• Accueil
  • > Archives pour décembre 2018
( 31 décembre, 2018 )

De Marienbourg le 31 décembre 1812…

De Marienbourg le 31 décembre 1812... dans TEMOIGNAGES russie

« Marienbourg, 31 décembre 1812.

Je t’ai écrit, je ne sais pas d’où, mon cher André. Les gazettes t’ont plus dit que je n’aurais osé t’en dire ; tu auras pu apprécier que personnes de nous n’a été à la noce. Après le passage du Niémen, nous nous sommes rendus à Gumbinen ;  de là à Koenigsberg où S. M. le roi de Naples se trouve. Je me suis rendu ici avec le matériel de la maison de S.M. l’Empereur et roi pour attendre le roi, qui, dit-on, se rendra à Dantzig. Je me repose un peu ici. Tu dois être rentré à Tours. Si tu as été inquiet sur mon silence, mes dernières lettres ont dû te tranquilliser. Je t’apprends avec peine que l’ami Roulet a été pris par les Cosaques aux portes de Vilna. Son convoi suivait le mien. J’ai forcé les voiles pour entrer. Il n’ pas été aussi heureux. C’était un bon garçon. Je le regrette bien sincèrement. Prisonnier avec vingt-six degrés de froid, il n y’a  pas d’état plus affreux. Je te fais mon compliment de bonne année, et je te prie d’agréer mes vœux les plus sincères pour que toi, ta femme, ton fils et tout ce qui t’intéresse, soient heureux. Adieu. Tu te fâcheras que je t’en écris bien peu, mais une occasion pour Paris s’offre et je veux en profiter. Adieu.

Guillaume. »

(« Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse écrite à son frère André pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1814.Publiées par Léon-G. Pélissier », Perrin et Cie, 1894, pp.114-115).Rappelons que Guillaume Peyrusse assurait les fonctions de Payeur du Trésor la Couronne, durant cette campagne. Sa correspondance est un bon complément à ses « Mémoires » (Editions AKFG, novembre 2018 ).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 31 décembre, 2018 )

A voir, à revoir….

Le film « Waterloo » (1970) de S. Bondarchuk. Il se laisse regarder malgré plusieurs incohérences historiques…

Ce film est visionnable ici dans une version intégrale doublée en  français.

Image de prévisualisation YouTube

Waterloo

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 31 décembre, 2018 )

La CAMPAGNE D’ALLEMAGNE (1813) RACONTEE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (II).

ombre1.jpgSuite de la relation de Vionnet de Maringoné. 

—————-

Le 20 mai, bataille de Bautzen, le canon se fit entendre vers neuf heures du matin accompagné bien vite d’une fusillade très vive. La division se mit en marche se dirigeant vers la gauche de la ville. L’Empereur, sur un mamelon, était entouré par la Vieille Garde qui formait un carré. La Jeune Garde sur la droite de ce mamelon et un peu en avant était placée en colonnes serrées de division,  par bataillon en  masse. A peine fut-on placé qu’une pluie violente se mit à tomber empêchant l’action de s’engager. Quand elle eut cessé, le feu s’engagea sur toute la ligne. Toutes les masses se dirigèrent sur la gauche vers un mamelon  [de Klein-Bautzen, entre Würtzen et Bautzen] où l’ennemi paraissait avoir concentré ses forces. Nous en étions éparés par un ravin profond et escarpé, bordé de rochers. Nous y marchâmes néanmoins essuyant un feu des plus violents. Nous allions au pas de charge sans grand ordre. Le 2ème bataillon du  régiment arriva le premier sur cette montagne et se forma immédiatement en colonne serrée par division. Le 1er bataillon se plaça à droite du second. Lorsque toute la division fut ralliée notre brigade se mit en marche vers un autre mamelon [celui de Kreckivitz] plus à gauche et dominant la Sprée. En y arrivant nous nous formâmes en carrée avec l’artillerie aux angles. Ce fut pendant ce mouvement que le général Lanusse ayant fait une chute qui ne lui permettait plus de commander je me remplaçai pendant le restant de la journée. Elle fut d’ailleurs bien vite terminée par la prise de la position de seconde ligne ennemie. Notre perte fut peu considérable. Le régiment eut deux hommes tués et quelques blessés. L’armée resta sur ses positions manquant de tout.

Le 21 mai, bataille de Wurschen. Cette bataille fut une des plus importantes de cette campagne. Elle eut pu amener la paix si l’Empereur avait plus juste  dans ses demandes et moins obstiné dans ses prétentions.

A la prise d’armes, la Jeune Garde fut formée en deux divisions dont les commandements furent confiés aux généraux Dumoustier et Barrois. Le premier commandait les Fusiliers et les voltigeurs et le second les Tirailleurs. Mon régiment fit partie de la brigade commandée par le général de Rottembourg. Au premier coup de canon nous nous mîmes en carré pour marcher sur un village dont j’ignore le nom mais loin de plus de milles toises. Le mauvais chemin et des marais forcèrent à rompre le carré et à former les troupes en colonne serrée par division. On nous plaça près de l’artillerie, à une portée de fusil des redoutes russes, qui pendant six heures firent pleuvoir sur nous  mitrailles et boulets, nous tuant et blessant beaucoup de monde. L’Empereur ayant emporté à notre droite des pièces de 12, ce fut encore pis ; nous fûmes alors couvertes de feu, de boulets et de mitraille. L’horizon semblait enflammé et la terre tremblait sous nos pieds. Des files entières tombaient, le nombre des blessés était effrayant et pourtant aucun soldat ne quittait son rang pour les emporter. Ceux qui ne pouvaient aller se faire panser restaient au milieu du carré et beaucoup furent tués par un second coup où entre les mains des chirurgiens qui leur donnaient les premiers soins ; Bientôt nous aperçûmes notre aile gauche faire un mouvement rétrograde, abandonnant une redoute dont elle s’était emparée. Nous croyions la bataille perdue. A ce moment , l’Empereur dit : « la bataille est gagnée ! » Ceux qui l’entendirent crurent à une mauvaise plaisanterie, mais bientôt l’on vit combien son coup d’œil était juste et pénétrant.

Le général Barrois reçut l’ordre suivant :

« L’Empereur ordonne à la division Barrois de s’emparer des redoutes qui sont en face d’elle. »

Le premier régiment fut formé en colonne serrée par division et le second ne carré à cinquante pas du premier. On donna comme point de direction l’angle saillant de la première redoute ; Vingt-quatre pièces de canon placées à notre droite et à notre gauche suivaient le mouvement. Plus de cinquante autres placées dans différentes positions sur les côtés les secondaient de leur feu continu. Nous partîmes au pas de charge, mais l’ennemi s’empressa de fuir abandonnant ses canons et de nombreux blessés. 

L’Empereur se  porta de suite à l’auberge de Klein-Bauschlitz, fit prendre position à la division et envoya mon régiment s’emparer d’une position où l’ennemi semblait vouloir s’établir. Quelques tirailleurs qui précédaient la colonne suffirent à les déloger. Je plaçai mon régiment sur deux lignes avec quelques hussards en arrière et un poste en avant pour me prévenir des mouvements de l’ennemi. L’Empereur vint nous visiter et loua beaucoup la position que j’avais fait prendre à mes troupes. Le régiment avait perdu soixante-neuf hommes dans cette journée qui fut un des plus glorieuses pour les armées françaises. Le 22 au matin, je reçus l’ordre de me porter sur la route pour rejoindre la division qui suivait la direction de Görlitz où l’ennemi paraissait s’être retiré. L’avant-garde tirailla pendant quelques heures et quelques boulets tombèrent près de nous, sans nous causer aucun mal. Le 23, le régiment bivouaqua entre Reichenbach et Görlitz près de l’endroit où fut tué le grand-maréchal [du Palais], Duroc. Les deux divisions de la Jeune Garde étaient réunies et campées sur une même ligne dans l’ordre suivant :

Le premier régiment en bataille, le deuxième en carré, le troisième en bataille, le quatrième en carré et ainsi de suite jusqu’à la gauche. Quoique le camp fut sur une hauteur assez élevée, le front de bandière et le terrain en avant étaient très unis et formaient une vaste plaine. Le 24, la division traversa Görlitz.

Le 25, elle se rendit à Waldau et le régiment fut détaché à Bochdorf.

Le 26, la Garde fit une halte de quelques heures en avant de Buntzlau pour attendre que l’armée eut passé la petite rivière de Queis. Le régiment fut ensuite détaché à Tomaswalde.

Le 27, l’armée arriva devant Liegnitz, capitale de la Basse-Silésie. J’y reçus plusieurs décorations d’officiers et de chevaliers de la Légion d’honneur accordées par Sa Majesté, comme témoignage de sa satisfaction sur la conduite du régiment pendant cette campagne.

Le 28, nous restâmes dans cette position et l’on entendit parler d’armistice.

Le 29, les deux divisions de Jeune Garde bivouaquèrent en arrière de Neumark.

Le 30, elles  traversèrent la ville et campèrent en avant. Là nous reçûmes la nouvelle officielle de l’armistice.

Le 31 mai, on donna l’ordre d’établir  un camp comme ceux de Schönbrunn et de Finkenstein. L’établissement d’un camp est la ruine d’un pays à quatre ou cinq lieues à la ronde. Le notre fut achevé en quatre jours mais ne fut d’aucune utilité puisque nous y restâmes que jusqu’au 6 juin. Ce fut la cause de beaucoup de pillage et la destruction de plus de cinq cents maisons. Le 6 juin, le régiment se mit en marche et fut couché à  Parchwitz. Le 7, à Lübben, petite ville très gentille; je fus logé sur la place dans une maison où il y avait trois demoiselles très aimables.

Le 8, nous arrivâmes à Polkewitz, on nous distribua nos cantonnements. Ceux de mon régiment étaient situés dans les environs de Glogau. Je m’établis avec mon état-major à Klein-Obisch. Ce petit village de pauvre apparence possède un château appartenant au prince Auguste de Prusse, mais qui ressemble beaucoup plus à une ferme qu’à un palais. Le régisseur nous traitait fort mal, nous donnant à peine de quoi manger et trois bouteilles de vin pour douze. Cet homme flegmatique mettait un temps infini à couper le rôti et à nous servir, aussi malgré la mesquinerie de nos repas restions-nous au moins deux heures à table, et je pouvais m’estimer heureux, les autres colonels étant beaucoup plus mal partages que moi. »

A suivre…

——-

Général Vionnet de Maringoné, « Mes Campagnes. Russie et Saxe (1812-1813) », A la Librairie des Deux Empires, 2003, pp.74-79.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 29 décembre, 2018 )

La CAMPAGNE D’ALLEMAGNE (1813) RACONTEE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (I).

La CAMPAGNE D'ALLEMAGNE (1813) RACONTEE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (I). dans TEMOIGNAGES vionnet

« Le 30 mars à 4 heures, je reçus l’ordre de partir dès le lendemain avant le jour. J’arrangeai  en hâte mes affaires et celles du régiment et y employai toute la nuit.

Le 31 mars à 6 heures du matin, je partis avec le bataillon de fusiliers que je commandais encore. Nous fîmes halte à Bondy et couchâmes à Claye.

Le 1er avril, nous déjeunâmes à Meaux à l’Hôtel de la Sirène, renommé pour sa bonne chère, et couchâmes à La Ferté.

Le 2 avril, à Château-Thierry où nous fîmes séjour le 3. Je visitai cette ville qui est déparée en deux par la Marne. C’est la patrie de La Fontaine, on y voit encore la maison qu’il habitait.

Le 4, à Dormans. La journée fut courte et le temps charmant. Les soldats n’en étaient pas moins fatigués. On leur faisait faire une heure d’exercices en arrivant au cantonnement ainsi que pendant la route, durant chaque repos. Ces troupes d’ailleurs avant d’aller à l’ennemi n’eurent d’autre instruction que celle donnée à chaque étape.

Le 5, à Épernay, je fus logé à La Croix d’Or, mais je dînai avec le capitaine hilaire [capitaine de voltigeurs au 52ème régiment d’infanterie, compatriote de Vionnet] et sa famille qui m’accueillirent avec la meilleure grâce du monde.

