• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 16 mai 2015
( 16 mai, 2015 )

En état de défense…

« 6770. — Paris, 16 mai 1815.

I. La ville de Laon sera mise en état de défense.

II. Un employé du génie du 6ème  corps sera employé aux travaux de Laon.

III. L’artillerie dirigera sur-le-champ vingt pièces de canon pour l’armement de cette place. Il sera dirigé sur Laon, vingt autres pièces en fer, de celles provenant de la marine.

IV. Il sera nommé un officier supérieur pour commander à Laon et plusieurs officiers d’un grade inférieur lui seront donnés pour adjudants.

V. Un officier du génie et un officier d’artillerie seront attachés à la place.

VI. Le commandant de la place et le préfet prendront des mesures pour qu’en cas d’événement, 2.000 hommes de la levée en masse viennent se renfermer dans la ville pour la défendre.

VII. Il sera formé à Laon une compagnie de canonniers de gardes nationales par le service de l’artillerie de la place.

NAPOLEON. »

—————-

« 6771. — Paris, 16 mai 1815.

I. Les places de Reims et de Châlons-sur-Marne seront, par les soins du commandant du département et aux frais de leur caisse municipale, mises en état de résister à un coup de main, à des troupes légères et à une avant-garde.

II. Il y aura un commandant d’armes dans chacune de ces places. Il y sera formé une compagnie de canonniers de gardes nationales pour le service de l’artillerie.

III. Les gardes nationales sédentaires y seront organisées et 2.000 hommes des basses compagnies seront destinés pour la garnison de chacune de ces places.

IV. La défense de Reims et de Châlons sera considérée comme dépense municipale.

V. Le commandant du 6e corps détachera, pour mettre en état ces places, un officier du génie et un officier d’artillerie.

VI. Six pièces de canon seront sur-le-champ dirigées par l’artillerie sur chacune de ces deux places. Il leur sera, en outre, envoyé à chacune six autres pièces en fer que le parc de la marine fournira de Paris.

NAPOLEON. »

—————-

« 6772. — Paris, 16 mai 1815.

I. La ville de Saint-Quentin sera mise en état de défense, comme dépense municipale. Il y aura un commandant d’arme. Un officier du génie, détaché du 2ème  corps, sera chargé de diriger les travaux.

II. Il sera formé à Saint-Quentin une compagnie de grenadiers de gardes nationales. Il sera, en outre, pris des mesures pour pouvoir, au premier moment d’alarme, y réunir 2.000 hommes du pays. 

NAPOLEON. »

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion, Editeur, 1912, pp.588-590)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 mai, 2015 )

Et l’Angleterre (en mai 1815)…

Rappelons que c’est un citoyen britannique qui écrit ces lignes : « Le caractère moral de l’Angleterre, par son opposition constante aux agressions de Napoléon, et par ses efforts qui étaient constamment tournés vers ce seul objet, était monté à un très-haut degré dans l’estime de toute l’Europe , et jusqu’à la paix de Paris il avait donné une supériorité présomptive à tous les individus de notre pays; il avait même rendu nos diplomates respectables. N’ayant pour manteau que sa vertu, l’Angleterre avait résisté à la tempête; mais lorsque le soleil du succès eut fait germer sa politique, les admirateurs de notre générosité et de notre amour pour la liberté virent que s’il existait une véritable république au monde, elle devait être en guerre avec l’Angleterre. »

(J. HOBHOUSE, « Histoire des Cent-Jours ou Dernier règne de l’empereur Napoléon. Lettres écrites de paris depuis le 8 avril 1815 jusqu’au 20 juillet de la même année. », Paris, chez Domère, Libraire, 1819, pp.197-198)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|