( 25 avril, 2017 )

Scènes incroyables ! (Campagne de Russie, 1812).

Scènes incroyables ! (Campagne de Russie, 1812). dans TEMOIGNAGES la-retraite-de-russie

« Le 8 [décembre 1812], le quartier-général entre dans Vilna, rien ne peut donner l’idée de la confusion qui y règne. Les boutiques sont ouvertes ; mais déjà elles sont encombrées, les cafés, les magasins de comestibles sont envahis, quoi qu’on ait fait pour les faire protéger par une garde… Tout est bouleversé, tout est désordre ; et sincèrement il ne pouvait en être autrement : Vilna était la première ville hospitalière que nous rencontrions, et chacun y arrivait affamé et dépourvu de toute espèce de ressource. En vain cherche-t-on à rallier les hommes isolés, en vain leur assigne-t-on des couvents pour point de réunion. Les uns entrent dans les logements qu’ils ont occupés au premier passage dans Vilna ; les autres implorent la commisération des habitants qui leur accordent un asile. La fatigue abat les uns, les souffrances découragent les autres ; c’est une masse inerte que le bien-être du moment aveugle sur le péril qui la menace. » (Témoignage de Denniée, pp.169-170).

Labaume, dans ses mémoires (p.289) raconte : « Le chemin que nous suivions offrait à chaque pas de braves officiers couverts de haillons, appuyés sur des bâtons de pin, les cheveux et la barbe hérissés de glaçons ; ces mêmes guerriers, naguère la terreur de nos ennemis, et vainqueurs des deux tiers de l’Europe, ayant perdu leur noble contenance, se traînaient à pas lents, et ne pouvaient obtenir un regard de pitié des soldats dont ils étaient jadis obéis ! Situation d’autant plus déplorable, que quiconque n’avait pas la force de marcher était abandonné, et tout homme abandonné, une heure après était un homme mort. »

« La faim et la misère étaient à leur comble. On voyait des troupes d’hommes que nous appelions « les hébétés » qui étaient à la vérité absolument insensés. Ils ouvraient le ventre des chevaux, arrachaient ce qu’ils pouvaient pour le manger avec une voracité inexprimable. D’autres qui n’avaient plus ni sabre ni couteau, déchiraient la chair avec leurs dents et suçaient le sang des chevaux encore vivants mais tombés par terre. J’ai vu de mes propres yeux des forcenés se déchirer les membres et sucer leur propre sang, tant la faim et la misère avaient altéré leur raison et réduit ces malheureux à une condition au-dessous de celles des plus vils animaux. », selon le Général Vionnet de Maringoné, p.58, qui situe ce passage à la date du 6 décembre 1812.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Scènes incroyables ! (Campagne de Russie, 1812). ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|