• Accueil
  • > Archives pour juillet 2018
( 29 juillet, 2018 )

« Ce malheureux Vandamme… »

« Ce malheureux Vandamme... » dans FIGURES D'EMPIRE vandamme

Une lettre de l’Empereur adressée au maréchal Gouvion Saint-Cyr, commandant le 4ème corps de la Grande-Armée.

Dresde, 1er septembre 1813.

Le duc de Tarente [maréchal Macdonald] s’est laissé pousser sur Görlitz. Il sera possible que je sois obligé de marcher sur Bautzen demain ou après-demain. Occupez donc promptement les positions défensives. afin que le duc de Raguse [maréchal Marmont] et ma Garde soient disponibles pour marcher avec moi de ce côté.

Ce malheureux Vandamme, qui paraît s’être tué, n’avait pas laissé une sentinelle sur les montagnes, ni une réserve nulle part ; il s’était engouffré dans un fond, sans s’éclairer en aucune façon. S’il avait seulement eu 4 batillons et 4 pièces de canon sur les hauteurs en réserve, ce malheur ne serait pas arrivé [allusion à la bataille de Kulm (30 août 1813) au cours de laquelle le général Vandamme fut fait prisonnier ] . Je lui avais donné ordre positivement de se retrancher sur les hauteurs, d’y camper son corps, et de n’envoyer en Bohême que des partis isolés, pour inquiéter l’ennemi et avoir des nouvelles.

Indépendamment des hommes qui vous sont arrivés de son corps, il en est arrivé beaucoup et il en arrive encore à Dresde.

(« Lettres inédites de Napoléon 1er (An VIII-1815). Publiés par Léon Lecestre » Plon, 1897, tome II,p.288).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 25 juillet, 2018 )

A propos du nombre de troupes françaises repassant le Niemen…

A propos du nombre de troupes françaises repassant le Niemen... dans HORS-SERIE 1812

Dans un article de Jean TULARD résumant bien l’année 1813 et la campagne d’Allemagne (« Valeurs Actuelles » du 18 juillet 2013), l’éminent historien annonce le chiffre de « 25 000 hommes » repassant le Niémen. Ce qui n’est, à mon avis, pas réaliste.

Robert Vilatte des Prugnes, dont nul n’a contesté les chiffres, estime que les effectifs de la Grande Armée au retour de la campagne de 1812 s’élevaient à 104,000 hommes.  Il cité également le « Carnet de situation » de mars 1813 qui affiche un total de 111,466 hommes pour la période allant du 10 au 20 février 1813 (Voir son article publié en 1913 dans la « Revue des Études Historiques », pp. 243-287).

C.B.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 23 juillet, 2018 )

Deux LETTRES du général JUNOT au maréchal BERTHIER…

junot21.jpg

Le duc d’Abrantès qui est à Borisov, donne des nouvelles à l’ennemi et annonce qu’il rejoindra le 9ème corps (ou corps de Victor). Il ajoute qu’il ne peut rallier les cavaliers qui vont marauder pendant la nuit, et on remarquera ce qu’il dit, en passant, des « compagnies d’officiers », c’est-à-dire ce l’escadron sacré qu’il aurait voulu commander. Les officiers qui forment cet escadron sacré ont été suivis par des soldats, et il n’y a plus d’officiers supérieurs ; des régiments ont des lieutenants à leurs têtes.  

Quelle corvée, conclut Junot, que de mener ces gens-là ! 

Arthur CHUQUET. 

Borissov, 26 novembre 1812. 

Monseigneur, 

Nous voyons toujours devant nous sur la position qu’occupe l’ennemi de l’autre côté des ponts, plusieurs bataillons d’infanterie, de la cavalerie, et j’ai compté huit pièces de canon. Le pont est brûlé : mais rivière est gelée et assez étroite, et l’ennemi aurait bientôt fait un passage. Je le ferai bien surveiller cette nuit par des postes multipliés. Il ne nous a pas tiré un coup de fusil, mais il a remué ses troupes. 

Borisov, 26 novembre 1812, à 6 heures du soir. 

