( 31 janvier, 2017 )

Le général Rapp en 1812…

rapp.jpg

Le général Rapp, aide de camp de l’Empereur, gouverneur de Dantzig, rejoignit l’armée française à Smolensk et, selon Ségur, il ne put se tenir, dans sa brusque franchise, de dire à l’Empereur qu’il était effrayé, que l’armée n’avait fait que cent lieues depuis le Niémen et qu’elle laissait derrière elle, dans une marche victorieuse, sans batailler plus de débris qu’après une défaite.

Ce fut lui que l’Empereur chargea de visiter les blessés qu’on oubliait ou presque, et il s’acquitta très bien de sa tâche ; il les fit panser ; il leur fit donner du pain, du vin et un napoléon.  Il les débarrassa des morts qui, depuis quatre jours, gisaient à côté d’eux.  Mais Rapp refusa de supplanter son camarade et il sut apaiser l’Empereur. A la bataille de La Moskowa, Rapp alla remplacer Compans blessé, entraîna les soldats, la baïonnette en avant et au pas de charge, contre la redoute russe et reçut une blessure. Mais, il ne vint pas dire à l’Empereur, comme prétend Ségur, qu’il fallait faire donner la Garde ; on ne propose pas, remarque Gourgaud, au commencement d’une bataille d’engager la réserve. Il se signala durant la retraite. Le 24 octobre 1812, dans la journée du hourrah de l’Empereur, où les cosaques de Platov faillirent enlever Napoléon, il était à quelques pas du souverain et il eut son cheval tué d’un coup de lance.  Le 8 novembre, pendant que la neige tombait épaisse et que soufflait un vent terrible, il passa la nuit avec plusieurs généraux, avec Lejeune, avec Davout, dans le blockhaus de Pnevo, un des rares abris qui n’eussent pas été brûlés sur la route de Dorogobouj à Smolensk. Le 10 novembre 1812, en accompagnant le corps du maréchal Ney, il eut son cheval blessé et reçut une balle dans son chapeau. A Smorgoni, le 5 décembre, Napoléon lui ordonna de se rendre à Vilna, d’y rester cinq jours, d’y rallier l’armée par tous les moyens et, de là, de gagner Dantzig pour y remplir de nouveau les fonctions de gouverneur. Mais Rapp ne put aller plus vite que l’armée qu’il devait rallier, et nous le voyons, le 7 décembre, marcher à pied d’Oschmania à Miedniki avec Galz et Castellane ; il a même, ce jour-là, la figure gelée. Le 22 décembre, de Dantzig, il écrivait à Napoléon qui lui prescrivit, le 4 janvier 1813, d’armer er d’approvisionner sans relâche Dantzig pour six mois, et qui hardiment, avec la plus belle assurance, lui promettait de venir en personne le dégager, si la place était isolée et cernée.   

Arthur CHUQUET. 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Le général Rapp en 1812… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|