• Accueil
  • > TEMOIGNAGES
  • > Une LETTRE du COMMANDANT GUILLEMIN au GENERAL PELET à propos de la BATAILLE de WATERLOO…
( 12 janvier, 2018 )

Une LETTRE du COMMANDANT GUILLEMIN au GENERAL PELET à propos de la BATAILLE de WATERLOO…

waterloo2.jpg

Il y a quelque temps, j’ai diffusé ici même une lettre du général Petit et une du général Christiani ; toutes les deux adressées au général Pelet et extraites du « Carnet de la Sabretache » de 1905. Celle qui suit est écrite par le commandant Guillemin (en 1815, chef de bataillon au 3ème régiment des grenadiers de la Garde) au général Haxo. 

 

Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), 10 juin 1835. 

Mon général, 

M. le sous-préfet de Nontron vient de me transmettre la lettre que je vous lui avez adressée, en  date du 24 avril dernier, pour obtenir des renseignements sur ce qui s’est passé à la fin de la bataille de Waterloo, relativement à  la Garde Impériale. Ceux que j’ai à vous donner seront de bien peu d’importance ; ils ne s’étendront qu’à mon bataillon seulement. Voici les faits tels que ma faible mémoire peut se les rappeler. Vers les quatre à cinq heures du soir, nous reçûmes l’ordre de nous porter en avant en colonne par bataillon. Arrivés sur le plateau qui dominait le champ de bataille, le brave général Poret  de Morvan, qui nous commandait, nous fît former le carré et commencer le feu de deux rangs. Nous restâmes assez longtemps dans cette position, tout en perdant beaucoup de monde. A notre gauche était un carré de chasseurs de la Garde, commandé par le général Michel, qui y fut tué. Une batterie de la Garde était un peu en avant et à gauche de ce carré.- L’Empereur y est resté longtemps, et ce n’est qu’après bien des instances qu’on est parvenu à le faire retirer. Peu de temps après, la batterie fut démontée, les chevaux et les canonniers tués ou mis hors de combat. Le maréchal Ney vint dans mon carré et dit au général de Morvan : « Général, il faut mourir ici ! » Nous soutînmes encore quelque temps le combat, mais la fusillade et la mitraille vomissaient la mort de toute part, et dans un instant mon carré n’était plus. Nous nous retirâmes, le maréchal, le général et moi, sur le carré des vieux grenadiers, commandé par le général Cambronne [Erreur : Cambronne commandait le 1er régiment de chasseurs, et se trouvait en effet sur le plateau avec son 2ème bataillon. (Note du « Carnet de la Sabretache »)].  En passant près d’une ferme, nous fûmes assaillis par une décharge à mitraille d’une batterie ennemie placée sur la route, et auprès de ce carré, voyant la bataille perdue, donna les ordres de le faire retirer. Pour lors, nous battîmes en retraite par la route de Génappe à Avesnes. 

 Voilà, mon général, les renseignements que je peux vous donner, mais qui sont très exacts.

Si j’osais me permettre une observation, je vous dirais que M. le duc de Wellington, qui  s’attribue, lui et ses Anglais, le mérite du gain de la bataille, aurait bien pu, sans les Prussiens, être le prisonnier de Waterloo, au lien d’en être le prince. 

Agréez, mon général, l’assurance des sentiments les plus distingués avec lesquels j’ai l’honneur d’être votre très humble et très obéissant serviteur. 

Signé : GUILLEMIN. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Une LETTRE du COMMANDANT GUILLEMIN au GENERAL PELET à propos de la BATAILLE de WATERLOO… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|