• Accueil
  • > Archives pour octobre 2018
( 9 octobre, 2018 )

Manière de dicter de Napoléon Ier .

Napoléon 1er

L’Empereur écrivait rarement, de sa propre main. Il dictait à un secrétaire, M. de Bourrienne, M. Méneval, M. Fain. Il relisait ordinairement les lettres ainsi dictées. Un très grand nombre de ces lettres sont corrigées de sa main. Indépendamment de ces dictées à ses secrétaires habituels, il dictait souvent à ceux qui étaient là, et par conséquent à ceux avec lesquels il était le plus habituellement en rapport, au ministre secrétaire d’Etat, principalement, et à ses autres ministres. En temps de guerre, au major général, à Duroc, à l’intendant général. La même chose lui arrivait avec ceux avec lesquels il traitait des affaires spéciales. Il arriva ainsi plus d’une fois qu’il dicta à mon père. Mon père confirme ce témoignage, qui est unanime, à savoir qu’il dictait avec une excessive rapidité; qu’il eut été impossible de le suivre si l’on avait voulu tout écrire qu’il fallait se contenter de jeter de temps en temps un mot sur le papier, et s’appliquer surtout à suivre l’ordre de ses idées, qui était comme celui de ses mots, elliptique en quelque sorte. Ceux qui habituellement écrivaient sous sa dictée, devaient nécessairement se faire une sténographie qui leur fût propre. Ils devaient traduire et remettre au net la dictée. C’était cette traduction que l’Empereur relisait et corrigeait, s’il y avait lieu. On envoyait la lettre ainsi corrigée, quelque difficile qu’il fit de lire ces corrections. Elles ajoutaient à l’authenticité (le la lettre. Cependant, il y a des exemples où le secrétaire transcrit à côté ou au bas de la lettre la traduction écrite de sa main. L’Empereur signait en toutes lettres Napoléon, ou paraphait, tantôt d’un simple N, tantôt de trois lettres, Nap. Il en était de même dans le temps où il signait Bonaparte, B., Bon., Bonap. Je suis convaincu que ses signatures et ses paraphes avaient souvent une signification suivant le plus ou moins grand nombre de lettres. Il est encore plus certain pour moi que le mouvement de son âme se peignait très souvent dans la plus ou moins grande pression qu’il faisait subir a sa plume en signant. Le plus souvent, l’Empereur dictait des lettres. Il lui arrivait cependant de dicter de simples notes. Les notes alors sont bien plus décousues encore. La phrase semble n’avoir plus aucune construction, ni correction. J’ai vu telle de ces notes qui contient la pensée première d’une de ses plus glorieuses campagnes. Un jour, il entraîna mon père dans son cabinet pour lui dicter une note. « Mettez-vous là. lui dit-il en lui montrant une table, et écrivez. » Mon père, préoccupé entièrement du sujet, sur lequel l’Empereur allait lui dicter, et fort peu, peut-être, de certains détails d’étiquette, prenait le premier siège qui lui tombait sous la main et allait l’occuper. C’était le fauteuil de l’Empereur, c’est-à-dire le trône. « Est-ce que vous voulez me détrôner ?» dit-il à mon père en riant, et avec un accent particulier de bienveillance.

Henry BOULAY DE LA MEURTHE

(« Carnet de la Sabretache », 1913)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 octobre, 2018 )

Deux mamelucks…

Mamelouks

« Bouches-du-Rhône. Préfet, 8 octobre 1814.- Le préfet m’adresse les interrogatoires qu’il a fait subir à deux mamelucks débarqués à Marseille et venant de l’île d’Elbe. L’un, Barthélémy Corpi, âgé de trente-huit ans, a déclaré qu’il avait, dans le courant de mai dernier, quitté à Fontainebleau le service de Bonaparte. Il se retira dès lors à Marseille avec sa femme et ses enfants, et y vivait du produit de sa pension de retraite. Il avait vendu deux chevaux à un lieutenant de son corps, et c’est pour en obtenir de lui le paiement qu’il se rendit, au mois de juillet, à l’île d’Elbe où il a passé quinze jours. Durant cet espace, il a vu (dit-il) une seule fois Bonaparte, à Portoferraio. Celui-ci lui demanda d’où il revenait et ce qu’on disait de lui à Paris et à Marseille. Barthélémy assure qu’il répondit que chacun en parlait à sa manière; que Bonaparte en paraisse offensé, se retira brusquement et avec beaucoup d’humeur. Il se trouvait à Portoferraio le jour de la fête de Bonaparte. Il avoue y avoir été invité par des officiers de son ancien corps à un banquet splendide. Bonaparte n’y parut pas; mais il alla visiter la table des soldats. Cette indifférence mécontenta beaucoup les officiers. Ils se plaignaient encore davantage qu’on ne leur avait pas fait donner un mois de gratification, comme c’était l’usage en France. Suivant lui, la garde de Bonaparte se compose de 850 hommes. On aurait essayé de former en outre un corps franc de Corses, mais on n’aurait pu le compléter, et il diminuait tous les jours par la désertion. Les militaires de la Garde de Bonaparte paraissaient depuis quelque temps se dégoûter de son service et parlaient de rentrer dans leur patrie. Ils étaient humiliés de l’obligation qu’on leur imposait de travailler comme des mercenaires, quoiqu’on leur donnât trente sols par jour outre leur paye [Note de Beugnot: C'est très peu probable]. La mère de Bonaparte est logée dans une maison particulière, près de lui. Chaque jour, il parcourt l’intérieur de l’île. Il part à 4 heures du matin, emportant une lunette d’approche, visite ses ateliers et les salines qu’il a presque toutes achetées. Il va chez les paysans, boit et mange avec eux, rentre vers 11 heures pour déjeuner, ressort l’après-midi vers 5 heures, et ne revient qu’à la nuit avancée, tantôt en voiture, tantôt par mer. Bonaparte ni les siens ne manifestent pas l’espoir d’être jamais rappelés en France; mais ils n’usent point de la même réserve pour l’Italie. Ils se bercent de l’illusion qu’au Congrès de Vienne le trône d’Italie lui sera rendu, et que son beau-père et que Marie-Louise plaideront sa cause en ce sens auprès des puissances alliées. Le sieur Barthélémy, en quittant l’île  d’Elbe, s’embarqua avec un Anglais qui lui déclara pendant sa traversée que si jamais Bonaparte quittait l’île d’Elbe, il serait perdu.

