Accueil TEMOIGNAGES « Le Roi nous ignore ! »

« Le Roi nous ignore ! »

Commentaires fermés
0
23

soldats

Rapport du 31 mai 1814.- Il circule dans Paris un grand nombre d’officiers qui, dans les lieux publics, s’exaspèrent et tiennent de fort mauvais propos. Ceux du 58ème régiment d’infanterie de ligne se plaignent de ce que le Roi ne leur ai rien dit, hier, lorsqu’ils lui ont été présentés. Le Roi dit naturellement si bien, qu’il n’est pas étonnant qu’on prenne son silence pour une disgrâce. 

(Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814. D’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, Firmin-Didot et Cie Éditeurs, s.d. [1897], p.19).

—–

Comte Jules Angles

Quelques mots sur l’auteur de ce rapport. En 1799, le comte Jules Anglès (1778-1828) entre à l’École Polytechnique. En 1806, on le retrouve comme auditeur au Conseil d’État, puis intendant en Silésie, la même année. En 1809, il est en Autriche et devient maître des requêtes au Conseil d’État, chargé du 3ème arrondissement de la Police générale englobant les départements italiens. Au début de la première Restauration, Anglès est nommé par Louis XVIII « Commissaire du gouvernement provisoire à la police générale de la police du Royaume par intérim », dépendant du comte Beugnot, ministre de l’Intérieur. En décembre 1814, Anglès prend définitivement la Direction de la Police du Royaume, par suite de la nomination de Beugnot comme ministre de la Marine. Durant les Cent-Jours, il suit Louis XVIII à Gand, en Belgique et ne revit à paris qu’après Waterloo ; en septembre 1815 il devient préfet de police de Paris (jusqu’en décembre 1821).Ses rapports viennent compléter les Bulletins que le comte Beugnot adresse quotidiennement à Louis XVIII.

C.B.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Christophe
Charger d'autres écrits dans TEMOIGNAGES
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Généraux morts en 1814 pour la Patrie

Ils sont au nombre de douze :  AVY, tué devant Anvers, à la défense de Merxem, le 13 janvi…