Monseigneur, 

C’est en ce moment que mon officier d’ordonnance m’arrive et me fit que votre altesse avait donné l’ordre que je suivisse le 9ème corps. Il a passé ici entre 3 et 4 heures, et personne ne m’a parlé d’aucun mouvement. Dans ce moment-ci tous nos chevaux sont au fourrage, et le soldat qui a été toute la journée sous les armes fait la soupe. J’ignore encore où est le 9ème corps. Je vais envoyer le reconnaître, et demain, à 3 heures de matin, je me mettrai en route et je l’aurai rejoint avant le jour.  Sa Majesté se plaint de voir de la cavalerie à pied en avant. Elle a bien raison ; mais il est impossible de rallier tous ces hommes qui, la nuit, quittent le camp et vont marauder. Il y en aussi beaucoup provenant des dépôts de Gorki, qui ne sont jamais présentés.  Chaque fois qu’on en rencontre, on les fait entrer dans leur régiment. Aussi nous évitent-ils autant qu’ils peuvent. Il y a, en outre cela, beaucoup de cavaliers suivant les officiers généraux, les officiers supérieurs, et autres des compagnies d’officiers. Il y a un grand vice qui empêche d’avoir de l’ordre dans cette masse ; on n’a laissé qu’un général par corps, point d’officiers supérieurs, et la plupart des régiments ont des lieutenants à leur tête. C’est vraiment, Monseigneur, une cruelle corvée que de mener ces gens-là.

Que serait-ce que les faire battre ?  Je prie votre Altesse Sérénissime de m’indiquer je dois marcher par rapport au 9ème corps, pour que je ne puisse jamais gêner. 

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 22 juillet, 2018 )

Madame Mère vue à l’île d’Elbe en 1814…

Madame mère

« Madame-Mère, dans son jeune âge, devait être une beauté de premier ordre. Sa figure était bien coupée : les traits d’une très grande régularité ; la bouche ni trop grande, ni trop petite ; les lèvres minces ; le nez presque droit ; les yeux bruns, bien fendus, brillants et forts expressifs ; dans son regard, il y avait quelque peu de hauteur et de sévérité. »

(Mameluck ALI, « Souvenirs sur l’empereur Napoléon. Présentés par Christophe Bourachot », Arléa, 2000).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 22 juillet, 2018 )

L’impératrice Marie-Louise…

ML

Née en 1791, l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche, est élevée dans la haine et la terreur des Français, elle assiste aux deux grandes invasions de 1805 et de 1809. Lorsqu’en décembre 1809, l’Europe apprend le divorce de Napoléon et de Joséphine, et son intention d’épouser une princesse de sang royal, Marie-Louise écrit : « Je plains la pauvre princesse qu’il choisira. ». Ce sera elle…

Elle doit prendre le chemin de la France en mars 1810. En avril elle devient l’épouse de l’Empereur des Français et lui donne un héritier le 20 mars 1811 : Napoléon II, le roi de Rome.  En 1813, elle est nommée régente par Napoléon, ayant pour finalité d’assurer l’accession au trône de leur fils au cas où il arriverait malheur à l’Empereur. A la fin de la campagne de France, Paris étant menacée, Marie-Louise quitte la capitale le 29 mars 1814, sur l’insistance de Joseph, lieutenant-général de l’Empire qui fait état d’une lettre de Napoléon stipulant que l’Impératrice et son fils ne doivent jamais tomber au pouvoir des ennemis de la France. Réfugiée à Blois puis à Rambouillet elle prend le chemin de l’Autriche, après l’abdication de Napoléon. Marie-Louise espère pouvoir rejoindre l’Empereur dans son exil de l’île d’Elbe. En août 1814, son père, François II, empereur d’Autriche, lui adjoint pour la surveiller, le comte de Neipperg (1775-1829), qui a perdu un œil en combattant les Français à Dolen en 1794. Séduite par cet officier prévenant et malgré tout encore d’une belle prestance, une liaison débute. L’île d’Elbe est oubliée !

Elle épouse Neipperg en 1821, après la mort de l’Empereur à Sainte-Hélène. De cette union naissent quatre enfants ; dont deux avant son mariage, alors qu’elle est encore légalement l’épouse de Napoléon. Son entourage autrichien mettant tout en œuvre pour la détacher de ce dernier, pas un seul instant, en 1815, elle ne songe à son impérial époux et au malheur qui s’abat sur la France. Duchesse de Parme, de Plaisance et de Guastalla, en 1816, blessée dans sa chair par la mort de son fils, l’Aiglon, en 1832, elle épouse en 1834 le comte Charles-René de Bombelles (1785-1856), son premier gentilhomme de la Cour et s’éteint à Vienne en 1847.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 19 juillet, 2018 )

Un épisode de la fameuse série « Schulmeister, espion de l’Empereur »…

Schulmeister

Celui-ci porte le titre de: « Avant les Cent-Jours ».

