( 21 novembre, 2018 )

1814. Une lettre de Guillaume Peyrusse…

Guillaume Peyrusse

Occupant alors les fonctions de Payeur de l’Empereur, il écrit à son frère André.

A Troyes, 6 février 1814.

Mon cher ami, toujours en route et dans les séjours, toujours sur le qui-vive, je ne puis pas m’installer pour t’écrire. Je t’ai écrit de Brienne. Depuis, Sa Majesté a jugé à propos de manœuvrer sur Troyes. Nous y sommes arrivés le 3 sans être bien inquiétés. Nous y avons trouvé la Vieille Garde. Depuis lors on a manœuvré. On a tiré quelques coups de fusil, quelques coups de canon, mais rien de bien important n’a eu milieu. L’ennemi ne paraît pas nous suivre de ce côté-là.

 Moi et plusieurs autres ne comprenons rien à ce calme apparent. Sa Majesté seule le sait. On assure que le duc de Trévise [maréchal Mortier] a eu une entrevue avec le prince de Lichtenstein. Il est parti de beaux équipages pour le Grand Écuyer [général de Caulaincourt] qui est toujours à Châtillon. Enfin, il y  a quelque chose puisque nous ne partons pas d’ici. Je désire que notre attente ne soit pas déçue, ou bien qu’on se décide à s’établir pour en découdre solidement.

Adieu, cher ami, je me porte bien, et mon énergie croît au fur et à mesure des obstacles.

 

Guillaume PEYRUSSE.

(« Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse, écrites à son frère André pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1814… », Perrin et Cie, Libraires-Éditeurs, 1894, pp.183-184).

  

Un témoignage émanant d'un personnage qui fit partie des collaborateurs de Napoléon.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ 1814. Une lettre de Guillaume Peyrusse… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|