Le second mameluck se nomme Michel Mosseri, il était parti de l’île d’Elbe en même temps que son camarade. Il est porteur d’un congé absolu délivré à Portoferraio. Il a confirmé la plupart des détails donnés par son compagnon de voyage. Il a ajouté qu’il s’était décidé à demander sa retraite et à rentrer en France, parce que, contre son goût et son engagement, on avait voulu le contraindre de faire le service de canonnier. Je donne des ordres aux autorités de leur résidence pour qu’ils y soient tous deux surveillés avec soin dans leurs propos comme dans leur conduite, et pour qu’on les empêche de se rendre à Paris. »

(« Napoléon et la police sous la première Restauration. D’après les rapports du comte Beugnot au roi Louis XVIII. Annotés par Eugène Welvert », R. Roger  et F. Chernoviz, Libraires-Editeurs,  s.d., pp.238-240).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 octobre, 2018 )

Les blessés de Wagram, d’après une lettre adressée à Maret, duc de Bassano.

Les blessés de Wagram, d'après une lettre adressée à Maret, duc de Bassano. dans TEMOIGNAGES larreyetblesss

Vienne, le 17 juillet 1809.

Au duc de Bassano 

Monseigneur, 

J’ai été assez heureux pour voir les Français combattre dans plusieurs campagnes, et j’ai souvent pensé qu’à l’armée seulement on pouvait juger du noble caractère de notre nation ; qu’il ne peut y avoir d’esprit d’opposition, en France, que chez des gens d aveuglés par la passion ou parmi ceux qui n’ont pas vu nos drapeaux chez l’étranger ; que les Français montrent à le guerre mille qualités qui ne trouvent point leur développement sur le sol natal et que l’on ne connaît encore que la moitié du courage, de la gaîté, de la générosité du soldat français, si l’on ne l’a pas vu blessé, souffrant et prêt à expirer de la mort des braves. Votre Excellence désire connaître quels sont les traits remarquables dont nous avons pu être les témoins pendant nos heureuses journées du 7 au 14 juillet. J’ai déjà vu tant d’actions héroïques dans les armées françaises, que si j’avais été le seul qui dût répondre à cette demande, je n’aurais pas hésité à dire que le trait le plus inconnu à citer était de voir les ministres de S.M. près d’Elle sur le champ de bataille, dépassant la ligne où leur vie pouvait être à l’abri du danger et ajoutant au courage des braves qui recevaient des blessures derrière eux, ce sang-froid désintéressé et cet et cet élan du cœur qui le associaient aux chances de nos armes et leur faisaient un plaisir du bivouac, de la fatigue et des privations. Louis XIV était aussi suivi à l’armée par ses ministres, mais ils ne se livraient pas à lus de dangers et de fatigues que n’en offre une longue partie de chasse. Le génie militaire de l’Empereur a rendu nos batailles en combats de géants, que nos rois les plus guerriers auraient peine à  croire, s’ils pouvaient en entendre le récit. Les relations que MM. Pinot et de Breteuil ont eu l’honneur de remettre à Votre Excellence contiennent ce que nos recherches ont offert de plus intéressant. Ce qui m’a été dit personnellement est ce que chaque officier ou soldat a pu entendre cent fois depuis nos armées couvrent le territoire ennemi. J’en extrais pourtant ce qui peut mériter le plus d’être mis sous les yeux de Votre Excellence. Le 11, au soir, nous ramenâmes plusieurs blessés, qui avaient été pansés à l’ambulance d’Enzersdorf et pour lesquels il n’y avait plus de moyens de transport. L’un d’eux (Français) dit gaiement quand il fut placé dans une voiture : « Infirmier, je laisse ici ma jambe, je te la donne ; aies-en bien soin, entends-tu ? ». Un soldat de la ligne avait tout le bas-ventre emporté par un boulet ; il était le plus souffrant de tous et, cependant, il avait le plus de courage. Il exhortait, encourageait chaque blessé : « J’aimerais mieux être seul au fond d’un bois, disait-il, que d’entendre mes camarades crier ainsi. » Un autre Français, plus sensible à la douleur, couché près de lui, poussait des cris lamentables ; on les met dans la même voiture, le courageux soldat y est placé le premier ; l’autre, ne songeant qu’à ses douleurs, se laisse tomber sur l’affreuse plaie du soldat, qui pousse des cris horribles : « Vilain lâche, lui dit-il, si j’avais mon sabre, je te tuerais, mais je vais te rouer de coups si tu ne te retires pas. » On les plaça l’un vis-à-vis de l’autre, et le soldat, oubliant sur-le-champ sa colère et sa souffrance, s’occupa de son compagnon d’infortune, comme de l’être qu’il eût le plus aimé ; il lui montrait à se tenir, arrangeait le linge qui couvrait ses blessures, lui donnait à boire. Le 14, à minuit, je trouvai à la porte de l’hôpital de Josephplatz, un fiacre contenant deux blessés (l’un Français et l’autre Hongrois). On avait déjà refusé leur admission dans deux hôpitaux et le cocher, voulant emmener sa voiture et ses chevaux, qui étaient attelés depuis le matin, les deux soldats allaient passer la nuit sur le pavé, à la porte de l’hôpital. Je demandai au Français (carabinier du corps d’Oudinot) quelle était sa blessure : »Monsieur, me dit-il avec tranquillité, j’ai eu la cuisse emportée par un boulet ; je suis resté six jours sur le champ de bataille, on m’en a relevé ce matin et on m’a coupé la cuisse ; mais il est trop tard, j’ai des vers jusqu’à la hanche ; je mourrai sûrement demain ; au reste , je m’en moque ; je serais seulement fâché de mourir sur le pavé. » Je lui promis qu’il allait sur-le-champ entrer à l’hôpital : »Monsieur, ajouta-t-il, tâchez je vous en prie, d’y faire mettre aussi ce pauvre kaiserlich. » Je fis lever immédiatement le chirurgien-chef et le forçai à recevoir ces deux soldats. 

