( 2 octobre, 2014 )

Quelques figures elboises…(2)

Drapeau ile d'Elbe« Le commandant Mallet, chef de bataillon de la garde, avait peu d’instruction, mais c’était une belle nature de soldat, de bon soldat franc, loyal, dévoué, pouvant honorablement remplir sa tâche et la remplissant à la complète satisfaction de l’Empereur, ainsi qu’à celle des braves qui étaient immédiatement sous ses ordres. Le capitaine Laborde, adjudant-major, avait reçu une bonne éducation, en avait profité, et, malgré son exaltation méridionale, tout en lui témoignait d’un bon coeur ainsi que d’une belle âme. Il était brave comme l’épée de Bayard.

Le lieutenant en premier Mélissent, sous-adjudant-major, ne fit que paraître et disparaître, et lorsqu’il s’en alla, ses camarades se demandèrent pourquoi il était venu. Son départ prématuré fit que personne ne le regretta; c’était cependant un bon officier.

L’officier payeur, Félicien Arnaud, était à la fois un excellent soldat et un bon comptable, et tous les braves l’entouraient d’estime. D’un talent distingué, homme de science et homme d’épée, généreux, dévoué, religieusement soigneux pour les blessés, le chirurgien Emery, chirurgien en chef de la garde, était une des belles illustrations de ce corps éminemment illustre, et Grenoble, qui a donné tant de grands hommes à la patrie, peut le compter parmi ses enfants d’une noble distinction. Nous le retrouverons à notre débarquement en France.

Voilà pour l’état-major.

Le capitaine Lamouret, doyen des capitaines de la garde, renfermé strictement dans le cercle de ses devoirs militaires, cherchait peu à aller au-delà, et l’estime l’entourait. Le lieutenant en premier Thibaut avait la réputation d’un bon officier, et avec les braves de la Garde, il était impossible que ce fût une réputation usurpée. Je ne connaissais pas le lieutenant en second Lerat. Toutefois, je savais qu’il était considéré.

La seconde compagnie avait pour son chef le capitaine Combe, qui s’était fait honorablement remarquer le jour de l’infâme trahison de Marmont, et qui est mort glorieusement au siège de Constantine. Le capitaine Combe avait beaucoup d’esprit naturel; il était instruit, les beaux-arts occupaient ses loisirs, il dessinait assez bien. Il avait une force musculaire remarquable. Son père, colonel, l’avait élevé très durement, et il s’était de bonne heure habitué à cette dureté; on pourrait même dire qu’il se l’était appropriée, ce qui quelquefois le rendait gênant pour ses camarades. Son courage était à toutes les épreuves; mais il était au moins aussi ambitieux que brave, et, s’il avait vécu, il aurait donné de la tablature au pouvoir. Je n’ai pas connu le lieutenant en premier du capitaine Combe, M. Joseph Duguenot. Le capitaine Combe en parlait avantageusement.

Le lieutenant en second Bigot faisait honneur à son habit. Je l’avais quitté avec la réputation du bon soldat, je l’ai retrouvé avec les sentiments d’un bon citoyen, ce à quoi MM. les Impériaux ne m’ont pas habitué. La troisième compagnie n’avait pas son capitaine titulaire. Elle était provisoirement commandée par le lieutenant en premier Charles Dequeux, officier capable qui la commandait bien et qui méritait de la commander définitivement. Un autre lieutenant en premier, Jean-Pierre-Édouard Paris, avait une noble conduite et jouissait d’une belle réputation. M. Jean-François Jeanmaire, sous-lieutenant dans cette compagnie, tenait une belle place dans le rang des bons officiers, et, jeune encore, il était considéré comme un excellent militaire. Ce brave est maintenant messager d’État à la Chambre des députés.

Le capitaine Jules Loubert affectait les allures de ce qu’on appelle une personne bien née: ce qui n’est pas toujours la preuve d’une haute naissance. Cependant le capitaine Loubert était «fils de famille», comme on disait jadis. Ses prétentions aristocratiques le rendaient impopulaire; il n’était pas aimé. L’Empereur le chargea d’aller à Gênes acheter des draps. Puis il le choisit pour être le danseur de la princesse Pauline, ce qui était un bon choix, car le capitaine Loubert dansait parfaitement. On le considérait comme le Vestris de la Garde, qui avait cependant d’autres fort bons danseurs. Bien manier les jambes n’empêche pas de bien manier l’épée, le capitaine Loubert était un bon officier. La garde nationale de Paris lui donna une grande marque d’estime: elle le nomma colonel d’une de ses légions.

