( 3 décembre, 2018 )

Les DERNIERS JOURS de la RETRAITE de RUSSIE…

9300234001.jpg

De longues lettres de Berthier à l’Empereur, retracent les derniers jours de la retraite. Débarrassons ces lettres des noms propres et des détails purement militaires ; il reste ces traits terribles. Lorsque l’armée entre le 8 décembre 1812 à Vilna, presque tous les hommes sont hébétés par le froid, et, malgré les ordres que donnent Murat et Berthier et bien que les Russes soient aux portes de la ville, officiers et soldats restent dans les maisons, refusent de marcher. On marche pourtant, le 10 décembre, sur Eve et Kowno. Mais le froid excessif et la grande quantité de neige achèvent d’accabler l’armée. Le 10, le 11, elle se débande totalement. Ce n’est plus qu’une colonne qui chemine, plusieurs lieues durant, sur une route couverte de cadavres, et qui part au jour et arrive au soir, confusément et pêle-mêle. Ce n’est même plus une armée. L’armée peut-elle exister par 25 degrés de froid ? Hélas ! Ce ne sont pas les ennemis, c’est la plus rigoureuse, la plus cruelle des saisons qui lui fait la guerre, qui la met dans l’impuissance d’agir, qui lui inflige des souffrances dont on ne peut se faire une idée. Berthier, comme Murat, voudrait tenir le 12 décembre à Kowno. Mais le désordre est extrême ; on pille, on saccage les maisons ; on brûle la moitié de la ville ; on passe le Niémen de tous les côtés ; impossible d’arrêter le torrent des fuyards. A peine s’il y une escorte pour garantir le roi de Naples, les généraux et les aigles.  Le froid, toujours le froid, ce froid qui jette l’homme « dans un état de stupeur qui lui ôte tout sentiment ! » Les quatre cinquièmes de l’armée ou de ce qui porte ce nom-car ce n’est plus qu’une masse incohérente et où il n’y a point de combattants- ont des membres gelés, et lorsqu’on atteint Königsberg dans la désorganisation la plus complète, les chirurgiens ne font que couper aux officiers et aux soldats le phalanges des doigts du pied et de la main.

Les maladies se manifestent, Lariboisière meurt, Eblé meurt et Berthier reconnaît tristement que les maux sont plus grands encore qu’on ne croyait et qu’ils ne sont pas finis ! 

Arthur CHUQUET. 

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Les DERNIERS JOURS de la RETRAITE de RUSSIE… ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|