Les 6 et 7 à Châlons, je fus logé au Palais impérial. On remarquera que les maires nous logeaient toujours dans des hôtels car grâce à notre nourriture on nous faisait payer fort cher.

Le 8, Auve, un des plus pauvres villages de France, aussi nous fûmes-nous dispersés dans les environs.

Le 9, nous déjeunons à Sainte-Menehould. Il y a un mets fort bon qui porte le nom de cette ville [les pieds de porc à la Sainte-Menehould]. Nous couchons à Clermont.

Les 10 et 11, à Verdun, je dînai chez M. de Marbeuf.

Le 12, à Mars-la-Tour.

Le 13, à Metz, je fus logé au Faisan. Je rendis visite au général Lorge qui commandait la division et au préfet.

Le 14, à Courcelles, le prince de Wagram [maréchal Berthier] dîna dans l’hôtel où j’ai logé.

Les 15 et 16, à Saint-Avold. Le 16, l’Empereur dîna à l’Hôtel de la Poste, il donna 50 napoléons pour son dîner et 100 francs à la fille qui l’avait servi.

Le 17, à Sarrebruck.

Le 18, à Homburg.

Le 19 à Landshut.

Le 20 et le 21, à Kaiserleutern.

Le 22, à Venweiller.

Le 23, à Alzey.

Le 24, à Mayence.

Les 25 et 26, à Francfort, je fus logé chez M. Bethmann, le fameux banquier, qui me reçut très bien. Là je reçus ma nomination de colonel dans la Garde.

Le 27, à Hanau.

Le 28, je partis pour rejoindre le 2ème régiment de Tirailleurs de la Garde dont on m’avait donné le commandement.

Le 29, à Shlüchtern.

Le 30, à Fulda, je logeai chez le père d’un colonel au service de la France.

Le 1er mai, à Vac.

Le 2, à Weimar.

Le 3, à Lützen. Cette ville était remplie de blessés et de prisonniers. Les maisons étaient dévastées et je ne pus rien trouver à manger. Mon régiment était à Pegau, jolie ville à droite de l’Elster. Le roi de Prusse et l’empereur de Russie y avaient leur quartier-général le jour de la bataille.

Le 4, je rejoignis le régiment au bivouac près de Borna.

Le 5, la division fut bivouaquée en avant de Golditz et le 6, à Waldheim.

Le 7 mai, toute la Jeune garde bivouaqua en colonne par brigade près de Rosen.

Le 8, à Ober-Covitz, face à Dresde, dont nous n’étions éloignés que d’une petite lieue, sur le terrain même où Frédéric-le-Grand gagna une bataille en 1745. Je ne pouvais concevoir comment l’empereur de Russie et le roi de Prusse dont les plus grandes forces consistaient en cavalerie, avaient pu choisir un pays à la fois aussi coupé et aussi couvert pour y livrer une grande bataille, l’armée française n’ayant pas un cavalier à leur opposer. La victoire de Lützen fut la conséquence de cette grande faute. On la dut entièrement à l’infanterie française. Nos ennemis croyaient avoir aisément raison de cette infanterie qu’ils savaient mal instruite et inexpérimentée, il n’en fut rien. Si au contraire le terrain avait été mieux choisi, si la cavalerie russe avait pu se déployer et manœuvrer, l’armée française aurait été complètement anéantie. Le champ d’action des Russes était si resserré qu’ils s’embarrassèrent continuellement les uns les autres tout ne étant beaucoup plus exposés au feu de notre artillerie qui les atteignait partout où ils se trouvaient. Ils se retirèrent néanmoins en bon ordre et se trouvèrent au bout de quelques jours en état de livrer une seconde bataille. 

Le 10, nous entrâmes en ville entre huit heures et neuf heures du soir, juste au moment où les cornées étaient aux distributions, ce qui occasionna la perte de beaucoup d’effets. L’Empereur y était déjà depuis le 8, l’ennemi occupant la Ville neuve, S.M. logea au château du roi de Saxe tout près de l’Elbe et à fort peu de distance de l’ennemi qui nous envoya encore force mitraille, ce qui nous causa beaucoup de pertes.

Le régiment se reposa les 11, 12 et 13.

Le 14, il alla avec toute la Garde Impériale recevoir le roi de Saxe, près du château de Grosse-Garten sur la toute de Prague.

Le 15 mai à minuit, nous reçûmes l’ordre de prendre les armes immédiatement. L’armée entière resta en bataille jusqu’à 7 heures du matin. Nous nous mîmes alors en marche sur la route de Dresde à Berlin. Le régiment bivouaqua en avant de Reichenbach.

Le 17, on se remit en route et nous marchâmes jusqu’à une heure fort avancée de la nuit.

Le 18 après avoir fait un peu d’exercice, nous repartîmes pour nous arrêter à Bischofswerda où nous prîmes nos cantonnements.

Le soir on apprit qu’un détachement de lanciers de la Garde avait rencontré un gros de Cosaques et avait eu plusieurs hommes blessés. Le général Lanusse reçut l’ordre de s’en assurer. Il emmena le régiment qui partit le 19 à la pointe du jour. Mais on dit bientôt que les Cosaques s’étaient retirés et se trouvaient au moins à cinq lieues [environ 20 km] de nous. Le général alors nous fit rentrer au camp.

En y arrivant nous ne trouvâmes plus personne. L’armée était partie ; aussi après avoir fait rapidement la soupe nous nous remîmes en marche.  Nous rencontrâmes bientôt la Jeune Garde campée devant Bautzen sur trois lignes, la droite au village où se trouvait l’Empereur, la gauche face aux montagnes de Bohême. »

A suivre.

—-

Général Vionnet de Maringoné, « Mes Campagnes. Russie et Saxe (1812-1813) », A la Librairie des Deux empires, 2003, pp.69-74).

Sur ce personnage :

http://jeanmichel.guyon.free.fr/monsite/histoire/vionnet/generalvionnet.htm

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 29 décembre, 2018 )

A propos des chevaux de bataille de Napoléon 1er (2ème et dernière partie).

06507905.jpg

Suite et fin de cet excellent article dû à l’éminent Jean BRUNON et publié en 1932 dans la « Revue des Etudes napoléoniennes ».

Le fils de celui qui lui déchargea un coup d’escopette vit encore [1892] et, dans son parc, on peut lire sur une petite colonne l’épitaphe suivante : « Sous cette pierre repose « Jaffa », fameux cheval de bataille  de Napoléon, âgé de 37 ans ». C’est de lors Wolseley, qui connaît à fond tout ce qui a trait au grand capitaine, que l’auteur tient cette anecdote. Un autre admirateur anglais de Napoléon a remis à M. Lawley un portrait d’ « Ali » avec cette légende : «Ali », cheval de bataille de Napoléon 1erCe cheval fut pris en Egypte sous Ali-Bey, monté par un soldat du 18ème dragons, capturé par les Mamelucks et repris par les Français.Ceci le fit remarquer du général Menou qui l’emmena en Europe et en fit cadeau au Premier Consul. Depuis lors, Bonaparte le monta dans toutes les batailles ; à celle de Wagram, par exemple, où il resta en selle de quatre heures du matin à six heures du soir. Il faut faire la part de la confusion et de l’exagération en ce qui concerne les noms des chevaux montés par Napoléon dans ses diverses campagnes, mais il serait nullement impossible que, par exemple, « Ali » et « Marengo » aient été montés par Napoléon dans ses diverses campagnes, mais il ne serait nullement impossible que, par exemple, « Ali » et « Marengo »  aient été montés le même jour, puisque, dans ses « Mémoires », Mme de Rémusat nous dit que son protecteur éreintait souvent quatre ou cinq chevaux en un jour. Il semble y avoir contradiction entre la légende qui attribue à « Marengo » l’honneur d’avoir porté Napoléon à Austerlitz et les « Mémoires » du général Vandamme [Il s’agit ici d’une confusion car cet officier n’a pas laissé de « Mémoires ». Note de C.B.], où il est fait mention d’un cheval gris de fer, 1 mètre 60, qui fut baptisé « Austerlitz » après la victoire. Il est certain de Napoléon avait un cheval de ce nom correspondant bien à la description donnée par Vandamme, puisqu’il y a un portrait de lui à Londres chez Lors Rosebery, un des hommes les plus compétents sur tout ce qui se rattache à l’épopée napoléonienne. Passons à la jument « Maria ». M. Lawley a eu la bonne fortune de rencontrer un vieux Mecklembourgeois, nommé Schallen, âgé de plus de 95 ans, qui se souvenait d’avoir vu les régiments de cavalerie française traverser la petite ville d’Ivenack, dans le Mecklembourg, en marche sur Moscou. Le général Lefebvre-Desnouettes y admira beaucoup les chevaux de race du baron de Plessen, et, en particulier, une jument grise qui descendait de « King–Herald » un des plus fameux étalons du Stud-Book britannique. Le général l’acquit et l’envoya à l’Empereur, qui lui donna le nom de « Maria »-celui de sa femme- et la monta pendant une grande partie de la campagne de 1813. Plus tard, la jument tomba on ne sait comment, aux mains des Prussiens, qui la restituèrent au baron de Plessen. Elle mourut à Ivenack, et Schallen raconte qu’on y voit encore son squelette religieusement conservé par les héritiers du baron dans leur vieux château d’Ivenack. Naturellement l’équipement des chevaux de Napoléon était de « primo cartello ». La sellerie ne laissait rien à désirer : siège, troussequins, genouillères, tout était parfait de matériaux et de confection. Le Musée de Lausanne en possède des spécimens probants, c’est-à-dire : trois excellentes selles à l’anglaise, revêtues de velours cramoisi, avec housses et fontes à l’avenant et étriers en argent suspendus à de fortes et fines courroies ; trois brides et trois martingales à garnitures d’argent. 

Le grand Empereur destinait à son fils ces effets personnels et, pour cela, il les avait confiés à son fidèle  Noverraz qui les conserva longtemps à sa villa « La Violette » à Lausanne. En juin 1848, Noverraz, las d’attendre un ayant-droit, remis son précieux dépôt au gouvernement vaudois qui en orne le musée cantonal de Lausanne. Avec d’autres objets de même provenance, entres autres quatre fusils de chasse et quelques reliques de Longwood, notre habile préparateur, M. Bastian, en a composé une fort intéressante vitrine qui attire de nombreux visiteurs étrangers. L’auteur de l’article de la « Revue militaire suisse » ne donne que des indications peu précises, ou encore légèrement inexactes, sur les souvenirs de Napoléon, provenant du piqueur Noverraz, conservés au Musée de Lausanne (Don de J.-J. Mercie).  Ces équipages de cheval de l’Empereur, du type de ceux qu’il utilisait en campagne, sont les seuls que nous connaissions ; à ce titre, leur intérêt est donc plus considérable encore que les harnachements de luxe, magnifiquement ornés, plus généralement connus, et nous jugeons qu’il vaut la peine d’en donner la nomenclature détaillée, d’après les notes que nous avons prises sur place, au Musée de Lausanne : - Trois selles à la française en velours cramoisi, avec leurs fontes, couvre fontes, et leur tapis de selle (deux de ces derniers en drap cramoisi, en un drap écarlate). Ces tapis de selle sont ornés d’un double galonnage or : le galon intérieur de 10 centimètres, du modèle dit « à bâtons ».

Ces galons sont bordés d’une double course en soutache or. 

- Deux paires d’étriers (une paire manque) en argent (ou argentés) forme classique des étriers d’officiers généraux. 

- Trois brises complètes, à peu près semblables, très simples, en cuir noir ; boucles, légèrement ouvragées, en argent. Deux de ces brides à mors à grandes bossettes, argentées ; une à mors sans bossettes ; les trois mors du modèle de cavalerie légère. 

Toutes ces pièces sont en parfait état de conservation. 

