• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 2 novembre 2018
( 2 novembre, 2018 )

Le général de Beurmann en 1814…

Beurmann

Jean-Ernest de Beurmann, né à Strasbourg le 20 octobre 1775, sous-lieutenant au régiment de Salm-Salm en 1790, lieutenant (en 1791) et capitaine (en 1792) au 19ème ci-devant Flandre, adjoint aux adjudants généraux (1794), chef de bataillon à la 20ème légère (1800) , adjudant commandant (1803), général de brigade (23 octobre 1811) avait été détaché de l’armée de Catalogne le 14 mars 1814 avec un division composée d’un bataillon du 32ème, des 79ème, 102ème, 115ème et 116ème régiment de ligne et d’une compagnie d’artillerie pour l’armée de Lyon. Il a ainsi retracé son rôle à l’armée.

Arthur CHUQUET.

 « J’arrivai en poste le 19 mars 1814 avec la tête de la colonne que je commandais, à Lyon. Le maréchal Augereau m’ordonna de suite de prendre position à Grange-Blanche avec un bataillon du 32ème de ligne, le troisième du 116ème et le troisième du 115ème. L’ennemi, se trouvant en présence, attaqua la ligne, le 20, à la pointe du jour, força la droite et le centre de l’armée, de manière à être près du faubourg de la ville. Malgré ses efforts réitérés et toutes ses forces, j’ai conservé ma position avec les troupes désignées et huit bouches à feu que le maréchal avait mises à ma disposition. Cette journée a eu pour résultat l’évacuation de la ville de Lyon sans désordre le lendemain 21, sans que l’ennemi osât nous entamer ; nous lui avions causé une grande perte et fait 500 prisonniers. »

 Quelques jours plus tard, Beurmann était envoyé de Lyon avec sa division à l’armée de la Garonne, à Libourne. C’est là qu’il fit son adhésion aux Bourbons…

 (Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Cie, 1914, p.280).

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 2 novembre, 2018 )

Une lettre du général Subervie au maréchal Berthier…

gnralsubervie.jpg

Le général Jacques-Gervais Subervie, naguère colonel du 10ème régiment de chasseurs à cheval, comte de l’Empire depuis le 28 novembre 1809, est nommé général de brigade le 6 août 1811.  Il sera général de division le 3 avril 1814. Plus tard, du 25 février au 4 avril 1848, il occupera les fonctions de Ministre de la Guerre. Subervie a été blessé à la bataille de La Moskowa. Mais c’est pour son jeune frère, blessé à Smolensk, qu’il demande, au lendemain de la bataille, les grâces de l’Empereur. 

Arthur CHUQUET. 

En arrière du champ de bataille de Boroghino [Borodino] le 8 septembre 1812. 

Monseigneur, j’ai été frappé hier dans la bataille par deux éclats d’obus qui, m’ayant ouvert la cuisse droite, m’ont obligé de quitter le commandement de la 16ème brigade de cavalerie légère.  Je prends la liberté de renouveler aujourd’hui mes instances à Votre Altesse pour qu’elle veuille bien accorder le grade de lieutenant, pour être mon aide-de-camp, à mon frère, sous-lieutenant au 10ème régiment de chasseurs à cheval.  Pendant que je marchais sur la Dvina pour assurer la communication avec le général Montbrun. Il fut blessé d’un coup de feu à Smolensk et, à cette occasion, Votre altesse eut la bonté de lui donner des espérances.  J’ose la prier de les réaliser aujourd’hui que l’Empereur accorde des grâces à ceux de son armée qui ont bien servi. J’espère que Votre altesse accueillera avec sa bonté ordinaire la demande que j’ai l’honneur de lui adresser.

En parcourant l’état des services de mon frère, elle verra qu’il a quatre ans de grade et plusieurs blessures. 

Le général SUBERVIE. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|