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 12 juillet, 2018 )

Derniers jours de l’Empereur en France (1er juillet 1815-15 juillet 1815).

Napoléon 1er

« 1er juillet 1815. Il est à Tours dans la nuit, s’y entretient avec le préfet Miramon. Assez longue halte à Poitiers, en dehors vde la ville, à la maison de poste. Il repart à 14 heures. A la nuit, il parvient à Saint-Maixent. Il est à Niort à 22 h. Il descend à l’auberge de la Boule d’Or.

2 juilet. A Niort. Levé de bonne heure, il se met à la fenêtre, est reconnu par les hussards qui l’acclament. La population est enthousiaste. Il se rend à la préfecture. Il reçoit son frère Joseph venu incognito. Il reçoit également le commandant du port de Rochefort, M. de Kérangal, venu le prévenir que la croisière anglaise serre de près les passes de la rade.

3 juillet. Départ de Niort à l’aube. Il passe à Mauzé, Surgères, Muron, Saint-Louis. C’est une erreur de prétendre qu’il a quitté Niort le 2, comme le fait  Schuermans. Il arrive à 8 heures à Rochefort et d’installe à la préfecture maritime. Dans la rade, sont les deux frégates la Saale et la Méduse.

4-6 juillet. Il attend l’arrivée des sauf-conduits dont on lui a caché le refus par les Alliés.

7 juillet. Dans la soirée arrive une dépêche du gouvernement provisoire : elle presse le général Becker de hâter l’embarquement de Napoléon, sans l’autoriser à forcer le blocus.

8 juillet. On avait tenté de le sauver, mais la garde qui veillait  autour de lui était stricte. Il quitte la préfecture maritime vers 17 h., sous les acclamations. Il est emmené en voiture jusqu’à l’embranchement du chemin de Fouras. Dans l’anse de la Coue, il rembarque sur la frégate la Saale. La salle du conseil fut convertie en chambre à coucher. La frégate était mouillée dans la fosse d’Enet entre la pointe de Fouras et l’île d’Aix. On conservait, sur le quai du port sud de Fouras, la pierre sur laquelle Napoléon avait posé le pied en quittant la France et qui portait son nom gravé. Elle a dis paru au cours de travaux effectués en janvier 1908.

9 juillet. Il visite l’île d’Aix, passe les troupes en revue, est acclamé. Il examine les grands travaux qu’il avait fait exécuter vers la fin de son règne. En remettant le pied sur la frégate la Saale il trouve le préfet maritime Bonnefoux porteur d’un arrêt de la commission du gouvernement déclarant traître à la Patrie l’officier qui tenterait maintenant de débarquer napoléon sur le territoire français.  Il ne pouvait plus douter. Il était proscrit. L’autorisation lui fut accordée de communiquer avec la croisière anglaise.

10 juillet. Il reste à bord de la Saale tandis que Savary et Las Cases sont envoyés à bord du Bellérophon. Le commandant du vaisseau, Maitland, se prit à dire : « Pourquoi ne pas demander asile à l’Angleterre ? » Les deux envoyés se récrièrent, alléguant les difficultés, la haine du peuple anglais pour Napoléon. Maitland protesta du libéralisme britannique. Savary et las Cases avaient obtenu ce qu’ils voulaient, des assurances qui, dans la bouche de Maitland, n’avaient cependant aucune valeur officielle.

11 juillet. A bord de la Saale. La fuite eut été possible, a-t-on dit avec quelques raisons. Les moyens de sauver l’Empereur agitaient tous les esprits de l’île d’Aix.  Il eut vent de des projets, on lui en soumit plusieurs.

11 juillet. Il débarque à l’île d’Aix et se loge dans la maison militaire. On lui propose e le faire évader sur un chasse-marée. Il hésite, laisse faire les préparatifs.

