( 17 mars, 2015 )

Nouvelles contradictoires circulant dans Paris…

« 17 Mars 1815. -La journée et la nuit ont été fort calmes dans Paris. La pluie y a peut-être beaucoup contribué, en diminuant les groupes, parce qu’on s’aperçoit que les esprits s’échauffent et fermentent, même parmi le peuple. Bien des personnes croient qu’il serait difficile de répondre de la tranquillité, si deux jours de beau temps favorisaient les rassemblements populaires. Les nouvelles les plus contradictoires ont couru aujourd’hui, tantôt-on a dit que M. le Maréchal Ney était entré à Lyon et les Marseillais à Grenoble; tantôt, on a assuré que M. le Maréchal, n’ayant pu contenir ses troupes, avait été entraîné par elles à Bonaparte. Le bruit répandu que le Général Ameil avait été arrêté à Auxerre, avec une avant-garde de 800 satellites de Bonaparte, avait d’abord relevé les esprits; mais, bientôt on a su que ce général avait été surpris seul, ou presque seul, par un inspecteur général des Postes, nommé Augustius, et amené à Paris. On s’est aussitôt servi du nom d’Ameil pour débiter que Bonaparte n’avait pas seulement 10.000 hommes, comme le mandent les autorités des villes dont il approche, mais 20 à 25.000. En une pareille position, l’opinion ne peut manquer d’être violemment agitée et, quoique toujours très fortement prononcée contre Bonaparte, elle est encore bien plus occupée à accuser le gouvernement qu’à le seconder en une telle crise. La Chambre des députés, elle-même, a aussi donné dans cet étrange travers. On y délibérait, en comité secret, sur la réponse à faire à l’admirable discours du Roi. On avait proposé de proclamer que la guerre actuelle était vraiment nationale, lorsqu’un autre membre a demandé qu’on déclarât que les ministres n’avaient plus la confiance de la nation et qu’on suppliât le Roi de les changer. »

 

(Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814. D’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, Firmin-Didot et Cie, Éditeurs, 1897, pp.294-295).

——–

Ici s’arrêtent les rapports du comte Anglès, commencés le 22 avril 1814 . Dans trois jours, l’Empereur retrouvera sa capitale !

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Nouvelles contradictoires circulant dans Paris… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|