• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 12 mai 2015
( 12 mai, 2015 )

Protéger Paris…

Les bruits de guerre se font chaque jour plus précis. Napoléon, tenant compte de ce qui s’est passé à Paris fin mars 1814, veut mettre la capitale en état défensif.

——–

« 6725. — Paris, 2 mai 1815.

I. Il sera établi, sur les hauteurs qui dominent Paris, des ouvrages de fortification, pour mettre la capitale à l’abri d’un coup de main et fournir à un grand nombre de troupes braves mais peu exercées, les moyens de se défendre.

II. Les généraux du génie Dejean, Haxo et Rogniat détermineront ces ouvrages.

III. Les travaux à faire sur Montmartre seront tracés dans la journée de demain et commencés le 3 ou le 4.

IV. Un nombre suffisant d’officiers du génie militaire seront chargés de la direction de ces travaux. Les élèves de l’Ecole polytechnique seront mis si cela est nécessaire, à la disposition des officiers du génie pour le tracé des ouvrages et la levée des positions. Avant le 7 mai tous les ouvrages qui devront être établis seront jalonnés.

V. Les fonds seront faits sur le budget des ponts-et-chaussées et sur celui de la commune de Paris, à litre de travaux d’utilité publique.

VI. Une somme de 250.000 francs sera prise sur le budget des ponts-et-chaussées et une autre de 250.000 francs sur la caisse de la commune de Paris. Cette somme de 500.000 francs sera mise clans la semaine, à la disposition des officiers du génie, qui solderont les travaux sur le visa du premier inspecteur du génie.

VII. Notre ministre des finances et notre intendant général de la Couronne donneront les ordres et prendront toutes les mesures nécessaires pour qu’on fournisse gratis, des forêts du domaine et de celles de la Couronne, tous les bois qui seraient nécessaires pour les palissadements, les barrières, les chevaux de frise et les blockhaus qu’il serait jugé nécessaire d’établir. Les transports de ces bois seront au compte du génie.

NAPOLEON . »

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion, Editeur, 1912, pp.568-569)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 mai, 2015 )

Les généraux Miollis, Bonnet, Rampon et Quesnel…

rampon

Général Rampon.

NAPOLÉON AU  MARÉCHAL DAVOUT, PRINCE D’ECKMUHL,

Ministre de la Guerre, à Paris.

Paris, 12 mai 1815.

Il faut envoyer le général Miollis ou dans une place du Rhin ou dans une place de la Meuse. S’il est vrai que le général Bonet n’ait pas accepté son commandement, on pourrait envoyer le général Miollis à Dunkerque. Je crois que le général Rampon est moins usé que le général Miollis. Comme le général Rampon est employé comme commissaire extraordinaire, on pourrait peut-être envoyer à Lyon le général Quesnel.

D’après la minute. Arch. Nat. AF IV, 908.

(« Dernières lettres inédites de Napoléon 1er. Collationnées sur les textes et publiées par Léonce de Brotonne », Tome II, Honoré Champion, Libraire, 1903, p.525)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|