• Accueil
  • > Archives pour septembre 2018
( 11 septembre, 2018 )

L’île d’Aix, dernière étape de l’Empereur en France… (I)

Napoléon« Napoléon quittait La Malmaison le 29 juin ; la première halte eut lieu à Rambouillet. Le 30 juin, les voitures du cortège, que rien ne signalait spécialement à l’attention, traversèrent Chartres, Châteaudun, Vendôme et arrivèrent à Tours pour la nuit. Personne n’avait reconnu le voyageur, sinon la maîtresse d’hôtel d’un des relais-poste qui, en l’apercevant, s’était tue et avait pleuré devant cette infortune. Le 1er  juillet, après une longue halte à Poitiers, on arrivait le soir à Niort pour y séjourner jusqu’au 3 juillet. A Niort, Napoléon descendit à la préfecture, reçut les autorités et en particulier les officiers du 2° régiment de hussards qui le suppliaient de se remettre une fois encore à la tête de ses armées. Mais il leur répondit : « Je ne suis plus rien. Je ne peux plus rien. » Cette parole de découragement, d’après ceux qui l’avaient accompagné, était, démentie par son attitude au cours du voyage. Au dire de ses compagnons, on pouvait s’apercevoir « que sa pensée planait toujours sur l’avenir et que, dans les illusions qui berçaient son imagination, il ne désespérait pas encore de maîtriser les événements ». Cette attitude de confiance superstitieuse, d’espoir énigmatique et silencieux allait, d’ailleurs, bientôt changer devant les événements qu’il ne pouvait plus dominer. Il entrevit à Niort déjà la perspective de l’impossibilité de son départ pour l’Amérique, car, le 2 juillet 1815, il faisait écrire à Paris, par le général Becker, qu’au cas où la croisière anglaise empêcherait les frégates de sortir il se mettait à la disposition du gouvernement, « comme général, uniquement occupé du désir d’être utile à la Patrie ». Il avait été avisé que, depuis le 29 juin, le pertuis Breton était gardé par l’escadre anglaise. D’après les termes mêmes de la lettre du général Becker, il voulait « épargner à la France la douleur et la honte de voir Sa Majesté enlevée de son dernier asile pour être livrée à ses ennemis ». Le 3 juillet 1815, Napoléon arrivait à Rochefort et descendait à la préfecture maritime qu’il connaissait bien ; peu d’années auparavant, lors d’un voyage, en 1808, il s’y était trouvé réuni avec Joséphine. C’était elle dont le souvenir l’accompagnait doucement partout, et non pas Marie-Louise. Pendant ce voyage qui l’acheminait à l’exil éternel, pas une fois, paraît-il, il ne prononça le nom de l’Impératrice ; il avait eu déjà l’occasion de savoir qu’elle n’était digne ni de sa confiance ni de son respect. Napoléon se trouvait à Rochefort dans une ville et dans un milieu qui lui étaient sympathiques. Peu de jours avant, le 26 juin, une cérémonie militaire napoléonienne avait donné lieu à des manifestations enthousiastes (on ignorait encore les détails de Waterloo et de l’abdication, connus seulement le 27 juin à Rochefort). Les aigles remises par l’Empereur à l’assemblée du Champ de Mars devant les députations de tous les corps des armées de terre et de mer, et dont il avait fait hommage à chaque arrondissement maritime et à chacun des régiments de canonniers de la marine arrivaient à Rochefort. On les salua de 21 coups de canon et on les reçut en grande pompe au jardin public, en présence des troupes assemblées, du préfet maritime et de toutes les autorités. Les troupes présentèrent les armes, les tambours battirent aux champs et, d’après les documents de l’époque, le préfet maritime prit la parole et « traça en termes aussi énergiques qu’éloquents la solennité de cette cérémonie et l’étendue des devoirs qu’elle impose aux militaires et aux marins de l’arrondissement ». Dès que l’arrivée de Napoléon à Rochefort fut ébruitée, une foule compacte ne cessa de stationner devant la préfecture maritime. Le soir de son arrivée, le 3 juillet, l’Empereur, qui avait longtemps résisté, finit par céder au désir populaire et parut sur la terrasse Au dire d’un historien, il fut accueilli d’abord par un silence profond, mais les troupes éclatèrent en transport et une exclamation continue s’ensuivit. L’enthousiasme n’eût pas été plus grand au temps de ses glorieux triomphes, et pourtant tout était fini. Cette scène se reproduisit quelquefois les jours suivants, pendant le séjour à Rochefort (du 3 au 8 juillet 1815). « Quand, à de rares intervalles, Napoléon se montrait à la foule, tous les bras se tournaient vers lui, comme pour l’engager à se fier aux nombreux amis qui lui restaient encore et à marcher à leur tête à une nouvelle conquête de son empire. » Cette dernière appréciation ne semble pas tout à fait exacte. Certes, le milieu militaire lui était encore absolument dévoué et l’eût suivi partout, mais la masse du pays, respectueuse pour une grande infortune, n’en éprouvait pas moins une sorte de lassitude de la guerre à outrance et n’aurait pas envisagé sans inquiétude la continuation d’une lutte inégale contre l’Europe entière. Pendant son séjour à Rochefort, Napoléon reçut les députations du parti militaire. On faisait miroiter à ses yeux qu’il se trouvait ainsi au milieu du noyau d’une armée. Il y avait dans la ville même un régiment d’artillerie de marine ; à Niort, un régiment de hussards particulièrement dévoué; à l’île d’Aix, un régiment de matelots; à La Rochelle, 1,500 gardes nationaux, 3,000 hommes de gendarmerie répartis dans la région ; en outre, du côté de Bordeaux, plusieurs régiments d’infanterie sous les ordres de Clauzel. Pendant ce temps, le baron de Bonnefoux et le général Becker pressaient Napoléon de profiter de toutes les occasions que lui offraient le vent et la marée. Les deux frégates mises à la disposition de l’Empereur étaient la Saale, commandée par le capitaine de vaisseau Philibert, et la Méduse, commandée par le capitaine de frégate Poné. La croisière anglaise stationnée à l’embouchure de la Charente et les vents contraires mettaient un sérieux obstacle à la sortie de ces bâtiments. Le 4 juillet, MM. de Las Cases, Planat, Résigny, Chiappe, qui accompagnaient l’Empereur depuis la Malmaison, mais n’avaient pas suivi la même route que lui, étant passés par Orléans, Limoges, La Rochefoucauld, Angoulême et Saintes, arrivaient à Rochefort. Ce même jour, le général Lallemand vint à bord du brick l’Épervier, qui mouillait au port de Rochefort. Il transmettait au commandant de ce bâtiment, le lieutenant de vaisseau Jourdan de la Passardière, un ordre de retourner au plus vite au mouillage de l’île d’Aix; mais, par suite des vents contraires, cet ordre ne put êtreexécuté que le 6 juillet et l’Épervier mouilla au port des Barques. Le 5 juillet, on faisait embarquer sur la Saale et la Méduse tous les effets de l’Empereur et de sa suite. Les bagages étaient en nombre considérable et de toute nature, car parmi les compagnons de l’exil qui se préparait et qu’on ne soupçonnait pas aussi odieux, beaucoup comptaient transporter vers cette destination inconnue leurs habitudes et leurs exigences ; beaucoup entendaient reprendre la vie de cour avec tout le cortège de ses vanités. A cette heure tragique, les amours-propres ne désarmaient pas encore. Une sorte de conseil composé des officiers généraux et supérieurs de la marine fut tenu à Rochefort pour aviser aux moyens de salut. On en proposa plusieurs : Recourir à des navires neutres stationnés sur la côte. C’est ainsi que l’on songea à un brick de commerce danois, la Madeleine, mouillé dans la rade de l’île d’Aix. Ce brick, appartenant à l’armateur J. F. Frühl d’Oppendorff, était commandé par le gendre de celui-ci, un jeune lieutenant de vaisseau français, M. Besson, qui se mit aux ordres de l’Empereur; S’embarquer sur de très légers bâtiments afin de défier la surveillance ennemie et de traverser les pertuis malgré le peu de profondeur des passes. Se confier à des aspirants qui promettaient de conduire l’Empereur en lieu sûr, avec de simples chaloupes; Se rendre jusqu’à la rivière de Bordeaux et y retrouver la corvette Bayadère, commandée par le capitaine Baudin et stationnée de telle sorte qu’elle pouvait, sans difficultés insurmontables, gagner la haute mer. Cet avis était celui du vieil amiral Martin, qui se dépensa avec une fougue et une ardeur juvéniles pour faire prévaloir son avis. C’était, suivant lui, le seul moyen pour l’Empereur, de réaliser son désir et de gagner l’Amérique. L’Empereur hésitait toujours : il interrogeait et écoutait beaucoup, il parlait peu et ne concluait jamais ; peut-être s’illusionnait-il devant toutes ces députations de l’armée qui, sans cesse, venaient jusqu’à lui, devant cet accueil presque passionné de la population de Rochefort. Quelques-uns ont prétendu que les hésitations de Napoléon étaient purement apparentes et qu’en réalité, il cachait son secret espoir d’être, jusqu’au dernier moment, rappelé par le gouvernement provisoire, pour prendre la direction des opérations militaires ; ils voient comme une preuve de cette espérance suprême et tenace dans ce fait que, le 8 juillet, quand le départ pour l’île d’Aix fut décidé, l’Empereur n’informa le général Becker et M. de Bonnefoux de ses intentions qu’après le départ de la poste pour Paris. Il gagnait ainsi vingt-quatre heures sur les décisions que prendraient ses ennemis. D’autres ont dit qu’à cette époque Napoléon n’était déjà plus celui dont Henri Heine devait écrire plus tard que mille canons dorment dans son nom aussi bien que dans la colonne de la place Vendôme. Ils ajoutent qu’à cette époque il était malade et le fait est exact, que parfois il semblait affaissé physiquement, que le sommeil venait même le surprendre et l’accabler au milieu des conversations les plus sérieuses, pendant la discussion des projets qui l’intéressaient le plus directement. Ce dernier détail se trouve dans une lettre particulière datée de Rochefort du 19 juin [sic !] 1815 et qui donne certaines appréciations peu sympathiques, et sujettes à contrôle peut-être, sur le départ de Napoléon. Ils ajoutent qu’il avait cessé de croire à sa fortune, au pouvoir magique de son influence personnelle, sans compter que l’Europe, à tout prix, était décidée maintenant à renverser le Titan qui l’avait si longtemps humiliée et domptée. Jusqu’au dernier moment, Napoléon fut sollicité d’agir dans des sens différents. La veille de son embarquement, le 7 juillet, à 10 heures du soir, une députation de la garnison de La Rochelle vint encore le trouver et lui offrir de le conduire à l’armée. On fit miroiter à ses yeux que l’armée réunie derrière la Loire désirait son retour, qu’il avait sous la main tout un noyau de troupes à sa disposition, enfin qu’un parti nombreux le soutenait dans le Midi. « Mais, ajouta l’Empereur, je vis qu’il y avait peu d’espoir d’un succès définitif, bien que j’eusse pu causer beaucoup de trouble et de carnage, ce que je ne voulus pas qui eût lieu pour mon compte personnel. Quand il y allait de l’Empire, c’était une autre affaire1. » Il est certain qu’alors, dans lés départements, beaucoup se demandaient si le moment d’adopter la cause royaliste était bien arrivé et flottaient dans une de ces hésitations cyniques auxquelles tard les événements se chargent de donner un nom : fidélité ou abandon, le sort en aura décidé. Dans les départements mêmes qui paraissaient inféodés à la cause royale, la Bretagne, la Vendée, les derniers événements n’avaient encore excité que d’une manière très peu appréciable l’enthousiasme en faveur du roi. Le fait est attesté par sir Humphrey Senhouse, qui suivait alors les côtes bretonnes et descendait fréquemment à terre pour s’entendre avec la coalition royaliste : il avait ainsi parcouru une grande partie des environs de Nantes. Le 6 juillet 1815, il écrivait à sa femme : « Il est curieux de constater que les dernières grandes victoires (celle de Wellington) n’ont pas encore produit beaucoup d’effet dans les départements. Les royalistes n’augmentent pas en nombre et les douaniers, gendarmes, etc., levés dans le pays sont aussi actifs que jamais et aussi acharnés contre les royalistes. » Il ajoutait dans cette lettre un mot qui prouve en passant le prix que l’on attachait à l’échec des projets d’évasion en Amérique : « S’il s’enfuit en Amérique, l’Europe ne saurait désarmer sans imprudence. » Le 9 juillet, sir Senhouse, au lendemain d’une de ses visites à terre, s’étonnait encore que la cause royaliste n’eût pas progressé davantage… « C’est un feu qui vacille dans un coin de l’âtre et que tons les soufflets du monde n’activeront jamais, je crois, si l’affection ne s’en mêle. »

8 juillet 1815.