Revenant aux chevaux de bataille de l’Empereur, il y lieu de signaler que le Musée de Malmaison, possède neuf petites peintures représentant neuf chevaux montées par Napoléon ; leurs noms sont les suivants : « Le Familier », « Le Triomphant », l’Aboukir », « Le Major », « Le Vizir » [Ce cheval a été naturalisé après sa mort ; il est conservé au Musée de l’Armée et porte sur la cuisse gauche l’N couronné], « le Cheick », « Le Sahara » , « Le Distingué »  (le neuvième portrait  ne porte pas de nom). Ces tableaux proviennent dela Manufacture de Sèvres. Ajoutons que l’Empereur a également possédé une jument qui portait le nom de « Nicole » et non « Nickel ». Citons en outre le beau portrait de « Tamerlan » peint par Géricault. Du reste, et comme le laisse comprendre l’auteur de l’article cité, plus haut, l’Empereur utilisa, au cours de sa vie, une quantité considérable de chevaux de selle.  On en jugera par la lecture du document que nous reproduisons ci-après pour terminer ce rapide aperçu sur un sujet peu ou point battu sur lequel  il reste encore à écrire une belle étude ; il se passe de tout commentaire.  Avant la campagne de 1812 et sur son ordre, un projet de règlement réorganisant ses équipages de guerre fut présenté à l’Empereur qui l’adopta le 14 janvier 1812.  Voici le texte de la partie qui concerne l’équipage de selle : 

« CHAPITRE V- Equipage de selle Article 11- L’équipage de selle comprend 10 brigades, chacune de 13 chevaux. Total : 130 chevaux. Article 12.- Cheque brigade se compose ainsi, savoir : 2 chevaux de bataille pour Sa Majesté, 1 cheval d’allure pour Sa Majesté, 1 pour le Grand-Ecuyer, 1 pour l’Ecuyer de service, ou tout autre, 1 pour le page de service, 1 pour le Mamelucks de Sa Majesté, 1 pour le guide (paysan du pays), 3 chevaux de palefreniers montés et un à pied, 1 cheval pour le chirurgien, 1 pour le piqueur de service. 

Total : 13 

Article 13.- Une paire de pistolets fera partie de l’équipement de tous les chevaux de selle destinés pour l’Empereur ; ces pistolets seront chargés tous les jours, et déchargés avec le tire-bourre par le Mameluck de service, sous l’inspection du Grand-Ecuyer ou en son absence, de l’Ecuyer de service au bivouac ou sous la tente ; le déchargement ou le rechargement des pistolets se fera chaque soir. Article 14.- Le Page de service porte en bandoulière la lunette de Sa Majesté, et il a sur le devant de sa selle des sacoches arrangées, qui renferment un mouchoir et une paire de gants pour Sa Majesté  et un petit assortiment de bureau contenant papier, plumes, encre, crayons, compas, cire d’Espagne ; le tout conforme à l’état B ; il porte sur le derrière de sa selle un petit porte-manteau avec des armes à son usage. Le chirurgien porte derrière sa selle un porte-manteau avec un assortiment d’instruments et de tout ce qu’il faut pour panser, conforme à l’état E. Le mameluck porte en bandoulière une fiole pleine d’eau-de-vie, et sur le devant de sa selle, le manteau et le frac de Sa Majesté. Le Piqueur porte, sur le chevet, des petites sacoches pour cantines, approvisionnées conformément à l’état D ; et sur le derrière de sa selle, un porte-manteau d’effets à l’usage de Sa Majesté conformément à l’état T ; il porte aussi en bandoulière un flacon plein d’eau-de-vie. En conséquence, il est attaché un porte-manteau semblable à chacune des brigades des chevaux de selle. Les deux valets de chambre, qui sont à cheval, auront devant eux un petit appareil contenant de la charpie, des sels, de l’éther, de l’eau, une demi-bouteille de vin de Madère et quelques ustensiles de chirurgie, dont le Chirurgien ordinaire donnera le détail. Les trois maîtres d’hôtel, qui sont à cheval, auront chacun devant eux une petite cantine semblable à celle détaillée pour les Piqueurs. » 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 28 décembre, 2018 )

Une lettre écrite pendant la campagne d’Espagne…

Espagne 1Valladolid, le 20 juin 1809, en Espagne. 

Ma très chère mère et cher oncle, 

Je vous écris ces deux mots de lettre pour m’informer de l’état de votre santé. Quant à moi, je me porte très bien pour le présent. Je souhaite que la présente lettre vous trouve de même. Ma chère mère je vous dirai que voilà la troisième lettre que je vous envoie sans recevoir aucune réponse. Je n’ai reçu qu’une lettre datée du 6 mars à Brieq [Brieg sur l’Oder, en amont de Breslau. Actuellement Brzeg, en Pologne] en Silésie. L’argent que vous avez envoyé je l’ai reçu avant que nous ne partions de cette ville. Ma très chère mère, je vous dirai que nous avons eu une très longue route depuis le 8 septembre. Nous avons marché jusqu’au 21 décembre, date à laquelle nous sommes arrivés dans la ville de Saragosse en Espagne, avec beaucoup de peine. Nous sommes restés deux mois et demi au siège de Saragosse dont nous étions beaucoup chagriné pour le service ; nous passions un jour de garde et l’autre jour à travailler à faire des fossés pour se couvrir et pour s’approcher [au] plus proche de la ville. Je vous dirai que tous les jours on se battait et comme nous étions dans des fossés nous ne perdions tant de monde. Nous avons donné quelque bataille où nous avons perdu beaucoup de monde, mais avec tout cela ils  se sont rendus. Je crois que nous avons encore un siège à commencer en peu de temps. Je vous dirai encore que nous sommes dans un pays où les gens sont très barbares : si un pauvre soldat ne peut pas suivre son régiment et reste en arrière un quart de lieu, les paysans l’ont bientôt assassiné. 

 Vous me ferez savoir si mes sœurs se portent bien ainsi que mes frères, mon cousin et sa femme de Varenne. Je lui fais bien des compliments ainsi que Pradat et sa femme sans oublier ma marraine et toute la famille. Rien d’autre à ajouter. Je finis en vous embrassant de tout mon cœur.  Vous ferez bien mes compliments à tous mes parents et amis. 

Mon adresse est : CHANTELOUBE Jacques, chasseur au 21ème régiment d’infanterie légère, 3ème bataillon, 1ère compagnie, 5ème corps de la Grande Armée, 2ème division, 1ère brigade en Espagne, à Valladolid. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 26 décembre, 2018 )

Et Louis XVIII ne respecta pas une condition importante du Traité de Fontainebleau…

Louis XVIII

« A son départ pour l’île d’Elbe, l’Empereur disposa de deux millions à lui appartenant, sur le Grand-Livre, en faveur de plusieurs généraux et officiers ; ceux de l’île d’Elbe y furent compris pour une somme de 170,000 francs. Louis XVIII s’empara plus tard de cette somme, dont nous n’avons pu jusqu’à ce jour obtenir le remboursement », écrit un fidèle de Napoléon, le lieutenant Etienne Laborde dans ses « Souvenirs ». On sait que le Roi  ne respecta pas cette condition dictée par le Traité de Fontainebleau, du 11 avril 1814, dont voici le texte :

« Article I.

S.M. l’empereur Napoléon renonce pour lui, ses successeurs et descendants, ainsi que pour chacun des membres de sa famille, à tout droit de souveraineté et de domination, tant sur l’empire français et le royaume d’Italie, que sur tout autre pays.

Article II.

LL. MM. l’empereur Napoléon et l’impératrice Marie-Louise conserveront ces titres et qualités pour en jouir leur vie durant. La mère, les frères, sœurs, neveux et nièces de l’Empereur conserveront également, partout ou ils se trouveront, les titres de princes de sa famille.

Article III.

L’île d’Elbe, adoptée par S.M l’empereur Napoléon pour lieu de son séjour, formera, sa vie durant, une principauté séparée qui sera possédée par lui en toute souveraineté et propriété. Il sera donné en outre en toute propriété, à l’empereur Napoléon, un revenu annuel de 2,000,000 de francs, en rente sur le grand-livre de France, dont 1,000,000 sera réversible à l’impératrice.

Article IV.

Toutes les puissances s’engagent à employer leurs bons offices pour faire respecter par les États barbaresques le pavillon et le territoire de l’île d’Elbe, et pour que, dans ses rapports avec les Barbaresques, elle soit assimilée à la France.

Article V.

Les duchés de Parme, de Plaisance et de Guastalla seront donnés en toute propriété et souveraineté à S. M. l’impératrice Marie-Louise; ils passeront à son fils et à sa descendance en ligne directe. Le prince son fils prendra dès ce moment le titre de prince de Parme, Plaisance et Guastalla.

Article VI.                            

Il sera réservé dans les pays auxquels l’empereur Napoléon renonce, pour lui et sa famille, des domaines ou des rentes sur le grand-livre de France, produisant un revenu annuel net, et déduction faite de toutes charges, de 2,500,000 fr. Ces domaines ou rentes appartiendront en toute propriété, et pour en disposer comme bon leur semblera, aux princes et princesses de sa famille, et seront répartis entre eux, de manière à ce que le revenu de chacun soit dans la proportion suivante: A Madame Mère, 300,000 fr. ; au roi Joseph et à la reine 500,000 fr. ; au roi Louis, 200,000 fr. ; à la reine Hortense et à ses enfants, 400,000 fr. ; au roi Jérôme et à la reine, 500,000 fr. ; à la princesse Élisa, 300,000 fr. ; à la princesse Pauline, 500,000 fr. Les princes et princesses de la famille de l’empereur Napoléon retiendront, conserveront, en outre, tous les biens meubles et immeubles, de quelque nature que ce soit, qu’ils possèdent à titre de particuliers, et notamment les rentes dont ils jouissent également comme particuliers sur le grand-livre de France et le Monte-Napoleone de Milan.

Article VII.

Le traitement annuel de l’impératrice Joséphine sera réduit à 1,000,000 fr en domaines ou en inscriptions sur le grand-livre de France. Elle continuera de jouir, en toute propriété, de tous ses biens meubles et immeubles particuliers, et pourra en disposer conformément aux lois françaises.

Article VIII.

Il sera donné au prince Eugène, vice-roi d’Italie, un établissement convenable hors de France.

Article IX.

Les propriétés que S. M. l’empereur Napoléon possède en France, soit comme domaine extraordinaire, soit comme domaine privé, resteront à la Couronne. Sur les fonds placés par l’empereur Napoléon, soit sur le grand-livre, soit sur la banque de France, soit sur les actions des forêts, soit de toute autre manière, et dont Sa Majesté fait abandon à la couronne, il sera réservé un capital qui n’excédera pas 2,000,000 fr pour être employé en gratifications en faveur des personnes qui seront portées sur l’état que signera l’empereur Napoléon, et qui sera remis au gouvernement français.

Article X.

Tous les diamants de la Couronne resteront à la France.

Article XI.

L’empereur Napoléon fera retourner au Trésor et aux autres caisses publiques toutes les sommes et effets qui en auraient été déplacés par ses ordres, à l’exception de ce qui provient de la liste civile.

Article XII.

Les dettes de la maison de S. M. l’empereur Napoléon, telles qu’elles se trouvaient au jour de la signature du présent traité, seront immédiatement acquittées sur les arrérages dus par le trésor public à la liste civile, d’après les états qui seront signés par un commissaire nommé à cet effet.

Article XIII.

Les obligations du Monte-Napoleone de Milan envers tous ses créanciers, soit français, soit étrangers, seront exactement remplies, sans qu’il soit fait aucun changement à cet égard.

Article XIV.

On donnera tous les sauf-conduits nécessaires pour le libre voyage de S.M. l’empereur Napoléon, de l’impératrice, des princes et princesses, et de toutes les personnes de leur suite qui voudront les accompagner où s’établir hors de France, ainsi que pour le passage de tous les équipages, chevaux et effets qui leur appartiennent. Les puissances alliées donneront en conséquence des officiers et quelques hommes d’escorte.

Article XV.

La Garde Impériale française fournira un détachement de douze à quinze cents hommes pour servir d’escorte jusqu’à Saint-Tropez, lieu d’embarquement.

Article XVI.

Il sera fourni une corvette et les bâtiments de transport nécessaires pour conduire au lieu de sa destination S. M. l’empereur Napoléon, ainsi que sa maison. La corvette appartiendra en toute propriété à S.M. l’Empereur.

