( 30 juin, 2015 )

Fin juin/début juillet 1815…

La bataille de Waterloo perdue, Napoléon ayant abdiqué, Paris est occupée et la France sur le point d’être envahie, comme en 1814. L’aspirant de marine Jal, est à Paris avec son bataillon, pour  la défense de la capitale.

Le 30 juin, à 3 heures du matin, les Anglo-Prussiens avaient préludé par une attaque au nord de Paris, mais ils n’avaient pas osé forcer le passage de ce côté : ils avaient, en conséquence, suivi la rivière du côté de Neuilly et de Saint-Germain, et le lundi 3 juillet, comme ils étaient en bataille dans la plaine de Grenelle, occupant déjà les hauteurs d’Issy, de Vanves et de Meudon, il avait été décidé entre le maréchal Davout commandant l’armée française et le duc de Wellington, lorsque tout était prêt pour une bataille, que Paris serait livré le 6.

En conséquence, le 4, l’armée française avait commencé son mouvement sur la Loire.

Le 5 [juillet], les Anglo-Prussiens prenaient possession de Saint-Denis, de Saint-Ouen, de Clichy, de Neuilly ; Montmartre leur était ensuite livré. Enfin, le 6, les troupes étrangères entraient dans Paris par la barrière de l’Etoile, et avec elles Talleyrand, qui se tenait enfoncé dans une calèche de mince apparence pour se dissimuler aux regards.

Lorsque nous quittâmes Montmartre, nous fûmes souvent insultés par les royalistes. Nous eûmes besoin d’une grande modération pour ne pas tirer vengeance de ces ignobles outrages. Je vis le lendemain un officier de cuirassiers, moins patient que nous, punir avec énergie et d’une manière assez plaisante un monsieur et sa compagne qui, en passant près d’un détachement que cet officier conduisait à pied, s’avisèrent de dire :

— En voilà encore de ces brigands de soldats de Bonaparte !

Notre cuirassier s’approcha de l’impertinent duo, appliqua un vigoureux soufflet au cavalier, puis se plaçant côte à côte avec la dame, leva, très grand qu’il était, son talon à la hauteur de la hanche de cette femme, et son éperon, déchirant du haut en bas la robe de mousseline blanche et le jupon, il la laissa demi-nue, fort embarrassée de sa contenance et obligée de chercher un refuge dans un fiacre.

Le 9 juillet seulement, notre bataillon fut dissous et il me fallut subir le douloureux spectacle d’une occupation qui tenait à affirmer son triomphe et sa haine. Le souvenir m’en serre encore le cœur tant je sentais dans ce qui se passait sous mes yeux l’humiliation de la patrie, réduite à ne pouvoir plus se défendre et à tout souffrir.

Il faut le dire aussi, dans la première invasion de 1814, les Alliés n’avaient pas voulu imposer de lois à la France ni se mêler de son gouvernement. Ils promettaient de reconnaître celui qui nous conviendrait, n’excluant que Bonaparte et sa famille.

De vieux soldats allemands, à cette époque, venaient prendre la main des Français et leur disaient en la serrant fortement :

— Nous bons amis, Napoléon, non.

Les princes alliés parcouraient les rues, fréquentaient les spectacles comme de simples particuliers ; il n’était pas rare de rencontrer l’empereur Alexandre, allant faire des visites dans un simple cabriolet, ou même à pied et sans gardes.

Cela était généreux de leur part, car nous étions entrés, nous aussi, dans leurs capitales et les poitrines des Russes étaient décorées pour la plupart d’une médaille commémorative de la guerre contre leur envahisseur.

La générosité de 1814 avait tout à fait disparu en 1815, à la seconde occupation de Paris. Les passions qui s’étaient démasquées pendant les Cent-Jours, le retour de Napoléon accepté de manière à faire croire qu’il y avait eu une conspiration secondée par de nombreuses intelligences, la connaissance de certains meneurs qui, après avoir agité les faubourgs Saint-Antoine et Saint-Marceau, y avaient créé l’association des Fédérés dont on avait vu les bandes passées en revue le 14 mai par Napoléon ; l’union possible des bonapartistes et des anciens républicains, pour quelque mouvement, quoique l’opinion de certains libéraux eût refusé à Napoléon l’espoir d’un dernier et heureux coup de main, toutes ces circonstances étaient bien propres à ne pas laisser de confiance aux Alliés.

Nous avions également à payer les frais des efforts nouveaux qui leur avaient été imposés pour en finir avec Napoléon.

