( 10 avril, 2017 )

Une LETTRE du GENERAL COMPANS à son épouse…

Ma chère Louise, 

La fatigue que j’éprouverai le jour de la revue de l’Empereur [le 10 octobre 1812] et la transition subite d’un temps serein et chaud à un temps pluvieux et froid m’ont causé quelques souffrances. J’éprouvai hier des douleurs si aiguës que je ne pus me déterminer à t‘écrire. Pour te donner une juste idée de ma situation, je le comparerais à la tienne lorsque tu avais ton torticolis. Ce n’était pas la même cause, mais c’étaient à peu près les mêmes effets. Je vais beaucoup mieux aujourd’hui. La tension est considérablement diminuée et les tiraillements ne se font presque plus sentir. Du reste ma blessure est parfaitement cicatrisée et il n’en restera presque pas de trace apparente.  Elle me causera indubitablement quelques douleurs aux changements de temps ; j’éprouverai de la faiblesse au bras droit pendant deux ou trois mois, mais ma blessure n’aura jamais de suites plus fâcheuses que celles-là. Ma santé se soutient assez bien.  Quand cette lettre te parviendra, tu auras déjà reçu celle où j’annonçai à ton papa  que l’Empereur a bien voulu m’accorder la faveur de tenir le petit Minique [Dominique-Napoléon, fils du général et né en mars 1812] sur les fonds baptismaux et de le nommer « Napoléon ». Je ne crois pas inutile de te donner une seconde fois cette bonne nouvelle, car les estafettes ne marchent pas toujours bien sûrement. […] 

Le colonel Simmer est général de brigade depuis la revue. Provana [le capitaine] et Quelen [le lieutenant] attendent leurs nominations qui m’ont été accordées par Sa Majesté. Mon commandant d’artillerie [le chef de bataillon Klié] est officier de la Légion [d’honneur] ; mon commandant du génie [le capitaine Finot], chef de bataillon et membre de la Légion [d’honneur]. Ainsi tout mon état-major a obtenu quelque grâce de Sa Majesté.

Les corps ont tous été parfaitement traités. Le capitaine Lafond, dont tu m’as demandé des nouvelles, a été nommé chef de bataillon ; le général Teste, commandant de la Légion [d’honneur] ; le colonel Bouge, idemMon bras commence à me fatiguer, ma chère Louise, mais il lui reste assez de force pour que je ne finisse pas cette lettre sans te renouveler les assurances de mes tendres sentiments pour toi, le cher petit Minique et notre aimable famille. 

Mille baisers, tout à toi. 

Comte D.COMPANS. 

Une LETTRE du GENERAL COMPANS à son épouse... dans TEMOIGNAGES compans

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Une LETTRE du GENERAL COMPANS à son épouse… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|