• Accueil
  • > TEMOIGNAGES
  • > « Les journées de l’Empereur s’écoulaient dans les plus douces occupations. »
( 21 août, 2014 )

« Les journées de l’Empereur s’écoulaient dans les plus douces occupations. »

Ile Elbe 2014 2

Un extrait du témoignage de Guillaume Peyrusse, qui était à cette époque, « Trésorier général des revenus de l’île d’Elbe et payeur de toutes les dépenses ».

C.B.

15 août 1814. La fête du 15 août [celle commémorant la naissance de Napoléon] fut célébrée avec transport dans toute l’île. La ville de Porto-Ferrajo [Portoferraio] donna un bal à l’Empereur et à la Garde. Une vaste salle fut construite sur la place et ouverte de toutes parts, Sa Majesté ayant exprimé le désir que toute la ville prenne part à la fête[1]Les journées de l’Empereur s’écoulaient dans les plus douces occupations. Sa Majesté avait rassemblé tous les bulletins de ses campagnes d’Italie pour faire l’histoire de sa vie militaire. Aucun de nous ne pouvait assigner le moment où il sortirait de l’île. Tout le monde s’y plaisait. Nos rapports avec la France, avec nos familles, n’avaient jamais été interrompus. L’autorité du souverain se faisait à peine sentir dans l’île. La contribution foncière, qui s’élevait à 24,000 Fr., rentrait péniblement, Sa Majesté m’ayant fait connaître son intention de n’user de contrainte avec aucun contribuable. Tous les autres revenus publics étaient à jour. Notre petite souveraineté était paternellement administrée. Nous vivions, sous un climat doux et tempéré, heureux, satisfaits de lier notre existence à celle de Sa Majesté.

Mon service étant bien réglé, j’eus la curiosité de visiter un pays que je croyais devoir habiter longtemps.

L’île d’Elbe était connue des anciens et déjà habitée que Rome n’était pas encore bâtie. Virgile, dans le 10ème livre de l’Enéide, en faisant le dénombrement des troupes qui s’étaient rangées sous les drapeaux d’Enée, après son débarquement en Ausonie, y comprend trois cents guerriers venus de l’île d’Elbe.

Cette île forme un triangle presque équilatéral ; sa circonférence peut être portée à 24 lieues, en raison des enfoncements et des détours que présentent ses côtes.

Sa population, au moment de notre occupation, était de 12,000 âmes. Sous la domination successive des Etrusques, des Carthaginois, des Romains, des Vandales, des Génois, des Pisans et des Lucquois, elle échut à l’Espagne pour la conquête qu’en fit en son nom le vice-roi de Naples. Après diverses vicissitudes, l’île d’Elbe échut au roi de Naples qui, par le traité du 28 mars 1801, en fit la cession à la France.

Le sol de cette île est sec et aride. L’agriculture y est très bornée ; mais les vignobles y sont beaux et les vins d’une qualité excellente. Ses rochers renferment toutes sortes de métaux. La mine de fer la plus abondante est celle de Rio. Elle a des racines très profondes et s’étend l’espace d’un mille environ dans les flancs d’une montagne ; elle était en pleine activité et son revenu dépassait 300,000 Fr. Dans les environs de Rio, on trouve, comme en Sardaigne et en Corse, l’asbeste ou pierre d’amiante dont les filaments soyeux et incombustibles se filent et forment des tissus que l’on blanchit en les jetant au feu.

Certains cantons recueillent assez de blé pour la subsistance de leurs habitants ; dans les autres cantons, cette récolte est insuffisante. L’île d’Elbe fournit deux espèces de vins de dessert très estimés ; le vermouth, qui est composé de vin blanc et de plantes odorantes, et l’aleatico.

Le seul territoire de Rio manque de toute espèce de productions ; les habitants s’appliquent presque exclusivement à l’exploitation du fer, et les soins de l’administration de la mine préservent ce canton de la disette en payant aux mineurs une partie de leur salaire en grains.

L’arbre forestier manque partout ; on ne trouve guère  que des arbustes et des buissons de romarins et de buis.

