenant général de l’Empire.

Meissonier 1814

[Pièce n°6427]. Saint-Dizier, 28 janvier 1814.

Notre bien-aimé frère le roi Joseph est nommé notre lieutenant général. Il aura au reste en cette qualité le commandement de la Garde nationale de Paris, tel que nous nous l’étions réservé, et celui des troupes de ligne et des Gardes nationales de la 1ère division militaire. Il commandera notre Garde sous les ordres de la Régente [l’impératrice Marie-Louise]. Il prendra toutes les mesures nécessaires pour la défense de notre capitale et de ses environs.

 

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion Editeur, 1912, p.448)

——–

On consultera avec intérêt la correspondance de Joseph, resté à Paris,  à l’Empereur. Il y dépeint sans cesse une situation catastrophique,  les manques de matériels, armes, etc., et ne cache pas son espoir d’une paix à tout prix avec les Alliés ; voir aussi mon volume « Napoléon, la dernière bataille. Témoignages 1814-1815 », paru le 9 janvier 2014 aux Editions Omnibus.

C.B.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|