( 27 mai, 2014 )

La Garde a débarqué à l’île d’Elbe !

GI

« Le 26 mai [1814], beau temps, le vent variable du nord-ouest au sud-est, presque calme. De très grand matin, le souverain de l’île d’Elbe se rendit au quai où les transports anglais étaient accostés pour donner des ordres et assister lui-même au débarquement de ses troupes, des effets et des bagages. A six heures du matin, il fit armer à la hâte l’un de ses canots et se rendit inopinément à bord de la Dryade [frégate commandée par le capitaine Peytis de Moncabrié], accompagné de son grand maréchal du palais, du général Cambronne, commandant la Garde, qui venait d’arriver, de plusieurs autres officiers supérieurs, et du commandant des transports anglais. Comme on ne s’attendait pas à cette visite, du moins d’aussi bonne heure, on était encore occupé à laver et à nettoyer la frégate. Cela n’empêcha pas ce souverain de faire le tour du bâtiment sur les gaillards et les passe-avants. Chemin faisant, il demanda à plusieurs marins leurs nom, celui de leur quartier, leurs fonctions à bord. Ensuite, arrivé sur le gaillard d’arrière, il s’adressa à M. le commandant de Moncabrié pour s’informer de l’époque de son départ de Toulon et de l’objet de sa mission. Le commandant ayant satisfait à ses demandes, Napoléon se retira en lui disant :

- Capitaine, je viendrai vous voir dans un autre moment.

La Garde était sous les armes, le tambour battit « Aux Champs ! ». Il ne fut point fait de salut à la voix. L’équipage resta immobile, et dans le plus grand silence. En sortant de la Dryade où Napoléon avait passé environ dix minutes, le souverain se rendit à bord de la frégate anglaise où il resta à peu près le même temps. En débordant pour se rendre à terre, il fut salué, par l’équipage de cette frégate, de cinq cris de « Hourra ! » Tous les bâtiments anglais et autres qui étaient sur la rade, à l’exception de la Dryade et du brick l’Inconstant, le saluèrent également, les anglais par des « Hourra ! » Les autres par des cris de « Vive l’Empereur ! ». A neuf heures et demie du matin, les capitaines anglais de la frégate [Ussher] et du brick, et le colonel Campbell vinrent faire une visite à M. de Moncabrié. Ce commandant les invita à déjeuner pour le lendemain. »

(Vicomte de Charrier-Moissard, « Journal », in « Toute l’Histoire de Napoléon. La Déportation de Napoléon à l’île d’Elbe », n°3-Avril 1952, Editions Académie Napoléon, pp.48-49).
———
« La Garde était joyeuse de revoir son chef, et l’Empereur joyeux de se trouver au milieu de ses vieux grognards. Les habitants étaient dans l’ivresse : ils arrivaient de toute part. Ils disaient : « La disgrâce de l’Empereur fera la bonheur de l’île d’Elbe ».

(« Mes souvenirs de l’île d’Elbe » par Vincent, sellier de l’Empereur, in « Documents sur le séjour de Napoléon 1er à l’île d’Elbe », dans la « Nouvelle Revue Rétrospective », 1895).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La Garde a débarqué à l’île d’Elbe ! ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|