Leurs récentes contributions de guerre, les réquisitions pour un million de soldats devaient encore aggraver nos charges et multiplier nos embarras. L’empereur Alexandre, en apprenant la nouvelle du retour de Napoléon, avait dit qu’il sentait la faute qu’il avait commise en consentant par générosité au traité du 14 avril, mais qu’il s’en laverait en exposant dans cette nouvelle guerre son dernier homme et son dernier écu. Il fallait payer tout cela et aussi supporter ce que les ennemis appelaient des mesures de sûreté.

Par exemple : des canons avaient été braqués sur tous les points par où la population pouvait se réunir. Sur le Pont-Neuf, il y avait deux pièces du côté du sud, de manière à balayer la rue Dauphine ; deux autres pièces étaient braquées à l’extrémité du nord et enfilaient la rue de la Monnaie ; sur le Pont-Royal, deux autres pièces étaient dirigées vers la rue du Bac et deux autres pièces sur le jardin ou sur le château des Tuileries. Des dispositions semblables avaient été prises sur les autres points, sur les quais, sur les boulevards et aux principaux carrefours. Les canonniers étaient toujours près de leurs pièces, mèche allumée, prêts à agir, à la première apparence de mouvement. De nombreux détachements des régiments ennemis campaient sur les principales places publiques, la cour des Tuileries avait été transformée en un immense bivouac.

La masse de la population, qui s’attendait à tout avec des hommes tels que Blücher, était morne et silencieuse. Blücher, qui avait été, après la prise de Lübeck, obligé de se rendre prisonnier avec son corps d’armée ; Blücher, qui avait été foulé aux pieds de nos chevaux à la bataille de Ligny, s’en souvenait, et l’on savait que, vainqueur, il serait sans pitié. Aussi ceux que leurs affaires appelaient hors de chez eux parcouraient les rues d’un pas rapide et semblaient craindre de s’aborder.

 Le 8, au matin, le nouveau commandant donné à la Garde nationale publiait un ordre du jour, pour annoncer que Louis XVIII ordonnait de reprendre la cocarde blanche et d’arrêter les individus qui paraîtraient avec d’autres signes. Cependant, le Roi défendait d’user d’aucune violence à l’égard de ceux qui, ayant renoncé à la cocarde tricolore, ne reprendraient pas de suite le nouveau signe d’union.

A 3 heures après midi, Louis XVIII fit son entrée dans Paris. L’armée de ligne ayant été envoyée au delà de la Loire et la Garde nationale ne s’étant point rassemblée, le vieux roi s’avança précédé seulement de quelques gardes nationaux qui s’étaient portés spontanément à Saint-Denis.

La voiture royale était environnée d’un détachement de gardes du corps et de quelques autres hommes à cheval ; toute cette troupe était dans l’ivresse de la joie. La voiture allant très vite, les hommes qui la précédaient ou l’accompagnaient étaient obligés d’aller aussi vite qu’elle pour ne pas être dépassés. Couverts de sueur et de poussière, le visage enflammé par l’exaltation et la fatigue, poussant des cris de joie et courant en désordre, ces hommes présentaient un spectacle étrange au milieu d’une partie de la population attristée et frémissante.

La joie des femmes royalistes fut d’une telle indécence, à cette occasion, que Wellington se crut obligé de leur en faire affront en disant aux folles qui allèrent lui faire visite, l’embrasser et le remercier de la bataille de Waterloo, qu’en Angleterre, après un malheur public aussi grand, les femmes, loin de se parer de leurs habits de fête, prendraient des voiles de deuil.

Il est certain que de pareilles réjouissances et les danses renouvelées chaque soir sur le Carrousel et dans la cour des Tuileries par des femmes vêtues avec élégance étaient des plus inconvenantes, sous les yeux d’ennemis se préparant à ce qu’ils appelaient leurs représailles.

Qu’on se figure dans Paris 150 000 soldats ennemis qu’il fallait nourrir, loger et contenir. Dans le douzième arrondissement, le plus pauvre de tous, on avait logé de dix jusqu’à soixante cavaliers par maison.

Le 10 juillet, cet arrondissement avait été mis au pillage, et, presque tous les habitants ayant pris la fuite, il était devenu désert.

Le 11, les violences continuèrent ; une fille fut tuée dans le premier arrondissement. Le septième était occupé par 15 000 Prussiens. Pendant la nuit, ils se livrèrent aux derniers excès. Des viols nombreux furent commis. En se retirant du douzième arrondissement pour se rendre à Versailles, la cavalerie prussienne se livra encore au pillage. Les Prussiens étaient exécrés, sans qu’ils pussent invoquer contre nous les souvenirs de 1805, car c’étaient les Prussiens qui avaient les premiers envahi la France, et le manifeste du duc de Brunswick méritait un châtiment.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Fin juin/début juillet 1815… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|