• Accueil
  • > TEMOIGNAGES
  • > Napoléon de Glogau à Haynau. Lettre du sous-lieutenant Baistrocchi.
( 23 mai, 2017 )

Napoléon de Glogau à Haynau. Lettre du sous-lieutenant Baistrocchi.

N1

Voici une lettre du sous-lieutenant Baistrocchi qui escorta Napoléon. Nous l’avons traduit de l’italien ; elle a paru dans la « Revue Napoléonienne » d’avril-septembre 1903 (pp.301-304). On saura désormais que l’Empereur, après avoir quitté Glogau le 12 décembre 1812 à onze heures un quart du soir, est arrivé à Polkwitz le 13 décembre, à minuit et demi, qu’il est parti de Polkwitz à une heure un quart et arrivé à Haynau à cinq heures du matin. La course était précipitée, et, sur une route mauvaise et couverte de neige, elle a épuisé, crevé les chevaux. Le froid d’ailleurs semble avoir été cette nuit-là aussi intense en Prusse et en Saxe qu’en Russie Presque tous les hommes de l’escorte- des Italiens, gardes d’honneur et dragons de la Garde- ont eu un membre gelé. Un seul, le maréchal des logis de dragons, Paul Pezzina, a pu continuer la route ; au sortir de Haynau, il était assis derrière, le traîneau impérial, comme l’avait ordonné Napoléon, et il alla ainsi jusqu’à Dresde ; mais il perdit la jambe droite et quatre doigts du pied gauche. 

Arthur CHUQUET 

Baistrocchi, sous-lieutenant, commandant le détachement des gardes royales d’honneur et du régiment de dragons de la Garde à M. le chevalier major Palombini, commandant la colonne de marche du 2ème convoi. 

Glogau, le 16 décembre 1812. 

Rapport. Ayant eu le grand honneur d’escorter, la nuit du 12, notre très auguste Empereur, avec lesdits détachements et conformément à ses ordres, nous sommes partis à onze heures un quart et nous sommes arrivés à Polkwitz (distant de six lieues de Glogau) en l’espace de cinq quarts d’heure. A peine arrivé dans cette ville, je reçus l’ordre de S.E. le duc de Vicence [Général de Caulaincourt] de faire descendre le maréchal des logis le plus ancien qui se placerait en armes derrière le traîneau de S.M. (je choisis à cet effet le maréchal des logis Pezzina)  et de suivre avec le détachement jusqu’à nouvel ordre.  A une heure un quart très exactement nous sommes partis et à cinq heures juste, nous sommes arrivés à Haynau, distant de huit autres lieues de Polkwitz. Une marche aussi précipitée, de nuit, par des routes si mauvaises, avec deux pieds de neige, nous a fait perdre beaucoup d’effets, dont je vous joins un état par détachement, et j’eus, en outre, la mauvaise fortune que beaucoup d’hommes ont perdu, qui les mains, qui les pieds, et qui les oreilles, à cause de l’excessive rigueur du froid qui, cette nuit-là, s’éleva à 18 degrés [lire – 18°]. Je vous en envoie aussi l’état. Ces hommes, sauf un pour qui l’on a employé de prompts remèdes, sont tous entrés à l’hôpital.  Deux chevaux de la Garde d’honneur sont à toute extrémité et je ne sais si je pourrais les sauver. J’eus moi-même le malheur de perdre mon meilleur cheval qui me tomba mort dans un bois, à deux lieues environ de Haynau. Cet accident m’obligea de prendre le cheval du maréchal des logis Pezzina, qui était conduit à la main, et de le monter. La majeure partie des gardes s’est perdue dans les bois, leurs chevaux, ne pouvant aller plus loin. Parmi les hommes le plus dangereusement malades se trouvent le garde Sieppi auquel on craint de devoir couper les doigts et le garde Focaccia qui devra subir l’amputation d’une oreille. J’ai dû laisser à Haynau le dragon Silveri 1er, qui a perdu par la gelée les deux mains et les deux pieds. Je vous ferai connaître, par la suite, l’état des autres ; mais je crains tous côtés en ville, et les malades ont dû être abandonnés en ville, faute de moyens de transport. N’ayant reçu aucun ordre ni destination de la part  de Votre Majesté Impériale et Royale, j’ai pensé devoir  prendre ceux du roi de Naples [Maréchal Murat] et rester près de lui comme il me l’a ordonné, jusqu’à ce que je reçoive les ordres de Votre Majesté que je la supplie de vouloir me donner. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Napoléon de Glogau à Haynau. Lettre du sous-lieutenant Baistrocchi. ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|