Article XVII.

S.M. l’Empereur Napoléon pourra emmener avec lui, et conserver pour sa garde, quatre cents hommes de bonne volonté, tant officiers que sous-officiers et soldats.

Article XVIII.

Tous les français qui auront servi S.M. l’empereur Napoléon et sa famille seront tenus, s’ils ne veulent perdre leur qualité de français, de rentrer en France dans le terme de trois ans, à moins qu’ils ne soient compris dans les exceptions que le gouvernement français se réserve d’accorder après l’expiration de ce terme.

Article XIX.

Les troupes polonaises de toute arme qui sont au service de la France auront la liberté de retourner chez elles, en conservant armes et bagages, comme un témoignage de leurs services honorables ; les officiers, sous-officiers et soldats conserveront les décorations qui leur ont été accordées et les pensions affectées à ces décorations.

Article XX.

Les hautes puissances alliées garantiront l’exécution de tous les articles du présent traité ; elles s’engagent à obtenir qu’ils soient adoptés et garantis par la France.

Article XXI.

Le présent acte sera ratifié, et les ratifications en seront échangées à Paris dans dix jours, ou plus tôt si faire se peut.

Fait à Paris, le 14 avril 1814,

Signé: Caulaincourt duc de Vicence ; e maréchal duc de Tarente, Macdonald ; le maréchal duc d’Elchingen, Ney ; le prince de Metternich.

Déclaration en forme d’accession au nom de Louis XVIII.

Je soussigné, ministre secrétaire d’État au département des affaires étrangères, ayant rendu compte au roi de la demande que Leurs Excellences Messieurs les plénipotentiaires des cours alliées ont reçu de leurs souverains l’ordre de faire relativement au traité du 11 avril, auquel le gouvernement provisoire a accédé, il a plu à sa Majesté de l’autoriser, de déclarer en son nom que les clauses du traité à la charge de la France, seront fidèlement exécutées. Il a, en conséquence, l’honneur de le déclarer par la présente à Leurs Excellences.

Paris, le 31 mai 1814.

Signé : Le prince de Bénévent. [Talleyrand]

—————

Henry Houssaye dans son « 1815 » écrit fort justement là propos de l’article III du Traité de Fontainebleau que « Le cabinet des Tuileries ne paraissait nullement disposé à tenir cet engagement. Dans le courant de février [1815], le tsar et lors Castlereagh firent même à ce sujet de sérieuses représentations au prince de Talleyrand. Celui-ci répondit avec son imperturbable sérénité, qu’absent de Paris depuis cinq mois, il ignorait ce qu’il s’y passait et que d’ailleurs, vu l’agitation de l’Italie, « il pourrait y avoir danger à fournir des moyens d’intrigue aux personnes disposées à en former ». Cependant, les revenus de l’île d’Elbe étant insuffisants, Napoléon ne pouvait se passer de la rente qui lui était assurée par le traité du 11 avril [celui de Fontainebleau]. Jusqu’ici, il avait pourvu aux dépenses avec l’argent sauvé des griffes du gouvernement provisoire. Mais ce petit trésor-reste du fameux trésor des Tuileries économisé sur la liste civile et dont les huit dixièmes avaient été employés à des dépenses de guerre- n’était pas inépuisable. Des 3, 800,000 francs qu’avait l’Empereur quand il s’embarqua pour la France, et bien avant le mois de février, il avait prévu que dans un temps donné son trésor serait vide. » (Henry Houssaye, « 1815. La première Restauration…», pp.166-167). A ce sujet,  faut lire le témoignage de Guillaume Peyrusse, qui fut chargé par Napoléon d’encaisser toutes les recettes et de payer toutes les dépenses du 11 avril 1814 au 20 mars 1815.

C.B.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 décembre, 2018 )

La prise de Smolensk (17 août 1812).

Vers neuf heures du matin nous rencontrons des massLa prise de Smolensk (17 août 1812). dans TEMOIGNAGES smolenskes de toutes armes débouchant de diverses directions. Chacun prend sa place de bataille. L’Empereur paraît, couvert de poussière, des pieds à la tête, ainsi que le groupe de généraux qui le suit. Il se porte en avant, puis va donner ses ordres, à la droite d’une division. Le maréchal Ney met pied à terre près de ma compagnie, me prend le bras et me mène sur un petit monticule ; ayant appuyé sa longue-vue sur mon épaule, il regarde pendant cinq minutes, puis va rendre compte à l’Empereur. Presque aussitôt, une vive canonnade, sur notre droite, ouvre la bataille. Smolensk était entouré d’un mur d’enceinte assez haut, crénelé et flanquée de tours bastionnées avec des fossés secs. Il y avait deux portes. Un ravin ayant une immense profondeur et très touffu couvrait tout le front de la ville. C’est dans ce ravin que nous attendaient les Russes. Nous y sommes lancés par bataillons, par compagnies, le terrain très accidenté nous désunit, nos officiers ont peu ou point d’hommes avec eux, sauf le capitaine qui était suivi d’une demi-section, pour porter ses ordres. A un moment donné, je me trouvai, moi, quatrième, devant dix Russes ; après avoir brûlé une cartouche nous fîmes jouer la baïonnette, ce qui ne nous effrayait guère. Bientôt le canon des Russes se tût, car, dans ce pêle-mêle il aurait atteint ses soldats aussi bien que nous. Nous avancions lentement dans ce combat corps-à-corps, lorsque les cris de « En avant ! » se font entendre, les tambours battent la charge, chacun prend le pas de course et nous subissons, sans trop en souffrir, le feu des canons des tours et des bastions.

Le maréchal (Davout) monte à l’assaut de la brèche du Grand Bastion, nous l’y suivons et entrons dans la ville, d’autres troupes entrent par la porte voisine. Nous trouvâmes Smolensk déserte, les Russes l’avaient incendiée pour couvrir leur retraite. Telle fut cette grande bataille où mon régiment éprouva beaucoup de pertes, j’y perdis un de mes bons amis frappé d’une balle au front. Quant à moi je n’eux à regretter que mon pompon, coupé par un projectile. Nous passâmes la journée du 18 au milieu de décombres fumants et de cadavres de tous sexes et de tous âges, n’ayant plus forme humaine. De la ville sainte il ne restait debout que les principaux édifices, entre autres une église qui me parût remarquable autant par sa grandeur que par son architecture orientale, et qui était pleine de morts et de mourants. Je fus très surpris de voir que cette grande cité était traversée par un ravin rapide et profond. »

(Capitaine Vincent BERTRAND, « Mémoires. Grande-Armée, 1805-1815. Recueillis et publiés par le colonel Chaland de La Guillanche, son petit-fils [la première fois en 1909]. Réédition établie et complétée par Christophe Bourachot », A la Librairie des Deux Empires, 1998, pp.118-120). L’auteur était alors sergent au 7ème régiment d’infanterie légère.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 24 décembre, 2018 )

Impatience…

Lisez 16

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 24 décembre, 2018 )

La progression de la Grande-Armée en Russie (juin/juillet 1812)…

« A deux heures [le 24 juin 1812] nous pénétrâmes dans Kowno. La cavalerie, conduite par le général Pajol, y était entrée dès le matin et avait chassé devant elle celle de l’ennemi. On se rappelle qu’Alexandre, après avoir fait mine de vouloir défendre le Niémen, se replia subitement jusque derrière la Dwina, où le général Pfuhl avait établi le camp retranché de Drissa ; l’armée eut déjà la preuve à Kowno que tout devait être cédé à la Garde, ce qui donna dès lors de l’humeur aux autres régiments. Nous avions trouvé dans la ville beaucoup de provisions. Mais bientôt l’ordre arriva de placer des factionnaires aux portes, de ne laisser entrer ni soldats, ni officiers, ni même les généraux, tout devant être réservé pour la Garde Impériale, qui seule entrait en ville ; les autres corps, sans en excepter l’avant-garde, feraient le tour des murs. La progression de la Grande-Armée en Russie (juin/juillet 1812)... dans TEMOIGNAGES 06-507695Nous allâmes donc bivouaquer à deux lieues en avant sur la route de Wilna, dans un bois de sapins, le long de la Wilia, tandis que l’Empereur s’établissait à Kowno et que la Garde pillait tous les magasins et les maisons des particuliers. Les habitants prirent la fuite et portèrent la consternation au loin ; et certes cet exemple n’était pas faire pour engager les habitants des autres villes à nous attendre et à faire les honneurs de chez eux. Tel était cependant l’enthousiasme des Polonais et leur désir de reconquérir leur indépendance. De leur côté, les Russes ne manquèrent pas de publier, même à Smolensk et à Moscou, le pillage de Kowno. Les Russes ne défendirent que très faiblement les positions qui sont entre Riconti et Wilna. A la descente de la montagne avant Wilna, cette montagne qui depuis nous devint si fatale [l’auteur fait allusion à la fameuse côte de Ponari, laquelle une fois gelée et enneigée, fut le lieu d’un encombrement incroyable, au retour], l’avant-garde du roi de Naples eut un engagement peu important avec l’arrière-garde russe ; Celle-ci brûla le grand pont de Wilna pour retarder notre marche déjà fort gênée par la pluie, par les mauvais chemins et par la difficulté de faire suivre les parcs de bœufs que chaque régiment s’était formés. Les voitures de transports arrivaient fort tard, souvent même après que la troupe avait quitté la station, en sorte que, dès les premiers jours, le soldat se trouva mal nourri. Faute de pain et souvent de légumes, il mangeait en trop grande quantité de la viande, qui était abondante. Les plus anciens colonels et ceux qui avaient fait la première campagne de Pologne en 1806 augurèrent mal de ces commencements. Le colonel Pouchelon, commandant le 33ème de ligne, était sous mes ordres. Il avait fait la guerre d’Eylau, il avait épousé une riche Polonaise ; il avait des connaissances locales, et, quoique d’un caractère sournois, il était officier distingué et de beaucoup d’esprit. Il me prédit de bonne heure la mauvaise tournure des affaires. Un mois plus tard, à Vitebsk (nous n’étêtions pas encore à moitié [de la] route de Moscou), il me dit : « Je renvoie tous mes effets. L’armée est perdue. » Quoiqu’on le trompât sur bien des choses, Napoléon a su de bonne heure que l’armée désespérait de l’expédition.