Le 7, au soir, nous ramenâmes dans notre voiture un capitaine du 25ème régiment d’infanterie légère, qui avait le bras et l’épaule fracassés par une balle. Il ne sentait pas le besoin de manger, quoiqu’il n’eût rien pris depuis trente-six heures, mais une soif affreuse le dévorait. Son palais était devenu sec et enflammé ; une goutte de vin venait de le faire beaucoup souffrir. J’avais une orange et la lui donnait : « Monsieur, me dit-il  avec attendrissement, il y a 15 ans que je sers ; depuis  ce temps, les deux plus grands plaisirs que j’aie éprouvée sont : d’avoir reçu la croix à Friedland, et de manger cette orange. » Voici une ingénuité qui m’a fait à la fois peine et plaisir. Je fus voir l’hôtel du comte de Rasumowski, lorsque le corps du général Lasalle venait d’y être transporté ; il était encore sur le chariot qui l’avait amené. Un chasseur à cheval, qui l’avait escorté, le gardait ; des larmes roulaient dans ses yeux. J’entrai en conversation avec lui : « Ah Monsieur ! me dit-il, quel brave militaire que le général Lasalle ! Si j’étais l’Empereur, je le ferais maréchal d’Empire. » Le 10, près de Rachsdorf, nous vîmes deux ou trois soldats qui avaient fait halte et semblaient accablés de fatigue ; nous les prîmes d’abord pour des blessés : »Qu’as-tu mon ami ? Dis-je à l’un d’eux.- Monsieur, je n’ai rien ; c’est que je n’ai pas mangé depuis trois jours.- Où vas-tu ? – Rejoindre le corps du général Marmont. » Je terminerai ma narration par un tableau bien noir et bien frappant. A Enzendorf, dans un recoin obscur, sous l’escalier du clocher, deux soldats autrichiens étaient couchés l’un à côté de l’autre.

L’un d’eux venait d’expirer, l’autre avait les deux jambes emportées jusqu’au-dessus du genou. Il n’avait point été pansé et la chaleur extrême des quatre jours précédents avait fait produire à ses plaies une grande quantité de vers qu’on voyait le ronger. Ce malheureux avait conservé sa connaissance ; il avait vécu de la paille qui était sous lui. On lui donna du pain dont il mangea aussitôt. Lorsqu’on lu parlait, il ne pouvait répondre ; mais alors il montrait ses blessures et, soit que le soldat qu’il avait à ses côtés fût son camarade et son ami, soit qu’il redoutât d’avoir près de lui un mort, je l’ai vu étendre sa main sur lui comme pour s’assurer s’il vivait encore.                                                 

Signé : G. de VIENNEY, membre du Conseil d’Etat.

