( 23 janvier, 2017 )

Un mot du capitaine de Bangold sur la campagne de Russie.

Un mot du capitaine de Bangold sur la campagne de Russie. dans TEMOIGNAGES 97013269Le général wurtembergeois de Bangold, capitaine durant la campagne de 1812, a laissé sur l’expédition quelques notes dont Pfister (« Rheinbund », I, p. 172), cite ce seul passage. 

Arthur CHUQUET. 

Sans contestation, la cause de beaucoup la plus puissante destruction de l’armée française doit être attribuée à son propre général en chef [Napoléon]. Il poussa et lança ses troupes de l’Oder jusqu’à Moscou avec une précipitation qui ne tenait compte de rien, comme s’il s’agissait seulement d’une marche de l’Inn à Vienne, sans remarquer l’énorme différence des distances et des moyens d’approvisionnement et sans mesure les forces physiques des hommes et des bêtes. De cette façon, par des marches démesurément forcées et par la famine qui résulta nécessairement d’un défectueux service des subsistances, il a préparé la destruction de l’armée. Dans la retraite, de jour en jour, grossissait le nombre des hommes désarmés, et à partir de Smolensk, leur chiffre dépassait déjà celui des hommes prêts au combat. Enfin, entre la Bérézina et le Niémen, l’armée de ressemblait plus qu’à un défilés de cadavres ambulants, escortés par une poignée de gens armés. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Un mot du capitaine de Bangold sur la campagne de Russie. ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|