( 18 octobre, 2018 )

18 octobre 1812…

« L’espoir où nous étions que des arrangements de paix seraient pris, espoir nourri par le souvenir glorieux de la victoire de la Moskowa, par la suspension des hostilités aux avant-postes et par les fausses protestations des généraux russes, fut cruellement détrompé, lorsque, le 18 octobre, l’ennemi, voulant anéantir notre avant-garde, tomba inopinément sur notre cavalerie à Winkowo, et que l’on se battit de nouveau avec acharnement. Le Roi de Naples avec sa cavalerie formant l’avant-garde, entouré de masses de troupes ennemies quatre à cinq fois plus nombreuses que les siennes, et attaqué d’une manière inattendue, perdit beaucoup de monde dans cette surprise, qui mit d’abord le désordre parmi les Français ; mais l’intrépide Murat, parvenu à rallier ses troupes, repoussa l’ennemi, nonobstant l’inégalité du nombre, avec une perte que l’on a prétendu être plus considérable que la nôtre, évaluée à plusieurs pièces de canon et à trois mille hommes, tués, blessés ou prisonniers. Néanmoins ce combat désorganisa entièrement notre cavalerie, déjà auparavant aux abois, faute de fourrage. La nouvelle de l’attaque imprévue du 18 parvint à Napoléon au moment où il passait une revue au Kremlin. Aussitôt le départ fut ordonné et commença immédiatement à s’effectuer. Ce départ était déjà décidé depuis quelques jours, d’après ce que je me rappelle avoir entendu dire dans ce temps par le maréchal Ney. On évacua sur les derrières nos nombreux malades et blessés, dont environ deux à trois mille furent abandonnés à Moscou, qui, pour la plupart, moururent de privations, tandis que la plus grande partie de ceux qui furent évacués, périrent par la faim et le froid ou bien lâchement assassinés par les gens qui les conduisaient. Il paraît que Napoléon, prévoyant l’impossibilité de se maintenir à Moscou, avait arrêté depuis le 15 de quitter, comme le prouve un ordre qu’il donna à sa Garde de se tenir prête à marcher. Le même jour où les russes tombèrent sur notre cavalerie au-delà de Moscou, notre deuxième corps, resté à Polotsk, fut vivement attaqué par le général de Wittgenstein, auquel était venu se joindre un autre corps d’armée russe sous les ordres du général de Steingel. Comme je n’aurai plus l’occasion de parler du deuxième corps de l’armée française, je rapporterai ici que le brave général de Gouvion Saint-Cyr, après avoir fait essuyer des pertes considérables à l’ennemi, et ayant perdu peu de monde, commença à opérer sa retraite, le 20 octobre, avec autant de prudence que d’intrépidité, en se dirigeant sur Smoliani, où il fut joint le 31 octobre par le neuvième corps, commandé par le maréchal Victor, venu de Smolensk à son secours. 

A l’époque du 18 octobre, l’armée, par suite des combats et des maladies, était tellement diminuée qu’elle n’avait guère plus que le tiers de sa force primitive. Avec cela nous allions lutter contre le sort misérable qui nous attendait. »

Joseph de KERCKHOVE, « Mémoires sur les campagnes de Russie et d’Allemagne (1812-1813) », Édité par un Demi-Solde, 2011, pp.92-94. L’auteur était à cette époque, médecin attaché au quartier-général du 3ème corps (Maréchal Ney).

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ 18 octobre 1812… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|