• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 17 juin 2015
( 17 juin, 2015 )

Trente ans après, retour à Ligny…

« En 1845, en allant passer quelques jours de congé à Gilly, chez un de mes parents, directeur des mines dans ce pays, je fus visiter le champ de bataille de Ligny, qui se trouvait à deux lieues de là. A Fleurus, je revis ce fameux moulin, maintenant presque détruit, que l’Empereur avait occupé une partie de la journée du 16 juin 1815, et où j’avais été envoyé plusieurs fois en ordonnance ce jour-là. En parcourant ces plaines, jadis si animées, aujourd’hui si calmes, mille souvenirs saisissants se croisèrent dans mon esprit. A Saint-Amand, je ne reconnus que l’église et le cimetière. Les arbres et les maisons qui existaient autrefois avaient disparu, d’autres les remplaçaient, mais rangés différemment. En m’arrêtant sur le lieu même de ce verger dont j’ai parlé, il me semblait que je foulais aux pieds les cendres de ce malheureux colonel Dubalen, que j’avais vu tomber là. Je voyais l’endroit où l’Empereur m’avait parlé; plus loin, la place où mon général avait manqué d’être tué, et, autour de moi, les scènes affreuses qui s’y s’étaient passées. En suivant, seul au monde par un temps calme et magnifique, entre Saint-Amand et Ligny ce chemin, que, juste trente ans auparavant, j’avais parcouru entre des milliers de cadavres, je trouvai deux poteaux à certaine distance l’un de l’autre. On avait écrit sur l’un, Tombeau de Ligny, et sur l’autre, Bon Dieu de miséricorde. Déjà plein des émotions que cette excursion avait éveillées en moi, la vue de cette simple et touchante inscription d’une ame pure, et qui disait tant à mon imagination dans un pareil moment, lit couler de mes yeux d’abondantes larmes, qui me soulagèrent, et je quittai cette fois, pour toujours, ces lieux dont je conserverai éternellement le souvenir.

(« Souvenirs sur le retour de l’empereur  Napoléon de l’île d’Elbe et sur la campagne de 1815 pendant les Cent-jours », par M. LEFOL,  Trésorier de l’Ecole militaire de Saint-Cyr, ancien aide-de-camp du général de division baron Lefol, sous l’Empire », Versailles, imprimerie de Montalant-Bougleux, 1852, pp.29-30)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 17 juin, 2015 )

