( 17 décembre, 2017 )

Le maréchal Davout après Waterloo…

Davout.

« Lorsque l’armée fut dispersée-on peut dire éparpillée-en cantonnement souvent minuscules, au sud de la Loire, Louis XVIII, poussé par Talleyrand, pressé par les Alliés, décida sa « réorganisation », c’est-à-dire, d’abord son licenciement… Ce fut l’ordonnance du 16 juillet 1815. La veille avait disparu la crainte qu’inspirait encore la « Grande Ombre » de l’Homme au petit chapeau : Napoléon était monté le 15 juillet à bord du « Bellérophon » en rade de l’île d’Aix… On n’osa pourtant la publier que trois semaines après, lorsque la dislocation était déjà en cours. Mais, dès le 24 juillet, paraissait la fameuse ordonnance de proscription. Le maréchal Davout, indigné, comprit que l’on s’était servi de son patriotisme et de son autorité pour amener l’Armée à sa fin. Il écrivit au Roi une lettre où il revendiquait noblement pour lui seul, comme Ministre de la Guerre, la responsabilité de tous les actes commis par les proscrits qui avaient été sous ses ordres. Il ne reçut pas de réponse, mais une décision le destituant, et le remplaçant par le maréchal Macdonald. Le vainqueur d’Auerstaedt recevait l’ordre de se retirer à Savigny-sur-Orge, d’où il fut peu après envoyé, en surveillance,  à Louviers… Il faut reconnaître que Macdonald avisa discrètement les proscrits de se mettre à temps en sûreté s’ils le pouvaient. »

(Marcel DOHER, « Proscrits et exilés après Waterloo. Préface du général Laffargue », J. Peyronnet, 1965, pp.45-46).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Le maréchal Davout après Waterloo… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|