• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 4 mai 2014
( 4 mai, 2014 )

Le débarquement de Napoléon à Portoferraio…

0hbe

« Nous avons mouillé hier à Porto Ferrayo [Portoferraio] et aujour’huy [aujourd’hui] nous sommes venus à terre. L’isle [île] est plus jolie que nous le pensions. Suivant le capitaine Campbell et le colonel Vincent [Charles Vincent (1753-1831), officier français résidant sur l’île et directeur des fortifications] qui a demeuré 16 ans à Saint-Domingue, elle ressemble beaucoup aux colonies. Les habitations ne sont pas brillantes, aucune maison ne vaille celle de mon père à Châteauroux. Mais cependant elles sont passables. Il y en a de plus grandes ; les petites maisons de campagne sont nombreuses et assez jolies mais petites… Le climat n’est pas aussi chaud qu’on me l’avait dit et n’approche pas celui des colonies selon le colonel Vincent. Il y a de jolies vallées, des arbres, des futayes [futaies] et de l’eau. Nous irons voir F. [lieu non identifié], Gênes et Livourne, Rome et Florence. Nous avons fait un très bon voyage, pas de tempêtes, tous les officiers anglais de la frégate étaient d’un commerce agréable, de bonnes manières douces  et de bonne éducation… » 

(Lettre du général Bertrand à sa femme, datée de « Porto-Ferraïo [Portoferraio], ce 4 avril [erreur, lire « mai »] 1814 » (Collection particulière).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 mai, 2014 )

Une lettre de Napoléon à Marie-Louise écrite depuis Portoferraio.

ML2

Ma bonne Louise. Je suis resté 4 jours en mer par un temps calme. Je n’ai point du tout souffert. Je suis arrivé à l’île d’Elbe qui est très jolie. Les logements y sont médiocres ; je vais en faire arranger en peu de semaines. Je n’ai pas de nouvelles de toi. C’est ma peine de tous les jours. Ma santé est fort bonne. Adieu, mon amie, tu es loin de moi, mais mon idée est avec ma Louise. Un tendre baiser à mon fils. Tout à toi.

Nap.

Portoferraio, le 4 mai [1814]

(« Marie-Louise et Napoléon, 1813-1814. Lettres inédites… », Librairie Stock, s.d. [1955], pp.252-253).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|