Dans la matinée, le général Becker vint informer Napoléon de la récente décision du gouvernement provisoire. Les services qu’offrait Napoléon étaient refusés ; son départ devait être assuré dans le plus bref délai, fût-ce par la force, « en conservant toutefois le respect qu’on lui doit. Le succès des négociations, ajoutait-on, tient principalement à la certitude que les puissances alliées veulent avoir de son embarquement. » L’Empereur, après un nouvel examen de la situation, assuré, comme nous l’avons vu, du départ de la poste pour Paris, finit par dire, sous la pression des événements, devant l’attitude de M. de Bonnefoux et du général Becker : « Eh bien ! Donnez l’ordre d’équiper les embarcations pour l’île d’Aix. » Des ordres furent immédiatement donnés en conséquence. Le canot du préfet maritime, commandé par l’enseigne David Allègre, fut dirigé sur Fouras ; des officiers furent envoyés sur les lieux pour veiller à l’embarquement et au transport sur les embarcations. Des voitures furent préparées et l’escorte des hussards de Niort eut à se tenir prête. La foule, avertie par ces préparatifs, se porta en masse devant la préfecture et le jardin public.

Il était 4 heures du soir, on allait partir. Au moment de quitter la préfecture maritime, las compagnons de Napoléon se trouvaient réunis avec leur maître dans les salons du bas. Pendant ces quelques minutes d’attente quelquefois solennelle et souvent énervée qui précèdent tout départ, Napoléon jeta les yeux sur les journaux qui arrivaient de Paris. Il y apprit les événements qui s’étaient succédé si rapidement, et en particulier la capitulation du 3 juillet qui livrait la France aux alliés. Les spectateurs de cette scène ajoutent que Napoléon rejeta la feuille et alla précipitamment dans une pièce avoisinante. Chacun fit silence ; au bout de peu d’instants, un de ses proches alla le rejoindre et put voir l’Empereur qui pleurait. Ce fut, ont dit ses compagnons, la seule fois où son courage et sa résignation calme et digne l’abandonnèrent. Mais une capitulation avait révolté son cœur de soldat et, à dater de ce moment, il avait compris que son étoile avait pâli à tout jamais et que le destin avait parlé. Nous croyons que jusqu’à cette heure décisive ses hésitations n’étaient qu’une espérance déguisée. La nouvelle de la capitulation le mettait en présence des réalités les plus sombres. Le cortège quitta la cour de la préfecture maritime et gagna la porte de La Rochelle au milieu d’une foule compacte et respectueuse qui ne cessait de crier : Vive l’Empereur ! Cette foule était émue, attendrie ; mais beaucoup des admirateurs fervents de l’Empereur étaient cependant comme soulagés en pensant que ce départ mettait fin à la guerre et supprimait surtout l’horrible éventualité d’une guerre civile possible. « Cependant, ajoute un historien, on vit des femmes élever leurs enfants au-dessus de leur tête, pour leur faire voir une dernière fois l’Empereur!… » « Comme les stores de plusieurs voitures étaient baissés, l’escorte de chasseurs à cheval précédant le cortège auquel on rendait les honneurs, on ne doutait pas que Napoléon ne s’y trouvât ; quand voitures et cavaliers eurent disparu sous la voûte de la porte de La Rochelle, les uns demeurèrent affaissés sous le coup d’une profonde émotion, tandis qu’un grand nombre d’enthousiastes s’élançaient au pas de course derrière le cortège qu’ils accompagnèrent jusqu’à Fouras. « On se trompait, l’Empereur n’était pas là. « Pendant que les voitures officielles quittaient la préfecture maritime et filaient à travers la foule, une calèche isolée avait été amenée par la porte nord au jardin, jusque devant la terrasse. « Après quelques minutes d’attente, les curieux qui s’étaient approchés virent avec surprise apparaître Napoléon lui-même. L’air triste et sévère, il s’avança d’un pas lapide vers la voiture, suivi de M. de Bonnefoux. Au moment de gravir le marchepied et sans avoir prononcé une parole, incapable sans doute de maîtriser les sentiments qui l’agitaient, il se retourna vers le préfet maritime et lui fit comme un geste d’adieu. La portière se referma et la voiture fila rapidement à travers le jardin vers la porte du Nord : de là, contournant le bâtiment des subsistances de la marine, elle prit la direction de la porte de Charente. Une vive inquiétude s’ajouta alors à la surprise des spectateurs : la porte de Charente menait à la route de Saintes. Où prétendait aller l’Empereur ? A Saintes ? Des événements récents, survenus au passage du roi Joseph et d’une partie de la suite de Napoléon, faisaient craindre les plus grands dangers pour sa personne. Voulait-il donc se rendre à Bordeaux ? Mais Bordeaux avait appelé les Anglais en 1814 et avait accueilli à bras ouverts la duchesse d’Angoulême en 1815; Bordeaux était manifestement royaliste. « Les personnes qui avaient suivi la voiture en courant jusqu’à la porte de Charente la virent alors tourner à gauche, dès la sortie de la ville, et prendre la route qui longe les fossés des remparts. Napoléon, pour éviter l’affluence et les manifestations de la foule, s’était séparé du cortège et ne le rejoignit que sur la route de La Rochelle à peu de distance du faubourg. » L’Empereur se rendit à Fouras et traversa le village au milieu des saluts et des vivats de la population : il y a fort peu de temps, une femme âgée demeurant dans le faubourg du petit port se rappelait fort bien avoir vu passer le cortège. Des soldats et des paysans couvraient toute la côte, au bas de cette falaise de La Coue, près de laquelle les canots de la Saale et de la Méduse et le canot du préfet maritime se trouvaient rangés. On dut procéder de suite à l’embarquement, qui se fit avec ordre ; une partie de la suite de Napoléon s’embarqua en même temps que lui. Quelques autres de ses fidèles, attardés par la marée, durent prendre des barques à l’extrémité de la petite presqu’île de la Fumée, très voisine de l’île d’Aix. Il paraît qu’un vieil officier de marine, ancien capitaine au long cours, M. Villedieu, s’approcha de l’Empereur au moment où il quitta le sol de France et lui dit : « Sire, craignez la trahison… Mon chasse-marée vous conduira plus sûrement en dehors des lignes des croiseurs anglais ! — Nous verrons, répondit le vaincu de Waterloo… Adieu, mes amis ! » « Lorsque les avirons s’abaissèrent, un grand cri s’éleva de Fouras : Vive l’Empereur ! Lui, salua de la main, et peu à peu on le per dit des yeux. « Nous pleurions comme des filles », m’a dit dans mon enfance un vieux douanier témoin de ce triste départ, celui-là même qui a gravé sur la pierre de la jetée de la Coue le mot « Napoléon ». La nuit seule dispersa les curieux 1. » Aujourd’hui, cette pierre rongée par la mer ne conserve plus que quelques lettres du nom de l’Empereur, inhabilement gravé par le modeste douanier. Beaucoup de ceux qui passent sur ces rives,, sans parti pris, sans arrière-pensée, songent seulement que pour une nation comme la France son patrimoine de gloire est indivisible ; ils songent en un mot que tous ceux, sans exception, dont elle a reçu à un titre quelconque un peu plus d’honneur ou un peu plus de gloire qu’elle n’en avait précédemment, méritent peut-être les mêmes égards : ils s’étonnent alors que rien, pas même un mot jeté sur un de ces morceaux de marbre semés à profusion, ne rappelle cet événement. Il était un peu plus de 5 heures quand Napoléon quitta la France. La mer était assez forte et la traversée fut pénible, presque périlleuse. La foule demeura longtemps sur le rivage, suivant des yeux les embarcations qui doublèrent le fort Énet et prirent la direction de l’île d’Aix : on supposait en effet que l’Empereur allait y descendre ; mais, contrairement aux prévisions, il accosta la Saale et y passa la nuit dans la salle du conseil de la frégate transformée en chambre à coucher. Sa suite fut-répartie sur la Saale et la Méduse. Les généraux Bertrand, Rovigo, Gourgaud et Becker s’installèrent avec lui. Et jusqu’aux lueurs dernières de ce jour, tout le peuple amassé sur la rive stationnait, se demandant, avec une curiosité un peu émue, quelles seraient les péripéties de cet exil qui commençait. Ce soleil, que la foule avait pu voir descendre lentement et triomphalement dans la mer, était le brillant soleil de messidor qui disparaissait à jamais. Et à l’heure même où cette foule émue et silencieuse, qui couvrait les quais de Fouras se dispersait ayant au cœur cette sorte d’angoisse que donne toujours la sensation de l’inconnu et de l’inéluctable, une autre foule, plus turbulente, acclamait Louis XVIII qui rentrait aux Tuileries.

Il résulte d’une conversation que Napoléon devait avoir plus tard avec un officier anglais du Northumberland, que ce départ de France avait été ajourné jusqu’aux dernières limites : « Vous auriez été pris, lui dit cet officier, si vous étiez resté à Rochefort une heure de plus, et renvoyé à Paris » Ce fait, s’il est exact, donne la mesure de ce que sont la bonne foi et la loyauté en politique, si l’on songe que très peu de jours avant, le 29 juin 1815, le comte Thibaudeau disait, aux applaudissements de la Chambre des Pairs, sujette de Napoléon II, que « l’abdication de Napoléon le plaçait sous la sauvegarde de l’honneur français ». Les journaux officieux du temps avaient bien oublié les engagements du gouvernement provisoire et, désireux de s’attirer les faveurs du régime nouveau, redevenaient courtisans. Les courtisans de la veille restaient les courtisans du lendemain. Seule, l’idole avait changé. Les renseignements publiés dans ces feuilles prouvent à quel point on était insuffisamment et lentement averti : ils établissent toutefois avec assez de netteté que tout avait été combiné pour rendre impossible le départ libre de Napoléon.

Le 9 juillet 1815, les Débats publiaient l’entrefilet suivant : « Pour donner le change à la croisière anglaise, on s’est hâté d’armer une corvette et un aviso, et c’est à bord d’un de ces bâtiments que Bonaparte essaiera de s’esquiver. La justice divine et la justice humaine le poursuivent. Il faut espérer qu’il n’échappera pas. » D’ailleurs, plus les événements se dessinent, plus le ton de la presse devient méprisant. Dès le 10 juillet, celui que cinq ou six jours avant on appelait l’Empereur, qui devint à tour de rôle Napoléon, Napoléon Bonaparte, Bonaparte, n’était plus que Buonaparte.

10 juillet. — « Buonaparte était à Rochefort le 5 juillet et n’avait pas encore trouvé moyen d’échapper à la surveillance de la croisière anglaise. »

Le 13 juillet. — Quelques lignes savantes, remplies d’inexactitudes laissent prévoir que l’heure de l’« arrestation » n’est pas éloignée. « Buonaparte n’est point encore arrêté. On annonce qu’il est parti dans la nuit du 7 au 8 à bord de la frégate qui doit le transporter aux États-Unis, mais que, dans la matinée du 8, le capitaine de frégate, se trouvant en vue de la croisière anglaise, s’est vu forcé de relâcher à l’île de Ré. On ajoute que Buonaparte est actuellement bloqué dans cette île par des forces anglaises très supérieures. Les personnes qui l’accompagnent sont son frère Joseph, M. Bertrand et sa femme, MM. Savary et Becker et quelques domestiques.» Enfin, le 20 juillet, quand tous les événements se trouvaient accomplis, la même feuille annonçait que « l’arrestation de Buonaparte avait été préparée avec une grande habileté. Il eût été également dangereux, disait-on, et de l’arrêter plus tôt et de l’arrêter autrement qu’on ne l’a fait : il était même nécessaire qu’il se crût libre et qu’il ne s’aperçût pas ou qu’on ne s’aperçût pas de la surveillance dont il était l’objet. Hors d’état, après son abdication, de renouveler la lutte avec quelque espoir de succès, il pouvait néanmoins causer encore de grands malheurs, s’il eût suivi le conseil de quelques furieux. L’intérêt de l’humanité exigeait donc qu’on eût pour lui beaucoup de ménagements et surtout qu’on y mît beaucoup d’adresse. C’est ainsi qu’on est parvenu à le conduire sans bruit à Rochefort. »

Le ton général de ces feuilles avec leurs réticences, leurs réserves sournoises, reflète assez exactement l’état d’esprit de beaucoup d’hommes au lendemain des changements de régime. Les plus courageux attendent, les moins convaincus se livrent de suite, la plupart se font grand honneur de leur courage et de leur indépendance, oubliant qu’ils n’ont eu surtout que le courage et l’indépendance du lendemain.