Nous rentrâmes à Wilna le 28 [juin 1812]. Les seigneurs polonais qui tenaient au parti russe avaient quitté la ville ; le parti polonais nous reçut avec enthousiasme ; mais Napoléon fut peu satisfait des moyens d’action dont il disposait. De là le peu de certitude qu’il donna aux Polonais pour leur indépendance future. Sa réponse à la députation ne fut pas même équivoque. Elle annonçait clairement, pour ceux qui étaient un peu initié dans les affaires, que, pourvu que l’empereur Alexandre s’inclinât devant le grand monarque et qu’il consentît au système continental, il ne serait point question du rétablissement de la Pologne. Je crois même qu’à ce prix Napoléon, qui en politique ne connaissait de système que celui de « tranche-montagne », aurait consenti au démembrement de la Turquie et y aurait même prêté la main. Il dit en [ses] propres termes aux Polonais : « Profitez de la circonstance ; tâchez de reconquérir votre indépendance pendant que je suis en guerre avec la Russie. Si vous vous consolidez, je vous comprendrai dans la paix ; mais je ne puis pas faire couler le sang français pour vous ; et si l’empereur Alexandre me propose la paix à des conditions raisonnables, je serai forcé de vous abandonner » […] A Wilkowiski, l’empereur Napoléon avait lancé une proclamation contre les Russes et leur souverain. A Wilna, nous eûmes connaissance de la proclamation de l’empereur Alexandre ; elle n’était pas moins forte, et elle avait pour elle la raison et la justice. […] Je m’arrêterai peu aux détails, que d’autres ont décrits avec plus de précision que je ne pourrais en mettre. Je ne voyais guère que les mouvements de la division, forte de quinze mille hommes, dont je commandais la deuxième brigade, tandis que des officiers à l’état-major général ou à celui des chefs de corps, comme le Vice-roi [Eugène] et le prince d’Eckmühl [maréchal Davout], pouvaient avoir connaissance de l’ensemble. Le premiers cors sous le maréchal Davout fut détaché sur Minsk et eut des engagements très vifs à Mohilew. Où le maréchal s’efforça de réparer par sa bravoure et son talent les pertes que ses troupes avaient essuyées au commencement de l’action lorsqu’elles s’étaient laissé surprendre. Cette affaire n’en fut pas moins avantageuse aux Russes, car elle dégagea le prince Bagration et lui donna la liberté de se porter sur Smolensk, où les deux armées russes devaient faire leur jonction. Les Saxons, sous le général Reynier, éprouvèrent un échec à Kobrin en Volhynie. Deux régiments d’infanterie saxonne et deux escadrons furent obligés de capituler après une très belle défense.[…] le corps du prince d’Eckmühl [maréchal Davout] rejoignit la Grande armée plus tard au passage du Dniéper après la prise de Vitebsk et lorsque nous marchâmes sur Smolensk. La gauche de l’armée avait pendant ce temps des succès considérables. Le duc de Tarente [maréchal Macdonald] s’emparait de la Courlande. Il s’y fit aimer par une discipline sévère et procura à ses troupes non seulement des vivres, mais pourvut de bonne heure aux moyens de les garantir du froid, tandis que les autres corps d’après des ordres positifs avaient renvoyé leurs vestes et pantalons de drap et étaient tellement habillés à la légère qu’ils avaient plutôt l’air d’être destinés à s’enfoncer dans les sables brûlants de l’Afrique que dans les climats septentrionaux de l’Europe. Pour soulager le soldat, qu’on avait chargé de vivres de réserve, on lui avait ôté ses vêtements lourds, et, malgré la grande capacité des voitures, il était matériellement impossible de traîner à la suite de l’armée les magasins des régiments. Le corps auxiliaire prussien servit avec distinction sous le maréchal Macdonald ; les généraux Grawert et Kleist étaient des officiers de mérite. Les prussiens avaient moins de prédilection pour les Russes que les autrichiens ; ils se battirent bien, et leur cavalerie qui se distingua en plusieurs rencontres nous fut d’un grand secours. Le général Kleist et le général York, qui succéda au général Grawert, étaient les moins francs. Macdonald s’en aperçut de bonne heure, ce qui fit naître entre eux la mésintelligence ; mais le maréchal ne soupçonna qu’après coup que ces généraux pouvaient pousser la perfidie jusqu’à l’abandonner et à livrer leurs troupes aux Russes. Dunabourg fut occupé par nos troupes sous le général Ricard. Le duc de Reggio [maréchal Oudinot] remporta une victoire brillante et glorieuse pour le soldat français sur les princes de Wittgenstein et Repnin en avant de la Duna, du côté de Drissa. Les Russes furent culbutés dans la rivière et perdirent trois généraux et quatorze pièces de canon. Le général Legrand s’y distingua, sa division y fit merveille ; mais cette action n’eut lieu que lorsque l’Empereur marchait déjà sur Vitebsk. Avant que l’armée se fût portée en avant de Wilna, le Vice-roi avait fait un mouvement rétrograde sur la route de Lida, par laquelle (d’après quelques rapports), l’hetman Platow voulait déboucher pour se porter sur la Duna ; mais son Altesse Impériale [Murat] se dirigea ensuite par Smorgoni sur Wileika, passa la Wilia et suivit le mouvement du centre de la Grande Armée.

Le troisième corps sous le maréchal Ney et le deuxième sous le maréchal Oudinot, en partant de Wilna, appuyèrent le roi de Naples, qui avait sous ses ordres la cavalerie, et poussèrent les Russes vers la Duna, où ils avaient leur camp retranché de Drissa. La division Friant, qui avait été séparée du corps du prince d’Eckmühl, marchait à l’avant-garde sous le roi de Naples. Ce service, fatigant sous tous les rapports et qu’elle a continué pendant toute la campagne, la réduisit bientôt aux deux tiers de sa force primitive ; et cette belle division fut une de celles qui, dès, le commencement, eurent le plus à souffrir. Si le roi de Naples ne ménageait pas la cavalerie (et la réputation lui en était bien acquise), il ménageait encore moins l’infanterie ; aussi le général Dufour et moi, quoique attachés personnellement à ce prince, qui nous avait honorés de sa bienveillance à Naples, nous regrettions vivement d’avoir été séparé du prince d’Eckmühl, qui est certes de tous les chefs d’armée celui qui porte le plus de sollicitude paternelle à ses troupes. Il a des soins et des attentions précieuses pour le soldat et utiles pour les généraux, quoique ceux-ci aient souvent à se plaindre de sa dureté et de sa minutie, qui cependant ont toujours leur utilité pour l’ensemble.»

« Un général hollandais sous le Premier Empire. Mémoires du général Baron de Dedem de Gelder (1774-1825) », Plon, 1900, pp.214-221. En 1812, cet officier commanda une brigade sous les ordres du maréchal Davout. Plus tard, lors de la retraite de Russie, le général de Dedem de Gelder est à l’avant-garde sous les ordres de Murat.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 décembre, 2018 )

Marie Walewska à l’île d’Elbe (1er-3 septembre 1814)…

MW

C’est le 1er septembre 1814, la comtesse débarqua à l’île d’Elbe. La communauté française et les Elbois crurent que c’étaient l’Impératrice et le Roi de Rome, comme le mentionne dans son témoignage André Pons de l’Hérault (Les Éditeurs Libres, 2005).  Marchand, dans ses « Mémoires » (Tallandier, 1985, 2 volumes) indique que Marie Walewska était accompagnée par sa sœur, Emilie Laczinska et par son frère, le colonel Téodor Laczinski.

Frédéric Masson dans son « Napoléon et les femmes. L’Amour », (Paul Ollendorff, 1894), écrit: « C’est à la nuit close qu’elle [Marie Walewska] débarque le 1er septembre ; elle trouve au port une voiture à quatre chevaux et trois chevaux de selle. Elle monte dans la voiture avec son fils ; sa sœur, qui l’accompagne, son frère le colonel Laczinski, en uniforme polonais, se mettent à cheval et l’on part sous un merveilleux clair de lune. ». Mais quel fut l’objectif de sa venue ? Selon G. Godlewski (« Trois cents jour d’exil. Napoléon à l’île d’Elbe », Hachette, 1961), « En fait l’unique but de ce voyage était la restitution du majorat de son fils, d’un revenu de cent-soixante-dix mille francs, accordé par l’Empereur en 1812. Elle dut se montrer persuasive : un décret de Murat signé le 30 novembre, en faveur du petit Alexandre, annula le précédent. » Le colonel Laczynski avait préparé le terrain en rencontrant l’Empereur durant la première semaine d’août 1814, comme en témoigne cette lettre écrite par lui et reproduite dans l’ouvrage de Louise Laflandre-Linden, « Napoléon et l’île d’Elbe » (La Cadière d’Azur, Editions Castel, 1989). Elle est daté du 9 août 1814 :

« Marie,

J’ai reçu votre lettre, j’ai parlé à votre frère. Allez à Naples arranger vos affaires ; en allant ou en revenant, je vous verrai avec l’intérêt que vous m’avez toujours inspiré, et le petit  dont on me dit tant de bien que j’en ai une véritable joie et me fais fort de l’embrasser.

Adieu, Marie, cent tendres choses.

Napoléon. »

Le mameluck Ali, écrit dans ses « Souvenirs  (Arléa, 2000) : « L’Empereur avait connu Mme Walewska à Varsovie, lors de la campagne de Pologne. Le jeune garçon était fils de cette dame et de l’Empereur. C’est celui qui est connu à Paris sous le nom de comte Walewski [Alexandre Walewski, 1810-1868]. Mme Walewska avait dû être, dans son jeune âge, une fort belle personne. Bien qu’ayant, lors de son voyage à l’île d’Elbe, la trentaine et peut-être quelque chose de plus [née en 1786, elle avait vingt-huit ans], elle était fort bien. Ce qui la déparait un peu, c’était quelques petites places sanguines, ou rougeurs, qu’elle avait dans la figure. Du reste, elle était très blanche et d’un coloris qui annonçait une belle santé. Elle était de belle taille, avait un embonpoint raisonnable. Elle avait une fort belle bouche, de beaux yeux, les cheveux châtain claire; elle avait l’air fort doux et paraissait être une excellente personne. » 

A propos de son fils, Ali précise encore que « le jeune Walewski était un gentil garçon, déjà grandelet [il avait quatre ans], la figure un peu pâle ; il avait quelque chose des traits de l’Empereur. Il en avait le sérieux ».

Les 2 et 3 septembre 1814, l’Empereur est avec elle à la Madonna (selon l’Itinéraire donné par MM. Garros et Tulard, Tallandier, 1992). Peyrusse, pourtant fidèle témoin, se trompe dans son récit (nouvelle édition : Editions AKFG, 2018) en indiquant la date du 22 septembre 1814, comme celle étant de l’arrivée de Marie Walewska.

Pons de l’Hérault nous apprend que « Mme la comtesse Walewska et son fils restèrent environ cinquante heures auprès de l’Empereur ». Il indique également qu’ « une espèce d’ouragan » vint perturber les conditions météorologiques lors de son départ. L’Empereur voulut la rattraper afin de différer son embarquement, mais en vain. Il envoya un certain Perez, officier d’ordonnance,  « le sot des sots », selon Pons, qui ne s’acquitta pas de sa mission, préférant s’abriter des fureurs de la nuée menaçante.

La comtesse, née en 1786, s’éteignit en 1817, après s’être remariée avec le général d’Ornano.

C.B.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 22 décembre, 2018 )

A propos des chevaux de bataille de Napoléon 1er (1ère partie)

napolonprusse1807.jpg

Dans son numéro du mois de mai 1892, la « Revue de Cavalerie » a publié un article anonyme intitulé « Les chevaux de bataille de Napoléon 1er ». Il nous a paru intéressant de reproduire dans la « Revue des Etudes Napoléoniennes » cette très intéressante étude. 

Jean BRUNON (Extrait de la « Revue des Etudes napoléoniennes », 1932) 