 

Article paru dans le « Carnet de la Sabretache » en 1896. 

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 octobre, 2018 )

Une LETTRE du GENERAL VAN DE DEDEM DE GELDER.

J’ai déjà publié ici il y a quelque temps, une lettre de ce général hollandais qui a combattu sous les drapeaux français. Dans celle que vous allez lire, comme dans la précédente, Van Dedem rappelle ses services et ses titres au grade de lieutenant général, qu’il obtint le 28 juin 1814. Il était général de brigade depuis le 19 avril 1811. C.B.

Après quatre campagnes pénibles pendant lesquelles j’ai été presque toujours à l’avant-garde, je crois pouvoir solliciter avec quelque droit de l’avancement. Deux contusions, cinq chevaux tués sous moi et quatorze batailles sont des titres honorables. Le grade de général de division a été demandé pour moi après la bataille de Lützen où j’ai eu l’honneur de commander la 10ème division qui a si puissamment contribué à la gloire de cette journée. J’avais la promesse formelle d’obtenir la première division vacante en Italie. J’ai commandé pendant toute cette dernière campagne celle de réserve, et le général Gratien étant mort à Plaisance, j’avais, pour ainsi dire, la certitude d’obtenir enfin la récompense de mes services lorsque l’armée de réserve a été dissoute. Il est dur pour moi d’avoir vu avancer plusieurs généraux beaucoup moins anciens que moi et qui n’avaient point mes titres. Le nom d’étranger ne peut être point un motif d’exclusion, et le droit à la récompense mérite, ce me semble, de marcher de pair avec le mal qu’on éprouve à l’armée. Si on ne tient point à me conserver en France, qu’au moins on puisse être à même d’aller chercher du service dans mon pays natal avec le grade de lieutenant-général que j’aurais bien gagné dans les armées du Roi. Cette faveur a été accordée en dernier lieu à d’autres généraux étrangers qui n’ont point été  dans la malheureuse nécessité, comme moi, de sacrifier une partie de leur fortune et de leur santé en Russie et en Allemagne en servant la gloire de la France. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 octobre, 2018 )

Un épisode de Krasnoïé…

campagnerussie1.jpg

Dans la pièce suivante, le général de brigade Heyligers [Gisbert-Martin-Cort Heyligers, général de brigade le 11 novembre 1810 et qui sera lieutenant général le 9 décembre 1814], raconte d’une façon intéressante et vive comment le 35ème régiment de ligne, un des régiments qu’il commandait, finit, malgré sa vaillance, par succomber à Krasnoïé dans la journée du 16 novembre 1812 sous les boulets de l’artillerie et les sabres de la cavalerie russe ; lui-même fut fait prisonnier. 

Arthur CHUQUET 

Le 16 novembre 1812, la 2ème brigade de la 14ème division du 4ème corps, composée des 9ème et 35ème de ligne, sous mes ordres, marcha depuis la petite pointe du jour, en échelons, à gauche de la grande route de Smolensk à Krasnoïé, pour contenir les cosaques qui rôdaient sur notre flanc. Au moment où nous entendîmes le bruit du canon redoubler à la tête de la colonne qui s’approcha de Krasnoïé, la division fit halte. Bientôt cependant le général de division reçut l’ordre d’avancer. Il fit déployer la 1ère brigade, m’ordonna de laisser le 8ème près des équipages, de former le 35ème au carré et de la faire avancer. Je laissai donc le 9ème de ligne sur la route et me portai moi-même avec le 35ème, n’ayant que quarante files sous les armes, en avant, à la hauteur de la 1ère brigade qui marcha en bataille et se dirigeait sur un petit bois à environ cinq cent toises [environ 970 mètres]  de la grande route. 

Les tirailleurs russes plièrent à mesure que nous avançâmes. Bientôt le major du 35ème, blessé, nous quitta. Au moment où nous arrivâmes à peu près à la hauteur du petit bois, l’ennemi démasqua deux pièces. En même temps, je vis accourir sa cavalerie. Il n’y avait pas un instant à perdre. Je rappelai mes tirailleurs, prévins mes soldats que nous allions être chargés, de tenir ferme et surtout de ne tirer que quand je l’ordonnerais.

Cependant, ils firent feu aussitôt qu’ils virent approcher la cavalerie. Celle-ci vint tomber avec impétuosité sur mon carré. 

Le brave 35ème, quoique harassé de fatigue et de besoin, dont plusieurs soldats venaient d’être blessés plus ou moins grièvement et dont la plus grande partie des armes étaient hors d’état de servir, reçut la charge avec calme et avec le sang-froid des vieux guerriers. L’ennemi entoura en vain le carré, chercha inutilement de le pénétrer, frappa sur nos fusils, lança des coups de sabre ; il fut forcé de lâcher prise. Il faut se reporter à cette époque, connaître la situation intérieure des corps, pour pouvoir payer le juste tribut d’éloges que mérite le brave 35ème de ligne. La cavalerie russe se rallia en arrière sur notre gauche. Aussitôt qu’elle nous eut démasqués, une grêle de balles et de mitraille recommença à pleuvoir sur nous. Ma position était critique. Je m’aperçus que les troupes qui se trouvaient à ma hauteur avaient rétrogradé vers la grande route pendant que j’étais si cruellement engagé. Je craignis que l’ordre de retraite, le demi-tour ne portât le désordre dans ma petite troupe et donnât l’occasion de nous entamer. Cependant, je ne pouvais pas rester en place. Je résolus donc de marcher moi-même sur la cavalerie, de fortifier par là le courage de mes soldats, d’empêcher les pièces de me battre, espérant que les accidents du terrain favoriseraient ma jonction, ma retraite. 

