• Accueil
  • > TEMOIGNAGES
  • > La place d’Orcha en 1812, d’après une lettre du major Brosset.
( 5 août, 2017 )

La place d’Orcha en 1812, d’après une lettre du major Brosset.

06509427.jpg

Le major Brosset, commandant la place d’Orcha, annonce le 16 novembre 1812 à Berthier qu’il a, avec le marquis d’Alorna, arrivé l’avant-veille, arrêté et rallié quelques isolés ; qu’il saura, s’il est attaqué, défendre les magasins et les fours ; qu’il a parqué l’artillerie ; les équipages, les voitures, formé ce que les Allemands nomment une « Wagenburg » ; qu’il est en état de résister à un coup de main.  Jacques Brosset, né en 1775 à Mamers (Sarthe), sergent-major au 4ème bataillon de ce même département en 1792, sous-lieutenant (1793), lieutenant (1794), capitaine (1799), chef de bataillon au 57ème (1807), major et aide de camp de Davout (1811), major titulaire au 29ème (1814), commandant d’armes à Metz, mis à la retraite pour infirmités en 1822 avec le grade de colonel honoraire.

A.CHUQUET

——  
Orcha, 16 novembre 1812 

Monseigneur, J’ai l’honneur de prévenir Votre altesse que j’ai arrêté 400 hommes environ de divers corps, à la tête desquels j’ai mis des officiers. De ce moment, je suis sûr de la conservation des magasins et des fours, ayant tout près de ces établissements qui, eux-mêmes, sont propres à quelque défense, une grande maison percée de beaucoup de fenêtres. Je pourri y mettre 150 hommes, 200 peut-être, en tenant en-dehors l’élite de ces hommes qui s’adosseraient à la muraille. Quant au parc d’artillerie, aux 4.000 fusils et aux pontons que le commandant d’artillerie n’a pas voulu laisser sur la rive droite du Dnieper à cause de l’apparition des Russes du côté de Krasnoïé, mouvement qui pouvait menacer Doubrovna et Orcha, ainsi que celui de quelques Cosaques vers Gorki, les divers équipages d’artillerie, dis-je, sont sur la rive droite de l’Orcha, les pièces en batterie formant un carré, toutes liées les unes aux autres par des petites charrettes qui ferment les intervalles. Toutes les voitures de munitions, pontons, etc., sont parquées dans un grand ordre et au centre du carré. Les canonniers sont, avant le jour, tous les matins, à leurs pièces ; l’infanterie, près des magasins et places commodes, et par toutes ces mesures nous sommes en état de parer un coup de main même forcé. M. le marquis d’Alorna est ici depuis deux jours et rectifie tout ce qui est susceptible de l’être. L’Orcha et le Dnieper sont gelés et portent presque partout. 

Le major commandant la place, BROSSET. 

Document publié dans le volume d’Arthur Chuquet : « Lettres de 1812.1ère série [Seule parue] », Paris, Champion, 1911

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La place d’Orcha en 1812, d’après une lettre du major Brosset. ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|