L’excellente « Revue militaire suisse », qui paraît à Lausanne, contient dans sa dernière livraison, d’intéressants renseignements, en partie inédits, sur les chevaux de bataille de Napoléon 1er. En effet, le piqueur de l’Empereur, Noverraz, était vaudois.  Son témoignage est souvent invoqué par l’auteur de l’article qui s’appuie, pour le reste, sur une longue et consciencieuse étude publiée récemment par le « Daily Magazine », la plus anciennes et la plus importante des revues anglaises consacrées au sport, par Sir Francis Lawley, fils de Lord Wenlock.  M. Lawley commence par reproduire une conversation à Sainte-Hélène entre l’Empereur et le célèbre médecin O’Meara. Parlant des occasions où, dans sa carrière, il avait connu les plus grands dangers, l’Empereur racontait qu’à Arcole, son cheval rendu furieux par une blessure, s’était emporté et l’emmenait tout droit dans les lignes autrichiennes, lorsqu’il s’enfonça jusqu’au cou dans un bourbier où il faillit rester sous son cheval mort et tomber aux mains des Autrichiens. En comme, Napoléon disait avoir eu, d’Arcole à Waterloo, dix-huit ou dix-neuf chevaux tués sous lui. M. Lawley fait remarquer que ce chiffre n’a rien d’invraisemblable, puisque le maréchal Blücher en perdit au mois autant que le général Forrest, un des plus brillants officiers de cavalerie du Sud, dans la guerre de Sécession, qui vit tomber sous lui trente chevaux en quatre ans. Sans être ce que l’on appelle un écuyer, Napoléon était mieux que cela pour son métier de conquérant, c’est-à-dire un hardi, solide et infatigable cavalier. Pour lui tout cheval devait remplir, en premier lieu, la condition d’être un bon et docile véhicule, allant dans tous les trains, à toutes allures, au gré de sa pensée.  Nous le savons par le témoignage de son piqueur Noverraz, de Lausanne, qui nous a souvent raconté les transes par lesquelles il dut passer pour suivre les intrépides cavalcades de son vénéré maître. On le sait aussi par divers récits de ses officiers d’ordonnance, notamment le comte de Ségur : il raconte qu’après sa nomination comme Général en chef de l’Armée de Paris, Bonaparte circulait jour et nuit à cheval dans les diverses rues de la capitale pour surveiller l’exécution de ses ordres, sans nul souci des précautions à prendre sur de mauvais pavés ou dans des défilés encombrés. Il montait et descendait à grande allure les escaliers du jardin des Tuileries et ceux qui existaient alors sous le péristyle, au grand désespoir de sa suite. Quand on lui faisait remarquer que ces inutiles grimpades et dégringolades n’étaient pas sans danger pour lui, il répondait : « Bah ! J’ai mon étoile ! », et quand on lui opposait le danger pour les montures, il répliquait : « La mère aux chevaux n’est pas morte ! » En résumé, dès sa jeunesse, le grand gagneur de batailles était ce que l’on appelle un brillant et heureux cavalier casse-cou. Il est inutile de dire que nous savons fort peu de choses de la plupart des chevaux de Napoléon. Toutefois ce n’est pas le cas pour tous et M. Lawley a réuni des détails sur « Marengo » que l’Empereur montait à Waterloo, « Austerlitz », « Maria » (une jument grise nommée d’après l’Impératrice), « Ali » et « Jaffa ». Le « Daily Magazine » reproduit les portraits d’ « Ali » et de « Marengo » d’après les originaux existant en Angleterre ; ils sont blancs comme, d’ailleurs, presque tous les chevaux du Petit Caporal. Le plus célèbre des cinq est « Marengo » dont le squelette est conservé à l’Institut militaire de Whitehall à Londres, et dont un sabot, transformé en tabatière, est toujours sur la table des officiers de la garde royale au palais de Saint-James, avec l’inscription suivante sur le couvercle d’argent :  Sabot de « Marengo », cheval de bataille barbe, ayant appartenu à Bonaparte, monté par lui à Marengo, Austerlitz, Iéna, Wagram, en Russie et à Waterloo. » Autour du sabot se lisent ces mots : « Marengo » fut blessé à la hanche à Waterloo, pendant que son cavalier l’enfourchait sur le terrain des avant-postes. Aussi dans les batailles précédentes, ce bon destrier avait été blessé. Si nous devons ajouter foi à cette inscription, Napoléon a dû le monter pendant au moins quinze ans, de Marengo à Waterloo ; nous nous permettrons d’en douter. Quoiqu’il en soit « Marengo », dont le portrait aussi bien que le squelette est conservée à l’Institut militaire, est bien le cheval que l’Empereur avait à Waterloo, et probablement celui dont le colonel Charras veut parler dans sa « Campagne de 1815 », lorsqu’il raconte que Napoléon, en montant à cheval le matin de Waterloo, se mit dans une violente colère contre un soldat maladroit qui, en l’aidant à se mettre en selle, faillit le faire tomber par dessus son cheval.  C’est encore « Marengo » qui porta l’Empereur jusqu’à Charleroi après la bataille, mais M. Lawley ne nous explique pas comment il se fait que le cheval soit venu finir ses jours à l’Institut militaire et c’est un point qu’il serait intéressant d’élucider. Peut-être devint-il la propriété d’un gentilhomme français établi vers 1815, au château de Glassenburg, dans le comte de Kent, pendant la minorité des propriétaires légitimes. Ce gentilhomme, dont le nom n’a malheureusement pas été conservé, était l’ami de l’Empereur et avait avec lui un autre cheval de bataille , « Jaffa », un arabe que Napoléon avait pris en Egypte. Le vieux coursier fut très bien soigné à Glassenburg ; mais, en 1829-il avait alors 37 ans- il était tellement affaibli qu’on se décida à l’abattre. 

A suivre prochainement.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 21 décembre, 2018 )

20 mars 1815, 9 heures du soir: arrivée triomphale de l’Empereur aux Tuileries, après son débarquement sur les côtes de France !

20 mars 1815, 9 heures du soir: arrivée triomphale de l'Empereur aux Tuileries, après son débarquement sur les côtes de France ! dans JOURS D'EPOPEE 11020091

« Neuf heures venaient de sonner au pavillon de l’Horloge ; je me promenais et causais avec mes camarades le long du château. Tout à coup des voitures très simples et sans aucune escorte se présentent au guichet du bord de l’eau et l’on annonce l’Empereur. Décrire ce moment n’est pas en mon pouvoir, il est impossible que des mots puissent le faire.  La grille est ouverte, les voitures entrent ; nous nous précipitons tous autour d’elles et nous en voyons descendre Napoléon. Oh ! Alors, toutes les têtes sont en délire : on se jette sur lui en désordre, on l’entoure, on le presse, on l’étouffe presque, et on finit, malgré tout ce que peuvent dire et faire les généraux qui l’accompagnent, par l’emporter dans ses appartements. (Capitaine Léon-Michel Routier, « Récits d’un soldat de la République et de l’Empire, 1792-1830 », Editions du Grenadier, 2001, p.154).

« Toute la partie du côté du Pavillon de Flore près duquel est l’entrée ordinaire du Palais [des Tuileries], était remplie d’une masse si compacte de généraux, d’officiers, de gardes-nationaux et d’une grande quantité de personnes de distinction, qu’il me fut impossible de faire avancer la voiture jusqu’au perron. L’Empereur, voyant qu’il ne pouvait aller plus loin, descendit au milieu de la foule immense qui se pressait autour de lui et, dès qu’il eut mis pied à terre, on s’empara de lui et on le porta, pour ainsi dire, jusque dans ses appartements, sans que ses pieds puissent toucher les degrés de l’escalier. Il était neuf heures environ ». (Mamelouck Ali, « Souvenirs sur Napoléon… », Arléa, 1999, p.107).

« Les salles du palais [celui des Tuileries] semblaient métamorphosées en un champ de bataille, où des amis, des frères échappés inopinément à la mort se retrouvent et s’embrassent après la victoire », écrit Fleury de Chaboulon dans ses « Mémoires » (tome I, p.204).

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 décembre, 2018 )

21 décembre 1813…

Clarke 1

Instructions de Napoléon au duc de Feltre, ministre de la  Guerre.

[Pièce n°6314]. Paris, 21 décembre 1813.

J’ai nommé le général Grouchy commandant de la cavalerie de la Grande Armée. Donnez-lui ordre de partir au plus tard dans la nuit pour se rendre à Strasbourg, où il passera la revue du 5ème corps de cavalerie et le tiendra prêt à se porter partout où il sera nécessaire.

Donnez ordre au général Ruty de fournir sur-le-champ deux batteries d’artillerie à cheval au 5ème corps de cavalerie à Strasbourg.

Donnez ordre au duc de Bellune [maréchal Victor] de tenir son corps réuni. Je n’approuve pas qu’il ait détaché un bataillon du 2ème corps pour la garnison de Lauterbourg ; mais j’approuve qu’il recrute ses bataillons de tout ce qu’il trouvera disponible dans les conscrits réfractaires de Strasbourg.

Donnez ordre eu général Ruty d’activer la formation des batteries du 2ème corps à Strasbourg. 

Le rappel des appointements du général Grouchy est une chose impossible ; mais faites-lui payer une gratification pour son entrée en campagne.

Renouvelez les ordres pour que les bataillons qui doivent fournir au  2ème, soient dirigés sans délai sur Strasbourg. Il est urgent d’y avoir un bon corps.

Donnez ordre aux dépôts de tous les régiments qui composent le 5ème corps de cavalerie, de faire partir sur-le-champ les hommes disponibles à cheval pour se rendre à Strasbourg et être incorporés dans les régiments.

Vous avez reçu des ordres pour la formation des gardes nationales dans la journée pour leur prompte exécution.

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion Editeur, 1912, p.384).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 décembre, 2018 )

Un sous-lieutenant durant la campagne d’Espagne…

Espagne2

Auguste de Vanssay, sous-lieutenant au 5ème régiment de dragons (4ème corps de cavalerie, général Sébastiani, 1ère division de dragons). Son témoignage, rédigé en 1817, peu de temps après les événements vécus, ne fut publié qu’en 1864, sans nom d’auteur,[1]

Ses « Souvenirs » débutent dans les premiers jours de juillet 1809. Le 26 du même mois, il est devant Talavera de la Reina: « … en traversant la rivière que nous laissâmes derrière nous ; nous échangeâmes contre la cavalerie anglaise des coups de carabine ; ils [les Anglais] ne présentèrent en avant de leurs lignes que deux escadrons, qui chargèrent la brigade légère à toute outrance. ». Deux jours plus tard, se déroule la fameuse bataille du même nom. Et notre témoin de noter que « le soleil n’était pas encore sur l’horizon, que les bouches à feu lançaient de part et d’autre de nombreux torrents de flammes. Déjà les valeureuses cohortes françaises et anglaises se préparaient à une vigoureuse attaque… ». Plus loin, il écrit avec le même réalisme : « Nous fûmes écrasés par la mitraille et les obus des Anglais… ». Lors du passage du Tage, le 9 août 1809, le sous-lieutenant de Vanssay sabre tout ce qui voulait résister. « Des chevaux, des bagages, des caissons tombèrent en grand nombre dans nos mains ». Il n’y a aucun temps mort dans son récit; c’est un des éléments qui fait la force de son témoignage. Débouchant dans la plaine d’Almonacid, le 11 août 1809, il participe à la bataille du même nom : « Les lignes espagnoles soutinrent le feu assez longtemps ; leur artillerie répondit à la nôtre, mais bientôt nos charges de cavalerie mirent fin à cette affaire ». Il est présent lors du combat de la Guardia, au cours duquel des troupes françaises subissent les assauts d’une nombreuse cavalerie ennemie. Le 9 novembre, c’est encore un nouveau combat. Les avant-postes français sont attaqués. Puis la 1ère division à laquelle il appartient, occupe Ocana qui sera le théâtre de violents affrontements (le 19 novembre 1809) bien décrits par l’auteur: « …nous nous emparâmes d’un terrain suffisant pour y déployer nos premiers escadrons, et, bientôt, la division se trouva en bataille… ». Les premiers jours de 1810, le trouve à Uclès et sa région, où il doit de nouveau affronter un ennemi déterminé. Le 26 janvier il est à Grenade, puis prend la route de Loja et d’Archinoda, pour arriver début février 1810 à Antequera. Notre dragon se bat avec « des bandes d’insurgés, de contrebandiers et quelques pelotons de troupe ennemie ». Dans ce terrain montagneux, les affrontements sont particulièrement dangereux. Il prend la direction de Malaga, sabre à la main, prêt à en découdre, puis se dirige vers Grenade.  Il assiste à l’entrée du roi Joseph, dans cette ville, dans les premiers jours d’avril 1810. Le mois suivant, le sous-lieutenant de Vanssay et son régiment partent occuper « le royaume de Murcie ». Il faut sans cesse être vigilant, mener çà et là des reconnaissances. Et notre témoin de continuer son récit entre deux combats.

Notre témoin est encore présent lors du combat de Baza (4 novembre 1810), où les troupes françaises battent les Espagnols du général Blake. « Mon peloton, composé de ces jeunes et braves dragons que je menais d’habitude en reconnaissance, donna là de nouvelles preuves de ce sang-froid qui l’avait distingué dans tant de combats », écrit-il. Fin novembre 1810, il part pour la France. Auguste de Vanssay n’arrive à Bayonne qu’à la mi-janvier 1811, tant l’imprévu régnait en maître durant cette campagne d’Espagne !

C.B.


