( 9 janvier, 2018 )

La BATAILLE de RIVOLI, 14 JANVIER 1797…

« Les soldats de l’Armée d’Italie ont surpassé la rapidité, tant vantée, des légions de César. » (Général Bonaparte, lettre au Directoire).

Forces en présence : Armée française (commandée par le général en chef Bonaparte) : 22 000 hommes (composée de 18 000 fantassins et de 4000 cavaliers). 50 canons. Armée autrichienne (commandée par le feld-maréchal Alvinczy) : 28 000 hommes. 90 canons.

Pertes : Armée française : 2200 tués et blessés. Armée autrichienne : 4000 tués et blessés.

La BATAILLE de RIVOLI, 14 JANVIER 1797... dans JOURS D'EPOPEE RivoliLe général Bonaparte, fort des succès remportés précédemment par son armée, notamment à Arcole (15-17 novembre 1796) maintient ses positions et renforce le siège de la ville de Mantoue, qui a débuté le 15 juillet 1796. Les forces autrichiennes sont très affaiblies et sentent le conflit leur échapper. Le feld-maréchal Alvinczy est expédié en Italie afin de secourir le général Würmser en mauvaise posture. Les premiers affrontements surviennent le 13 janvier 1797. Le général Joubert attaqué de toutes parts, se replie sur le plateau de Rivoli. Il y est rejoint par les généraux Bonaparte et Rey. Alvinczy sait qu’il a l’avantage du nombre et que les troupes françaises sont des plus démoralisées. Il attend donc le lendemain afin de déclencher l’attaque générale. Il commet néanmoins une erreur qui lui sera fatale : il a laissé le temps au général Masséna de revenir de Vérone. Ce dernier accomplira l’exploit de parcourir 148 kilomètres en seulement deux jours ! Le 14 janvier 1797, à 7 heures du matin, les Autrichiens attaquent les premiers ; les Français doivent se replier. Bientôt le corps du général Joubert est à cour de munitions. L’armée autrichienne encercle les Français sur le versant de Rivoli. C’est l’arrivée du général Masséna et de son armée qui va inverser d’une façon inattendue la situation. Partout la contre-attaque s’organise. C’est au tour de l’armée ennemie de se replier sous les tirs croisés de l’armée de Masséna. Vers 18 heures, l’armée autrichienne est écrasée. Mais le général Bonaparte a une priorité : secourir le général Sérurier qui soutient toujours le siège de Mantoue avec des effectifs en sous-nombre, nombreux sont ceux qui ont été intégrés au corps du général Masséna pour porter secours à Joubert. Bonaparte prend donc la direction de Mantoue, laissant aux généraux Joubert et Rey 15 000 hommes pour consolider la victoire. Le 16 janvier 1797, après la bataille de La Favorite,  l’autrichien Würmser sera obligé de capituler le 2 février 1797 et de livrer Mantoue aux Français.

Témoignage : « Vers 10 heures du matin, les deux divisions françaises se trouvaient au centre d’un grand cercle formé par les ennemis établis sur les hauteurs environnantes. Les Autrichiens, croyant leur mouvement réussi, firent une salve général de leur artillerie. Nous étions dans l’étonnement, seul le général Bonaparte ne semblait nullement surpris. Il ordonna aussitôt une double attaque. La division Joubert retournerait vers la position de La Corona qu’elle avait dû évacuer la veille, tandis que deux bataillons de la 21ème [demi-brigade] et de la 75ème [demi-brigade] conduits par le général Masséna en personne s’avanceraient vers le centre des ennemis en appuyant la gauche du général Joubert. Les autres bataillons de la division Masséna marchaient sur la position de la Sega que les autrichiens avaient occupée pour couper nos communications ? La division Joubert reprit immédiatement l’offensive et l’attaque devint générale. En même temps, le général Berthier, chef d’état-major général, faisait établir sur le plateau de Rivoli une forte batterie de 12 soutenue par les autres armes afin d’empêcher la colonne de cavalerie et d’artillerie autrichienne de déboucher. A seule route praticable pour ces deux armes, quand on vient de La Corona, était celle qui suit le défilé de l’Adige par Incalane. La cavalerie et l’artillerie ennemie s’y étaient enfournées. Elles tentèrent vainement de déboucher du défilé où elles étaient entassées et tous les efforts qu’elles firent pour ne sortir furent vains. Ces troupes restèrent paralysées pendant toute l’action. C’était de la part du général en chef [Bonaparte] un trait de génie. Au signal donné, tous les corps français se portèrent en avant. La 32ème [demi-brigade]  eut l’honneur d’aborder la première l’ennemi. Elle le culbuta, prit des drapeaux, fit beaucoup de prisonniers et se couvrit de gloire. » (François Vigo-Roussillon, « Journal de campagne (1793-1837) », France-Empire, 1981, pp.44-45). L’auteur était alors sergent dans les rangs de la 32ème demi-brigade d’infanterie.

C.B.

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La BATAILLE de RIVOLI, 14 JANVIER 1797… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|