9 juillet 1815.

Napoléon, de grand matin, se fait conduire à l’île d’Aix. Il y descend : toute la population de l’île l’acclame et l’entoure ; il passe en revue le régiment de marins pour lequel il est toujours l’Empereur et qui l’accueille par des vivats avec ces cris : A la Loire ! A la Loire ! Ne partez pas ! Il avoua qu’il ne soupçonnait pas le grand amour de sa marine. Napoléon, entouré des officiers d’artillerie et du génie, visite les fortifications, inspecte les forts, les batteries et tous ces travaux qu’il avait fait exécuter pendant son règne. Cette question des travaux exécutés ou entrepris en rade de l’île d’Aix lui tenait à cœur, car, peu de jours après cette suprême revue d’inspection, se trouvant sur le bateau anglais qui le conduisait des côtes charentaises en Angleterre, il reprenait ce sujet avec le capitaine Maitland, le commandant du Bellérophon. « J’ai, disait-il, dépensé considérablement d’argent pour élever le fort Boyard afin de protéger le mouillage de l’île d’Aix, mais je crains qu’aujourd’hui ces grands ouvrages et beaucoup d’autres que j’avais entrepris ne soient négligés et qu’on ne les laisse tomber en ruines. » Napoléon distribue pendant cette inspection les encouragements et les éloges pendant quelques heures, les dernières de sa destinée, il aura encore été le Souverain, l’Empereur. Il remonta dans les embarcations et revint sur la Saale. Il est alors avisé par le général Becker de la nouvelle communication du gouvernement provisoire datée du 6 juillet et transmise par M. de Bonnefoux : Le départ de Napoléon doit être immédiatement effectué 8. Si la sortie des frégates ou d’un aviso est impossible, qu’il s’embarque, s’il le veut, sur une croisière anglaise. Alors, sur une demande écrite par lui, on mettra un parlementaire à sa disposition. Napoléon demanda à réfléchir : il ne voulait pas avoir l’air d’agir sous l’influence de la menace ou de l’intimidation. Dans la nuit du 9 au 10, le général Becker, sincèrement désireux d’assurer le départ de Napoléon, envoya une péniche aux abords de l’île de Ré, afin que l’on pût se rendre compte du nombre des bâtiments anglais et de leurs points de station dans le pertuis Breton. La mer aurait été favorable pour prendre le large et peut-être une tentative en ce sens eût-elle été faite, mais le clair de lune était tel qu’il n’aurait pas été possible aux frégates d’échapper à la vigilance de la croisière anglaise. Le léopard britannique guettait l’aigle garrotté et ne lâcherait pas sa proie.

10 et 11 juillet 1815.

Napoléon dépêcha en parlementaire le général Bertrand et le comte de Las Cases sur le Bellérophon, avec la mission de demander des passeports; mais les sauf-conduits furent refusés, le capitaine du Bellérophon prétextant qu’il n’avait pas d’instructions à cet égard. Les questions suivantes furent alors posées au capitaine Maitland : « Que ferez-vous si l’Empereur sort à bord des frégates? — Je les attaquerai et les prendrai, si je peux, et dans ce cas il sera mon prisonnier. — S’il sort sur un bâtiment de commerce français ? — Comme nous sommes en guerre, je m’en emparerai et Napoléon sera prisonnier. — S’il sort à bord d’un neutre, d’un bâtiment américain? — Je le visiterai, je retiendrai le bâtiment jusqu’à ce que mon amiral averti décide sur sa responsabilité… » La conversation s’étant engagée, le capitaine Maitland ajoute : « Quelle répugnance aurait-il à venir en Angleterre?… Notre Gouvernement n’est pas arbitraire : tout y est soumis à la loi et la nation ne souffrirait pas qu’on la violât envers lui… » Bertrand et M. de Las Cases étaient de retour sur la Saale à 2 heures et rendaient compte de leur négociation à Napoléon. Ce dernier, très perplexe, impressionné défavorablement, las de toutes ces luttes peut-être, sentait faiblir son désir de résistance à outrance. Le Corse superstitieux avait cessé de croire à la fortune de l’Empereur ! Il fallut reprendre la discussion fastidieuse de tous les projets d’évasion. On y employa les journées du 10 et du 11. Napoléon assistait à tous ces conciliabules pour ainsi dire impassible. On a dit que personnellement il n’aurait pas craint d’organiser la résistance à l’île d’Aix, que la veille il avait fait manœuvrer le 14ème    équipage et préparé les batteries en cas d’attaque ; mais à la réflexion ce projet ne se défendait pas, et l’Empereur lui-même, acclamé quelques heures avant par ses marins qui le suppliaient de ne pas partir, leur répondait qu’il n’était plus temps. Dans ses jours de pleine confiance en lui-même, où les projets impossibles semblaient surexciter son action, il aurait sans doute suivi l’impulsion de ces fusiliers marins qui lui criaient à sa descente de l’île d’Aix : « A la Loire ! A la Loire ! » Il serait rentré en France et aurait regagné l’armée de la Loire pour lutter encore. Cette idée était venue, d’ailleurs, à l’esprit de tous ses adversaires habitués à ces coups d’audace qui, souvent pour lui, avaient été des coups de fortune. On en eut la preuve dans ces mots répétés au capitaine Maitland, sur le Bellérophon. Pendant que le général Bertrand et M. de Las Cases parlementaient avec lui, un navire anglais, envoyé par l’amiral Hotham, accosta porteur d’ordres divers. Les deux officiers anglais s’entretinrent devant les envoyés français, supposant que ceux-ci ne comprenaient pas la langue anglaise. « Et que dit-on de Napoléon, demanda le capitaine Maitland à son compatriote. — On dit, reprit celui-ci, qu’il est à Nantes et qu’il y fait le diable. » On proposa à Napoléon de tenter la sortie sur des bâtiments très légers, dans des passes défendues et dangereuses, mais la croisière anglaise se rapprochait, fermait toute issue, et on ne pouvait que Miraculeusement échapper à sa surveillance. Le capitaine Maitland, commandant du Bellérophon, rapporte dans sa Relation que le 11 juillet, à midi, deux campagnards, venus de l’île d’Oléron, avaient été reçus par lui. Ils venaient lui dire que de très grand matin on avait envoyé chercher, de l’île d’Aix, un homme qui était envisagé comme le meilleur pilote de l’île, le seul qui eût jamais fait passer une frégate dans le pertuis de Maumusson. Une grosse somme d’argent lui avait été offerte pour piloter un bâtiment par cette passe.

Évidemment, Napoléon devait en profiter. Le capitaine Maitland donna des ordres en conséquence, et le pertuis de Maumusson fut surveillé spécialement. Le capitaine Poué, commandant la Méduse, fit dire à l’Empereur qu’il irait attaquer la nuit suivante le Bellérophon, qu’il résisterait jusqu’à la fin, se cramponnerait à lui et donnerait ainsi à la Saale le temps de gagner la haute mer. Le capitaine Philibert, commandant supérieur des deux frégates, ne ratifia pas cette proposition, alléguant qu’au point de vue militaire, il ne pouvait consentir à la perte certaine d’un des bâtiments confiés à son commandement. Napoléon lui-même approuva la décision du capitaine Philibert et fit remercier Je capitaine Poné de son dévouement héroïque. Plus tard, à Sainte-Hélène, Napoléon, songeant à tous ces épisodes qui avaient précédé sa captivité, voulait voir dans le refus du capitaine Philibert l’influence néfaste du duc d’Otrante. Mais avait-il alors toute sa liberté d’esprit ? Il paraît que Napoléon, une fois à bord de la flotte anglaise, demanda dans la conversation au capitaine les chances qu’auraient eues deux grandes frégates bien montées contre un vaisseau comme le Bellérophon. Les réponses qui lui furent données ne lui firent pas regretter de s’être abstenu. Un combat naval n’aurait eu pour lui que de fâcheux résultats et une surprise était bien difficile. En envoyant le capitaine Maitland à l’embouchure de la Charente, le gouvernement anglais n’avait pas agi au hasard. Cet officier avait été longtemps employé sur les côtes de France pendant la dernière guerre et connaissait les moindres passages qui auraient pu servir à la sortie des frégates. L’évasion avait été rendue impraticable.  « Dans cette circonstance, les vaisseaux de l’escadre ont été placés avec tant de jugement qu’ils pouvaient se communiquer en peu de minutes, et que tous les ports de France qu’ils avaient à observer étaient hermétiquement fermés. »

Le 11 juillet, le général Lallemand était redescendu à terre et avait été envoyé jusqu’à la rivière de Bordeaux, afin de s’assurer si l’embarquement de l’Empereur sur la Bayadère était chose possible.

12 juillet 1815.

De nouvelles instructions du gouvernement sont transmises à l’Empereur par le général Becker. On exige une solution. Napoléon donne l’ordre d’embarquer sa suite sur le brick l’Épervier et sur la goélette Sophie et débarque ensuite avec tout son monde à l’île d’Aix. Il y est acclamé et reçu avec enthousiasme. Napoléon descendit à la maison du génie militaire et s’installa dans la chambre du premier étage, qu’il choisit lui-même « parce qu’elle avait plusieurs issues et qu’il distinguait du balcon la rade des Basques où étaient mouillés les vaisseaux ennemis  ». Napoléon reçut le même jour la visite de son frère, le roi Joseph : le prince séjournait, dans un incognito profond, aux Mathes, près la Tremblade, propriété appartenant à un armateur de Bordeaux, M. Pelletreau, qui avait mis sa maison à la disposition du proscrit. Le roi Joseph, qui s’y trouvait depuis le 5 juillet, y demeura jusqu’au moment de se rendre à Royan, pour s’embarquer à destination des États-Unis. Il venait également proposer à l’Empereur de partir sur un navire américain stationné à Bordeaux : sa voiture était sur l’une des rives de la Charente, l’attendant. En quelques heures il se trouverait sur les bords de la Gironde. Cette proposition fut repoussée : elle était très hasardeuse, car une surveillance active était exercée à terre: M. de Rigny, envoyé par le gouvernement de la Restauration à Rochefort, stimulait sur place le zèle qui aurait pu faiblir et n’aurait pas hésité à arrêter Napoléon s’il avait eu l’imprudence de redescendre sur le rivage. Ce parti aurait pu être pris au lendemain de l’arrivée à Rochefort. On a la preuve matérielle de cette étroite surveillance, et la ville de La Rochelle possède une lettre d’un sieur Goupil, demandant une récompense « pour avoir empêché Bonaparte de s’échapper de l’île d’Aix et de passer aux États-Unis ».

Le roi Joseph apprit à l’Empereur tous les détails des événements qu’il ne connaissait encore qu’imparfaitement : la dissolution des Chambres et l’entrée du roi à Paris. Le rapport officiel du commandant de Rigny prétend que jusqu’à ce dernier moment « Napoléon avait souvent énoncé l’opinion que les Chambres le rappelleraient, soit qu’il voulût ainsi en imposer aux autorités qui l’environnaient, soit qu’il nourrît effectivement cette espérance ».