[1]  Le titre original en était : « Fragments de mémoires inédits. Écrits en 1817, sous le titre de Souvenirs militaires d’un officier de dragons pendant les campagnes de la Grande Armée. Des années 1804 à 1811. Armée d’Espagne, 4ème corps, Commandant, Général, Comte Sébastiani. Juillet 1809 », Mortagne [Orne], Typographie Daupeley Frères, Place d’Armes, 1864, in-8°, 100 pages. A noter qu’au bas de la préface figure la mention : « Mortagne, le [jour laissé en blanc] janvier 1864 ». Le nom de l’auteur n’apparaît nullement sur les premières pages. Il faut consulter ce qui forme les « pièces justificatives », à l’issue de l’ouvrage, afin de le voir apparaître. Auguste de Vanssay était né le 30 décembre 1784 (au château de la Barre, commune de Conflans-sur-Anille, département de la Sarthe) ; il s’est éteint le 30 décembre 1869 (au château de Saint-Denis, commune de Saint-Denis-sur-Huisne, département de l’Orne). 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 20 décembre, 2018 )

Retour sur les lieux d’une tragédie…

Ney-7 décembre 1815

« 11 décembre 1815. J’ai été voir la place où est mort le maréchal Ney. En sortant de la grande allée perpendiculaire au palais du Luxembourg, il y a un mur à gauche; c’est à une vingtaine de pas de la grille qu’il fut fusillé. J’ai vu la place où il est tombé; on en avait remué la terre afin de faire disparaître les traces de son sang. On voit dans le mur six traces de balles, dont une  est au sommet; il paraît que celui qui l’a tirée tremblait bien fort: le maréchal était trop près du peloton pour qu’on ait pu le manquer, si on n’avait pas été ému. Je ne puis dire combien j’avais le cœur serré, en pensant que ce héros, l’honneur de son pays, qu’avaient respecté pendant vingt ans les balles ennemies, était tombé sous le plomb français.

Sur le mur, un peu au-dessus des troues de balle, on avait écrit : « Ici est mort l’Achille français ». On avait déjà effacé ces morts, mais pas assez bien pour qu’on ne pût pas les distinguer. J’ai cherché vainement dans le mur, pour y trouver un des balles. Mais je n’étais pas le premier qui avait eu cette idée, et je n’en ai découvert aucune. J’ai trouvé une trentaine de personnes venues pour la même cause. Toutes avaient l’air fort tristes. Un vieux monsieur qui avait été témoin de ses derniers moments m’a assuré qu’il avait couru, de sa voiture, devant le peloton. Il avait une redingote bleue, un gilet, une culotte et des bas de soie noirs. Ses derniers moments ont été dignes de sa vie. Il est mort en disant : « Vive la France ! »

J’y suis retourné plusieurs fois ; on a maçonné le mur, afin de faire disparaître jusqu’aux moindres traces de sa mort. Tout ce qui pourrait rappeler le grand d’Elchingen a été soigneusement effacé. Je n’ai pas eu de peine à retrouver la place où il tomba, percé des balles françaises. Brave Ney !  Je t’ai vu de mes yeux chercher la mort dans les rangs de nos ennemis. Il semblait qu’elle craignait d’attenter çà une aussi glorieuse vie…

26 novembre 1816. Ce matin, j’allai au cimetière du Père-Lachaise pour y voir les tombeaux du maréchal Ney et de Labédoyère. On exhumait le premier, dont le cercueil de plomb était recouvert d’une bière en bois. J’ignore ce que vont devenir les restes de ce héros, l’Achille de son pays. Je suis resté longtemps à regarder la place où il était ; tous ses hauts faits me revenaient à la pensée. J’ai ramassé par terre une petite branche de sapin qui était plantée sur sa tombe et me suis éloigné. De là, je me suis rendu à l’endroit où repose Labédoyère. Un petit enclos et une croix noire en bois sont les seules marques distinctives que l’on voit sur son tombeau. En m’approchant d’un peu près, j’ai distingué ces mots écrit avec la pointe d’un couteau : « Honneur au Brave ! » J’y ai gravé un « V » [pour « Vengeance »], et suis sort du cimetière. »

(Extrait du « Journal d’un officier du 5ème hussards » (auteur anonyme), contenu dans l’ouvrage « Les Hommes de Napoléon. Témoignages, 1805-1815. Présenté par Christophe Bourachot », Omnibus, 2011, pp.897-898)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 décembre, 2018 )

La bataille de Ligny

waterloo

Mai 1815. Napoléon sait que la guerre est inévitable, que les Alliés prévoient pour la fin de ce mois le rassemblement de 785.000 combattants sur ses frontières et que l’enjeu de ce rassemblement est de le jeter à bas de son trône impérial.

Alors, l’Empereur renforce à la hâte l’armée et la Garde Nationale, de façon à pouvoir disposer de 200.000 soldats dès les premiers jours de juin. S’il reste sur la défensive, d’ici quelques semaines il sera submergé par les forces quadruples. En effet près de 100.000 Anglo-Néerlandais, commandés par Wellington, demeurent sous les armes au Pays-Bas ; 135.000 Prussiens, sous Blücher, veillent le long de la Meuse ; les 225.000 Russes de Barclay de Tolly occupent le Rhin moyen et les 250.000 Austro-Bavarois de Schwarzenberg le haut-Rhin, tandis que 75.000 hommes (général Frémont) menacent la frontière des Alpes et 50.000 Espagnols celle des Pyrénées ! Napoléon estime que les coalisés ne se mettront pas en marche sur Paris avant le 15 juillet. Pour leur tenir tête, il prendra l’offensive, au plus tard le 15 juin. Car tel est son plan : prévenir l’invasion en attaquant lui-même en Belgique ; assaillir les deux armées ennemies les plus vulnérables, tant par le nombre que par l’effet psychologique que produirait leur défaite.

Blücher et Wellington totalisent 235.000 combattants. On peut aisément les vaincre avec une masse de manoeuvre de 135.000 soldats à condition de les battre l’un après l’autre et de les surprendre avant qu’ils n’aient réuni leurs forces.

Leur défaite entraînera le soulèvement d’une bonne part de la Belgique et la chute du Ministère Anglais. Il n’en faudra pas plus pour que les autres Alliés hésitent à franchir le Rhin et que l’ouverture de négociations devienne possible : Ainsi rêve Napoléon. Fort de ces espérances, il quitte Paris le 12 juin, pour rejoindre les régiments auxquels il a confié, quelques jours auparavant, des drapeaux neufs et de nouvelles aigles.

L’entrée en campagne.

Le 14 juin, 129.000 Français ont réussi à se concentrer dans le plus grand secret sur un front de trente kilomètres entre Philippeville et Solre-sur-Sambre. Face à eux, de l’autre côté de la frontière, 120.000 Prussiens sont dispersés dans leurs cantonnements, le Corps de Zeithen à Fleurus et Charleroi, celui de Pirch à Namur, celui de Thielman à Ciney près de Dinant, celui de Bülow à Liège ; ainsi que près de 100.000 Anglo-Néerlandais, aussi mal groupés, entre Ostende et Nivelles. Soixante-quatre kilomètres séparent le quartier-général de Blücher de celui de Wellington. L’effet de surprise aidant, Napoléon pourrait donc, dans les quarante-huit heures intercepter solidement la route qui, par Sombreffe et les Quatre-Bras, joint Namur à Bruxelles, consommant ainsi la séparation des deux armées alliées. En fait, l’Empereur est anxieux de deux réalisations : mettre les Prussiens hors de cause en leur livrant bataille les premiers ; parvenir par une marche foudroyante aux portes de Bruxelles. Sans cesse préoccupé par ces deux buts à atteindre dans les plus brefs délais, il s’en suivra une certaine incohérence des ordres donnés, qui, dès les premiers jours des hostilités, va compromettre l’issue de la Campagne.

Le 15 juin au matin, la Grande Armée, subdivisée en deux ailes et une réserve, pénètre en Belgique et se concentre devant Charleroi. L’aile droite a pour mission de marcher sur la position de Sombreffe et la gauche sur les Quatre-Bras.

Tout est prévu comme si l’occupation de ces deux points stratégiques ne supposait aucune difficulté, étant donné l’ignorance totale dans laquelle se trouvent les états-majors adverses. Mais, dès cette entrée en Campagne, les Prussiens déjà informés par quelques transfuges, reçoivent la confirmation de l’imminence de l’attaque qu’ils vont subir du fait de la désertion du général de Bourmont, divisionnaire du Corps de Gérard. En ce 15 juin, la Sambre est franchie par les Français presque sans combat en trois points, à Charleroi, à Marchienne et au Chatelet. Au début de l’après-midi, la plus grande partie des colonnes en marche se trouve encore au sud de la rivière, si bien qu’une affaire décisive contre les avants-postes ennemis reste impensable pour ce jour.

A 15 heures, près de Charleroi évacué par Ziethen, Napoléon est rejoint par le maréchal Ney. Il lui confie les Corps de Reille et d’Erlon pour s’emparer du carrefour des Quatre-Bras et ordonne à Grouchy de se placer à la tête du Corps de Vandamme pour marcher sur Sombreffe. « Le brave des braves » expulse les Prussiens de Gosselies puis atteint Frasnes à 17 h 30 où il se heurte aux fantassins de Nassau. La cavalerie légère de la Garde charge et contraint les Nassaviens à se replier dans le bois de Bossu. Le carrefour des Quatre-Bras n’est point gardé ; mais n’ayant pas son infanterie sous la main pour soutenir ses escadrons, Ney suspend le combat et replie ses troupes sur Frasnes, remettant au lendemain l’occupation du croisement entre les routes de Bruxelles et de Nivelles.

De son côté, Grouchy, intimidé par la vive résistance opposée par les soldats de Ziethen à Gilly, arrête devant Fleurus ses hommes fatigués et retardés dans leur progression par le passage de la Sambre. Si bien qu’en cette soirée du 15 juin aucun des deux objectifs stratégiques, dont l’atteinte eut gravement compromis la réunion des armées Alliés, n’est occupé par les Français. Aux Quatre-Bras, le Prince Bernard de Saxe Weimar fermement décidé à tenir la position appelle à lui des renforts, tandis que Ziethen replié dans Fleurus décide de faire face derrière le ruisseau de la Ligne en attendant l’arrivée des autres Corps Prussiens à sa rescousse. Quant à Napoléon, ne sachant pas trop ce qui se passe devant lui et ne semblant pas tellement anxieux de savoir ce que les heures qui passent vont lui apporter, il quitte Grouchy à Gilly, vers 20 heures, pour rentrer passer la nuit à Charleroi, au château Puissant. Le 16 juin à l’aube, il serait encore temps pour les Français de rattraper leur retard de la veille en occupant les Quatre-Bras, seulement défendus par quelques bataillons et en accablant le Corps de Ziethen encore seul devant Sombreffe.

Napoléon confie bien à Grouchy 45.000 hommes avec pour mission d’enlever Sombreffe, alors que lui-même se propose de gagner Fleurus et d’y rester à la tête d’une réserve de 36.000 combattants. Mais toute la matinée est perdue dans l’attente de l’arrivée des différents Corps en particulier de celui de Gérard dont la majeure partie se trouve encore sur la rive sud de la Sambre. Accouru de Namur Blücher est venu passer la nuit à Sombreffe. Il encourage les hommes de Ziethen à la résistance, leur promettant l’arrivée prochaine des Corps de Pirch et de Thielman. Les Prussiens se barricadent dans les villages de Saint-Amand et de Ligny. De son côté, Wellington, informé de l’offensive française dans la nuit du 15 au 16 juin alors qu’il assistait à Bruxelles au bal de la duchesse de Richmond, est parti derechef pour les Quatre-Bras. Parvenu en ce point à 10 heures du matin, il juge de la gravité de la situation et de l’importance de conserver la maîtrise de ce carrefour pour ne pas compromettre ses alliés Prussiens aussi, ordonne-t-il l’apport immédiat de renforts importants.

Le déroulement de la bataille.

Napoléon est arrivé à Fleurus vers 9 h 30. Il y constate que Grouchy n’a pas progressé depuis la veille et que Blücher reste bien accroché sur la position Saint-Amand-Ligny-Sombreffe. Ayant établi son observatoire au moulin du bourg (le moulin Naveau), il décide d’attaquer dès que le Corps de Gérard, très en retard dans son cheminement, sera entièrement disponible. Cependant, Wellington, rassuré par le calme qui règne aux Quatre-Bras, décide une concertation directe avec le vieux « Vorwarts ». A 13 heures il le rencontre au moulin de Bussy et lui laisse espérer l’intervention de l’un de ses Corps sur le flanc de « Bony », « à moins qu’il ne soit lui-même attaqué » d’ici là. Mis en confiance par cette entrevue, Blücher espère pouvoir tenir jusqu’au milieu de l’après-midi en attendant que 40.000 Anglo-Néerlandais viennent prendre à revers l’aile gauche française.