Je fis rentrer les soldats qui avaient poursuivi les cavaliers à la baïonnette. Cependant, dans l’instant que nous allions nous mettre en mouvement, nous vîmes arriver à notre secours un bataillon d’à peu près 200 hommes. Je m’avance aussitôt vers ce bataillon et ordonne au colonel de faire halte pour effectuer la retraite en échelons. Dans le même moment, le colonel se déclare blessé et s’éloigne. Son bataillon, privé de son commandant, s’avance toujours en bataille obliquement vers mon carré. J’ordonnai inutilement de faire halte. Le canon tirait toujours, tuait et blessait beaucoup de monde, et ce bataillon se plaça, malgré mes efforts, groupé derrière et contre le 35ème, se mêlant dans ses rangs. La cavalerie profita de ce cette confusion, renouvela  sa charge et ne trouva plus de résistance. On se sauva cette fois sans attendre.

J’ordonnai enfin de se placer dos à dos en rond et de tenir ferme, seul moyen de salut.

Dans le temps que je fis des efforts pour rallier du monde, je reçus trois coups de sabres sur mon chapeau par des cavaliers qui me dépassèrent.

Attaqué bientôt par deux tirailleurs russes dont j’empoignai le canon du fusil, un cavalier survint qui, voyant mon chapeau à plumet, me défendit, me tira des mains des tirailleurs et m’amena près du général Miloradovitch. 

Le général de brigade HEYLIGERS. 

Document publié dans le volume d’Arthur Chuquet : « Lettres de 1812.1ère série [Seule parue] », Paris, Champion, 1911. 

Eugène LABAUME dans ses mémoires sur la campagne de Russie (réédités en 2002 par Cosmopole), confirme cet épisode. Voici ce qu’il en dit: « Les deux cent hommes qu’avait amenés le colonel Delfanti, s’avancèrent pour soutenir le carré du 35ème, que commandait le général Heyligers ; privés de leur chef, ils se placèrent partie en avant, et partie en arrière de ce carré ; la cavalerie ennemie, profitant de cette confusion, renouvelle la charge, massacre les soldats, et enlève les deux derniers canons dont on n’avait pu tirer que quelques coups faute de munitions. Le général Heyligers, en cherchant à rallier nos faibles débris, reçut trois coups de sabre sur la tête, et, tandis que deux tirailleurs russes lui présentaient leur baïonnette, survint un cavalier, qui, le reconnaissant pour un général, le prit au collet, et l’emmena prisonnier. » 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 octobre, 2018 )

L’AFFAIRE MALET d’après la LETTRE d’un CORRESPONDANT ANONYME…

De qui est cette lettre envoyée de Paris et sans doute adressée à Duroc ? Nous le savons ; mais elle mérite d’être connue, et elle a été lue durant la retraite et, sans doute, le 6 novembre 1812, à Mikhaïlevska, lorsqu’arriva l’estafette, la première que l’armée rencontrait depuis dix jours.  

A.CHUQUET 

Le 23 octobre 1812. 

Monseigneur, un événement inimaginable vient de se passer à Paris, je veux vous en rendre compte. Je suis sorti ce matin à 8 heures. Je voulais entrer aux Tuileries par la grille en face de la rue Napoléon [en fait la rue de Castiglione, qui porte ce nom depuis 1802. C’est son prolongement, l’actuelle rue de la Paix qui portait l’appellation de "rue Napoléon"]. On n’entrait point. Sur l’instant, je crois que le factionnaire ne connaît pas sa consigne. On me répond qu’il la connaît bien, mais qu’il y a du nouveau, que le général Hulin, est assassiné, que tous les ministres sont arrêtés et qu’il règne un bruit sourd que l’Empereur est mort. Pendant que j’écoute, arrive Etienne qui me dit la même chose. Nous allons ensemble au Ministère de la Police [se trouvant alors au n°13, quai Malaquais]. Un garde était à la porte. Je rencontre M. de Rémusat. Même discours. Je vais chez le général Dériot. J’apprends alors que trois ex-généraux ont voulu faire une révolution à Paris. Le général Malet, qui a été enfermé longtemps, avait dans la nuit parcourir les casernes des Gardes nationales du 2ème ban et, muni de faux sénatus-consultes, disait qu’il y avait un gouvernement provisoire dont le chef était le général Moreau. Il a obtenu ainsi des détachements. Il a fait sortir de [la prison de] la Force où ils étaient, les généraux Lahorie et Guidal, les a chargés de s’emparer du Ministère de la police et du baron Pasquier, et s’est rendu de sa personne chez le général Hulin, est entré chez lui vers 3 heures du matin, lui a tiré un coup de pistolet qui l’a blessé grièvement dans son lit et après, a été à l’état-major. Ils avaient fait prisonnier l’adjudant commandant Doucet, général commandant de la place. Celui-ci, à la lecture de la proclamation, n’a pas été maître de contenir son indignation, s’est jeté sur le général Malet et l’a arrêté, aidé de M. Laborde. Pendant ce temps, l’ex-général Lahorie, avec un détachement, s’emparait du Ministre de la Police [le général Savary, duc de Rovigo]. Il fait enfoncer les porte à coups de hache, le fait saisir, lui dit qu’il n’est plus ministre et le fait monter dans une petite voiture qui le conduit avec un détachement à La Force. Il paraît que d’après ce qui s’était passé à l’état-major, on a donné ces ordres ; des détachements ont été envoyés pour dégager le ministre de la police. 