Les Elbois sont attachés au sol qui les vus naître. L’amour du travail, la bravoure et la probité, ordinaire partage de l’homme laborieux, les distinguent particulièrement. Leur taille est ordinaire et régulière, leur constitution robuste. Leurs cheveux sont généralement noirs, leur peau brune, leur regard vif et pénétrant. Le costume des femmes se compose d’un chapeau de paille noir, d’un corset blanc et d’une jupe courte, rouge ou bleue.

Toute leur coquetterie, qui n’est pas sans charme, consiste en une fleur, des rubans, un gros anneau, de larges boucles d’oreilles et une chaîne en mauvais or.

Le sang des Elbois est beau ; on ne peut pas dire que les femmes soient jolies. Les habitations sont basses ; l’intérieur en est tenu avec propreté.

Ce peuple n’est pas très vif dans ses plaisirs. Ses danses offrent peu de gaîté ; son langage est un patois dérivé du Toscan ; l’Elbois est insouciant pour tout art industriel ; aussi ne trouve-t-on dans le pays ni fabrique ni manufacture.

Le commerce des Elbois consiste dans l’importation des grains, fromages, bestiaux, et dans l’exportation du sel, du thon, des vins, du vinaigre, du granit et surtout du minerai, que le défaut de bois dans l’île oblige de transporter pour le fondre et le travailler sur les côtes de Gênes ou de Corse.

L’île d’Elbe renferme deux villes, Porto-Ferrajo [Portoferraio] et Porto-Longone, et quelques bourgades et villages.

Porto-Ferrajo [Portoferraio], jolie petite ville, se présente sur une longue pointe de rochers très escarpés. Son port, vaste et profond, peut recevoir les plus gros vaisseaux. On y compte trois mille habitants. Les remparts dont elle est entourée, les fortifications qui la défendent, deux forts, la Stella et le Falcone, qui dominent la rade, ont fait de cette place une des forteresses les plus considérables de l’Italie.

Porto-Logone a aussi un beau port ; sa forteresse, construite sur un rocher, est presque inaccessible.

Rio, chef-lieu d’un canton de Porto-Longone, est une bourgade qui compte 1,800 âmes ; ses environs sont peu cultivés, parce qu’on s’y occupe exclusivement de l’extraction des mines de fer, qui donnent de 75 à 80 % d’excellent fer égal à celui de Suède et de Sibérie.

Les salines qu’on exploite sur la côte maritime de Porto-Ferrajo [Portoferraio], faisaient autrefois une partie des mieux assurées des droits régaliens du souverain. Le sel s’y prépare sans qu’on ait besoin de bois. La chaleur du soleil en opère la dessiccation et le rend d’une excellente qualité.

Tel était l’état de l’île lorsque l’Empereur vint l’habiter. Mes courses dans l’île me ramenaient tous les soirs à Porto-Ferrajo [Portoferraio]. Sa Majesté nous avait flattés dans l’espoir de voir bientôt arriver sur l’île Sa Majesté l’Impératrice et Sa Majesté le Roi de Rome. L’Empereur même avait annoncé que la Garde n’attendait que l’arrivée de Leurs Majestés pour rendre à la ville le bal qu’elle en avait reçu. Déjà des préparatifs de réception avaient eu lieu à Marciana, jolie petite résidence dans l’île ; on y bâtissait des cuisines, on y dressait des tentes ; le garde-meuble y faisait transporter les effets et objets d’ameublement nécessaires. Tout concourait à nous laisser dans l’espoir que Sa Majesté nous avait donné.


[1] « Le 15 août, la fête de l’Empereur fut célébrée dans l’île ; les autorités civiles, ecclésiastiques et militaires, vinrent présenter leurs respects à Sa Majesté. Un grand dîner eut lieu à cette occasion…La Garde ne voulut pas rester en arrière de la ville, elle voulut aussi donner sa fête. Lorsque la nuit fut venue, les artilleurs tirèrent un très beau feu d’artifice préparé par leurs mains. Le soir il y eut un bal public. Sa Majesté  après l’avoir vu commencer, rentra, changea son uniforme contre un frac bourgeois, mit un chapeau rond, et fut avec le comte Bertrand se mêler à la foule. » (Marchand, ibid., tome I, pp.61-62).

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ « Les journées de l’Empereur s’écoulaient dans les plus douces occupations. » ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|