( 17 octobre, 2018 )

POLOTSK et VITEBSK…

gal038.jpg

Le général de brigade François-René Cailloux dit « Pouget » a laissé des « Mémoires » intéressants (publiés en 1895 chez Plon), ouvrage dans lequel il parle assez longuement de la campagne de 1812, des batailles de Polotsk où il fut blessé et de la place de Vitebsk qu’il commandait et qu’il dut livrer aux russes. Voici un récit, bien plus court, du rôle qu’il joua dans l’expédition ; ce récit est tiré d’un « Etat sommaire » de ses services. Il le rédigea en 1815 pour obtenir le grade de grand officier de la Légion d’honneur. 

Arthur CHUQUET. 

Corps d’armée de M. le duc de Reggio [maréchal Oudinot]. Batailles de Polotsk (Russie Blanche). 

Le général Pouget, commandant une brigade d’infanterie composée des 37ème et 124ème régiments de ligne de la division Verdier, s’est trouvé aux batailles des 1er, 16 et 18 août qui eurent lieu en avant de Polotsk. Celle du 18, commandée par M. le colonel général Gouvion Saint-Cyr, fut la plus meurtrie. L’armée française attaqua l’armée russe avec une rare intrépidité.

Dans la chaleur de l’action et au milieu d’une grêle d’obus, de boulets et de mitraille, M. le général de division comte Legrand fit prendre la tête de la colonne au général Pouget en lui ordonnant de la diriger à gauche pour tourner l’ennemi, ce qu’il fit. Mais, emporté par la chaleur de l’action, étant trop en avant de sa colonne, il fut chargé par des cuirassiers russes dont le chef crie au général Pouget :

« Rendez-vous, général, ou vous êtes mort ! »

Ce général n’en tint compte, il para les coups de sabre et rejoignit sa troupe au milieu de laquelle son cheval tomba percé de coups. Le général fut blessé aux tendons fléchisseurs du genou gauche, ce qui le mit hors de combat. 

Défense de Vitebsk dans la Russie Blanche, le 7 novembre 1812. 

La blessure que le général Pouget avait reçue le 18 août 1812 ne lui permettant pas de servir de sitôt en ligne, l’Empereur lui donna le gouvernement de la province de Vitebsk. 600 hommes composaient la garnison de cette ville qui est d’une immense étendue, ouverte de toutes parts, sans murs ni fossés. Ces 600 hommes se composaient d’un petit bataillon des troupes de Berg [Cf. les « Souvenirs de guerre » de Pouget, p.209 et p.218. Ces soldats de Berg, au nombre de 400, étaient des conscrits qui n’avaient jamais vu l’ennemi ni tiré un coup de fusil, et, pas pus que leurs officiers, ils « ne savaient ce qu’ils faisaient ».] et de 200 convalescents français. La place fut attaquée sur les deux rives à 7 heures du matin. Le général Pouget la défendit contre 3.000 hommes d’infanterie, 1.500 de cavalerie et de l’artillerie. La retraite fut ordonnée et exécutée avec ordre, toujours en colonne, à demi distance, pendant quatre lieues, sans que le régiment des dragons de Riga et trois escadrons de Cosaques osâssent approcher. Enfin, étant obligé de toujours marcher et perdant sans cesse des hommes valétudinaires qui ne pouvaient suivre, la cavalerie, saisissant un passage difficile pour les deux pièces d’artillerie qui faisaient partie  de la colonne du général Pouget, fondit dessus de toutes parts et fit environ 1.200 prisonniers, du nombre desquels fut ce général qui vendit chèrement sa liberté, tua deux dragons à bout portant ; mais il eut le bras  droit sabré et luxé. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ POLOTSK et VITEBSK… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|