13 juillet. A l’île d’Aix, il reçoit Joseph ui vient lui proposer d’aller s’embarquer à Bordeaux avec lui. Il  refuse également de partir dur un bateau danois, à la faveur de la nuit. Dans la nuit du 13 au 14 juillet, il rédige la lettre adressée au régent d’Angleterre.

14 juillet. Il envoie Las Cases et le général Lallemand à bord du Bellérophon. Maitland accepte de la recevoir à bord avec sa suite.

15 juillet. Il revêt l’uniforme de colonel des chasseurs de la garde et se coiffe du petit chapeau. Au moment de donner l’ordre de gagner le Bellérophon, le général Becker demanda : « Sire, Votre majesté désire-t-elle que je l’accompagne jusqu’à la croisière ? » Il répondit : « Non, général Becker, il ne faut pas qu’on puisse dire que la France m’a livre aux anglais ». Il était temps : au même instant arrivait dans la rade le préfet maritime, porteur des ordres du nouveau ministre de la marine, Jaucourt, prescrivant que le commandant de la station anglaise était autorisé à réclamer Napoléon « au nom de S.M. britannique et au nom du Roi de France ».

 (J. TULARD et L. GARROS, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour,  1769-1821 », Tallandier, 1992, pp.474-476).

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 6 juillet, 2018 )

Une lettre de Russie…

96013519.jpg

Cette lettre est extraite du fameux recueil de celles interceptées pendant la campagne de 1812. Nous ne savons rien de son auteur, Auguste Bonet, si ce n’est qu’il était le frère du futur général Bonet, alors lieutenant en second dans les rangs du 3ème régiment d’artillerie à pied à l’armée de Catalogne.  Elle est adressée à sa mère, à Castres (Tarn). 

Smolensk, le 10 novembre 1812. 

Ma chère maman, écris-moi souvent et longuement, c’est le seul plaisir, la seule consolation qui me reste dans ce pays sauvage que la guerre a rendu désert. Heureusement enfin nous l’abandonnons. Nous voici déjà à près de 100 lieues de Moscou. Nous avons passé le plus mauvais et le plus stérile chemin. Les chevaux morts sur la route ont été aussitôt dévorés. La neige couvre déjà ces contrées ; la marche est pénible, mais à force de fatigues et de souffrances, l’armée se retire. Il paraît que nous irons passer l’hiver à Wilna et, quoiqu’à plus de 500 lieues de Paris, nous espérons rentrer dans notre patrie. Nous sommes déjà fort aises de nous trouver sur les anciennes limites de l’Europe. A quelques lieues d’ici sont les frontières de la Pologne, et ce n’est pas un léger plaisir de laisser derrière nous cette infernale Russie, que nous serons peut-être bien aises d’avoir vue tout en nous désespérant de la voir. Les plus vieux militaires n’ont jamais fait une campagne pareille à celle-ci. Tout ce que je vois me confirme dans les idées de retraite que mon dernier séjour à Castres m’a inspirées.

Adieu, ma chère maman ; je me porte bien, le séjour de Moscou ne m’a pas été favorable. Je t’embrasse de tout mon coeur, papa, mes sœurs. 

 A . BONET. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 juillet, 2018 )

Les conscrits de 1815…

06-513473

Nous ne sommes qu’au début de 1814, mais il est déjà question de la classe de l’année suivante dans cette lettre de Napoléon au général baron d’Hastrel, Conseiller d’État, Directeur général des Revues et de la Conscription militaire, à Paris.

Paris, 24 janvier 1814.

Vous avez vu la distribution que j’ai faite des conscrits de 1815, 45.000 doivent être dirigés sur Paris, savoir 20.000 pour la garde et 25.000 pour le dépôt général. Je désire que vous les dirigiez d’abord sur la Garde. La Garde choisira ce qui lui est nécessaire pour se compléter et donnera le surplus à la réserve, au fur et à mesure que les cadres arriveront. Les moments nous pressent. Il me semble que les conscrits de 1815 de Paris pourraient être prêts demain, ceux de Versailles et de Melun ne devraient pas tarder. Il est nécessaire de donner ces ordres pour que tout cela vienne de suite et en masse dans la Garde.

