( 19 mai, 2017 )

Les Prussiens en Picardie (1814).

Prussiens.

Le général d’Aigremont, général de brigade depuis le 10 avril 1813, commanda le département de la Somme du 18 décembre 1813 au 3 avril 1815. Napoléon le renvoya. « Vous devez, écrivait l’Empereur à Davout, faire remplacer le général d’Aigremont qui est à Amiens et qui doit y avoir été mis par le Roi. Vous enverrez à sa place un bon général ». La lettre de d’Aigremont au ministre [de la Guerre] Dupont, son ancien général, est, en tout cas un utile document sur l’occupation étrangère en 1814; elle ne porte pas de date, mais elle a été écrite sans doute le 1er juin 1814.

 Arthur CHUQUET.

Mon général, nous voilà enfin délivrés de nos libérateurs ! Dieu soit loué ! Ces messieurs sont partis ce matin. Je ne sais pas ce qu’ils peuvent emporter ; mais ils ont requis toutes les voitures du département. Il était bien temps qu’ils nous quittassent, car véritablement les bons Picards ne pouvaient plus y tenir, et les vexations exercées par eux dans les campagnes exaspéraient les habitants. Il y avait plus d’ordre dans les villes; mais ils étaient cependant fort exigeants pour des amis.

J’ai été constamment sur le qui-vive pour empêcher ou arrêter des rixes fréquentes entre eux et nos troupes de passage, et il y a eu quelques coups de sabre donnés de part et d’autre. Nos soldats, étant plus adroits, ont presque toujours eu l’avantage. Il y a eu quelques coups de sabre de donnés de part et d’autre. Nos soldats, étant plus adroits, ont presque toujours eu l’avantage. Il y a eu quelques querelles avec les officiers; mais cela s’est arrangé à l’amiable.

M. le général Zieten qui commandait ce corps d’armée m’a écrit une fort belle lettre de remerciements pour me témoigner sa reconnaissance des soins que j’avais pris pour conserver la bonne intelligence entre ses troupes et les nôtres, et je dois lui rendre la justice de dire qu’il y a mis de son côté beaucoup de calme et de modération.

J’espère, mon général, que vous n’oublierez pas dans la nouvelle organisation, votre protégé que vous avez fait chef d’escadron en l’an IX sur le Mincio et que je ne perdrai pas le fruit de vingt campagnes que je crois avoir faites honorablement. Si le commandement de ce département n’est pas supprimé, je serais fort aise de le conserver. Si cependant Votre Excellence pouvait m’employer à Paris, cela conviendrait mieux à mes intérêts; mais il n’est pas permis à tout le monde d’aller à Corinthe.

Je vous demande la continuation de l’intérêt que votre Excellence m’a constamment témoigné et que je crois mériter par le sincère attachement que j’ai toujours conservé pour elle dans l’adversité comme dans la prospérité.

J’ai l’honneur d’être, mon général, de Votre Excellence le très humble et dévoué serviteur.

D’AIGREMONT.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, pp.203-204).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Les Prussiens en Picardie (1814). ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|