Après la bataille de Ligny…

« Toutes les troupes étaient harassées et tombaient de fatigue et de besoin; le repos, si chèrement acheté, était devenu pour tous une nécessité. Le 3ème corps, la Jeune Garde, et la division Girard bivouaquèrent sur le champ de bataille où ils avaient si glorieusement combattu pendant six heures consécutives, et notre état-major s’établit dans le cimetière de Saint-Amand. En revenant de transmettre différents ordres, je rencontrai le général Vandamme, qui me fit, pour mon général, le cadeau le plus précieux, en raison des circonstances, ce fut une bouteille de bon vin et un canard cuit; jamais présent ne fut reçu avec tant de reconnaissance par mon oncle. Des factionnaires furent placés autour du village et nous pûmes nous reposer. A trois heures du matin, le 17 juin, je fus réveillé sur l’ordre de Vandamme, afin d’aller à Ligny, à un quart de lieue de nous, pour faire rentrer à Saint-Amand notre batterie d’artillerie qui y avait été détachée la veille pour aider à écraser les Prussiens et terminer ainsi cette lutte acharnée. Arrivé à Ligny, je fus témoin d’un spectacle affreux, et qui n’a pas parcouru comme moi ce champ de bataille ne saurait se représenter une pareille horreur, encore moins concevoir les émotions qui la vous pressent. Le village, auquel on avait mis le feu la veille, brûlait encore, grillant les malheureux blessés qui s’étaient réfugiés dans les maisons; des monceaux de cadavres complétaient un tableau que n’ont peut-être jamais présenté les champs de bataille des plus grandes guerres, car ici quatre mille soldats morts étaient entassés sur une très petite superficie; les allées qui conduisaient à Ligny étaient tellement encombrées que, sans être taxé d’exagération, je puis certifier que mon cheval trouvait difficilement le moyen d’éviter de marcher sur ces cadavres. Ce fut bien pis lorsqu’il fallut passer là avec les canons et les caissons que j’étais allé chercher pour les ramener à Saint-Amand. J’ai encore dans les oreilles le genre de bruit que produisaient les roues écrasant les crânes des soldats, dont les cervelles, mêlées avec des lambeaux de chair, se répandaient hideusement sur le chemin; peut-être même parmi ces hommes étendus sur le sol et que nous foulions aux pieds, y en avait-il dont le coeur battait encore! Après ma mission remplie, je revins à mon bivouac, où je pus rester tranquille quelque temps. Vers les dix heures, étant encore étendu dans un état de somnolence, j’aperçus tout-à-coup l’Empereur débouchant d’une petite rue, qui était tellement jonchée de cadavres, qu’il dut s’y arrêter pour donner le temps de lui ouvrir un passage au travers de cette boucherie humaine. Lorsque ce chemin fut libre, il continua sa route, et il allait enfiler une ruelle vis-à-vis de l’endroit où je me trouvais, lorsque, me levant lestement, je courus à lui pour le prévenir qu’il s’engageait dans un cul-de-sac; il revint sur ses pas, et s’arrêta un instant pour causer avec mon général, qui l’avait vu et qui accourait pour lui rendre compte des détails de la bataille, pour ce qui concernait sa division. Napoléon s’apercevant alors que mon habit était déchiré par l’effet du projectile qui m’avait enlevé mon épaulette, me félicita avec intérêt sur le danger auquel  j’avais échappé. En s’en allant, il nous prescrivit de veiller aux blessés, et nous suivîmes ses ordres avec un pieux empressement. En relevant un jeune soldat blessé à la tempe, et qui m’avait fait signe de lui donner de l’eau, j’éprouvai l’émotion de le voir s’éteindre dans mes bras, en prononçant ces mots: « Ma pauvre mère ! »

Pour notre part, dans le petit état-major de notre division, voici comment nous fûmes traités :

Le général de division Lefol eut son cheval tué sous lui, et, en tombant, il se fit une large blessure à la tête, ce qui ne l’empêcha pas de rester à son poste d’honneur. Le général Corsin, commandant la 1ère brigade de notre division, reçut une forte contusion à la cuisse, et eut trois chevaux tués ou blessés sous lui. Le général Billard, commandant la 2ème brigade, fut mis hors de combat dès le début de la bataille. Un officier d’état-major eut la cuisse traversée d’une balle, et en mourut quelques jours après. Un autre, dont un boulet tua le cheval, fut lancé contre un arbre, et reçut une secousse tellement forte, qu’il resta sans connaissance sur le terrain pendant plus de deux heures. Quant à moi, je ne fus qu’effleuré par un biscaïen qui ne s’en prit qu’à mon habit. Sur les quatre colonels commandant les régiments de notre division, un fut tué à bout portant: c’est le brave et jeune colonel  Dubalen, atteint par dix balles; et deux autres furent blessés. Notre colonel d’état-major Marion eut le corps traversé par une balle; mais le surlendemain, 18 juin.

Ces pertes s’expliquent facilement par la manière dont on se battait alors. A Saint-Amand et à Ligny, c’étaient des combats corps-à-corps, qui duraient des heures entières; c’étaient des coups de fusils à bout portant, de la mitraille à cinquante pas; et si même on doit s’étonner de quelque chose, c’est que nous n’ayons pas eu plus de victimes

(« Souvenirs sur le retour de l’empereur  Napoléon de l’île d’Elbe et sur la campagne de 1815 pendant les Cent-jours », par M. LEFOL,  Trésorier de l’Ecole militaire de Saint-Cyr, ancien aide-de-camp du général de division baron Lefol, sous l’Empire », Versailles, imprimerie de Montalant-Bougleux, 1852, pp.25-29)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|