Le 12, vers le soir, l’Empereur, de sa chambre de l’île d’Aix, put, avec une lorgnette, voir que le drapeau blanc avait été arboré un moment sur une des tours de La Rochelle. Il était alors convenu que dans la nuit suivante l’Empereur profiterait des offres de M. Besson, le commandant du smak danois. Ce bateau était à ce moment mouillé près l’île de Ré, à Saint-Martin; des embarcations devaient, dans la nuit du 12 au 13, prendre l’Empereur à l’île d’Aix et le transporter au bâtiment appareillé pour gagner la haute mer. Toutes les précautions semblaient avoir été prises, le lieutenant Besson avait fait préparer des tonneaux remplis d’eau-de-vie, mais dont quelques-uns, munis d’un double fond, avaient été disposés avec des tubes, de manière que l’on pût s’y cacher et y respirer. Le capitaine Maitland fait allusion à ce projet d’évasion dans une barrique arrimée parmi le lest. Il y avait là un projet que le capitaine anglais remarqua, car il eût été digne, tout au plus, de séduire un duc de Clarence; mais Napoléon ne s’y serait pas prêté. Toutefois, l’idée de profiter de ce bâtiment de commerce lui paraissait sage. Ce navire était alors en rade, muni de toutes les provisions nécessaires; il était destiné, en apparence, pour Kiel, mais une fois en pleine mer on aurait fait voile directement pour les États-Unis. Soit par suite d’un malentendu, soit par suite d’une trahison nouvelle, quand les factionnaires postés à l’île d’Aix virent, dans la nuit du 12 au 13, approcher les embarcations qui venaient prendre l’Empereur, ils tirèrent imprudemment des coups de fusil, ce qui donna l’alarme et rendit tout départ impossible. En outre, plusieurs embarcations de l’escadre anglaise mouillée en rade des Basques s’approchèrent davantage de l’île et leur surveillance devint plus étroite. Il paraît aussi qu’au dernier moment, quand il avait été question de ce départ, des tiraillements fâcheux s’étaient produits dans l’entourage immédiat du proscrit. Tous ces amis de la dernière heure pensaient, sans doute, au maître déchu que l’infortune accablait, mais quelques-uns pensaient beaucoup à eux-mêmes. Cette attitude est due à la confiance qu’ils avaient dans la générosité  d’ennemis auxquels ils ne pouvaient supposer des desseins très dangereux. On savait, on escomptait l’exil, mais on ne pouvait croire qu’il s’agirait d’une captivité singulièrement douloureuse et tragique. Quatre personnes seulement pouvaient accompagner l’Empereur sur le smak danois et chacun voulait être de ces quatre prédestinés ; de plus, les femmes ne voulaient pas laisser partir leurs maris sans elles ; des scènes pénibles se produisirent, auxquelles, assurément, le chef de la Grande-Armée n’était guère habitué. Il en était arrivé à cette phase des événements où le chef ne commande plus, mais où il obéit, parce qu’il est le chef. Il paraît que la comtesse Bertrand , créole nerveuse et indolente, se montrait particulièrement impressionnée de ce départ et supplia l’Empereur de ne pas s’éloigner dans de telles conditions. Il céda.

13 juillet 1815.

Le général Lallemand, revenu de sa mission aux environs de Bordeaux, informe l’Empereur que la corvette la Bayadère l’attend fidèlement dans la Gironde, et que dans ces parages la surveillance paraît s’être relâchée ; il ajoute que plusieurs navires américains stationnaient près de la corvette, qu’elle était fort bien armée et que son commandant, le capitaine Baudin, « se faisait fort de conduire l’Empereur jusqu’au bout du monde ». Il suffisait de courir les risques d’un trajet d’une vingtaine de lieues effectué moitié par mer et moitié sur terre. Le succès ensuite était assuré, car le départ en commun des bateaux américains et de la Bayadère, les uns. et les autres se protégeant mutuellement, était décidé. L’Empereur hésita et finit par refuser les offres du général Lallemand dans lequel, à tort, on ne sait trop pourquoi, il n’avait pas grande confiance. Dans toutes ces circonstances, le général se conduisit comme l’un des partisans les plus dévoués et les plus désintéressés du souverain tombé, acceptant, proposant même dans son abnégation, lors d’un projet d’évasion, de se faire passer pour son domestique et de lui en tenir lieu. Tout l’entourage de l’Empereur agissait alors en vue de lui faire accepter l’idée d’une soumission à l’Angleterre. Seul entre tous, le général Lallemand le dissuadait de se fier à la loyauté anglaise et le suppliait de songer aux moyens de salut, très fragiles cependant, qui pourraient lui rester encore, mais finalement il ne devait pas être écouté. Un nouveau plan d’évasion fut proposé toutefois à Napoléon et accepté par lui en principe. Le lieutenant de vaisseau Genty, les enseignes Doret, Salis, Lepelletier, les aspirants Châteauneuf et Moncousu offrent à l’Empereur de s’habiller en matelot, et de monter deux chasse-marées qui se trouvent en rade et qui avaient été achetés peu avant, 14,000 fr. pour parer aux éventualités possibles, et de l’emmener avec sa suite. Il s’agissait de longer la côte jusqu’à La Rochelle et de gagner la haute mer où l’illustre fugitif,, accompagné de Bertrand, Savary, Gourgaud, retrouvera le bateau danois. La proposition est acceptée et on songe à tous les apprêts nécessaires de ce départ. Napoléon pense déjà à l’existence qu’il mènera en Amérique. Il dit à son entourage qu’il a l’intention d’y vivre en simple particulier, car de ce rivage lointain il ne pourra jamais songer à revenir en France. Un retour analogue à celui de l’île d’Elbe est désormais impossible et, dans son imagination, il se voyait déjà dévorant les espaces dans les provinces peu connues du Nouveau-Monde. Mais ses compagnons d’exil sont unanimes à lui répéter que le seul projet raisonnable est de se rendre à l’Angleterre. Gourgaud insiste tout particulièrement et lui expose « que ce noble parti   était celui qui lui convenait le mieux, qu’il ne pouvait pas jouer le rôle d’un aventurier, que l’Histoire lui reprocherait un jour d’avoir abdiqué par peur, puisqu’il ne faisait pas le sacrifice en entier… » La suite de la conversation que Napoléon tint en cette circonstance avec Gourgaud est curieuse et vaut vraiment d’être reproduite. C’est une véritable scène de tragédie classique entre le héros du drame et le confident. Il y aurait une intéressante étude psychologique à faire sur les dispositions d’âme qu’elles révèlent. On y sentira tour à tour l’homme découragé, las et qui a songé à en finir avec la destinée, puis le grand acteur qui prévoit les éventualités du rôle qu’il va jouer, qui prépare ses effets et qui les répète, enfin l’être sensible et superstitieux chez lequel se retrouvent des ressouvenirs de l’éducation du XVIIIème  siècle, comme la comprenaient Rousseau et Bernardin. A une objection de Gourgaud, l’Empereur reprit en assurant qu’il était le maître de sa destinée et que, s’il tombait aux mains de ses ennemis, il se tuerait. « — Non, lui dis-je, Sa Majesté ne le pourra pas. A Mont-Saint- « Jean, c’était bien, mais aujourd’hui cela ne se peut plus. Un « joueur se tue, un grand homme brave l’adversité. » « L’Empereur m’interrompit en disant que, la veille, il avait eu l’idée de se rendre à la croisière anglaise et de s’écrier en y parvenant : « Comme Thémistocle, ne voulant pas prendre part au déchirement de ma patrie, je viens vous demander asile. » Mais qu’il n’avait pas pu s’y résoudre. Au même moment, un petit oiseau entre par la fenêtre et je m’écriai : « C’est signe de bonheur ! » Je pris l’oiseau dans ma main et Napoléon me dit : « Il y a assez de mal- « heureux, rendez-lui la liberté. » J’obéis et l’Empereur continua : « Voyons les augures ? » L’oiseau vola à droite et je m’écriai :« Sire, il se dirige vers la croisière anglaise. » Il y a dans ce dernier trait une pensée charmante et que l’imagier du Napoléon le Grand raconté aux petits enfants aurait pu noter au passage pour une de ses jolies illustrations.

Le 13 juillet, l’Empereur constate de l’île d’Aix que le drapeau blanc a été définitivement arboré sur toutes les tours de La Rochelle et à l’île d’Oléron. Il comprend que l’heure des résolutions définitives est arrivée. Il est convenu que, dans la nuit du 13 au 14, le général Lallemand et le comte de Las Cases seront envoyés sur la Saale en parlementaires auprès des navires anglais. Pendant ce temps, on organisera et on effectuera le départ sur les chasse-marées qui doivent conduire Napoléon à trente ou quarante lieues au large auprès du bâtiment de commerce qui l’attend1. A 11 heures du soir, tout était préparé et le général Becker, s’approchant de l’Empereur, l’invite à partir : — « Sire, tout est prêt. Le capitaine attend V. M. — Je vais descendre », répondit l’Empereur. Il se préparait à partir et parut sur l’escalier de ses appartements, décidé à gagner le rivage. Les scènes déplacées dont on offrait depuis peu le spectacle à l’Empereur se reproduisirent de nouveau : chacun voulait l’accompagner, les uns se plaignant d’être sacrifiés aux autres, et à cette heure suprême qui pouvait décider du salut, les amours propres, les vanités, les dévouements égoïstes se donnèrent libre carrière et mirent obstacle à la réalisation de ce dernier projet. Les femmes en particulier se lamentaient et pleuraient. Un dernier conseil fut tenu cette nuit même. Mais au fond de tous un sentiment unique se faisait jour : L’Angleterre… Pourquoi ne pas aller en Angleterre ? A l’exception de Lallemand, chacun le suppliait de se confier à la générosité britannique et de ne pas courir les dangers d’une traversée aventureuse sur des navires de hasard. Il céda et fit remercier les officiers qui voulaient se sacrifier à lui.

« Vous le voulez ? dit Napoléon, eh bien, nous irons en Angleterre. Un grain de sable le faisait vaciller et changer de résolution… Il céda à une pression évidemment trop conforme à ses propres résolutions. » Depuis sa défaite il envisageait sans répulsion l’idée d’une captivité en Angleterre. Il supposait que ses ennemis lui créeraient dans cette grande île qu’il ne connaissait pas des loisirs analogues à ceux que, pendant son règne triomphant, il avait procurés à tant de rois détrônés. On le traiterait comme un souverain sans territoire, mais il ne pouvait soupçonner, ni personne autour de lui, qu’on fît de lui un prisonnier effectif. Il paraît que lorsque, étant à la Malmaison, il fit demander ses passeports pour l’Amérique, le général Wellington, averti de cette demande, aurait dit : « Mais pourquoi ne vient-il pas en Angleterre? Je suis persuadé qu’il y serait bien reçu et qu’on ne l’y gênerait pas. » Et c’est ainsi qu’à cette même occasion, il répondait à la reine Hortense qui le consultait sur ses projets et lui demandait si, au lieu de fuir, il n’irait pas de lui-même à ses ennemis : « Me donner à l’Autriche, jamais ; elle a retenu ma femme et mon fils. Me donner à la Russie, ce serait me donner à un homme. Me donner à l’Angleterre, ce serait me donner à un peuple. » Il exprimait encore cette même idée, le jour même de sa reddition à l’Angleterre, dans sa première conversation avec l’amiral anglais : « Je me suis rendu à l’Angleterre, mais je ne l’aurais pas fait à toute autre des puissances alliées. En me rendant à l’une d’elles, j’aurais été au caprice ou à la volonté d’un individu; en me rendant à l’Angleterre, je me remets à la générosité d’une nation. » Dès que la résolution de se rendre à la nation anglaise eut été définitivement adoptée, une détente se produisit dans tout cet entourage de l’Empereur : les incertitudes et les hésitations qui, depuis plusieurs jours, lassaient tous les esprits en présence de projets incessamment renouvelés, abandonnés et repris, firent place à une sorte d’apaisement : pour tous, à l’exception de Lallemand, cette décision était la seule raisonnable. »

(Georges MAZE-SENCIER, « Le dernier séjour de l’Empereur en France. La rade de l’île d’Aix (8-16 juillet 1815) », Librairie militaire Berger-Levrault, 1899, pp.11-33. Ce texte fut publié tout d’abord dans le « Carnet de la Sabretache »).

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 10 septembre, 2018 )

Retour sur le 5 juillet 1815, à Paris.

Napoléon à cheval.« C’était le 5 juillet ; il me semblait, dans mon sommeil, entendre un bruit sourd et continu, que des sons harmonieux interrompaient de temps en temps. Je me réveillai et reconnus le bruit de l’artillerie, roulant sur le pavé, ainsi que les sons de la musique militaire. C’était une division de l’armée qui descendait la rue de la Harpe; la capitulation était conclue; il fallait, le lendemain, livrer la capitale à un ennemi qu’on eût pu écraser deux jours auparavant. Quelle journée pleine d’angoisses et de terreurs pour Paris, que ce jour du 5 juillet ! Certes, il fallut de la vertu à ces quatre-vingt mille hommes qu’on vendait ainsi à l’ennemi, pour exécuter des ordres émanés d’un pouvoir sans force et sans sympathie dans la nation. L’armée de la Loire imita la sublime résignation dé son Empereur; la gloire et l’intérêt lui criaient de combattre; elle n’écouta que la paix et l’humanité qui lui disaient de poser les armes. Mais ce ne fut pas sans murmures et sans dangers pour la tranquillité parisienne. La garde nationale sillonnait toutes les rues, remplissant sa mission d’ordre et de concorde, si difficile à exercer ce jour-là. Partout des groupes de soldats de ligne faisaient entendre des imprécations contre les traîtres qui livraient Paris; ils regardaient de travers les patrouilles nationales, qui les dissipaient avec douceur au nom de la paix publique. On entendait à chaque instant des coups de feu retentir sur les quais et sur les ponts; c’étaient des soldats qui, dans leur colère, déchargeaient leurs fusils dans la Seine. Le bruit se répandit même que plusieurs régiments se révoltaient et refusaient d’évacuer Paris. Au milieu de ce désordre et de cette effervescence soldatesque, je fus témoin d’un de ces épisodes comiques qui, rarement, manquent de se mêler aux scènes les plus graves. La rue de la Harpe était pleine de soldats qui descendaient vers le pont Saint-Michel; un sergent paraissant avoir puisé une partie de son exaltation à une source autre que celle du patriotisme, se faisait remarquer par son désespoir, en criant, d’une voix tremblante de fureur; A bas les royalistes !