Le lieutenant en second Seré-Lanaure comptait au nombre des braves. Le lieutenant en second Franconin se faisait remarquer par une politesse exquise; il était aussi bien placé dans un salon que dans un camp. À travers la douceur de son caractère, ses yeux brillaient de courage, et comme soldat son rang était au premier rang des braves.

Une grande nomenclature de prénoms a quelque chose de la prétention d’une grande série de titres. Ce n’est pas le capitaine Louis-Marie-Charles-Philippe Hurault de Sorbée qui me fera changer d’avis à cet égard. Ce capitaine arriva à l’île d’Elbe avec la garde; il était officier distingué. Mais il avait laissé son épouse auprès de Marie-Louise; l’Empereur lui donna une mission qui le rendit à sa compagne conjugale. Le capitaine Hurault de Sorbée est maintenant maréchal de camp; il était déjà colonel sous la Restauration. Le lieutenant en second Chaumet dirigea cette compagnie lorsque le capitaine Hurault de Sorbée en quitta le commandement, et il la dirigea très bien.

Cette compagnie avait aussi le lieutenant en second Claude-Charles Noisot. La nature du lieutenant Noisot était l’une de ces belles natures qui se font aimer à tort et à travers. Jeune, léger, étourdi, impétueux, aimant, dévoué, brave, plein d’honneur, il avait tous les légers défauts ainsi que toutes les belles qualités du jeune chevalier français. C’était un de ces bons soldats qui savent aussi être bons citoyens. Le lieutenant Noisot a conservé dans toute sa pureté sa religion d’amour pour la mémoire de l’Empereur, et, à ses frais, il vient dans sa propriété de faire élever une statue en bronze au héros de la France: hommage pieux qui n’est même venu à la pensée d’aucun des maréchaux de l’Empire! Je paye un tribut de reconnaissance nationale au lieutenant Noisot. Que ma parole amie aille lui faire comprendre combien j’ai été profondément ému du bel exemple qu’il a donné !

Le capitaine Mompez était un officier capable. Ce n’était pas l’officier sur l’amour duquel l’Empereur pouvait le plus compter; il se préparait à rentrer en France lorsque l’Empereur quitta l’île d’Elbe.

Un lieutenant en second, Barthélémy Bacheville, était aussi attaché à la 6ème  compagnie, commandée par le capitaine Mompez. Il avait toutes les qualités d’un soldat, et lorsque le gouvernement de la Restauration eut crié haro sur tous les hommes de cœur, le lieutenant Bacheville dut s’expatrier.

Le lieutenant en second Mallet n’avait pas à beaucoup près les belles qualités du commandant Mallet. C’était un officier ordinaire. Les officiers polonais qui n’avaient pas quitté l’Empereur se comportèrent à l’île d’Elbe comme des officiers modèles, et le colonel Germanowski y apparut avec une haute supériorité; les capitaines Schultz et Balinski étaient aussi des hommes dignes. L’Empereur honorait tous ces enfants adoptifs de la France; il aimait à s’entretenir avec eux, et il était toujours satisfait de leur entretien. Malheur à la France, alors qu’elle est gouvernée de manière à ne pouvoir pas se dévouer à sa sœur la Pologne! Le gouvernement de la France qui abandonne la Pologne est un gouvernement de malédiction pour les Français. Ce n’est pas ici de l’exaltation, c’est de l’honneur. L’abandon de la Pologne est un crime de lèse-humanité. Ce crime sera puni le jour même où la nation française reprendra l’exercice de sa puissance suprême. »

(André Pons de l’Hérault, « Souvenirs et Anecdotes de l’île d’Elbe », Plon, 1897. Nouvelle édition: Les Editeurs Libres, 2005. Préface et notes de Christophe Bourachot).

 
 
Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Quelques figures elboises…(2) ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|