( 30 août, 2018 )

Napoléon, le général Koller et l’Autriche.

Koller

« Du golfe Juan à Lyon, et même au delà, Napoléon affirma à maintes reprises son entente avec l’Autriche. On a vu jusqu’ici dans ces propos une habile imposture, ou, à tout le moins, la manifestation d’un espoir diplomatique et militaire. Mais il est des textes qui permettent de présenter le problème sous un aspect différent. Dans les déclarations de l’Empereur il y eut peut-être autre chose qu’un mélange de ruse et d’illusion. Dans ses « Récits de la captivité »  Montholon a écrit: « Peut-être ne sait-on pas, et c’est ici le moment de le dire, que, dès l’exil de l’île d’Elbe, l’Autriche était entrée en pourparlers sur l’éventualité l’une révolution en France, et qu’elle avait autorisé le général Koller, qui, par deux fois, se rendit secrètement à Portoferraio, à signer un projet de traité avec le général Bertrand, pour s’assurer contre les rancunes que pouvait avoir créées contre l’Autriche sa conduite en 1814, lorsque, de Fontainebleau, l’Empereur lui fil offrir d’abdiquer en faveur du roi de Rome, et qu’elle refusa. »

Il est certain qu’en novembre 1814 courut à Vienne le bruit que le général autrichien Koller était parti pour l’île d’Elbe, chargé de provoquer la dissolution du mariage de Napoléon et de Marie-Louise. Cette information fut ensuite considérée comme imaginaire. Koller s’est-il rendu réellement à Portoferraio, et, s’il a vu Bertrand, quelle fut exactement la nature de leurs entretiens, dans quelle mesure y fut-il question du sort de Marie-Louise et des perspectives d’une révolution en France ? Autant de points forts mystérieux.

En tout cas Montholon parle formellement d’ « n projet de traité », et le témoignage de Montholon, l’homme de confiance de Napoléon, mérite d’être retenu. A ce sujet il n’est pas inutile de remarquer que, faux ou authentique, ce « projet de traite » entre l’Empereur et l’Autriche parait avoir été traduit expressément sous la forme d’un pacte en règle. Capefigue, qui, en 1831, voyagea dans les Alpes, rapporte que lors du passage de Napoléon « on faisait circuler flans les montagnes » un texte ainsi conçu : « Sa Majesté Apostolique s’engage à fournir à l’Empereur Napoléon 100.000 nommes aussitôt que celui-ci aura débarqué en Fiance; et, en retour, Napoléon devra fournir deux cents millions de subsides à Sa Majesté Apostolique, qui s’engage à ne poser les armes qu’après la reconnaissance faite par tous les monarques de la légitimité des droits de Napoléon à la couronne de Franco ». D’autre part, à Lons-le-Saulnier, le maréchal Ney, faisant sienne la version d’un accord avec l’Autriche, exposa que par l’entremise du général Koller des arrangements en vue du retour de l’Empereur avaient été concertés à l’île d’Elbe. De ces diverses indications surgit une hypothèse assez satisfaisante: à l’île d’Elbe Napoléon a connu la rumeur viennoise qui attribuait à Koller, et même à Neipperg, une mission auprès de lui, et cette circonstance lui a donné l’idée d’invoquer : l’appui de sa tentative l’approbation de l’Autriche. Quant aux assurances de Montholon sur la réalité de négociations entre l’Autriche et le souverain de l’île d’Elbe, on peut y saisir l’effet de souvenirs déformés: Montholon, en effet, n’a rédigé sa narration qu’après 1810. »

(Emile LE GALLO, « Les Cent-Jours. Essai sur l’histoire intérieure de la France  depuis le retour de l’île d’Elbe jusqu’à la nouvelle de Waterloo », Librairie Félix Alcan, 1923, pp.490-491).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Napoléon, le général Koller et l’Autriche. ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|