Voilà qu’une marchande d’oubliés, sa boîte sur le dos, sa claquette en main, insoucieuse des affronts du jour, ne voyant dans la chute de l’Empire qu’une occasion de vendre plus de produits de son commerce à des masses d’acheteurs ; voilà que cette industrielle parisienne vient, au milieu des grenadiers exaspérés, jeter son cri joyeux et cadencé: « Voilà le plaisir, Mesdames, voilà le plaisir Comment ! Sacré nom de Dieu ! lui dit le sergent en la saisissant par le bras, voilà le plaisir ! te fous-tu de nous, avec ton plaisir ? Allons! crie Vive l’Empereur ! » Et la pauvre marchande, interdite et confuse, n’avait plus de voix pour un cri si étranger à ses habitudes. D’autres camarades intervinrent en riant; elle cria en riant elle-même ce qu’on ne lui ordonnait plus qu’en plaisantant; et, pour lui tenir compte de son dévouement à la cause impériale, la boîte fut dressée, et les aiguilles tournèrent rapidement sur leur axe. Puis, tous ces hommes aguerris, qui venaient de jouer des couronnes aux jeux sanglants de la fortune, oublièrent, pour un instant, qu’elle venait de trahir le maître du monde, attendant avec anxiété et le cou tendu, qu’elle prononçât l’arrêt qui devait dispenser au vainqueur une ou deux pincées de farine et de miel.

Voilà l’homme ! »

(E. LABRETONNIERE: « Macédoine. Souvenirs du Quartier Latin dédiés à la jeunesse des écoles. Paris à la chute de l’Empire et durant les Cent-Jours », Lucien Marpon, Libraire-éditeur,1863, pp.280-282). L’auteur était étudiant Paris en 1814 et 1815.

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 10 septembre, 2018 )

Une lettre de Russie, 10 septembre 1812…

 

Ney durant la campagne de Russie

Chère et tendre mère,

Mon séjour  à l’hôpital [l’auteur a reçu une balle dans l’épaule gauche lors de la prise de Smolensk] m’a laissé si loin derrière l’armée, que pour donner un peu de suite à mon récit, j’ai besoin de le reprendre au moment où Napoléon quitta Smolensk. C’était le 25 août, nos troupes avaient vainement poursuivi l’armée pendant trois jours, dans toutes les directions. Les rencontres partielles, qui avaient eu lieu, avaient donné beaucoup de morts, mais aucun résultat militaire. Tous nous généraux étaient découragés, et plusieurs n’avaient pas craint de faire entendre à l’Empereur combien l’armée était soucieuse de l’avenir. L’Empereur ne répondit que par les accents d’une violente colère ; et, le cœur brisé plus qu’il ne le voulait dire, par la vue des décombres, à travers lesquels se traînaient nos blessés, et des monceaux de cendres où gisaient des squelettes humains calcinés par le feu, il donna l’ordre de marcher en avant. C’était un mauvais moyen de ranimer l’ardeur d’une armée découragée par les privations, et ravagées par deux affreux fléaux : le typhus et la dysenterie. Depuis longtemps le vin manquait. La bière et l’eau de vie devenaient rares ; le pain mal remplacé par de l’orge grillé ou du seigle vert, était l’objet d’un regret universel. La viande, produite par l’abattage des bêtes surmenées et fiévreuses, inspirait le dégoût, et souvent faisait défaut. Non seulement les hôpitaux étaient encombrés, mais sur toute la longueur de cette immense route, au bord des grands bois, au fond des ravins, on rencontrait partout des malheureux, épuisés de douleur et mourant de soif, qui n’avaient même plus la force de se traîner aux gîtes d’étapes où étaient établies les ambulances. D’ailleurs, les ambulances regorgeaient [de blessés]. Comme je l’ai dit, quinze grands bâtiments sauvés du feu avaient été transformés en hôpitaux ; mais déjà, à la seconde nuit, après la prise, tout manquait pour panser les blessés. Il fallait remplacer le linge, par le papier et les parchemins des archives, et la charpie, par de l’étoupe de bouleau. Les chirurgiens, sans repos ni trêve, passaient, le jour et la nuit, le couteau à la main. On annonça bien haut que l’armée n’était plus qu’à quinze étapes de Moscou, et que, dans cette capitales de la noblesse et du clergé russe, on trouverait en abondance des trésors suffisants pour faire la fortune de toute l’armée française, depuis les généraux jusqu’au dernier soldat. A ces paroles, cent cinquante mille hommes trouvent encore le courage de reprendre leur sac et leur fusil… »

(« La Bérézina. Souvenirs d’un soldat de la Grande Armée », par Léon Marsac. Limoges, Librairie Nationale d’Éducation et de Recréation [Eugène Ardant et Cie], s.d. [1882]. pp.99-103). Selon le publicateur de cette correspondance, Armand de Solignac, le sergent disparut en Russie. Mort ou fait prisonnier, il ne rentra jamais en France. Il n’est pas indiqué à quelle unité il appartenait ; peut-être à l’infanterie de ligne.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 9 septembre, 2018 )

Un colonel d’Empire…

SNB19335

Moins connu que le récit du général de Marbot mais tout aussi intéressant, le récit du colonel d’artillerie légère Jean Séruzier fait partie des témoignages sur l’Épopée  qu’il faut avoir lus.  L’auteur est présent notamment aux batailles de Hohenlinden, d’Austerlitz, d’Iéna, d’Eylau, d’Heilsberg, de Friedland, de Thann, de Lanshut, d’Eckmühl, de Ratisbonne, d’Ebersberg, d’Essling et de Wagram ; avant de participer à la mémorable campagne de Russie… Voici quelques mots sur ce personnage haut en couleur. Né à Charmes, dans l’Aisne, en 1769, sa carrière commence tout juste avant la tourmente révolutionnaire. En 1788 il entre comme canonnier au régiment d’artillerie de Toul, qui devient 3 ans plus tard le 7ème régiment d’artillerie ; puis on le retrouve en 1793 maréchal-des-logis à l’Armée du Nord.  Il reçoit sa première blessure lors du combat de Marchiennes, le 30 octobre de cette même année.  Après un passage à l’armée des Pyrénées-Orientales en 1794, il passa en 1795 à celle de Sambre-et-Meuse. Capitaine en 1801 au 7ème régiment d’artillerie à cheval, on retrouve Séruzier commandant l’artillerie de la division Morand au cours de la campagne de 1805 au sein de la Grande-Armée.  Il est blessé à Auerstaedt en 1806, et accède au grade de chef d’escadron  au 5ème régiment d’artillerie à cheval en 1807. Présent durant toute la campagne d’Autriche, affecté au 5ème régiment d’artillerie à pied (en octobre 1809), il passe en 1811 au 5ème régiment d’artillerie à cheval. Il est promu colonel le 29 janvier 1812, après 23 ans de services. Durant la campagne de Russie, Séruzier commande l’artillerie du 2ème corps de la réserve de cavalerie. Il est fait prisonnier près de Kowno en décembre 1812 et ne retrouvera la France que durant l’été de 1814. Il s’éteindra en 1825. Ses « Mémoires » parurent la première fois en 1823, sous les auspices de l’un de ses proches, Lemière de Corvey.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 7 septembre, 2018 )

La GARDE à LA MOSKOWA…

La GARDE à LA MOSKOWA… dans HORS-SERIE lamoskowa

De tous les écrivains militaires qui reprochent à Napoléon de n’avoir pas engagé la garde, Gouvion-Saint-Cyr est peut-être le plus résolu, le plus affirmatif. Il dit que les Russes étaient vaincus, mais non défaits; qu’on avait frappé le corps et non l’âme de leur armée; que, s’ils avaient essuyé une perte énorme, elle était compensée par les pertes de Napoléon; qu’ils avaient l’immense avantage de se renforcer tous les jours, tandis que les vides faits dans les rangs français ne se rempliraient pas. Napoléon, selon Saint-Cyr, a donc commis une faute en ne faisant pas donner la totalité de sa Garde. Pourquoi entretenir à si grands frais un corps d’élite, pourquoi le ménager sinon pour qu’il produise, en de semblables circonstances, « un grand résultat qui dédommage de tous les inconvénients attachés à sa formation »? Si la Garde toute entière avait donc donné — ajoute Saint-Cyr — dans le moment où son artillerie seule a été engagée et où l’ennemi fit ses derniers efforts, il est certain que, « conduite avec la vigueur et l’intelligence qu’on devait attendre de ses chefs, sous les yeux et à la voix de son empereur, elle aurait fait des prodiges; que l’armée russe eût été non seulement vaincue, mais culbutée, mise en déroute, en partie détruite, et ses restes dispersés vers les extrémités de l’empire. Dans cette seule hypothèse,  Napoléon pouvait encore faire ce qu’il aurait voulu, prendre ses quartiers d’hiver à Moscou, au printemps poursuivre ses succès, ou offrir à l’empereur Alexandre une paix acceptable. »

(Arthur CHUQUET, « 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Deuxième série » Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912,  pp.57-58).

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 6 septembre, 2018 )

Napoléon les 6 et 7 septembre 1812…

Napoléon portrait.

Pasquier prétend que Napoléon n’aurait pas examiné le terrain sur lequel se livra la bataille de La Moskowa. Il a tort. Lejeune nous raconte que le 6 septembre 1812, avec Berthier, Eugène et trois officier-dont Lejeune- Napoléon a parcouru le front de l’armée russe et reconnu la position d’autant plus en détail et de plus près qu’une trêve semblait exister entre les deux partis. Les vedettes, quoique à portée de pistolet, ne tiraient pas. Lejeune craignit même que l’Empereur ne fût brusquement enlevé par les cosaques cachés au détour d’un ravin et, un instant, Napoléon qui marchait le premier poursuivit ; mais, grâce à la vitesse de leurs chevaux, Napoléon et ses compagnons échappèrent aux cavaliers cosaques. Faut-il ajouter qu’après cette reconnaissance, Lejeune parcourut de nouveau la ligne et rapporta des croquis du terrain que l’Empereur accueillit avec satisfaction ?

Faut-il ajouter que Bacler d’Albe, le chef des ingénieurs-géographes, fit exécuter le même travail et faire avant le soir un levé à vue des positions russes ? Napoléon a donc rempli, à la veille de la bataille, ses devoirs de général d’armée.Mais Lejeune assure qu’il n’a pas, le 7 septembre 1812, déployé la même activité qui « forçait le succès ». L’Empereur est resté sur son tertre, suivant les mouvements et donnant des ordres sans bouger de place au lieu d’aller, comme autrefois, électriser son monde par sa présence. A vrai dire, il était souffrant et dans un « état de malaise ».

Mais, conclut Lejeune, on n’était pas satisfait et on portait sur lui un jugement sévère. 

Arthur CHUQUET 

 

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 5 septembre, 2018 )

Une LETTRE d’Antoine VARNER, attaché à l’Intendance générale durant la campagne de RUSSIE. (2ème partie).

07502201.jpg

Vous désirez quelques détails sur ma manière de voyager. Jusqu’ici je n’ai point été réduit à enfourcher le cheval polonais. Je vous ai informé qu’à son départ de Vilna, le général avait eu l’idée d’emmener avec lui quatre personnes destinées à faire autant que possible le travail de l’intendance, dont elles étaient détachées ; cette petite réunion s’appelait [le] service léger (ainsi l’avait qualifié le général) ; par suite de cette disposition on nous a fourré Bayle [Adjoint titulaire aux commissaires des guerres le 8 juillet 1812, il disparaît durant la retraite], Prosper et moi (un autre jeune homme, Lanneau, qui ne vous est pas connu), dans un char à bancs, à huit places, couvert d’une toile de coutil peinte en noir. Cette voiture de forme oblongue, médiocrement ouverte par le devant et les deux côtés, ressemblait assez à un four quand elle était échauffée par les rayons du soleil.