(« Dernières lettres inédites de Napoléon 1er. Collationnées sur les textes et publiées par Léonce de Brotonne. Tome II », Honoré Champion, Libraire, 1903, lettre n°2252, p.502). 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 juillet, 2018 )

Le général Eblé…

General_Jean_Baptiste_Eblé

« Je pense qu’il faut conférer au général Éblé le commandement en chef de cette immense artillerie ; il y verra une preuve spéciale de ma confiance »

(Napoléon au Ministre de la Guerre, Saint-Cloud, 23 novembre 1811).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 3 juillet, 2018 )

1815, Napoléon en Amérique ?

09-538714« La première idée de l’Empereur, après sa chute, avait été de se rendre en Angleterre, et ce projet peut être regardé comme un hommage spontané rendu à la nation anglaise, qu’il n’aima pas, il est vrai, peut-être parce qu’il était forcé de l’estimer, mais enfin à qui il croyait devoir rendre justice. Il prêta ensuite l’oreille à la proposition qu’on lui fit de passer aux Etats-Unis d’Amérique ; un grand nombre de capitaines américains qui se trouvaient à Paris lui offrirent leurs vaisseaux. Mais Napoléon repoussa tout moyen qui eût donné à son éloignement l’apparence d’une fuite. Pressé cependant de prendre un parti, il se décida en faveur des Etats-Unis, et déclara qu’il était prêt à partir avec sa famille pour cette destination.

La commission du gouvernement provisoire sembla se prêter à l’exécution de cette détermination ; le ministre de la Marine reçut l’ordre de faire préparer deux frégates pour être mises à la disposition de Napoléon, ainsi qu’il le demandait. Fouché savait que ces dispositions étaient sans conséquence ; il savait qu’un sauf-conduit devait être demandé à lord Wellington, et qu’il ne serait pas accordé… L’Empereur était déjà le prisonnier des Anglais.

Sur ces entrefaites, les Autrichiens, les Russes et les Prussiens étaient arrivés pour la seconde fois sous les murs de Paris ; l’Empereur pouvait être enlevé à la Malmaison ; tout était en alarmes autour de lui. Le peu d’amis qui lui restaient le pressaient de songer à sa sûreté.

Le 29 juin, la commission du gouvernement provisoire pressa à son tour le départ de Napoléon qui, le même jour, monta en voiture à cinq heures du soir, et abandonna la Malmaison. Sa suite se composait de MM. Bertrand, Montholon, Gourgaud, Savary, Lallemand frères, Las Cases, Planat, Résigny ; la comtesse Bertrand accompagnait son époux ; Mme de Montholon voulut également s’attacher à la destinée hasardeuse du sien. L’Empereur coucha à Rambouillet, où il reçut un courrier, le 30, à la pointe du jour. Il ouvrit avec émotion les dépêches qu’on lui remettait et s’écria douloureusement après les avoir parcourues :

— C’est fini !… C’en est fait de la France !… Partons !

Napoléon ne s’arrêta plus qu’à Rochefort, où la signification de son exil sur le rocher de Sainte-Hélène lui fut notifiée… On sait le reste. »

DURAND (Sophie). « Mémoires sur Napoléon et Marie-Louise, 1810-1814. », Calmann-Lévy, Éditeur, 1886.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 2 juillet, 2018 )

Après Waterloo…

Ombre 3

« Le général Lefol prit alors le commandement en chef du 3ème  corps d’armée, en remplacement de Vandamme, et nous partîmes, le 6 juillet, pour l’armée de la Loire, où nous fûmes licenciés deux mois après, le 8 septembre 1815, à Tulle (Corrèze). Mis à la demi-solde, je fus rejoindre ma famille; mais bientôt, vexé de toutes les manières, brutalisé en quelque sorte par les autorités d’alors, traité de brigand comme le furent tous les officiers de cette malheureuse et immortelle armée, croyant d’ailleurs que mon avenir militaire était perdu, je donnai de dépit ma démission, abandonnant une carrière qui m’offrait des chances si favorables, pour entrer à l’École préparatoire de Saint-Cyr que l’on recréait alors, et où je n’ai pas cessé d’être employé depuis. »

(« Souvenirs sur le retour de l’empereur  Napoléon de l’île d’Elbe et sur la campagne de 1815 pendant les Cent-jours », par M. LEFOL,  Trésorier de l’Ecole militaire de Saint-Cyr, ancien aide-de-camp du général de division baron Lefol, sous l’Empire », Versailles, imprimerie de Montalant-Bougleux, 1852, pp.36-37)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|