• Accueil
  • > A LA UNE !
  • > Il y a SOIXANTE-DIX-SEPT ANS L’AIGLON RETROUVAIT ENFIN SON PÈRE…
( 15 décembre, 2017 )

Il y a SOIXANTE-DIX-SEPT ANS L’AIGLON RETROUVAIT ENFIN SON PÈRE…

cercueilroideromeavant1969.jpg

Il y a 77 ans, le 15 décembre 1940, Napoléon retrouvait enfin son fils. Hitler faisait transférer le corps de l’Aiglon de Vienne à  Paris. Le Chancelier du Reich espérait par cette initiative, récupérer l’opinion des français.

Mais ceux-ci connaissaient alors bien d’autres soucis…

Ils raillèrent ce geste par cette tirade : « Nous manquons de charbon et les Allemands nous rendent des cendres.. ». Il faudra attendre 1969 afin qu’André Malraux, alors Secrétaire d’État aux Affaires culturelles, ordonne que l’on creuse le tombeau dans lequel le Fils de l’Homme reposera enfin…  Il faut savoir que dès 1932, année du centenaire de la mort de l’Aiglon, l’idée d’un rapatriement du corps de Napoléon II avait été évoquée dans les milieux politiques et historiques, mais sans aucune suite.

Il est également navrant que la France, vainqueur du conflit de 1914-1918, n’ait point songé à demander à ce moment-là le transfert des cendres du fils de l’Empereur…

Les photos qui suivent sont extraites du numéro du magazine « l’Illustration » du 21 décembre 1940.

Photo 1: Deux soldats allemands montent la garde devant l’entrée du wagon où se trouve le cercueil de l’Aiglon. Nous sommes à la Gare de l’Est. Photo 2: Une vue de ce même cercueil dans le wagon. Photo 3: A partir de minuit, le 15 décembre 1940, les allemands extraient le cercueil de son wagon. Photo 4: Toujours devant la Gare de l’Est. Le cercueil est placé sur un affût d’artillerie qui sera tracté par un véhicule allemand de transport troupes. Le fils de l’Empereur faisant son entrée dans un convoi de militaires ennemis, cela ne manque pas d’amertume… 

Photo 5: Le convoi arrive à 1h20 (du matin), aux Invalides. Otto Abetz, ambassadeur d’Allemagne à  Paris remet au nom du Führer le corps de l’Aiglon à l’amiral Darlan, représentant le gouvernement français.  Le cercueil est alors pris en charge par des gardes républicains (français). Ce dessin de Serge Ivanoff nous montre le convoi devant les marches de l’entrée du Dôme. 

Photo 6: Suite de la scène précédente : le cercueil , toujours porté par les gardes républicains, va être placé sur les marches de l’autel. Cette cérémonie nocturne s’achève à 2 heures. Napoléon II est désormais veillé par les gardes républicains en grande tenue. Il sera disposé , après la grande cérémonie officiel, dans la chapelle où se trouve Jérôme Bonaparte. Il y restera près de trente années…      

snb146801.jpg

 snb14685.jpg

 snb14686.jpg

snb14688.jpg

snb14694.jpg

  snb14695.jpg

snb14691.jpg

 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Il y a SOIXANTE-DIX-SEPT ANS L’AIGLON RETROUVAIT ENFIN SON PÈRE… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|