( 17 septembre, 2017 )

« C’ETAIT une BELLE HORREUR… »

Concernant l’incendie de Moscou, j’apprécie  particulièrement un passage du témoignage des « Souvenirs » du mameluck Ali (publiés en 2000 chez Arléa) ; celui-ci dort au Kremlin lorsqu’il se réveille machinalement et découvre à sa stupeur sa chambre parfaitement éclairée comme en plein jour : « Cela me parut extraordinaire. Je me lève, je porte mes pas vers une des fenêtres pour voir d’où provenait la clarté. Je ne fus pas peu étonné de voir la ville en feu, du moins dans la partie du midi et celle du couchant, nos fenêtres donnant sur la Moskowa et du côté de l’Ouest. C’était une belle horreur. Qu’on se représente une ville, je dirai grande comme Paris, livrée aux flammes et être sur les tours de Notre-Dame assistant pendant la nuit à un tel spectacle. » (Ali, p.46). Laissons la parole au sergent Bertrand qui se trouve sur le terrain : « Le 16 septembre au matin, j’allai avec deux camarades, faire une visite à la bonne famille normande qui nous avait si bien reçus. Non seulement nous ne retrouvâmes plus la maison, mais il nous fut presque impossible de reconnaître son emplacement. Ainsi avait disparu, par l’incendie, cette demeure si généreusement hospitalière. Au moment où le capitaine allait faire du pain avec notre farine, la division reçut l’ordre de rentrer à Moscou. Nous traversâmes une partie de la ville où l’incendie faisait ses plus épouvantables ravages, pour atteindre un quartier encore épargné, où nous fûmes logés dans une caserne russe. Le casernement de ma compagnie consistait dans une grande chambre, avec lit de camp à droite et à gauche. Au bout se trouvait un énorme poêle, puis une petite pièce pour les écritures du sergent-major. Non loin, de notre caserne, les palais de la noblesse russe étaient ouverts, abandonnés. Si l’on y avait trouvé à qui parler, le mal n’eut pas été grand, et la plupart d’entre nous se seraient contentés de provisions de bouche, de linge, de belles fourrures, mais voyant les flammes près d’atteindre ces richesses, beaucoup pensèrent qu’il valait mieux prendre que de voir disparaître ce qui pouvait être utile ou flatter. Dans les caves, notamment, on trouva tous les crus français, principalement les médocs et le champagne. J’entrai avec un de mes camarades, dans un boudoir d’un luxe exquis, où se trouvait une bibliothèque de livres français, et je me permis de prendre quelques-uns de ces volumes. Soulevant une magnifique portière en tapisserie nous nous trouvâmes dans une galerie de tableaux… puis nous arrivons dans un officier orné de meubles somptueux. Toutes les clefs, comme pour nous attirer, étaient aux serrures. Mais déjà il fallait songer à la retraite, les flammèches venant d’un hôtel voisin tombaient sur celui dans lequel nous nous trouvions. J’emportai dans un panier une cafetière, des confitures et des flacons de liqueur, mon camarade avait mis dans un sac deux gros jambons et une volaille cuite. A peine avions-nous fait quelques pas hors de ce palais que les flammes se faisaient jour par toutes ses fenêtres, les carreaux éclatant avec un bruit semblable à celui d’un feu de deux rangs. Nous ne savions plus quelle direction suivre pour regagner notre caserne, et nous marchions avec précaution, avec un groupe d’autres soldats, pour ne pas être pris dans le  tourbillon de feu qui nous enveloppait. Mon panier, si bien garni, devenant un fardeau dangereux, je n’hésitai pas à le jeter. Soudain, nous nous trouvons en face d’une troupe d’incendiaires, la torche d’une main, une arme de l’autre. Nous n’avions que nos sabres et encore plusieurs de notre petite troupe n’étaient pas armés. Je prends le commandement : « Serrons nos rangs », dis-je, car si nous nous désunissons nous sommes perdus. Ces infâmes galériens, à figures repoussantes, lâchés par Rostopchine pour détruire la ville se ruent sur nous en poussant des cris sauvages. Nous fîmes tête avec calme et énergie. Voyant qu’ils cherchaient à nous envelopper nous nous cramponnons désespérément aux murailles épargnées par le feu. L’un de ces bandits essaya de me brûler la figure avec sa torche, j’en fus quitte pour quelques gouttes de résine brûlante sur la main. Notre position devenait critique, obligés de combattre cette horde d’assassins et de nous garer des brandons enflammés tombant de tous côtés, des toits de zinc, nombreux à Moscou, qui s’écroulaient avec un fracas formidable. Enfin, nous atteignons une rue où le feu sévit moins cruellement, une partie des brigands disparaît, et nous commencions à respirer lorsque une toiture, en s’abimant sur notre groupe renverse, avec des blessures assez graves, deux d’entre nous. Heureusement les incendiaires ayant renoncé à continuer leur poursuite nous pûmes porter secours à nos blessés en suivant rapidement la rue dans laquelle nous étions engagés. Des cris et des coups de fusils se font entendre : après quelques hésitations, nous nous décidons à marcher au feu. Bien nous ne prit, car, après avoir traversé, non sans peine, une vraie fournaise, nous arrivâmes sur une place, devant une église qui servait de corps-de-garde aux chasseurs à pied de la Garde. Ce poste avait déjà ne dépôt un certain nombre d’incendiaires, ignobles forçats dont on faisait justice par la fusillade dans une île de la Moskowa…. Le second jour de l’incendie, dans la nuit du 17 au 18 septembre, étant de piquet, je fus envoyé par le chef de poste, à la tête d’une patrouille de douze hommes pour fouiller les environs. A peine étions-nous en marche que, à la lueur des maisons incendiées nous vîmes sept à huit incendiaires chargés de paquets. Je leur fais envoyer quelques coups de fusil, ils prennent la fuite à toutes jambes, nous les chargeons, et rois de ces brigands sont ramenés au poste. On trouva sur eux des armes de luxe, des instruments de chirurgie, des bijoux, pierreries et nombre de frédérics d’or, montant à une assez forte somme. Les riches et très nombreuses églises avaient été presque toutes respectées par l’incendie. Des mais sacrilèges, et entre autres, celles de la lie de la population de Moscou et des environs ayant essayé d’arracher dans l’icône de l’une d’elles, des plaques d’argent, l’Empereur fit défendre l’entrée de ces monuments, et y fit placer des postes. Dans l’une de ces églises, où je pus jeter un coup d’œil, je vis nue foule de malheureux de tout âge, de tout sexe, couverts de haillons, échappés au sinistre, et mourants de faim dans ce lieu saint où la veille ils trouvaient le clame dans la prière. »

(Capitaine Vincent Bertrand, « Mémoires. Grande-Armée, 1805-1815. Recueillies et publiés par le colonel Chaland de La Guillanche, son petit-fils [1ère édition en  1909]. Réédition établie et complétée par Christophe Bourachot », A la Librairie des Deux Empires, 1998, pp.131-136).

 

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ « C’ETAIT une BELLE HORREUR… » ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|