Témoignage publié dans le volume d’Arthur Chuquet « Lettres de 1812. 1ère série [Seule parue] », Paris, Champion, 1911.  

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 octobre, 2018 )

« Qui n’a pas vu la bataille livrée le 7 près de Mojaïsk, n’a rien vu mon cher André… »

Mojaïsk, le 10 septembre 1812.

Qui n’a pas vu la bataille livrée le 7 [septembre 1812] près de Mojaïsk n’a rien vu mon cher André. Placé au bivouac de Sa Majesté, entouré de sa Garde, j’ai vu un peu mais j’ai entendu la plus épouvantable canonnade et la fusillade la plus vive qu’on puisse imaginer. L’attaque a commencé le 5  [septembre 1812] par notre droite. Les Russes se sont défendus avec beaucoup d’acharnement. Il y a plusieurs redoutes prise et reprises; enfin leur grande redoute, hérissée de vingt-quatre bouches à feu, ayant été emportée par les cuirassiers et les saxons, nous avons été maîtres de la grande redoute. Tout a été culbuté, enfoncé, sabré, mitraillé ; il s’est tiré 73,000 coups de canon. Vu les morts, les blessés, les prisonniers russes que j’ai vus, j’estime que la perte de l’ennemi peut être évaluée de vingt-cinq à trente-mille hommes ; ils ont eu beaucoup d’officiers de marque tués. C’est ce que témoignent des croix placées sur beaucoup de tombes. Notre perte n’est pas à beaucoup près aussi considérable. Les Russes étaient ivres et ajustaient mal. Mais il fallait les démolir pour les tuer. Figure-toi qu’un soldat ivre, prenant un de nos feux de bivouac pour le sien, est venu pour y allumer sa pipe. Ils se sont ralliés sous les murs de la ville. S.M. s’en est approchée le 8 [septembre 1812] au soir mais elle n’a pas voulu y entrer. Dans la nuit, ils ont évacué dans le plus grand désordre. Nous y sommes entrés hier matin ; trois cents cosaques pillaient encore la ville quand les fourriers sont entrés pour faire le logement de l’Empereur. A trois heures un quart, le 7 [septembre 1812], au milieu d’une détonation effroyable, lorsque mes cheveux se hérissaient, Sa Majesté était assise au bord de la Moskowa et disait : « Voilà comme on gagne les batailles. » Ce mot venu jusqu’à nous m’a fort rassuré. Le brave général Montbrun a été traversé par un éclat d’obus ; son successeur le général [de] Caulaincourt a été tué d’un coup dans la poitrine, à trente pas de la grande redoute au milieu de la mêlée, et ceux qui échappaient à la mort se réfugiaient sous les palissades et continuaient leur feu. Ils sont tout à fait démoralisés, ils ne se battent plus que pour leur propre conservation. Leur général en chef Koutousov a été blessé ainsi que Bagration. On assure qu’ils veulent se rallier sous Moscou. Il faut qu’ils se dépêchent. Nous ne sommes d’ici qu’à vingt-quatre lieues de Moscou, et le canon qu’on entend de fort loin annonce que nous sommes déjà à six lieues en avant. Je me porte coussi, coussi. Le bivouac ne m’amuse pas. Je n’ai plus de vin, etc. Mais j’ai bon courage. Nous avons pris beaucoup de canons et un général russe fort vieux. Adieu. Je ne sais pas où tu es, car nous allons si vite que la poste ne peut nous suivre… »

Guillaume PEYRUSSE

(Guillaume Peyrusse, « Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse à son frère André [et à son père], pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1814… par Léon-G. Pélissier », Perrin et Cie, 1894, pp.87-89). L’auteur de cette correspondance, occupait alors les fonctions de Payeur du Trésor de la Couronne.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 octobre, 2018 )

Le Général Dery….