A 15 heures Napoléon attaque. Tandis que Gérard se heurte à une vive résistance dans Ligny, Vandamme, aidé par le mouvement en potence de la division Girard contre « le Hameau », réussit à occuper le village de Saint-Amand. A l’est de Ligny, le maréchal Grouchy s’oppose avec sa cavalerie au déboucher du Corps de Thielman contre la droite française. La division Hulot assaille les postes Prussiens de Tongrinelle et Mont-Potriaux. Partout les soldats de Blücher se défendent avec une rare énergie quand ils ne contre-attaquent pas vigoureusement. Ils savent qu’il faut tenir coûte que coûte jusqu’à l’intervention des forces envoyées par Wellington et jusqu’à l’arrivée de leurs propres renforts accourus au bruit du canon. Maintenant ses espoirs dans les Anglo-Néerlandais, le feld-Maréchal jette toutes ses réserves pour renforcer sa droite au fur et à mesure qu’elles parviennent sur le terrain. Vandamme rejeté de Saint-Amand subit les charges réitérées de 47 escadrons ; le général Girard tombe mortellement frappé tandis que ses hommes abandonnent « le Hameau ».

Vers 18 heures, au moment où les Français sont à nouveaux expulsés des villages reconquis, l’état-major impérial découvre à l’horizon une colonne supposée ennemie progressant de Villers-Perwin sur Fleurus. L’Empereur inquiet envoie sa jeune Garde conduite par Duhesme au secours de Vandamme et se tient prêt à intervenir avec le reste de sa Garde. Une demi-heure plus tard, on s’aperçoit que cette colonne n’est autre que le Corps d’Erlon rappelé de Frasnes. Comptant sur l’intervention imminente de 20.000 Français sur les arrières droits de Blücher Napoléon décide de rompre le centre prussien par une attaque principale sur Ligny. Sur ce point les brigades Henkel, Jagow et Krafft s’accrochent farouchement aux réduits que constituent le château de Looz, la ferme d’« En-Haut », l’église et la ferme d’« En-Bas » et empêchent les soldats de Pécheux, conduits par le brave Gérard de franchir le ruisseau de la Ligne.

A 19 h 30, sous le couvert d’une violente préparation d’artillerie, la Garde à pied et à cheval, appuyée par les cuirassiers de Milhaud déborde Ligny de droite et de gauche et fait brèche dans la ligne de résistance adverse. Blücher, ne voyant toujours pas venir les Anglais, se dégage en faisant charger les 32 escadrons de Röder et ordonne la retraite sur Sombreffe. Aux flancs des coteaux voisins, les deux cavaleries s’entrechoquent jusqu’à 21 h 30 en une violente mêlée au sein de laquelle le vieux « Vorwärtz » renversé sous son cheval, échappe par miracle aux cuirassiers français, qui dans l’obscurité passent à ses côtés sans le voir.

Avec 65.000 hommes, Napoléon a réussi à refouler 87.000 Prussiens en les réduisant à 67.000 combattants, au prix de la perte de 13.000 des siens. Proportionnellement les pertes sont donc équivalentes pour les deux armées. La rencontre a fait figure de grande bataille : en effet, elle a mis en présence des forces comparables à celles d’Austerlitz (71.000 Français face à 93.000 Austro-Russes), mais elle demeure une demi-victoire, et par ses résultats évoque plus Eylau qu’Austerlitz  !

Blücher pourra rapidement compenser ses pertes par l’arrivée du Corps de Bulow parvenu le soir même à moins de 10 kms de Sombreffe et rien ne s’oppose formellement à la retraite de ses divisions vers le nord-est.

Conséquences d’une demi-victoire.

Bénéficiant d’une absence de poursuite immédiate de la part d’une armée française épuisée, conduite par un Napoléon devenu négligent, les soldats de Blücher, repris en main par le chef d’état-major Gneisenau, ont pu abandonner le champ de bataille de Ligny en toute quiétude, restant d’ailleurs maîtres une bonne partie de la nuit des points d’appui de Brye et de Sombreffe. Treize heures de tranquillité quasi totale avant de subir une poursuite en règle. De quoi organiser une retraite méthodique qui ne ressemble en rien à une déroute. Gneisenau a désigné comme lieu de rassemblement Wavre, situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Sombreffe, au point où la Dyle coupe la route de Namur à Bruxelles. Les différentes divisions s’y rendent au plus vite en empruntant deux routes, l’une passant par Gembloux et Corbais, l’autre à l’ouest par Gentinnes et Velleroux

Du côté français, dès le 16 au soir, Grouchy avait bien eu des velléités de talonner les vaincus mais Napoléon lui avait refusé toute instruction dans ce sens. Respectivement, à 4 heures et 6 heures, les cavaliers de Pajol et d’Exelmans réussissent à prendre contact avec les arrières-gardes prussiennes, les uns sur la chaussée de Namur, les autres près de Gembloux. Cependant, à Fleurus, puis au cabaret des Trois Burettes, l’Empereur attend d’avoir des nouvelles de Ney qu’il sait devant les Quatre-Bras, pour enfin se décider, vers 11 heures seulement, à organiser la poursuite des vaincus de la veille. A cet effet, il place sous le commandement de Grouchy les Corps de Vandamme et de Gérard ainsi que les cavaliers de Pajol et Exelmans, soit 32.000 hommes accompagnés de 96 canons.

Mais la poursuite en question débute sous un orage violent, si bien que les fantassins, pataugeant dans la boue au rythme de moins de 2 kms à l’heure, ne parviennent, à la nuit tombante, qu’à Gembloux. Grouchy y établit son quartier-général alors que Blücher, remis de sa chute, a rejoint ses troupes à Wavre. Le matin même les Prussiens étaient à moins de 20 kms de leurs vainqueurs et le soir même ils ont réussi à s’en éloigner de plus de 40 kms. Autrement dit, ils n’ont pas été poursuivis.

A 22 heures, Grouchy, qui commence à s’apercevoir que « Vorwartz » ne cherche rien d’autre qu’à se dégager en se rapprochant au maximum des Anglais, écrit à l’Empereur pour lui annoncer que l’ennemi se retire « mi parti sur Liège, mi parti sur Wavre ».Dans la matinée du 17, Blücher et Wellington ont échangé plusieurs dépêches. Informé de l’échec de Ligny et de la retraite des Prussiens sur Wavre, le chef des Anglo-Néerlandais  ordonne aussitôt le repli sur Bruxelles des troupes occupant les Quatre-Bras. A 10 heures du matin, l’évacuation du carrefour commence, sans être nullement gênée par les soldats de Ney toujours au bivouac devant Frasnes. Il faut attendre 14 heures pour voir les Français sortir de leur apathie au moment où leur Empereur, accouru de Fleurus, survient par Marbais à la tête des escadrons de sa Garde.

Trop tard ! Il ne reste plus aux Quatre-Bras que la cavalerie de Lord Uxbridge laissée en arrière-garde. Napoléon la fait charger et la poursuit vivement malgré une violente pluie d’orage. A Genappe, la résistance anglaise reste éphémère, si bien qu’à 19 heures les Français arrivent face au plateau de Mont-Saint-Jean sur lequel Wellington a finalement concentré la majeure partie de son armée, 14 kilomètres au nord des Quatre-Bras.

De son quartier-général, installé dans le bourg de Waterloo, le généralissime anglais écrit alors à Blücher pour le convaincre d’effectuer une marche de flanc, risquée mais décisive, destinée à surprendre Bonaparte, le lendemain, au moment où il se trouvera engagé contre lui. « Vorwartz » accepte d’envoyer le Corps de Bulow. Ce dernier, qui vient de rejoindre Wavre par Wahlain et Dion le Mont, marchera dès l’aube du 18 sur Plancenoit, pour y tomber sur les arrières des Français.

Ainsi, tandis que Napoléon croit les vaincus de Ligny hors de cause pour plusieurs jours et rêve d’entrer le lendemain soir à Bruxelles, Blücher s’apprête à lui apporter en plein flanc un coup fatal !

Jean-Claude QUENNEVAT.

(Revue du Souvenir Napoléonien, n°271, septembre 1973, pp.5-8).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 19 décembre, 2018 )

La journée du 30 mars 1814 racontée par un chirurgien…

Lagneau

Louis-Vivant LAGNEAU (1781-1867) était chirurgien-major du 3ème régiment des grenadiers à pied de la Vieille Garde. Il se trouvait à Paris lors de la bataille qui s’y déroula.

« 30 mars 1814. De Charenton, nous allons, en longeant les boulevards extérieurs, à La Villette, où l’ennemi commence son attaque, tant à notre barrière que nous protégeons en nous portant au pont de Flandre, que sur les hauteurs de Belleville, sur notre droite, où étant parvenu à s’emparer de ces hauteurs-là, nous nous trouvons dans la nécessité de nous retirer dans la crainte d’être tournés et pris à dos.

Nous rentrons dans le faubourg, pour chassé par des obus ou autres projectiles. J’avais d’abord établi mon ambulance dans une auberge de routiers, à La Croix-Blanche. Nos blessés y étaient bien installés dans de grandes remises et des hangars, lorsque l’ordre vint de quitter la place qui devenait plus dangereuse. Je rentrai donc avec nos éclopés plus avant dans le faubourg et crus pouvoir me placer dans une autre auberge, dite « du Chaudron d’or ». J’y étais aussi bien. Là, des confrères de Paris vinrent pour nous aider, et entre autres Dupuytren, avec plusieurs aides. Mais à peine étions-nous en mesure de faire nos pansements et nos opérations, qu’il fallut encore nous retirer. Je fis évacuer tous les blessés transportables sur l’hospice de la vieillesse (hommes) où je les installai avec recommandation aux sœurs et employés et je fus obligé de suivre mon régiment. Les autres blessés plus graves furent laissés au « Chaudron d’or », où ils ont reçu les soins des ambulances de la division et ont été transportés dans les hôpitaux de l’intérieur, où je les au revus plus tard, mais pour le moment je suis forcé de suivre mon corps, qui, après une halte de quelques heures, eut l’ordre de traverser Paris par la barrière de fontainebleau.

Une convention avait été conclue, à notre grand étonnement et profond chagrin, entre les maréchaux Mortier et Marmont d’une part, et les généraux alliés de l’autre, en vertu de laquelle, pour éviter à Paris les désastres dont elle était menacée, toute notre armée évacuerait la ville, que les alliés occuperaient aussitôt. Toutes les hauteurs de Belleville, Ménilmontant et Montmartre étaient déjà occupées par les troupes étrangères.

Nous étions pourtant persuadés qu’on aurait pu tenir assez de temps, vingt-quatre ou quarante-huit heures peut-être, pendant lesquelles l’Empereur, qui avait quitté Troyes pour se rendre sur Fontainebleau, aurait pu prendre de nouvelles dispositions et éviter l’occupation de la capitale, ce qui nous semblait fort dangereux, avec un ennemi aussi exalté que les alliés. Le roi Joseph céda comme les maréchaux; il avait fait partir l’Impératrice  pour la direction de Chartres et d’Orléans et la suivit peu après.

Nous étions tous fort affligés de cet arrangement étrange, qui était peut-être inévitable; mais nos grognards n’entraient pas dans toutes les raisons qu’on pouvait apporter pour en  expliquer ou en justifier la nécessité.

Nous évacuons Paris dans la nuit du 30, car les barrières doivent être livrées demain 31 mars 1814. »

(L.-V. LAGNEAU, « Journal d’un chirurgien de la Grande-Armée, 1803-1815. Edition présentée et complétée par Christophe Bourachot », L.C.V. Services, 2000, pp.182-183).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
1234
Page Suivante »
|