De plus, la couverture usée par le frottement des branches d’arbres et par les obstacles de toute espèce que l’on rencontre dans les immenses forêts de la Pologne et de la Russie,n’était plus qu’un vain nom sur la fin de notre route et laissait à la pluie un libre passage. Mais la nécessité, mère de l’invention, m’avait suggéré l’idée de rétablir au-dessus de ma tête une couverture secondaire au moyen de mon chapeau garni d’un taffetas ciré. J’avais su le disposer de manière à établir une rigole qui conduisait l’eau hors de la voiture. En résumé, je me trouve pas mal de mon voyage en Russie. J’ai vécu, j’ai vu du pays, j’ai fait quelques économies, qui, je l’espère, me mettront à même de satisfaire à quelques économies, à quelque engagement dont je vous ai parlé. Vous serez sans doute bien aise d’apprendre les grands événements qui viennent d’avoir lieu à l’intendance : M. Combes [Secrétaire général de la Direction générale des Revues et de la Conscription militaire. Jean-François Combes est nommé commissaire des guerres le 8 mars 1812 puis porté à la 1ère classe le 1er juillet 1812 et promu ordonnateur le 9 octobre suivant] a été nommé ordonnateur et M. Saint Didier a été décoré de l’ordre de la Réunion. Vous sentez que pour porter ces grands coups il a fallu restreindre le nombre des demandes.

Aussi, nous autres, chétifs, nous avons été laissés de côté. Cependant j’aurais tort de me plaindre : mon adjonction provisoire n’est pas assez ancienne pour me donner le droit de réclamer impérieusement la faveur de la confirmation. Aussi j’ai gardé le silence, plein de confiance d’ailleurs dans les bontés de notre patron. Je vous ai écrit deux lettres sur Moscou, je pense que nous avons maintenant  [un] spectacle français, qui ne vaut rien, qui coûte fort cher, mais où l’on vient par désoeuvrement et pour n’en pas perdre l’habitude. 

Tout à vous, 

VARNER. 

En complément. 

Antoine-François VARNER naît le 23 avril 1789 à Paris. Commis à la Direction générale des Revues et dela Conscription militaire, il est remarqué par le comte [Mathieu] Dumas qu’il voulut suivre à l’armée ; le général, désirant seconder le grande espérances qu’il donnait, le fit attacher à l’intendance général de  la Grande Armée, le 11 mars 1812. Il est nommé le 4 juillet suivant, adjoint provisoire aux commissaires des guerres ; adjoint titulaire en 1813. Varner est mis en non-activité en 1816. En 1848, il est retraité chef de bureau de la Préfecture de la Seine. 

Jacques-Gilbert YMBERT, sous-chef au 1er bureau de la Conscription militaire, avait été nommé adjoint provisoire aux commissaires des guerres le 29 février 1812, mais sa santé ne lui avait pas permis de suivre l’intendant général, et il avait conservé ses fonctions à Paris. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 3 septembre, 2018 )

Le GENERAL MILHAUD dans la CAMPAGNE de RUSSIE…

Le GENERAL MILHAUD dans la CAMPAGNE de RUSSIE... dans FIGURES D'EMPIRE russie

La campagne de Russie figure sur les états de service du général Milhaud avec raison. Le 20 juin 1812, Milhaud était nommé par le duc de Feltre commandant de la 25ème division militaire et il recevait l’ordre de se rendre sur-le-champ en poste à Wesel. Il arrive à Wesel le 25 juin 1823 à 5 heures du soir. Mais il tombe malade. Le 13 juillet, de Vilna, Berthier lui prescrit de venir à la Grande-Armée aussitôt qu’il serait rétabli, et, le 9 août, Milhaud part de Wesel pour joindre la Grande-Armée. Au mois de septembre, il est sûrement au quartier-général ; après l’entrée des Français à Moscou, Mortier est gouverneur général de la province, Durosnel, gouverneur de Moscou, et Milhaud, commandant de la place ; aux yeux des Russes, il y a à Moscou deux gouverneurs, Mortier et Durosnel, et un commandant, Milhaud. »Vous aurez sous vos ordres, écrit Berthier à Mortier à la date du 17 septembre 1812, le général Milhaud. » C’est tout ce que l’on sait. Le 1er février 1813, d’Aurillac (Cantal), son frère, Milhaud aîné, propriétaire à Sistrières, demande de ses nouvelles au Ministre de la Guerre. « Depuis le mois d’octobre, écrit-il, je n’ai reçu aucune nouvelle du général comte Milhaud, je ne sais que penser sur son sort. » Et le secrétaire général du ministère fait répondre, le 25 mars, que le général Milhaud revient en France, qu’il est en ce moment à Mayence où il commande un corps de cavalerie [Milhaud avait été, en effet, désigné le 15 février 1813 pour commander un corps qui se formait à Mayence avec tous les détachements appartenant au 1er corps de la cavalerie de la Grande-Armée que commandait Latour-Maubourg].

Mais, quoiqu’il en soit, Milhaud a fait la campagne de Russie. 

Arthur CHUQUET 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 3 septembre, 2018 )

Quelques témoignages lus…

Ombre 3

La maison Teissèdre, avec d’autres (parmi lesquelles la Librairie des Deux Empires, La Vouivre, la Boutique de l’Histoire et LCV), livrèrent à la curiosité du public, comme on disait si bien autrefois, des témoignages souvent difficilement trouvables en édition originale.

Voici quelques titres lus au hasard, ils ont pour point commun d’avoir été publiés par ce même éditeur.

C.B.

« Les Gardes d’Honneur pendant la campagne de 1813-1814 », Librairie Historique Teissèdre, 2000, 108 p.

La première partie de ce livre est composée par le témoignage du jeune Stanislas Girard (né en 1790), du 2ème régiment des Gardes d’Honneur. Son récit fut publié la  première fois, en volume, en 1920 mais il y avait eu une prépublication fragmentaire dans la « Nouvelle Revue Rétrospective en 1903/1904 (ce que n’indique pas la Bibliographie de J. Tulard).Son témoignage couvre en grande partie la campagne de 1813. Il est présent notamment lors de la bataille de Leipzig. Fin décembre 1813, Girard se dirige vers la France. La campagne de 1814 vient de commencer. Mais il ne prend part à aucun combat. Néanmoins son récit, pour ces deux campagnes, est détaillé et intéressant. La réédition de ce texte est donc une bonne initiative. Le témoignage de Stanislas Girard est suivi par des extraits du « Livre d’ordres du 2ème régiment de Gardes d’honneur », formation à laquelle il appartenait. On y trouve essentiellement des ordres du jour

 

« Murat en 1815. Mémoires et Correspondances », Editions Historiques Teissèdre, 2000, 115 p.

Un volume composé par deux textes. Tout d’abord le témoignage du général d’Ambrosio, publié (anonymement) la première fois en 1899 et suivi par : « Documents sur la dernière expédition et la mort de Murat » dûs à Macéroni qui fut secrétaire du Maréchal et qui parurent à l’origine en 1838. Je dois avouer  que j’ai été un déçu par la lecture de ces textes. Il faut réellement s’intéresser aux dernières semaines du roi de Naples afin d’en saisir l’intérêt et d’oublier le côté « soporifique » qu’ils présentent.

« Les mémoires de Jakob Walter, 1812 », Editions Historiques Teissèdre, 2003, 190 p.

On connaissait parmi les témoignages wurtembergeois, notamment ceux de Faber du Faur, Roos et Suckow; tous portant sur la campagne de Russie. Celui de Jakob Walter était jusqu’à présent inédit en français. L’auteur, fantassin, est affecté à la 25ème division du IIIème corps d’armée (Ney). Son récit est extrêmement détaillé et plonge le lecteur dans un grand réalisme. On regrettera simplement que les nombreuses notes établies par Jean Dif, ne se trouvent pas plus commodément en bas de page.

 

Alexandre de Chéron, « Mémoires inédits sur la campagne de Russie. Présentés par Robert de Vaucorbeil », Editions Historiques Teissèdre, 2001, 81 p.

Ce témoignage comme le laisse entendre le titre n’est pas réellement inédit car il fut publié une première fois dans la « Revue de l’Institut Napoléon », en 1983 (dans son n° 140), du moins jusqu’à la page 51 du livre. Le récit de ce sous-lieutenant au 26ème léger, et qui fut par la suite aide-de-camp du général de la Houssaye peut figurer parmi les bons témoignages sur la campagne de 1812. Alexandre de Chéron sera fait prisonnier début janvier 1813 par les Russes à Königsberg et ne revoit la France qu’en décembre 1814.

Il est regrettable que cette édition ne soit pas assortie d’un appareil critique qui aurait mis en lumière ces mémoires. A noter qu’on trouve à la fin de ce volume quelques pages ayant trait à la campagne de Belgique.

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 2 septembre, 2018 )

1814-1815. Un officier britannique face à la Grande-Armée: le lieutenant George Woodberry.

Les récits sur l’Épopée et laissés par des témoins anglais et traduits en français sont assez peu nombreux. Ainsi les mémoires de William Lawrence,  ceux d’Alexandre Cavalie-Mercer, ou 1814-1815. Un officier britannique face à la Grande-Armée: le lieutenant George Woodberry. dans TEMOIGNAGES Espagnebien encore le récit de Basil Jackson viennent compléter maigrement cette catégorie. Il faut toutefois leur ajouter le « Journal » de George Woodberry dont nous reproduisons plusieurs passages significatifs. Il est à noter que nous avons respecté les noms de lieux tels que les donne l’auteur. Le témoignage de G. Woodberry a été réédité en 2009 par L.C.V. sous le label « A la Librairie des Deux Empires ».

C.B.

Un militaire observateur.

C’est en 1896 chez Plon que parut pour la première fois, en français le « Journal » du lieutenant George Woodberry. Il semblerait que le traducteur d’alors, Georges Hélie, soit parti directement  du manuscrit en langue anglaise; de plus il n’indique pas qu’il y une publication précédente en anglais. Faut-il en déduire que cette édition est la toute première réalisée ? L’auteur, est né le 13 avril 1792. Il s’engage tout d’abord dans le 10ème régiment d’infanterie, puis au 18ème de hussards. A l’âge de 21 ans il s’embarque avec ce régiment pour le Portugal. Nous sommes le 17 janvier 1813. Georges Hélie dans sa  préface, nous apprend qu’il est blessé à la bataille de Vitoria, le 21 juin 1813. Nous retrouvons Woodberry comme sous lieutenant en 1814 lors de la bataille de Toulouse. Le 18ème hussards se dirige après sur Calais, via Bordeaux et Calais où une partie du régiment regagne l’Angleterre ; George Woodberry se retrouvera l’année suivante encore face àla Grande-Armée : ce sera lors de la campagne de Belgique… Il est présent à Waterloo où, comme l’écrit G. Hélie : « Placé à l’extrême gauche de l’armée anglaise avec toute la cavalerie de Sir H. Vivian, il ne prend part à l’action qu’à la fin de la journée, au moment de l’arrivée de Blücher, ce qui lui permet d’observer et d’en donner une description exacte ».  Les passages qui suivent sont tirés de son « Journal » et permettent de le suivre au cours de son itinéraire.

1814, Portugal, Espagne et Pyrénées. En route vers le Portugal.

Le 1er janvier 1813, le 18ème de hussards rejoint Portsmouth pour s’embarquer à destination du Portugal : « J’ai fait mes provisions pour la traversée, elles se composent de douze volailles vivantes, deux jambons, trois langues fumées, six pains, trois livres de beurre, deux boisseaux de pommes de terre, trente livres de viande fraîche, deux livres de thé, une livre de café, neuf livres de sucre… » Woodberry ne se laisse pas abattre ! Il y ajoute « trois bouteilles d’eau-de-vie, du lait et six livres de riz pour les puddings. ». Après une traversée au cours de laquelle le mal de mer fut très présent, le navire de Woodberry  arrive en vue de Lisbonne le 30 janvier 1813. Le 3 février, il note que « de nombreux bateaux nous apportaient des fruits, de pain et des comestibles ».

Une existence de garnison plutôt paisible.