César Dery, né à Saint-Pierre, dans l’île de la Martinique, le 2 février 1768, avait d’abord servi dans la marine comme pilote à bord d’une frégate et comme garde-marine surnuméraire à bord d’une corvette. En 1788 il s’engage au 12ème régiment de chasseurs et il devient successivement brigadier (1791), maréchal des logis et sous-lieutenant (1793), lieutenant (1794). Blessé à Marengo, après avoir été blessé à Saint-Trond et à Fleurus, il est Le Général Dery…. dans FIGURES D'EMPIRE Lutzencapitaine en 1801. Aide de camp de Murat en 1805, chef d’escadron en 1806 et colonel du 5ème régiment de hussards en décembre de la même année, il fait toutes les campagnes de la Grande Armée et reçoit le titre de baron de l’Empire en 1810. Passé au service du roi de Naples en 1809, il rentre au service de France et obtient, le 6 août 1811, le grade de général de brigade. Il était pendant la campagne de Russie aide de camp de Murat, et il se distingua à la Moskova. Ce fut lui qui, après la bataille, alla reconnaître le terrain en avant de Mojaïsk et jusqu’aux portes de la ville, et il revint dire à Murat qui s’avançait avec fougue sans soupçonner d’obstacle, qu’un profond ravin se trouvait entre les Russes et lui. Mais le 18 octobre, à Winkowo, il périt. « Je le vis, dit Combe, atteint mortellement d’une balle dans la poitrine, se pencher sur le cou de son cheval en abandonnant les rênes, son sabre soutenu à son poignet par la dragonne, ses mains cherchant à se cramponner à la crinière. Il resta quelques secondes dans cette position et tomba enfin sur le dos. Des Cosaques eurent la barbarie de percer de coups de lance le corps du général qui se roulait sur le sable dans les dernières convulsions de l’agonie. A cette vue, saisis de rage, nous nous précipitâmes sur le groupe et en tuâmes une dizaine. » Il était mulâtre et il devait sa fortune à Murât dont il aurait été, au 12ème  chasseurs, le camarade de lit; aussi, Lamarque, arrivant à Naples et apprenant qu’Exelmans était le favori de Murat, disait-il plaisamment : « Ah je vois, c’est un Dery blanc. » Mais Labaume, dans son témoignage sur la campagne de Russie, assure qu’en 1812, dans toutes les occasions, Dery avait fait preuve d’un grand courage et d’une haute capacité.

Arthur CHUQUET

(« 1812. La guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912, pp.339-340).

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 3 octobre, 2018 )

Une lettre du général Compans à son épouse…

Ma chère Louise, 

La fatigue que j’éprouverai le jour de la revue de l’Empereur [le 10 octobre 1812] et la transition subite d’un temps serein et chaud à un temps pluvieux et froid m’ont causé quelques souffrances. J’éprouvai hier des douleurs si aiguës que je ne pus me déterminer à t‘écrire. Pour te donner une juste idée de ma situation, je le comparerais à la tienne lorsque tu avais ton torticolis. Ce n’était pas la même cause, mais c’étaient à peu près les mêmes effets. Je vais beaucoup mieux aujourd’hui. La tension est considérablement diminuée et les tiraillements ne se font presque plus sentir. Du reste ma blessure est parfaitement cicatrisée et il n’en restera presque pas de trace apparente.  Elle me causera indubitablement quelques douleurs aux changements de temps ; j’éprouverai de la faiblesse au bras droit pendant deux ou trois mois, mais ma blessure n’aura jamais de suites plus fâcheuses que celles-là. Ma santé se soutient assez bien.  Quand cette lettre te parviendra, tu auras déjà reçu celle où j’annonçai à ton papa  que l’Empereur a bien voulu m’accorder la faveur de tenir le petit Minique [Dominique-Napoléon, fils du général et né en mars 1812] sur les fonds baptismaux et de le nommer « Napoléon ». Je ne crois pas inutile de te donner une seconde fois cette bonne nouvelle, car les estafettes ne marchent pas toujours bien sûrement. […] 

Le colonel Simmer est général de brigade depuis la revue. Provana [le capitaine] et Quelen [le lieutenant] attendent leurs nominations qui m’ont été accordées par Sa Majesté. Mon commandant d’artillerie [le chef de bataillon Klié] est officier de la Légion [d’honneur] ; mon commandant du génie [le capitaine Finot], chef de bataillon et membre de la Légion [d’honneur]. Ainsi tout mon état-major a obtenu quelque grâce de Sa Majesté.

Les corps ont tous été parfaitement traités. Le capitaine Lafond, dont tu m’as demandé des nouvelles, a été nommé chef de bataillon ; le général Teste, commandant de la Légion [d’honneur] ; le colonel Bouge, idemMon bras commence à me fatiguer, ma chère Louise, mais il lui reste assez de force pour que je ne finisse pas cette lettre sans te renouveler les assurances de mes tendres sentiments pour toi, le cher petit Minique et notre aimable famille. 

Mille baisers, tout à toi. 

Comte D.COMPANS. 

