( 7 mai, 2015 )

En France, en 1815…

« Même dans la période la plus troublée de ce règne éphémère, du 5 avril au 25 mai, le Dauphiné, le Lyonnais, la Franche-Comté, le Bourbonnais, le Nivernais, la Saintonge, le Béarn, la Bourgogne, l’Ile de France, la Champagne, la Lorraine, l’Alsace, la Basse-Bretagne — c’est-à-dire la moitié de la France — étaient restés bonapartistes, et depuis les derniers jours de mai, les mesures énergiques que le gouvernement avait enfin prises commençaient à imposer aux provinces hostiles. « Il serait bien temps, avait dit l’empereur, que la police ne laissât pas prêcher la guerre civile impunément. Nous sommes environnés d’insurrections par suite de cette inconcevable faiblesse. Il faut que cela finisse.» Désormais, la politique du laissez-faire paraît abandonnée. Des colonnes mobiles pourchassent les insoumis et les déserteurs. Les lois de nivôse an IV et  de brumaire an V, punissant de mort les tentatives d’embauchage et les provocations à la désertion, sont remises en vigueur. Des commissions de haute police, composées d’un général de division, du préfet et du procureur général, sont établies à Toulon, à Montpellier, à Toulouse, à Bordeaux, à Rennes, à Rouen et à Lille. A Lille, où l’énergique Allix préside la commission, une centaine d’agitateurs, d’espions et d’embaucheurs sont arrêtés du 2 au 14 juin . Par décision du 24 mai, un grand nombre de préfets et de sous-préfets sont destitués ou déplacés. Le parquet poursuit l’auteur et l’imprimeur de la brochure le Cri d’alarme. La police arrête la dame de Launay, ex-lingère de la maison du roi, qui colporte le Journal du Lys. Le général Lemarois proclame l’état de siège au Havre. Le général Gilly réprime les séditions du Gard, de la Lozère, de l’Aveyron et de l’Hérault. A Bordeaux, Clausel, qui s’est montré d’abord irrésolu et temporisateur, publie un ordre du jour menaçant contre les séditieux. Dès son arrivée à Toulouse, le général Decaen révoque les fonctionnaires suspects, organise les fédérés, multiplie les colonnes mobiles, ordonne des arrestations, terrorise les royalistes. Cédant enfin aux conseils et aux objurgations de Davout, le maréchal Brune se décide à mettre Marseille en état de siège et à y désarmer la garde nationale. Sous l’influence de ces mesures, les bourbonistes baissent le ton, les bonapartistes reprennent courage, les insoumis demandent leurs feuilles de route, les agitateurs et les embaucheurs font trêve. « Presque tous les insoumis, écrit le 3 juin le préfet de l’Oise, sont en route pour rejoindre leurs corps. » — « Les colonnes mobiles, écrit de Rouen le général Lamberdier, ont fait de l’effet : 400 insoumis de l’arrondissement d’Yvetot sont déjà incorporés dans la jeune garde et au 72ème  ». — « Grâce aux colonnes mobiles, écrit de Périgueux le général Lucotte, j’ai pu réunir treize bataillons de garde nationale sur dix-huit demandés; les cinq autres suivront. » Les rapports de Bordeaux, de Perpignan, de Rodez, d’Albi, d’Auch, de Montauban, de Nîmes, de Privas, de Cahors, du Puy, d’Amiens, de Dunkerque, de Montpellier, de Digne, de Draguignan, « où, dit le chef d’escadrons Rey, je ne conseillerais pas au parti royaliste de lever le nez », signalent une réaction dans l’opinion en faveur de l’empire. « L’esprit public s’améliore depuis le désarmement de la garde nationale, écrit-on de Marseille. Il y a de nombreux emblèmes nationaux aux fenêtres ; les patriotes ont promené dans les rues le buste de Napoléon, et beaucoup de gens qui ne s’étaient pas encore déclarés crient: Vive l’empereur ! A bas les royalistes ! » Le préfet de Lille écrit de son côté, le 9 juin: « Pour la première fois j’ai entendu des Vive l’empereur !  » Dans l’Ouest, la mort de La Rochejaquelein a décapité l’insurrection. Les blancs rentrent chez eux, battus et mécontents, tandis que les bleus se révoltent contre la guerre civile avec son cortège de réquisitions, de pilleries et d’enrôlements forcés, s’animent, demandent des fusils pour se défendre. « On tiendrait les chouans en respect si l’on pouvait armer tous les habitants bien intentionnés, » écrit le général Schramm. Le préfet d’Ille-et-Vilaine, l’officier d’ordonnance Lariboisière, envoyé en mission par l’empereur, les généraux Lamarque, Bigarré, Charpentier louent le zèle et le courage des gardes nationaux, des fédérés, des chasseurs de la Vendée. Le 4 juin, les 4000 Morbihanais de Desol de Grisolles attaquent la petite ville de Redon, occupée par une seule compagnie du 11ème léger. Les habitants s’arment, font le coup de feu coude à coude avec les soldats, abattent deux cents chouans et contraignent les assaillants à la retraite. Dans toute la France, les fédérations s’organisent « pour défendre la liberté » et « terrasser la contre-révolution ». Il y a les fédérations des provinces : fédérations bretonne, angevine, picarde, alsacienne, lyonnaise, périgourdine. Il y a les fédérations des départements : fédérations du Var, des Bouches-du- Rhône, du Gard, des Hautes-Alpes, de l’Isère, du Jura, de l’Ain, des Landes, de l’Allier, de l’Aisne, de la Moselle. Il y a les fédérations des villes: fédérations de Brest, de Nancy, de Dieppe, du Puy, de Saint-Etienne, de Nevers, d’Albi, d’Angoulême, de Toulouse dont, au grand scandale des royalistes, les membres prennent une église abandonnée pour y tenir leurs tumultueuses séance . Il y a, enfin, les vingt-cinq mille fédérés des faubourgs de Paris  qui se rendent en masse le dimanche 14 mai dans la cour des Tuileries, à l’heure de la parade: « — Sire, dit le délégué des ouvriers, nous avons reçu les Bourbons avec froideur parce que nous n’aimons pas les rois imposés par l’ennemi. Nous vous avons accueilli avec enthousiasme parce que vous êtes l’homme de la nation, le défenseur de la patrie et que vous conserverez les droits du peuple. La plupart d’entre nous ont fait, sous vos ordres, la guerre de la liberté et celle de la gloire. La patrie doit remettre avec confiance des armes à ceux qui ont versé leur sang pour elle. Donnez-nous, Sire, des armes en son nom. Nous jurons entre vos mains de ne combattre que pour sa cause et la vôtre. Vive la liberté ! Vive la nation Vive l’empereur ! »

(Henry HOUSSAYE, « 1815. La première Restauration.-Le retour de l’île d’Elbe.-Les Cent-Jours », Perrin et Cie, 1893, pp.619-623).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ En France, en 1815… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|