• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 21 mars 2018
( 21 mars, 2018 )

Proclamation de l’Empereur, à Paris, le 21 mars 1815.

Napoléon le Grand2

Voici un extrait des « Mémoires » du trésorier Guillaume PEYRUSSE:

« 21 mars. Le lendemain parut dans le Moniteur  la proclamation ci-jointe au peuple français :

  « Français,

La défection du duc de Castiglione [1] livra Lyon sans défense à nos ennemis ; l’armée, dont je lui avais confié le commandement, était, par le nombre de ses bataillons, la bravoure et le patriotisme des troupes qui la composaient, à même de battre le corps d’armée autrichien qui lui était opposé, et d’arriver sur les derrières du flanc gauche de l’armée ennemie qui menaçait Paris. Les victoires de Champaubert, de Montmirail, de Château-Thierry, de Vauchamps, de Mormant, de Montereau, de Craonne, de Reims, d’Arcis-sur-Aube et de St-Dizier ; l’insurrection des braves paysans de la Lorraine, de la Champagne, de l’Alsace, de la Franche-Comté et de la Bourgogne, et la position que j’avais prise sur les derrières de l’armée ennemie, en la séparant de ses magasins, de ses parcs de réserve, de ses convois et de tous ses équipages, l’avaient placée dans une situation désespérée. Les Français ne furent jamais sur le point d’être plus puissants, et l’élite de l’armée ennemie était perdue sans ressource ; elle eut trouvé son tombeau dans ces vastes contrées qu’elle avait si impitoyablement saccagés, lorsque la trahison du duc de Raguse livra la capitale et désorganisa l’armée. La conduite inattendue de ces deux généraux, qui trahirent à la fois leur patrie, leur prince et leur bienfaiteur, changea le destin de la guerre. La situation désastreuse de l’ennemi était telle qu’à la fin de l’affaire qui eut lieu devant Paris, il était sans munitions par la séparation de ses parcs de réserve.

Dans ces nouvelles et grandes circonstances, mon cœur fut déchiré, mais mon âme resta inébranlable. Je ne consultai que l’intérêt de la patrie ; je m’exilai sur un rocher au milieu des mers ; ma vie vous était et devait encore vous être utile ; je ne permis pas que le grand nombre de citoyens qui voulaient m’accompagner partageassent mon sort ; je crus leur présence utile à la France, et je m’emmenai avec moi une poignée de braves nécessaires à ma garde.

Elevé au trône par votre choix, tout ce qui a été fait sans vous est illégitime. Depuis vingt-cinq ans la France a de nouveaux intérêts, de nouvelles institutions, une nouvelle gloire qui ne peuvent être garantis que par un gouvernement national et par une dynastie née dans ces nouvelles circonstances. Un prince qui régnerait sur vous, qui serais assis sur mon trône par la force des mêmes armées qui ont ravagé notre territoire, chercherait en vain à s’étayer des principes du droit féodal ; il ne pourrait assurer l’honneur et les droits que d’un petit nombre d’individus ennemis du peuple qui, depuis vingt-cinq ans, les a condamnés dans nos assemblées nationales. Votre tranquillité intérieure et votre considération extérieures seraient perdues à jamais.

Français, dans mon exil j’ai entendu vos plaintes et vos vœux ; vous réclamez le gouvernement de votre choix qui seul est légitime. Vous accusiez mon long sommeil ; vous me reprochiez de sacrifier à mon repos les grands intérêts de la patrie. J’ai traversé les mers au milieu des périls de toute espèce : j’arrive parmi vous reprendre mes droits qui sont les vôtres. Tout ce que des individus ont fait, écrit ou dit depuis la prise de Paris, je l’ignorerai toujours ; cela n’influera en rien sur le souvenir que je conserve des services importants qu’ils ont rendus, car il est des événements d’une telle nature qu’ils sont au-dessus de l’organisation humaine. Français, il n’est aucune nation, quelque petite qu’elle soit, qui n’ait eu le droit et ne se soit soustraite au déshonneur d’obéir à un prince imposé par un ennemi momentanément victorieux. Lorsque Charles VII rentra à Paris et renversa le trône éphémère d’Henri VI, il reconnut tenir son trône de la vaillance de ses braves, et non d’un prince régent d’Angleterre.

C’est aussi à vous seuls et aux braves de l’armée, que je fais et ferai toujours gloire de tout devoir. »


[1] « Depuis longtemps, chez lui, le maréchal n’était plus le soldat ; son courage, ses vertus premières l’avaient élevés très haut hors de la foule ; les honneurs, les dignités, la fortune l’y avaient replongé », dira de lui Napoléon…

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|