• Accueil
  • > TEMOIGNAGES
  • > Une seconde LETTRE du GENERAL PARTOUNEAUX sur la CAMPAGNE de RUSSIE…
( 1 décembre, 2017 )

Une seconde LETTRE du GENERAL PARTOUNEAUX sur la CAMPAGNE de RUSSIE…

Une seconde LETTRE du GENERAL PARTOUNEAUX sur la CAMPAGNE de RUSSIE... dans TEMOIGNAGES partouneaux

Voici une lettre de cet officier, en date du 24 août 1817, dans laquelle il proteste de nouveau contre le fameux 29ème Bulletin de la Grande-Armée et contre les assertions de plusieurs historiens. Je vous invite à voir plus haut dans « L’ Estafette » la précédente lettre du général Partouneaux. 

C.B. 

Toulouse, 24 août  1817. 

Un nouvel ouvrage intitulé « Mémoire pour servir à l’histoire de la campagne de Russie », vient, en 1817, d’être publié par un officier de l’état-major de l’armée française. Je déclare que le passage de ce « Mémoire » qui est relatif à la 12ème  division d’infanterie de la Grande-Armée, que j’avais l’honneur de commander, est de la plus grande inexactitude. Si l’auteur eût lu le Mémoire que j’ai fait publié pendant l’interrègne et que j’ai envoyé à Napoléon et à ses ministres, il eût assurément payé à cette brave troupe et à son chef le tribut qui leur était dû. Par conséquent, il n’eût pas laissé ignorer que le 12ème division, complètement cernée par les trois armées russes des généraux Tchitchagov, Platov et Wittgenstein, avait été sommée de se rendre, et que, déjà réduite à 3.000 hommes mourant de faim et de froid, elle avait voulu combattre.  Que, dans un défilé, au milieu d’une grande partie des bagages de la Grande-Armée, au milieu de 7 à 8.000 malheureux traîneurs, sans armes, de cette même armée, elle avait été écrasée par le feu de l’ennemi, maître des hauteurs qui dominaient la route. Qu’elle avait été laissée à Borisov, à trois lieues en arrière de l’armée, sans être échelonnée, sans avoir été secourue ! Ne pourrait-on pas dire encore : « Il est facile aujourd’hui, sous la température la plus douce, de se livrer à des réflexions, de faire des épisodes, d’embellir son roman et de distribuer le blâme ou les éloges !

Mais alors, on était si malheureux, si accablé par tous les maux, que personne n’a songé à se retourner pour nous donner le moindre secours, et c’est ainsi que l’homme le meilleur abandonnait souvent son ami qui succombait auprès de lui ! »Je déclare, en outre, que tous ceux qui ont écrit jusqu’à ce jour sur cette malheureuse circonstance, ont été aussi inexacts que l’auteur de ce mémoire.  J’engage donc les personnes  qui s’occupent d’écrire cette partie de notre histoire, à consulter le mémoire intitulé « Adresse à l’armée » que j’ai publié pendant l’interrègne et qui s’est vendu publiquement à  Paris. MM. les maréchaux ducs de Dalmatie, prince d’Eckmühl, duc de Feltre, comte de Gouvion St.-Cyr, qui ont été successivement ministres de la Guerre, voudront assurément bien me rendre la justice de dire que j’ai vivement réclamé contre l’article du 29ème Bulletin qui était relatif à la 12ème division.  Voici, au sujet de Bulletin, le passage d’une lettre que j’écrivis à Napoléon lors de son retour de l’île d’Elbe, pour qu’on puisse juger si j’avais le sentiment d’avoir rempli tous mes devoirs : « Vous avez été bien injuste envers moi dans votre 29ème Bulletin. Vous m’avez frappé d’un coup de massue. Ceux qui ignoraient les ordres que j’avais reçus, les obstacles que j’avais rencontrés, m’accusaient, me trouvaient des torts ; les braves qui me connaissaient, ne pouvaient m’en supposer, mais ils craignaient pour moi. Je ne me plaignis alors que de votre extrême injustice.

Chaque jour, je suis encore dans la nécessité d’expliquer cette cruelle et malheureuse affaire. Humilié, accablé par ce coup, je recueillis les pièces officielles et je composai une « Adresse à l’Armée ». Ces pièces s’impriment en ce moment à Paris, à moins que mes amis n’en soient empêchés par la suite de votre retour en France. Quant à moi, je suis sans inquiétude, car je ce que j’ai de plus est à l’honneur ». A mon retour de Russie, me trouvant à Marseille, je communiquai ces pièces à  monsieur, frère du Roi [le comte d’Artois, futur Charles X].

Ce prince me dit le lendemain : « J’ai lu avec intérêt le mémoire que vous m’avez remis ; il convient à un brave homme comme vous de le faire imprimer ; j’aime le ton de modération avec lequel vous parlez de Napoléon ». En l’an 1813, lorsque j’étais prisonnier et malheureux, si Napoléon avait eu à se plaindre de ma conduite ne Russie, il n’eût certainement pas placé mes trois enfants dans un lycée à ses frais. Pendant l’interrègne, je n’ai pas reçu un mot d’improbation sur ma conduite ne Russie, et je n’ai pas éprouvé une seule marque de manque d’estime, même lorsque j’ai demandé la permission de me retirer en Provence [« Il n’y a pas d’inconvénient, écrivait Napoléon à Davout le 7 avril 1815, à renvoyer le général Partouneaux en Provence. Qu’il aille dans sa famille, puisque ses blessures l’exigent. Quant à son serment, vous lui paierez, s’il le prête, un traitement quelconque où il se trouvera. S’il ne le prête pas, vous le destituerez. » (Note d’A.Chuquet)]. Je ne publie ces détails que pour satisfaire à un sentiment d’honneur, et pour éviter à des écrivains de commettre de nouvelles erreurs, d’après celles qui ont déjà été commises envers moi, envers la 12ème  division.Mon mémoire est au ministère de la Guerre. 

(Extrait de l’ouvrage : « 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents », d’Arthur Chuquet, publié en 3 volumes chez Fontemoing en 1912). 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Une seconde LETTRE du GENERAL PARTOUNEAUX sur la CAMPAGNE de RUSSIE… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|