A terre notre anglais observe tout : « La basse classe est ici un ramassis de misérables et le confort n’a pas encore pénétré dans la classe moyenne » ; plus loin : « Prix actuels des marchandises à Lisbonne : Œufs, la pièce 1 centime ½ ; beurre la livre 16 centimes ; fromage (très mauvais), la livre 14 centimes ½… » Puis le militaire reprend le dessus : «Luz, 18 février 1813.  Nos rations quotidiennes arrivent tous les matins de Lisbonne et sont délivrées au régiment vers midi » et il ajoute quelques jours plus tard : «  Le régiment s’est mis en marche vers neuf heures pour le Campo Pequeiro pour y être passé en revue avec le 10ème et le 15ème de hussards ». Nous sommes en mars 1813. A l’horizon toujours point de français… Woodberry et ses camarades mènent une vie plutôt facile : dîners, bals, soirée à l’Opéra [de Luz], sans oublier les courses de chevaux. Le 16 mars 1813, le régiment célèbre la Saint-Patrick et l’alcool aidant, Woodberry écrit : « Pas mal de têtes cassées ce soir dans le régiment. Ces gaillards boivent comme des poissons…On en a porté un à l’hôpital plus mort que vif. » Le 1er avril 1813, l’ordre de mouvement du régiment arrive : il se dirigera vers Sacavem, Villafranca, Azambuja pour arriver à Cartaxo. Au cours de son voyage, Woodberry  poursuit ses observations : « Les Portugais s’habillent ici [à Azambuja] suivant la veille mode du pays, ce qui leur va bien mieux que les vêtements anglais, qui font fureur à Lisbonne. » Le 13 avril, il célèbre son 22ème anniversaire : « Je suis décidé à être gai aujourd’hui, car Dieu seul sait si je verrai un autre anniversaire ». Toujours pas d’ennemi en vue, et l’existence se poursuit avec son lot de beuveries entre amis, mais aussi de vols de vin et Woodberry siège quelquefois à la cour martiale militaire. Le 18 mai, à Freixados, Wellington en personne passe ses troupes en revue. En passant devant le 18ème de hussards il déclare : « C’est le plus beau corps de cavalerie que j’aie vu de ma vie, et je n’éprouve aucune hésitation à dire qu’il est sans rival en Europe ». La campagne de 1813 est ouverte. « Gare à vous, Français, nous serons bientôt sur vos talons ! », écrit Woodberry, le lendemain. Le Lieutenant Woodberry apprend que les français  « ont quatre-vingt-dix mille hommes à nous opposer et font tous les efforts possibles  pour défendre le pont qui traverse l’Estouro à Zamora », mais il n’a pas encore l’ombre d’un soldat ennemi…Il faudra attendre le 24 mai : « Dieu merci, nous nous rapprochons des Français : on les voit maintenant à Meiza, en Espagne, à trois milles d’ici [de Fornos]; mais la rivière Douro les protège en nous séparant, autrement, ils ne seraient pas si tranquilles. » Les anglais souffrent du climat : « La chaleur est extrême ; nous devenons tous très bruns et nos lèvres sont si douloureuses que nous pouvons à peine les toucher ».

Les choses sérieuses commencent enfin…

Le 31 mai, à Yeneste, Woodberry peut se réjouir : « Enfin, j’ai vu une escarmouche et c’est une plaisanterie que je goûte assez. La brigade a traversé le gué d’Almandra, soutenue par la 7ème et 8ème division de l’armée et un escadron d’artillerie volante. Nous passâmes à deux heures de la nuit, il faisait très ombre ; l’ennemi ne nous attendait pas de si bon matin, il a donc été surpris et de soixante hommes qui composaient le piquet chargé de garder les hauteurs et le gué, dix au plus ont échappé. L’officier qui les commandait a été trouvé en train de se raser dans sa chambre. Quelques hommes ont fait une vigoureuse résistance et ont été horriblement sabrés et taillés en pièces par nos hussards » Le 2 juin, les anglais se heurtent à l’armée française près du village de Moralès : « Je fus envoyé sur le front avec les tirailleurs et j’eus quelque peine à empêcher mes hommes de dépasser la ligne. L’artillerie légère arriva alors et je fus rappelé : elle tira deux volées puis fit volte-face et se retira lentement. Un escadron du 10ème hussards chargea alors et rencontra les Français qui chargeaient aussi. Le tumulte et la confusion étaient extrêmes : l’ennemi s’efforçait de son mieux de se frayer un chemin, tandis que le 10ème et le 18ème le sabraient et le taillaient en pièces dans toutes les directions… » Le 12 juin à Esar, nouvel accrochage. Woodberry souligne notamment que « la grosse cavalerie (4ème régiment) chargea les Français près de la grande route, mais fut repoussée. Elle s’empara d’un canon qui fut repris par l’ennemi. Toute notre artillerie prit alors part à l’action, et l’ennemi se retira en désordre sous le feu de près de quarante pièces de canon ». Le 21 juin, se déroule la fameuse bataille de Vittoria. Notre lieutenant anglais écrit : « J’y ai vu (sur une haute colline) avec une lunette le roi Joseph et son état-major. L’engagement commença à neuf heures du matin et l’ennemi fut rapidement chassé des hauteurs de Puebla par le corps de sir Rowland Hill. L’action devint très sérieuse et les ennemis furent repoussés du haut en bas de leur position… »

Après la bataille…

Woodberry recommence ses observations quelques peu futiles : « Les dames espagnoles portent les cheveux nattés et attachés serrés sur la tête avec un ruban, puis elles les laissent pendre sur leur dos » (Olite, Espagne, le 7 juillet 1813) ; ou bien encore : « Une ridicule affaire est arrivée le soir du bal de lord Worcester : il avait retenu nos musiciens pour jouer, à l’heure dite, on ne les vit pas arriver ; on envoya à leur recherche un sous-officier, qui les trouva tous réunis dans une chambre ; ils étaient ivres et dansaient tout nus, mais ils portaient leurs pelisses sur l’épaule. Il y avait, paraît-il, des femmes avec eux ; je n’ai pas pu savoir si elles étaient déshabillées ou non ». (9 juillet) Le témoignage du jeune lieutenant pour 1813 s’arrête brutalement le 7 septembre ; le 18 décembre de la même année, Woodberry sera blessé grièvement « à la main par une balle de fusil devant l’ennemi entre Urucuray et Mendionde (midi dela France) ». Dans les premiers jours de 1814, nous le retrouvons remis de ses blessures dans le Pays basque, à Hasparren (Pyrénées-Atlantiques).

Dans les Pyrénées…

L’officier anglais a cette réflexion pleine réalisme : « Les pauvres diables d’habitants, qui actuellement nous bénissent comme leurs libérateurs, auront bientôt de justes raisons pour nous maudire, car nous consommons toutes leurs provisions ». Il ajoute : « Plusieurs centaines de jeunes gens, déserteurs de leurs drapeaux, sont arrivés des montagnes où ils se tenaient cachés. » Woodberry reprend sa vie tranquille : « J’ai chassé ce matin et j’ai tué deux lapins et un très beau poulet qui s’était égaré ; j’ai été forcé de le cacher, car tout le voisinage me rebattrait les oreilles ». Mais les Français sont toujours dans les environs et il indique que « l’ennemi a refoulé nos piquets à la Bastidede Clarence et à Bunloc, et s’est avancé » sur Hasparren, au grand effroi de la population, qui nous a si bien reçus. « 8 janvier 1814. Une sonnerie de trompette rassembla la brigade et je fus détaché avec la compagnie de Croker à l’entrée d’Hasparren pour charger l’ennemi, s’il marchait sur la ville. Notre infanterie tirailla avec lui toute la journée, et il fit peu de progrès. Nous attendons ce soir deux divisions d’infanterie. Le général Picton est avec nous, et nous avons notre nouveau chef, le colonel Vivian, du 7ème de hussards. Le général Alton nous a quittés hier allant en Angleterre. Un escadron du 18ème et un du 1er de hussards sont, avec deux canons, de piquet sur les hauteurs ; le reste est rentré au quartier. Les hommes se reposent près de leurs chevaux sellés, et sont prêts à partir à la première alerte. » Woodberry poursuit son existence: « Ce matin (De piquet à Bunloc, 16 janvier 1814), j’ai été à la messe avec les villageois : on fait tout pour passer le temps. J’ai été relevé à midi, par un officier du 1er de hussards, et je suis revenu à on logement. 22 janvier 1814 (Chapelle de Hasparren). Tous les matins, je contemple les montagnes et je découvre toujours quelque nouveau sujet d’admiration. Ceux qui n’ont pas vu les Pyrénées, ne peuvent se faire une idée de leur magnificence. 27 janvier 1814 (De piquet à Ayherre). Je suis encore de piquet, il y a si peu de sous-lieutenants présents au régiment. Je viens de voir un paysan arrivant de Pau. Le maréchal Soult et le général Clauzel ont passé les troupes en revue. On exerce environ quinze mille conscrits, mais leur nombre diminue de dix à vingt par jour, par désertion. Il en arrive ici en effet journellement, et il y a plusieurs milliers de déserteurs qui vivent avec les habitants en-dedans de nos lignes. » Il y a un certain flottement durant ces journées. Ainsi, l’auteur écrit le 14 février 1814, de Ayherre : « On s’est battu toute la journée dans la vallée, mais pas de nouvelles et pas d’ordres.

Puis le 27 février 1814, c’est la bataille d’Orthez :

« Vers neuf heures, l’engagement commença et notre brigade quitta la grande route pour occuper une colline à gauche. Pendant que nous la gravissions, nous entendions au loin tonner l’artillerie. Il fallut franchir un ravin à pente très raide en tenant nos chevaux par le tête. Nous entrâmes alors dans le village de Baigts, qui avait été pris et repris plusieurs fois. Nous vîmes alors l’armée française dans ses positions, déployée d’une façon très imposante. Cette vue frappa de terreur plusieurs de nos camarades, j’ai le regret de le dire. A ce moment, le maréchal Soult et son état-major parcouraient à cheval le front de bataille. Le maréchal exhortait ses soldats à bien combattre,  je le vis très bien avec ma lunette. Nous arrivâmes bientôt sous le feu de l’ennemi, Vivian voulant former le régiment au plus près, pour le cas où il aurait fallu charger. Mais les français nous firent tant de mal avec leur artillerie, que deux escadrons du régiment furent envoyés à l’arrière-garde, et que l’escadron de droite se mit à l’abri, les hommes se tenant a centre des chevaux dans un fossé boueux. Je vis de là comment les choses se passaient dans la vallée. Nos braves tirailleurs se maintenaient avec des succès divers. Le maréchal Beresford et son état-major se tenaient près de nous, très exposés, car nous étions au centre de la ligne de bataille, attendant qu’une division ne vienne à notre secours. Quand elle arriva, nous sortîmes du fossé et nous avançâmes avec elle. A ce moment, l’ennemi se retirait de tous côtés ; nous ne pouvions en connaître la cause : c’était le général Hill qui, après avoir passé le gave à Orthez, avait tourné le flanc gauche de l’ennemi après un petit engagement. La poursuite de l’infanterie continua jusqu’à la tombée de la nuit, aucune occasion de charger ne s’étant présentée pour notre brigade. Le 7ème de hussards fut plus heureux et ramena environ soixante-dix prisonniers. La route était jonché de cadavres ; il y en avait, je crois, plus qu’à Vitoria ; et par le temps que dura la bataille, elle fut une des plus meurtrières de la campagne ». Woodberry fait preuve d’une certaine lucidité concernant l’état-major anglais : « Lord Wellington n’a jamais été plus mal secondé sur le champ de bataille ; tous ses aides de camp étaient loin de lui et on l’a vu galoper avec une seule ordonnance. Il était pourtant où l’on avait besoin de lui ».

« J’espère bien que c’est la dernière campagne de Buonaparte ».

Le 12 mars 1814, il écrit de Langon : « L’armée anglaise est entrée à Bordeaux ce matin. J’ai vu le duc d’Angoulême traverser Langon pour se rendre à Bordeaux. J’espère bien que c’est la dernière campagne de Buonaparte ». Quatre jours plus tard, toujours à Langon, il précise : « Nous partons ce matin rejoindre l’armée de lord Wellington à marches forcées. Le bruit court que Soult lui a infligé une défaite ; les gens du pays en paraissent consternés. Ils craignent le retour de leurs compatriotes et la punition de leur complaisance pour nous. » Il est à Bazas, le 17 mars 1814, jour dela Saint-Patrick, fête chère aux cœurs des britanniques : « Il y a un an, à Luz, au Portugal, tout le régiment était ivre-mort. Cette année, c’est bien différent, tout le monde reste sobre. » Le 9 avril, Woodberry se trouve « aux avant-postes sur la route de Toulouse », et il ajoute : « … cette belle cité est devant mes yeux… on annonce la bataille pour demain. » Il assiste à la fameuse bataille de Toulouse : « Jours de gloire pour les armées anglaise, espagnole et portugaise, mais jour de carnage pour tous ! », écrit-il.

