• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 9 octobre 2018
( 9 octobre, 2018 )

Le général Reille…

Le général Reille… dans FIGURES D'EMPIRE reille

Honoré-Charles-Michel Reille naît le 1er septembre 1778 à Antibes (Var).

Il entre comme grenadier au 1er bataillon du Var le 1er octobre 1791. Reille passe sous-lieutenant au régiment royal de Hesse-Darmstadt (94ème  d’infanterie) le 15 septembre 1792 et prend part à la campagne du Nord. Il est élevé au grade de lieutenant le 7 frimaire an II (27 novembre 1793), de capitaine le 4 prairial an IV (23 mai 1796), et devient aide-de-camp du général Masséna le 15 brumaire an V (5 novembre 1796).

Reille l’accompagne en Italie où il se signale dans différents combats. Créé chef d’escadrons provisoire sur le champ de bataille, le 18 nivôse an V (7 janvier 1797), il est confirmé dans ce grade 4 prairial suivant (23 mai). Après le traité de Campo-Formio, il est nommé, le 27 pluviôse an VII (15 février 1799), adjudant-général de l’armée d’Helvétie. Il remplace le général Oudinot, blessé, à la tête de ses troupes et entre dans Zurich. Il suit Masséna en Italie où il se distingue dans plusieurs combats.

le général occupe les postes de chef d’état-major d’une armée d’observation, de sous-chef d’état-major général des armées françaises en Italie et est nommé général de brigade le 11 fructidor an XI (29 août 1803).

Reille devient commandeur de la Légion d’Honneur le 25 prairial an XII (15 juin 1804). En 1806, il rejoint la grande armée pour la campagne d’Austerlitz et prend part à la tête d’une brigade du 5ème corps aux combats de Saalfeld, Iéna, Pułtusk. Le maréchal Lannes le choisit pour chef d’état-major et il se distingue à Ostrolenka. Il devient aide-de-camp de l’Empereur le 13 mai 1807 et est élevé au rang de comte de l’Empire le 29 juin 1808. Après la paix de Tilsitt, il devient commissaire extraordinaire en Toscane, puis rejoint
la Catalogne.

En septembre 1809, il est nommé commandant du 1er corps de l’armée du Nord de l’Espagne. Il rejoint la grande armée pour la campagne d’Autriche et commande division de la Garde à Wagram. L’Empereur lui confie ensuite un des corps opposé au débarquement en Zélande. De là, il rejoint l’Espagne en mai 1810 comme gouverneur de la Navarre. Le 26 janvier 1812, il prend le commandement du corps de l’Ebre et le 16 octobre 1812 celui de l’armée de Portugal. Dans les dernières opérations de la campagne il commande l’aile droite française et combat sur la Bidassoa, en Navarre, à Orthez et à Toulouse. 

Après l’abdication, il devient inspecteur général d’infanterie des 14ème et 18ème  divisions. Il est nommé grand officier de la Légion d’Honneur le 29 juillet 1814, grand-croix de l’Ordre le 14 février 1815 et chevalier de Saint-Louis le 27 juin de la même année.Pendant les Cent-Jours, il commande le 2ème corps d’armée et combat aux Quatre-Bras et à Mont-Saint-Jean.

Le 17 février 1828, il est nommé au Conseil supérieur de la Guerre. Le 15 novembre 1836, il est élu président du Comité de l’infanterie et de la cavalerie, et, le 17 septembre 1847, Louis-Philippe l’élève à la dignité de maréchal de France ; il était déjà Pair de France.

Il est, en outre, membre de l’ordre de Séraphin de Suède, de la Couronne de Fer, de Saint-Henri de Saxe, et commandeur de l’ordre militaire de Bavière. Reille s’éteint le 4 mars 1860. 

Capitaine P. MATZYNSKI

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 9 octobre, 2018 )

Manière de dicter de Napoléon Ier .

Napoléon 1er

L’Empereur écrivait rarement, de sa propre main. Il dictait à un secrétaire, M. de Bourrienne, M. Méneval, M. Fain. Il relisait ordinairement les lettres ainsi dictées. Un très grand nombre de ces lettres sont corrigées de sa main. Indépendamment de ces dictées à ses secrétaires habituels, il dictait souvent à ceux qui étaient là, et par conséquent à ceux avec lesquels il était le plus habituellement en rapport, au ministre secrétaire d’Etat, principalement, et à ses autres ministres. En temps de guerre, au major général, à Duroc, à l’intendant général. La même chose lui arrivait avec ceux avec lesquels il traitait des affaires spéciales. Il arriva ainsi plus d’une fois qu’il dicta à mon père. Mon père confirme ce témoignage, qui est unanime, à savoir qu’il dictait avec une excessive rapidité; qu’il eut été impossible de le suivre si l’on avait voulu tout écrire qu’il fallait se contenter de jeter de temps en temps un mot sur le papier, et s’appliquer surtout à suivre l’ordre de ses idées, qui était comme celui de ses mots, elliptique en quelque sorte. Ceux qui habituellement écrivaient sous sa dictée, devaient nécessairement se faire une sténographie qui leur fût propre. Ils devaient traduire et remettre au net la dictée. C’était cette traduction que l’Empereur relisait et corrigeait, s’il y avait lieu. On envoyait la lettre ainsi corrigée, quelque difficile qu’il fit de lire ces corrections. Elles ajoutaient à l’authenticité (le la lettre. Cependant, il y a des exemples où le secrétaire transcrit à côté ou au bas de la lettre la traduction écrite de sa main. L’Empereur signait en toutes lettres Napoléon, ou paraphait, tantôt d’un simple N, tantôt de trois lettres, Nap. Il en était de même dans le temps où il signait Bonaparte, B., Bon., Bonap. Je suis convaincu que ses signatures et ses paraphes avaient souvent une signification suivant le plus ou moins grand nombre de lettres. Il est encore plus certain pour moi que le mouvement de son âme se peignait très souvent dans la plus ou moins grande pression qu’il faisait subir a sa plume en signant. Le plus souvent, l’Empereur dictait des lettres. Il lui arrivait cependant de dicter de simples notes. Les notes alors sont bien plus décousues encore. La phrase semble n’avoir plus aucune construction, ni correction. J’ai vu telle de ces notes qui contient la pensée première d’une de ses plus glorieuses campagnes. Un jour, il entraîna mon père dans son cabinet pour lui dicter une note. « Mettez-vous là. lui dit-il en lui montrant une table, et écrivez. » Mon père, préoccupé entièrement du sujet, sur lequel l’Empereur allait lui dicter, et fort peu, peut-être, de certains détails d’étiquette, prenait le premier siège qui lui tombait sous la main et allait l’occuper. C’était le fauteuil de l’Empereur, c’est-à-dire le trône. « Est-ce que vous voulez me détrôner ?» dit-il à mon père en riant, et avec un accent particulier de bienveillance.

Henry BOULAY DE LA MEURTHE

(« Carnet de la Sabretache », 1913)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|