Accueil HORS-SERIE «Il faut mettre hors la loi le peuple français.»

«Il faut mettre hors la loi le peuple français.»

Commentaires fermés
0
35

« Dans les casernes de Bruxelles, on criait : Vive l’empereur! à Gand, le peuple se moquait des émigrés; à Liège, à Mayence, à Aix-la-Chapelle, à Trèves, à Spire, à Luxembourg, les populations molestées par les Prussiens préparaient des cocardes tricolores. En Piémont, des soldats désertaient pour s’engager dans l’armée française. En Westphalie et dans le Mecklembourg, où Napoléon avait aboli le servage et les corvées féodales, son nom était resté cher aux petits. A Dresde, on illumina quand on apprit l’évasion de l’île d’Elbe. Mais les voix isolées des partisans de Napoléon se perdaient dans l’immense clameur de l’Allemagne, au cœur de laquelle la crainte d’une nouvelle invasion avait réveillé la haine des Français. Les journaux publiaient la Déclaration du Congrès, le manifeste mystique du roi de Prusse, les proclamations gallophages de Justus Grüner, en les accompagnant d’effroyables menaces et de lourdes invectives contre la France. Du Rhin à l’Oder, tout le pays retentissait des aboiements de la presse tudesque : « Les Français s’imaginent ne pas avoir été vaincus, il faut leur donner la conviction qu’ils le sont. Ce n’est qu’en leur ôtant pour un siècle l’envie de faire fortune par la guerre qu’on empêchera ce peuple turbulent d’inquiéter ses voisins. »

-« Nous avons eu tort de ménager les Français.

Nous aurions dû les exterminer tous. Oui, il faut exterminer cette bande de 500,000 brigands. Il faut faire plus: il faut mettre hors la loi le peuple français. » – « Cette fois, il faut partager la France. Le monde ne peut rester en paix tant qu’il existera un peuple français. Changeons-le en peuple de Neustrie, de Bourgogne, d’Aquitaine. » – « Point de traités avec les Français. La proscription prononcée par le congrès contre le chef devra s’étendre à toute la nation. Il faut les exterminer, les tuer comme des chiens enragés. »

 (Henry HOUSSAYE, « 1815. La première Restauration.-Le retour de l’île d’Elbe.-Les Cent-Jours », Perrin et Cie, 1893, pp.453-454) 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Christophe
Charger d'autres écrits dans HORS-SERIE
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Le capitaine Louis Bégos.

Le Suisse Louis Bégos a tout juste seize ans, lorsqu’il embrasse la carrière des armes. Il…