Une lettre du général Compans à son épouse... dans TEMOIGNAGES compans

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 1 octobre, 2018 )

Les frères Faucher…

Faucher

César et Constantin Faucher, nés jumeaux, à La Réole (Gironde), le 12 septembre 1760, se ressemblaient tellement que leurs parents eux-mêmes se trompaient et qu’entrés au service, ils portaient a la boutonnière, habituellement, une fleur  pour se faire connaître. Très distingues tous deux, ils reçurent des leçons de Voltaire et turent estimés et traités en amis par Necker, Bailly et Mirabeau. En paix, comme en guerre, les deux frères ne se séparaient pas, vivant dans la plus parfaite union. Le  1er janvier 1775, ils entrèrent aux chevau-légers, puis ils passèrent comme lieutenants dans un régiment de dragons. Ils étudièrent le droit et furent reçus avocats. En 1791, César commandait la Garde nationale de La Réole, et Constantin présida la municipalité de cette ville.

En 1793,  ils formèrent un corps franc d’infanterie appelé « Enfants de La Réole », et combattirent en Vendée. Ils devinrent généraux de brigade le même jour, mais, accablés de blessures. ils durent abandonner le service. Au moment de quitter l’armée, une accusation de fédéralisme les fit condamner à mort; déjà on les conduisait à l’échafaud, lorsqu’un représentant osa faire casser le jugement. On dut les transporter en litière à la Réole où ils furent longtemps à se rétablir. En 1800, Constantin fut nommé sous-préfet de La Réole et César conseiller  général de la Gironde, puis César devint député et Constantin maire de La Réole et, lors de l’état de siège du département de la Gironde, il commanda les arrondissements de La Réole et de Bazas pendant les Cent-Jours.

Le 22 juillet 1815,  le général Clauzel ordonna aux frères Faucher de cesser leurs fonctions, le drapeau blanc étant rétabli a Bordeaux. Peu après, on les mit en prison comme convaincus d’avoir formé un dépôt d’armes. Transférés à Bordeaux, ils furent traduits en conseils de guerre le 22 septembre. On ne leur donna pas le temps de choisir un avocat; ils se défendirent mutuellement, mais ils furent condamnés à mort. Le conseil de révision confirma le jugement le 26 et l’exécution eut lieu le 27 septembre 1815.

Les deux frères allèrent a pied, en se donnant le bras, de La prison à une prairie où se fit l’exécution. Leur sang-froid ne se démentit pas un instant, et ils souriaient aux personnes de leur connaissance qu’ils rencontrèrent pendant ce long trajet qui dura plus d une heure. Ils refusèrent de se laisser bander les yeux et de se mettre à genoux. Ce fut César qui commanda le feu et ils tombèrent unis dans la mort comme ils l’avaient été dans la vie.

G. COTTREAU.

(« Carnet de la Sabretache » , 1910).

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 1 octobre, 2018 )

Une LETTRE du MARQUIS de BILLIOTTI durant la CAMPAGNE de RUSSIE…

06503071.jpg

François de Billiotti, marquis de vieille souche puis baron de l’Empire, auditeur de 3ème classe au Conseil d’Etat attaché à la Direction générale des Ponts et Chaussées. Etait arrivé apportant le portefeuille de l’Empereur au moment où l’armée quittait Moscou. Il était en outre le neveu du cardinal Maury, par son mariage avec Jeanne-Louise-Thérèse-Françoise Maury. 

Viasma, 1er novembre 1812. 

Nous sommes partis pendant la nuit de Moscou, il y a quelques jours, nous dirigeant en toute hâte sur Kalouga. Après avoir fait une trentaine de lieues, étant tous les jours, plus ou moins harcelés par les Cosaques, après une petite affaire que dirigeait le roi de Naples et qui n’a pas eu tout le succès qu’on pouvait espérer, l’armée a sur-le-champ rebroussé chemin à marches forcées de nuit et de jour sur Mojaïsk, et nous voici arrivés à Viasma, à quarante lieues environ de Smolensk, où nous espérons aller dans quelques jours. Nous sommes assaillis des mêmes que la disette et la fatigue nous faisaient éprouver en allant, y joint un froid très vif, quoique beau, et une plus grande réserve et hésitation causée par la présence des maraudeurs ou partisans ennemis. Ceux qui n’ont pas d’assez bons chevaux pour suivre la marche sont forcés de perdre leurs effets. Plusieurs de mes collègues, dont M. de Fleury [auditeur de 1ère classe au Conseil d’Etat (section de l’intérieur), un des auditeurs venus apporter le portefeuille de l’Empereur], ont perdu tous leurs bagages. Leurs voitures ont été brûlées par eux-mêmes, en les abandonnant, ou détruites par l’arrière-garde. Nous n’avons pas tout à fait l’air de marcher en conquérants. On fait emporter les malades sur les voitures des particuliers, vu le manque de moyens de transports suffisants. Je porte pour mon compte un soldat malade de la fièvre. Du reste, on est sans inquiétude, attendu que l’Empereur se porte à merveille et que, dirigeant lui-même tous les mouvements de l’armée, sa marche aura sans aucun doute les résultats que sa prudence ordinaire, son bonheur et  ses profondes combinaisons ont calculés d’avance.

Tout le monde est content et plein de confiance, et personne ne se plaint du manque de tout. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
123
« Page Précédente
|