• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 15 mars 2018
( 15 mars, 2018 )

Une lettre d’Alphonse Margarita, directeur durant la campagne de Russie.

Une lettre d’Alphonse Margarita, directeur durant la campagne de Russie.  dans TEMOIGNAGES hommeempire-227x300 Cette dernière est adressée à son épouse, à Saint-Cloud. 

Smolensk, le 11 novembre 1812. 

Je suis arrivé à Smolensk, hier dans l’après-midi en bonne santé, cependant bien fatigué, car jamais fatigue ne fut plus grande que celle que j’ai éprouvée.  Une neige rendant par la gelée, le chemin dangereux, j’ai préféré faire 12 lieues [48 kilomètres…] à pied que d’aller à cheval, car j’aurais pu tomber souvent, mon cheval n’étant pas ferré à glace.Maintenant qu’il est ferré à crampons, j’enfourche le cheval sans courir aucun risque.

Je pense que nous partirons après-demain pour prendre la route de Vilna, à ce que je crois. Je me porte fort bien et suis dans le cas d’endurer toutes les fatigues imaginables ; telles grandes qu’elles soient d’ici à Vilna, elles ne peuvent l’être davantage que celles que j’ai essuyées ; au surplus, je suis fort content de moi.

Le courage ne me manque point.  Voilà plusieurs fois que je parle à l’Empereur, je ne suis plus timide et embarrassé comme la première fois.

Je trouve même qu’il est très facile de s’expliquer avec lui, surtout quand on répond juste. 

Ton fidèle, Alphonse. 

 Image d’illustration.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 mars, 2018 )

Ceux qui suivirent l’Empereur dans son exil.

Napoléon le Grand

Liste établie au moment du départ pour Sainte-Hélène.

« Le général Bertrand, Mme Bertrand et leurs trois enfants. Le général de Montholon, Mme de Montholon et leur jeune fils. Le général Baron Gourgaud ; M. de Las Cases et son fils.

Onze domestiques, savoir :

Pour la chambre : Marchand, premier valet de chambre.

Saint-Denis, dit Ali, valet de chambre.

Noverraz, suisse, valet de chambre.

Santini, Corse, huissier.

Pour la livrée :

Archambault aîné, piqueur.

Archambault cadet, piqueur.

Gentilini, valet de pied.

Pour la bouche :

Cipriani, Corse, maître d’hôtel.

Pierron, garçon d’office.

Rousseau, argentier.

Maingault n’ayant pas accepté d’accompagner l’Empereur dans son exil ; le docteur O’Meara, du Bellérophon, s’offrit, aux applaudissements de tous et à la vive satisfaction  de Napoléon, de le remplacer ; afin que le proscrit ne manquât pas de médecin. »

 (Pierre CHANLAINE, « Napoléon vers Sainte-Hélène », J. Peyronnet et Cie, Editeurs, 1960, pp.105-106).

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
|