( 22 février, 2018 )

Une lettre du colonel Neil Campbell…

Campbell

Cet officier anglais était chargé de la surveillance de Napoléon à l’île d’Elbe. L’évasion de ce dernier sera le drame de sa vie. Il écrit ici à un certain M. Bailler, demeurant à Vienne (Autriche).

C.B.

Porto-Ferrajo [Portoferraio], 14 octobre 1814

« Continuez à me donner des nouvelles. Vous me mettez à même de divertir Napoléon beaucoup plus que vous ne pensez. Il paraît que Naples, la Pologne, la Saxe, Bernadotte et Corfou sont les points principaux. Faites-moi savoir de temps à autre des nouvelles de Marie-Louise et du jeune Napoléon, et les anecdotes qui doivent transpirer sur le compte de ces personnages. Je reçois ici de fréquentes visites de Bertrand et de Drouot. J’ai profité plusieurs fois de l’offre que Napoléon m’a faite de ses chevaux. Je suis assez bien logé ; mais nous éprouvons des difficultés pour les subsistances, car cette île ne produit que des végétaux et du vin. Au moment où je vous écris, un petit bâtiment portant pavillon rouge, armé de seize ou [de] dix-huit canons, vient de jeter l’ancre et de saluer cinq coups : on le dit de Tunis et que les Algériens ont déclaré la guerre à Napoléon »

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Cie, 1914, p.437)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Une lettre du colonel Neil Campbell… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|