( 20 mars, 2017 )

Une journée à Paris (20 mars 1815).

Ce récit est extrait des « Souvenirs » d’Emile Labretonnière, jeune étudiant parisien. L’Empereur n’était pas encore de retour dans sa capitale.

« Pendant toute cette journée du 20 mars, le pays fut sans aucun gouvernement, et cependant jamais Paris ne fut plus paisible; pas la moindre insulte, pas la moindre violence de la part d’un peuple abandonné à lui-même et dont on n’avait pas encore altéré les nobles instincts. Seulement, je fus témoin d’un fait qui fit croire à un commencement de trouble. Il faisait un temps superbe; les cafés et les estaminets du Palais-Royal se remplissaient de militaires fêtant, le verre en main, l’arrivée du Petit-Caporal. J’étais avec un ami dans un estaminet haut: une foule de cuirassiers y faisait couler la bière et le punch en son honneur, quand tout-à-coup un coup de fusil retentit dans le jardin. A l’instant, voilà tous nos hommes qui sautent sur leur sabre déposé près d’une table, et qui descendent rapidement, tandis que toutes les croisées se garnissent de figures inquiètes. Ce n’était qu’un hasard; un armurier du Palais-Royal, en maniant un fusil qu’il ne savait pas chargé, venait de le faire partir par mégarde. On attendait l’Empereur d’heure en heure; il n’arrivait point. Les boulevards se garnissaient de curieux sur le passage présumé de la voiture où reposaient de si hautes destinées. Des officiers d’état-major, à cheval, parurent enfin venant de la place Vendôme, encourageant le peuple qui, sur leur route, criait Vive l’Empereur ! Il furent le premier indice de l’organisation d’un pouvoir quelconque dans toute cette journée. La nuit venait; j’étais sur le boulevard Saint-Martin, impatient et inquiet d’un si long retard, quand j’entendis accourir une nuée de crieurs, colportant un imprimé et l’annonçant avec les poumons que vous connaissez à ces stentors de la rue de Jérusalem. J’arrête le premier qui passe, je lui achète un exemplaire, et mes regards tombent avec ravissement sur l’aigle impériale m’ouvrant ses aîles, tenant encore dans sa serre ce foudre terrible dont les éclairs avaient fait baisser les yeux à tant de rois vaincus. J’avais en main l’admirable proclamation de Napoléon à l’armée française , celle qui commence par ces mots: SOLDATS ! Nous n’avons point été vaincus ! C’était cette chaleureuse allocution où, en appelant autour de sa bannière les vieux braves des premiers départements envahis par lui, le soldat couronné leur annonçait que l’aigle aux trois couleurs allait voler de clocher en clocher jusqu’aux tours de Notre-Dame. J’étais là le cœur agité, les yeux avides, à lire au coin du boulevard; peu à peu je voyais se former autour de moi un cercle d’enfants et d’ouvriers jetant un œil curieux sur l’aigle qui surmontait la proclamation. — Monsieur, me dirent d’un air suppliant quelques hommes aux vêtements délabrés, si vous vouliez avoir la bonté de lire haut! – Je vis qu’en refusant j’allais coûter deux sous à ces pauvres diables incapables de résister à l’envie de connaître cette proclamation; je commençai donc. Puis je vis toutes ces figures noircies par le travail se grouper attentives, et l’orgueil national s’épanouir aux magiques paroles de Napoléon; pas un trait d’éloquence ne manquait le but; il y avait autour de moi trop de cœurs patriotes pour le recevoir. Cependant je commençais à être embarrassé de mon rôle de tribun en plein vent, la foule était considérable quand arriva la fin de ma lecture; elle fut couronnée par un cri de Vive l’Empereur ! Que je me contentai de répéter in petto, tant je craignais de passer pour un enthousiaste à tant par jour. Je parcourus le boulevard jusque devant l’Ambigu. Cependant, il n’arrivait point; je remontai plus loin pour le voir plutôt passer. Parvenu devant le théâtre de l’Ambigu, j’y entrai machinalement. J’étais là, au parterre, jetant un œil distrait sur la scène, mais l’oreille attentive aux bruits du boulevard, et tout entier hors de la salle par la pensée. Il me semblait pourtant voir vaguement se développer sur le théâtre une action dramatique; c’étaient des Polonais avec le vieux costume national; c’était de la neige qui tourbillonnait, et couvrait la scène de papier découp ; puis, des mines où travaillait un peuple souterrain ; des guerriers qui parlaient de la gloire et de l’esclavage de la Pologne; puis, vint une voix des loges qui s’écria: N’ayez pas peur, allez; ça ne durera pas longtemps! L’à-propos fut saisi avec applaudissement: les loges échangeaient entre elles de ces mots qu’on ne dit qu’à Paris; à chaque instant, on sortait en masse de la salle pour y rentrer en désordre et sans carte; ce n’était pas sur le théâtre qu’était l’intérêt, c’était sur le boulevard, où chaque voiture était prise pour celle de Napoléon. Enfin, après cinq ou six alertes, nous entendîmes des cris sourds et un bruit de chevaux; nous sortîmes encore en foule; c’était lui! il venait de passer. De chaque côté des boulevards la foule s’arrêtait muette d’émotion, regardant passer cette voiture qui portait César et sa fortune. Dix minutes après, à neuf heures et demie, elle s’arrêtait au pied du vestibule du pavillon de Flore, aux Tuileries; un homme en descendait; à l’instant il était soulevé de terre et porté sur les bras de près deux cents officiers qui garnissaient le vestibule et les marches du grand escalier, l’attendant pour lui faire ainsi un pavois. Le vertige prit-il de nouveau Napoléon du haut de ce trône improvisé par l’amour de ses compagnons de gloire ? Oublia-t-il que pour qu’un tel pavois soit inébranlable , il faut qu’aux  vaillantes mains du peuple et de l’armée se joigne la main puissante de la liberté. Il n’en perdit point entièrement la mémoire; il voulut bien enfin reconnaître la toute-puissance de cette liberté ; mais il oublia que son plus beau titre, à lui, datait de son généralat. Il voulut agir en roi, il espérait, en cette qualité, être reconnu par ses anciens rivaux couronnés. Espérance insensée !

Oh ! sans doute, dans l’ardente insomnie qui dût faire bouillonner ce cerveau puissant pendant cette nuit du 20 mars, il aura surtout écouté l’écho du passé, lui apportant les retentissements de sa royauté déchue. Il aura senti se balancer encore sous ses pas le radeau de Tilsitt où il distribuait des couronnes; il aura revu la victoire, lui présentant d’une main les clés de Vienne et de l’autre la fille des Césars. Le canon des Invalides aura retenti à son oreille, comme à pareil jour, il y avait quatre années, alors que ce canon annonçait au monde attentif qu’un enfant venait de naître; enfant dont le père, soldat déjà maître du Louvre, allait, armé du glaive de Charlemagne, découper la carte de son empire et, pour la part de son fils, lui donner le Capitole ! Oubli fatal de son origine populaire ! Rêve enivrant. dont le réveil devait être Waterloo ! »

(E. Labretonnière : « Macédoine. Souvenirs du Quartier Latin dédiés à  la jeunesse des écoles. Paris à la chute de l’Empire et durant les Cent-Jours », Lucien Marpon, Libraire-Editeur,1863 »,pp.203-207)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Une journée à Paris (20 mars 1815). ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|