( 11 décembre, 2014 )

Au hasard de mes lectures…

Au hasard de mes lectures...

Retour sur 2 témoignages…

J’ai relu récemment les « Souvenirs »du comte de Lignières et les « Mémoires » du général de Lorencez. Ces deux titres ont été réédités en 2005 sous le label A la Librairie des Deux Empires (à cette époque devenu la propriété de la société LCV Services). Le texte de Marie-Henry, comte de Lignières, dès les premières pages, nous rend ce personnage sympathique. L’homme est cultivé, joue aisément du piano et sait tout autant faire le coup de feu quand il le faut.  Après avoir effectué un passage à l’École militaire de Fontainebleau, il rejoint les rangs du 59ème de ligne. Il participe aux campagnes de Prusse et d’Espagne, effectue un passage sur la frégate l’Alcmène avant d’être nommé dans la Vieille Garde, plus exactement comme lieutenant en premier au 1er régiment de chasseurs à pied. C’est dans cette unité qu’il fait la campagne de Russie. Son récit devient alors plus étoffé. Nous ne sommes plus en 2014 mais en 1812, sur les bords de la Bérézina : « Nous crevions de faim. »  déclare l’auteur. Lignières survit à l’enfer blanc et combat encore en Allemagne, en 1813.  La campagne de France n’est pas abordée et les Cent-Jours ne le sont que très brièvement. Bien plus tard, en 1840, l’auteur est en garnison à Alger, où il se retrouve sous les ordres du célèbre général Berthezène, un autre ancien combattant des guerres de l’Empire, devenu commandant en chef en Algérie.

Les « Mémoires » du général de Lorencez, écrits avec un peu plus de sobriété n’en présentent pas moins un intérêt certain. Ce personnage qui épousa une des filles du maréchal Oudinot et fut beau-frère du général Pajol, est un fin observateur. Après avoir combattu dans les rangs de l’armée des Pyrénées, nous le retrouvons engagé dans la campagne d’Italie, présent aux batailles de Loano, de Mondovi, de Lodi et d’Arcole. En décembre 1804, alors colonel, Lorencez prend le commandement du 46ème de ligne. Il se bat à Austerlitz et plus tard à Iéna.  Il  est présent à Eylau : « L’infanterie russe marchait en même temps que nous; la mêlée fut vive, mais elle fut courte. Le 46ème s’y maintint malgré une canonnade épouvantable de toute la ligne russe, qui mit le quart de mon monde hors de combat », écrit l’auteur. Il est de nouveau présent  sur le terrain lors des batailles d’Heilsberg et de Friedland. En 1809, Lorencez se bat en Autriche avant de se retrouver en Russie. Après avoir obtenu un congé de trois mois en France « bien nécessaire à ma santé, fort ébranlée », écrit-il, le voici en pleine campagne d’Allemagne, à la tête de la 3ème division du corps d’observation d’Italie. Il ne prit pas part à la campagne de France. Il reprend du service après le retour de l’Empereur en France, en mars 1815, chargé de former des bataillons de la Garde nationale dans les différents départements.

C.B.

(Marie-Henry, comte de LIGNIERES, « Souvenirs d’un chasseur à pied de la Vieille Garde », A la Librairie des Deux Empires, 2005 , 200 pages.)

Général de LORENCEZ « Mémoires  (1794-1815) », A la Librairie des Deux Empires, 2005, 220 pages.)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Au hasard de mes lectures… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|