Le 13 avril 1814, l’auteur fête ses 22 ans. Il est à Escalquens, et, tout content des nouveaux événements, il déclare sans ambages : « Quel plaisir, quelle joie de pouvoir écrire les nouvelles arrivées de Paris ! Buonaparte a abdiqué le trône de France et un nouveau gouvernement est formé ! C’est la paix ! » Pénétrant dans Toulouse le 15 avril, Woodberry écrit : « La ville est pleine de déserteurs français : plus de deux mille hommes de l’armée de Soult se sont cachés pour attendre notre entrée. Soult a bien laissé un général pour rassembler les traînards, mais le peuple s’est ameuté contre lui et l’a mis en prison. » Et plus loin  (De Maureville, le 17 avril 1814) : « On dit que la cavalerie française souhaitait une rencontre personnelle avec la cavalerie anglaise dans ces belles plaines. Je ne sais si elle encore dans ces dispositions, mais pour ma part, je ne demande qu’une chose, c’est que le 18ème en vienne aux mains avec deux de leurs meilleurs régiments, et je promets qu’ils seront proprement étrillés ». Puis le 18 avril, Soult conclut un armistice avec Wellington. « …nous avons été  dans le lignes françaises pour parler avec les officiers. Nous devons évacuer ce village [Maureville] et ses environs. Demain, les troupes françaises l’occuperont. Nous nous retirerons sur les bords dela Garonne et nous y resteront jusqu’à la signature de la  paix. Tout le pays a arboré le drapeau blanc et s’est déclaré [être] pour les Bourbons. »

Quelques jours plus tard, il est à Auch. Ainsi à la date du 23 avril 1814 : « On nous dit que Buonaparte est parti de Fontainebleau mercredi dernier pour l’île d’Elbe, accompagné de plusieurs de ses généraux ». L’Empereur avait abdiqué le 12 avril et s’était mis en route le 20 avril pour son petit royaume elbois. Woodberry va jusqu’à plaindre le sort du souverain à présent déchu ; mais non sans une certaine ironie : « (De Lavardens, dimanche 24 avril 1814), Pauvre diable de Buonaparte ! Le songe de sa grandeur est fini. Il va se réveiller à l’île d’Elbe. Il y a six mois, il négociait pour garder les bords de l’Elbe ; il y a trois mois, il offrait de traiter pour les bords du Rhin ; dans les premiers jours de mars, il ne se trouvait pas satisfait des limites de l’ancienne France, et maintenant que toutes ses prétentions sont détruites, il parlemente  encore pour obtenir quelques articles d’ameublement, quelques livres, quelques bouteilles de vin. Hélas ! Pauvre Napoléon ! ».

« Le repos du guerrier »…

Une fois que les armes se sont tues, notre officier britannique reprend sa vie insouciante : « J’ai pêché dans l’Auzoue, avec le comte et sa sœur cadette : nous avons pris quelques carpes. » (4 mai 1814). Et plus loin : »Nous donnons demain un bal aux dames de Mézin et de Nérac. On ne parle que de cette fête et on prépare ses plus beaux habits. Le 20 juin, il est à Paris et visite la capitale : « Nous avons été voir les admirables collections du Louvre et la place Vendôme où s’élève la superbe colonne érigée par ordre de Buonaparte en commémoration des victoires remportées sur les armées autrichiennes, russes et prussiennes, et faite avec le métal des canons pris sur elles. » Le 23 juin 1814, il rend visite au Roi nouvellement installé sur son trône : « Nous avons été à onze heures au Palais des Tuileries en grand uniforme, faire notre cour à Louis XVIII ». Puis Woodberry, rentre en Angleterre, en passant par Boulogne. Il va voirla Colonne dela Grande-Armée et peut écrire, le 7 juillet 1814 : « « J’ai vu ce matin, la fameuse colonne élevée en l’honneur de Napoléon par l’armée de Soult : chaque homme fit dont d’un jour de paie ». Dix jours plus tard, le lieutenant George Woodberry quittela France : « Je supporte très bien la mer : je ne suis jamais malade ». Le 18 juillet 1814, il retrouve son Angleterre natale.

1815, Campagne de Belgique.

Woodberry devait revoir la Francequelques mois après. Le 19 avril 1815, il repart en campagne avec le 18ème hussards et débarque à Ostende en Hollande.  Il transcrit rapidement ses premières impressions : « 22 avril 1815, Eccloo, département de l’Escaut, Belgique », l’infortuné roi de France Louis XVIII est à Gand avec une faible suite composée en grande partie de traîtres ».  Le 8 mai, Woodberry se trouve à Bruxelles, prêt à entrer en campagne : « Ordre à tous les officiers séjournant à Bruxelles de regagner immédiatement leurs régiments ; aucun officier n’aura plus le droit d’aller à Bruxelles sans autorisation du général commandant » (12 mai 1815, Op Hasselt, département de l’Escaut, Belgique). L’armée anglaise observe les mouvements de celle de l’Empereur ce qui fait dire à Woodberry (le 17 mai) que « Buonaparte semble vouloir concentrer ses efforts surla Belgique ».

L’orage approche…

« L’ennemi s’est, dit-on, avancé avec Buonaparte à sa tête vers Charleroi. Lord Wellington donne ce soir un grand bal [c’est celui, fameux, de la duchesse de Richmond] à Bruxelles ; j’étais invité par lord Arthur Hill, mais je trouve que c’est trop loin. » (Op Hasselt, 15 juin 1815).

Puis le 18 juin c’est Waterloo…

« Nous restâmes au bivouac jusqu’à dix heures ; nous le quittâmes au signal de la trompette. Nous croyions que l’armée allait avancer de concert avec les prussiens de Blücher, mais jugez de notre surprise quand, arrivés en position (notre place étant à l’extrême-gauche), nous vîmes plusieurs fortes colonnes marchant à l’attaque et que nous trouvâmes nos piquets assaillis par la cavalerie française et repoussée par elle à une certaine distance…. Rien n’égale la grandeur du spectacle qu’offrit l’attaque de notre centre. Plus de deux cent pièces de canons ouvrirent sur nous un feu épouvantable. Sous leu couvert de leur fumée, Buonaparte, fit une attaque générale avec la cavalerie et l’infanterie, en tel nombre qu’il fallut toute l’habileté de Wellington, pour disposer ses troupes et toutes les bonnes qualités de ces troupes elles-mêmes pour y résister…. Les life-guards et les bleus chargèrent alors avec la plus grande vigueur et le 49ème et le 105ème régiment français ; ils perdirent leurs aigles ainsi que deux à trois mille prisonniers…. L’admiration de tous est due à la bravoure déployée par la cavalerie française : les cuirassiers, avec leurs armures à l’épreuve des balles, chargèrent à plusieurs reprises nos carrés, sur lesquels leurs canons faisaient des trouées. »

Le 21 juin, Woodberry arrive en France et note quelques jours plus tard (Du Cateau-Cambrésis, Somme, le 23 juin) que « Buonaparte rassemble son armée à Laon, mais on croit que ce n’est pas là qu’il livrera bataille, bien que ses lignes fortifiées soient imprenables, au dire des français ». Le 2 juillet 1815, il bivouaque au Bourget, non loin de Paris. « Le prince Blücher a promis à son armée que si les français défendent Paris, il autorisera le pillage des deux faubourgs St-Germain et St-Antoine. ». Le lendemain, George Woodberry précise qu’ « une suspension des hostilités a été conclue entre les alliés et les Français ce matin. Nous espérons que tout est arrangé et que nous allons nous mettre immédiatement en marche pour entrer dans Paris. Dieu soit loué ! Puisse la nouvelle être vraie et la guerre finie ! ».

Ainsi, c’est avec un plaisir non dissimulé que l’officier britannique redécouvre la capitale, le 8 juillet. Trois jours plus tard, il s’étonne « de l’état dans lequel sont les musées ». Et précise que « ceux du Jardin des plantes sont déjà honteusement pillés, particulièrement le Muséum et l’amphithéâtre de chirurgie et d’anatomie ». George Woodberry goûte avec bonheur aux plaisirs de la vie parisienne : soirée à l’Opéra-Comique, promenade sous les frondaisons des nombreux jardins de la capitale, bal au fameux Tivoli… L’odeur de la poudre est loin désormais. Les seules explosions auxquelles il assiste, sont celles d’un grand feu d’artifice par lequel se termine son « Journal » : « Le spectacle était magnifique, et toute la compagnie paraissait enchantée des amusements de la soirée ».

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 1 septembre, 2018 )

Une LETTRE d’Antoine VARNER, attaché à l’Intendance générale durant la campagne de RUSSIE. (1ère partie).

06528114.jpg

Cette lettre est adressée à son ami Jacques Ymbert, sous-chef au bureau de la Conscription militaire. Vous trouverez à la fin de son témoignage, deux notices sur ces personnages. Ces dernières et la lettre concernées sont extraites du très intéressant volume des lettres interceptées par les russes durant la campagne de Russie. 

C.B. 

Moscou, le 12 octobre 1812. 

Il paraît, mon cher Ymbert, que nous avons tous deux à nous plaindre de l’inexactitude du courrier ; j’ai été très longtemps à recevoir de vos nouvelles. Le bruit de disgrâce qui avait frappé si désagréablement vos oreilles à Paris avait bien un moment sifflé dans notre visage ; mais cette nouvelle était loin d’avoir un caractère officiel et alarmant. Elle provenait tout simplement de soldats, qui, condamnés à des privations un peu dures, cherchaient quelqu’un contre lequel ils pussent diriger leurs plaintes et remontaient naturellement à l’intendance. Elle provenait aussi de quelques officiers qui n’ayant point d’avoine pour leurs chevaux, rejetaient aussi sur l’intendant leurs mauvaises humeurs et les pertes qu’ils éprouvaient. On est mauvais juge dans sa propre cause ; le mécontentement ne calcule ni les difficultés ni les événements. Je ne doute point que quelques lettres particulières n’aient fait partager à l’Empereur l’indignation des individus qui les écrivaient. Mais l’Empereur toujours équitable a distingué les torts des circonstances et de localités des torts de l’administration. Il n’a pas cessé de témoigner à notre excellent patron [Le comte Mathieu Dumas, général de division, conseiller d’Etat, directeur général des revues et de la Conscription militaire, intendant général dela Grande Armée par décret du 25 février 1812] toute la confiance dont ses longs services, ses talents, son activité peu commune le rendent digne. Je pense aussi que nos bons amis de l’Administration de la guerre n’avaient pas peu contribué à fomenter cette nouvelle et à lui donner de la consistance. Ils auraient vu, je crois, avec plaisir quelque changement, car notre manière est trop opposée  à la leur pour que nous puissions être parfaitement. Votre amitié est exagérée dans ses craintes sur ma nouvelle existence ; j’ai eu sans doute à souffrir, mais depuis Vilna l’intendant général m’ayant fait l’honneur de m’admettre à sa table ma subsistance s’est presque toujours trouvée assurée. Je n’ai pas été exempt du pain de munition qui par malheur encore n’était pas noir même pour du pain de cette espèce, mais avec de la philosophie, quand d’ailleurs on n’est pas difficile, on se résigne à subit les lois des circonstances. Vous vous êtes fait une juste idée de mon coucher. Depuis Königsberg jusqu’à Vilna et de cette dernière ville jusqu’à Moscou, j’ai eu le temps d’oublier les douceurs d’un matelas. De la paille arrachée aux toits recevait mes membres fatigués, heureux quand j’en pouvais trouver, ce qui n’arrivait pas une fois sur quatre. Mais avec une pelisse, les pieds tournés vers un bon feu, on peut aisément braver la fraîcheur des nuits. J’en ai fait l’épreuve et cette épreuve m’a assez bien réussi, car elle n’a point laissé de rhumatismes.

Le vin, denrée prohibée depuis Königsberg jusqu’aux portes de Moscou, était abondant dans cette ville.

Aussi, malgré ma modération reconnue, qui ne peut dégénérer en excès lors même qu’elle est provoquée par l’exemple de mes camarades et la saveur des vins les plus généreux, je me suis livré pendant trois jours à une bombance qui s’approchait du dérèglement. 

A suivre… 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12
« Page Précédente
|