( 14 avril, 2017 )

La mort du général Gudin…

La mort du général Gudin… dans FIGURES D'EMPIRE GudinLe 19 août 1812, à 6 heures du soir, au combat de Valoutina, tombait le général Gudin. Il mettait pied à terre pour franchir un petit ravin; mais il se trouva sur le chemin d’un boulet qui ricochait à cet endroit; il eut la jambe fracassée et il mourut, le 22, des suites de l’amputation, à Smolensk où on l’avait transporté. L’armée lui rendit les honneurs funèbres, « Elle le pleure, mandait à Paris un officier, et à toutes les heures du jour, un grand nombre d’entre nous se présentait devant son logement pour avoir de ses nouvelles.» Lejeune eut mission de diriger les obsèques.Il conduisit le convoi dans le grand bastion, au sud est de la ville, et ce fut au milieu de ce bastion, de ce digne mausolée, comme il disait, qu’il fit creuser la tombe de Gudin. Une vingtaine de fusils brisés dans le combat et disposés en forme d’étoile furent placés sur le corps. « Un jour, lorsque le temps qui détruit tout mettra à découvert ces ossements  d’un héros, ce trophée d’armes pourra appeler sur eux les mêmes sentiments d’attention et de respect que nous portons aux restes des vaillants Gaulois déposés sous leurs antiques tumulus. » La cérémonie fut imposante. Tous les assistants restaient graves et gardaient un silence religieux. Ils regrettaient Gudin et ils songaient à l’avenir. Déjà nombre d’officiers, comme Boulart, désiraient s’arrêter et trouvaient que c’était assez de gloire, assez de chances et de fatigues pour une campagne. Gudin, était « aussi distingué par son caractère personnel que par ses talents militaires et ses faits d’armes. » C’était, écrit Roguet, le modèle des divisionnaires, et l’armée le désignait comme l’un de ceux que l’Empereur élèverait prochainement à la dignité de maréchal. Davout ne put s’empêcher de pleurer lorsqu’il sut que Gudin n’était plus : « Il m’apprit cette mort, rapporte Dedem, les larmes aux yeux et il me parla de tous les regrets qu’elle lui causait. » On a la lettre que le prince d’Eckmühl envoyait alors à sa femme : « J’ai à te donner une bien mauvaise commission, celle de préparer Mme la comtesse Gudin à apprendre le malheur qui vient d’arriver à son bien estimable mari. Il a supporté l’amputation avec une fermeté bien rare; je l’ai vu peu d’heures après son malheur, et c’était lui qui cherchait à me consoler. On ne me remue pas facilement le cœur; mais, lorsqu’une fois on m’a inspiré de l’estime et de l’amitié, il est tout de feu. Je versais des larmes comme un enfant. Gudin a observé que je ne devais pas pleurer; il m’a parlé de sa femme et de ses enfants et dit qu’il mourait tranquille sur leur sort parce qu’il connaissait la bienveillance de l’Empereur envers ses serviteurs, et qu’il emportait avec lui la certitude que je ferais ce qui dépendrait de moi pour sa famille. Tu peux assurer Mme Gudin que je justifierai dans toutes les occasions les sentiments et la confiance de son mari. Je prendrai près de moi ses aides de camp. »

Lorsque le 20, l’Empereur passa les troupes en revue, il donna des regrets au vaillant Gudin. « Le général, disait-il dans le Bulletin, est mort glorieusement. Mais cette perte est sensible. Il était un des officiers les plus distingués de l’armée, recommandable par ses qualités morales autant que par sa bravoure et son intrépidité. » Le 15 octobre, de Moscou, il mandait à la veuve de Gudin qu’il lui accordait une pension de douze mille francs et que chacun de ses enfants recevrait une dotation de quatre mille francs avec le titre de baron. « Je prends part à vos regrets, écrivait-il, la perte est grande pour vous ; elle l’est aussi pour moi. Vous et vos enfants aurez toujours des droits auprès de moi. Elevez-les dans des sentiments qui les rendent dignes de leur père. »

Arthur CHUQUET.

(« 1812.La Guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série » Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912,  pp.6-8).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La mort du général Gudin… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|