( 3 décembre, 2017 )

Le passage de la Bérézina, et après…

Le passage de la Bérézina, et après… dans HORS-SERIE snb14969

« Nous quittâmes Borisow dans la nuit du 26 [novembre 1812]. Le 27 au matin, nous arrivâmes à Wesselowo (près de Studianka) où l’on avait construit deux ponts sur la Bérézina. J’ai lu, depuis la paix, que c’est au même endroit que Charles XII, roi de suède, passa cette rivière le 25 juin 1708, quand il marchait sur Moscou. La foule était si considérable, aux entrées des ponts, qu’il nous fut impossible d’en approcher. Nous nous établîmes près des maisons de Wesclowo. Le froid et le vent étaient très violents et nous étions presque sans feu, tant il était difficile de se procurer un peu de bois. Nous restâmes dans cette position toute la journée et une partie de la nuit suivante. Pendant que nous dormions, on me vola le cheval de troupe que j’avais conservé, qui du reste ne me suivait que pour porter un harnais et mon portemanteau, parce que, depuis les grands froids, je le menais par la bride pour ne pas avoir les pieds et les mains gelés, ce malheur arrivant à presque tous ceux qui voyageaient à cheval. Enfin, avec beaucoup de peine, nous traversâmes la Bérézina vers trois heures du matin. Bien nous en valut, car le 28 plusieurs milliers d’hommes furent étouffés ou noyés en se précipitant sur les ponts, périrent par le feu de l’ennemi ou tombèrent en son pouvoir avec la presque totalité de l’artillerie et des bagages que l’armée conservait encore. Quand le jour parut, nous quittâmes les bords de cette rivière, où nous eûmes tant de pertes à regretter. Nous prîmes la direction de Zembin, Kamen, Ilüa, Smorgoni, Ochmiana, pour nous rendre à Wilna. Nous apprîmes, avant d’y arriver, que l’Empereur était parti de Smorgoni pour Paris le 5 décembre  et que le roi de Naples le remplaçait dans le commandement en chef. Le froid allait toujours croissant. Tous les matins, nos bivouacs étaient couverts de cadavres gelés pendant la nuit ; Il était si rigoureux pendant les cinq jours qui ont précédé notre arrivée à Vilna, qu’il suffisait de s’arrêter dans un endroit sans feu pour périr au bout de quelques minutes.  On assure qu’à cette époque (5, 6, 7 et 8 décembre) le thermomètre de Réaumur est descendu jusqu’au 28ème degré de glace. Plusieurs journaux l’ont affirmé. »

Pierre de Constantin, « Journal et lettres de campagne », in « Carnet de la Sabretache », n°299, juillet 1925, pp. 454-455. L’auteur était, depuis le 9 juin 1812, lieutenant au 23ème régiment de dragons

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Le passage de la Bérézina, et après… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|