Accueil TEMOIGNAGES Un « restaurant » à Paris sous l’Empire (1810)…

Un « restaurant » à Paris sous l’Empire (1810)…

Commentaires fermés
0
23

« A mon arrivée à Paris, je fus conduit par un étudiant chez Flicoteau, qui prenait le titre de restaurateur et demeurait rue de la Parcheminerie [actuel 5ème arrondissement, entre les rues de la Harpe et Saint-Jacques]. Ce Flicoteau était le troisième du nom qui, après son père et son grand-père, dirigeait honorablement son établissement. C’était une grande salle obscure, garnie de tables et de bancs. A cela près qu’on n’y connaissait ni nappes ni serviettes, le tout était assez proprement tenu. Les plats gras ou maigres variaient de trois a cinq sous. Pour un sou on trempait la soupe, c’est-a-dire que chaque consommateur allait, en entrant, choisir une soupière de la capacité qui lui convenait ; il y taillait le pain qu’il voulait et appelait le père Flicoteau qui, consciencieusement, n’épargnait pas le bouillon. Certaines de ces soupières, dont le contenu était destiné à un seul consommateur, auraient été plus que suffisantes pour dix ou douze convives ordinaires. Les portions de viande de cinq sous étaient très copieuses; l’usage du vin était peu répandu. Il arrivait que beaucoup de dîners ne montaient qu’à six sous, non compris le pain que chacun devait apporter. A cette époque, cinq ou six autres restaurants, situés dans le pays [quartier] latin, étaient tenus par des membres  de cette honorable famille Flicoteau : les prix fixés étaient de seize à vingt-deux sous. Le vieux père Flicoteau, de la rue de la Parcheminerie, chef de la famille, ne se gênait pas pour critiquer ce qu’il appelait « le luxe » des nouveaux établissements formés par ses neveux : « Ils ont une carte, disait-il en ricanant, une carte sur laquelle on lit : « Pain à discrétion. » Les malheureux ! » Malgré les observations du père Flicoteau, ou plutôt à cause de ces observations, je le quittai pour aller chez un de ses neveux jusqu’à mon entrée dans les hôpitaux. »

(Docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, p.93)

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Christophe
Charger d'autres écrits dans TEMOIGNAGES
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

En suivant le parcours du major Le Roy…

En mars 2018  sont parus chez OMNIBUS les « Souvenirs » du major LE …