• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 avril 2015
( 3 avril, 2015 )

Napoléon écrit au maréchal Davout…

Lettre de Napoléon au maréchal Davout, prince d’Eckmühl,

Ministre de la Guerre, à Paris.

Paris, 3 avril 1815.

Vous me dites qu’il faut faire un dépôt pour tous les hommes rappelés dont les régiments ont été supprimés, mais ces régiments ont été incorporés dans d’autres ; ainsi il n’y a pas de régiments supprimés. Faites imprimer tous les décrets qui rappellent les militaires avec les tableaux et envoyez-les aux départements auxquels on peut les adresser. On verra après si on doit les mettre au Moniteur. Ce serait une erreur de croire que tout ce qui s’imprime sur l’administration soit connu de l’étranger. Je voudrais voir ce tableau, il y a eu six jours de perdus : il faudrait qu’il fût imprimé dans la nuit. Je vois que vous évaluez le total des militaires rappelés à 50.000 hommes. Si une bonne impulsion est donnée à la nation, ce nombre sera plus considérable, mais il n’y a aucune espèce de doute que cette mesure qui est suffisante aujourd’hui ne le serait plus si nous avions la guerre et qu’il faudrait avoir recours à la conscription.

(« Lettres inédites de Napoléon 1er, collationnées sur les textes et publiées par Léonce de Brotonne », H. Champion, Libraire, 1898, tome II, p.559, pièce n°1388).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 3 avril, 2015 )

Marie-Louise après le débarquement de l’Empereur à Golfe-Juan…

Marie-Louise

« La vérité, c’est que si Marie-Louise fut profondément troublée à la nouvelle du débarquement au golfe Jouan, elle ne ressentit qu’une angoisse égoïste. Indifférente à la perte comme au triomphe de Napoléon, elle n’envisageait ces deux alternatives que par rapport à elle-même. Si l’entreprise échouait, elle craignait que la souveraineté de Parme, obtenue avec tant de peine, ne lui fût retirée. Si Napoléon recouvrait l’empire et s’imposait à l’Europe, elle ne s’effrayait guère moins en pensant qu’il lui faudrait monter encore une fois sur le trône instable de France, recommencer la vie d’apparat et d’agitation dont l’éloignaient, sa nature tranquille et ses goûts modestes. En cette femme, fille d’empereur et femme d’empereur, il y avait une petite bourgeoise, née pour vivre dans un intérieur agréable entre un mari, des enfants et un clavecin. Combien elle préférait aux pompes et aux grandeurs soucieuses des Tuileries, l’existence obscure et paisible qu’elle s’était promise de mener avec son bien-aimé, le comte Neipperg, dans le joli ermitage de Parme. Elle n’avait pas la force de se séparer de cet homme fatal. Puis, elle redoutait les indiscrétions de son entourage, elle se rappelait les torts qu’elle avait eus envers l’Empereur. La pensée de se retrouver devant Napoléon la remplissait de crainte et de confusion. Ce fut Neipperg qui apprit le premier à Marie-Louise, au retour d’une sentimentale promenade à cheval, que Napoléon s’était évadé de l’île d’Elbe. On imagine aisément quelle ligne de conduite il suggéra à l’ex-impératrice. S’il fut moins brutal que l’archiduc Jean, qui dit à sa nièce: « -Ma pauvre Louise, je te plains, et ce que je désire, pour toi et pour nous, c’est qu’il se casse le cou, » il n’en fut que plus persuasif. Le 8 mars 1815, la nouvelle s’étant répandue à Schönbrunn, des domestiques français crièrent : « Vive l’Empereur ! » Neipperg les menaça de les faire pendre. On se contenta de les envoyer à la frontière, et la gouvernante du petit prince, Mme de Montesquiou, fut priée de ne point lui parler de l’événement. Le même jour, Metternich eut un entretien avec Marie-Louise qui se rendit une heure après à Vienne, auprès de son père. Neipperg aidant, la cour d’Autriche n’eut point de peine à vaincre les derniers scrupules de l’ex-impératrice. Le 12 mars, elle écrivit à Metternich, sous la dictée de Neipperg, une lettre officielle portant qu’elle était tout à fait étrangère aux projets de Napoléon et qu’elle se mettait sous la protection des puissances. Au dire de Méneval, très véridique en général, cette déclaration, qui fut communiquée aussitôt aux souverains et aux plénipotentiaires, « semblait être attendue par eux pour rédiger le manifeste contre Napoléon ». Ce manifeste fut, en effet, signé le lendemain, 13 mars, et il est possible que Metternich ne se fût pas associé à un acte qui assimilait l’époux de la fille de son souverain à un criminel en rupture de ban, si celle-ci eût déclaré que, comme femme de Napoléon et impératrice des Français, elle voulait rejoindre l’Empereur. Marie-Louise déclara précisément le contraire En récompense, le général Neipperg fut nommé maréchal de la cour, titre qui lui donnait le privilège de monter dans la même voiture que l’archiduchesse. »

(Henry HOUSSAYE, « 1815. La première Restauration.-Le retour de l’île d’Elbe.-Les Cent-Jours », Perrin et Cie, 1893, pp.449-451)

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
|